• It has become a cliché that potential beneficiaries will tell aid agencies whatever they understand to be the current ‘Open Sesame’ discourse that will open up the treasure trove. This received wisdom is handed down by generations of seasoned aid workers as a warning to inexperienced programme staff not to take at face value what they are told, for example, about the supplicants’ commitment – whether to principles such as gender equity, environmental conservation, and indigenous rights, or to ways of working such as transparency, democratic practices, and good governance. One could imagine ‘the locals’ providing similar briefings before being visited by an aid-agency representative: not to take too much notice of invasive questioning about ‘intra-household decision-making strategies’; to be careful not to tread on toes in any ‘wealth ranking’ exercise, which could have undesirable consequences; to go along with rituals and games, role plays and maps in the mud, timelines and activity charts, guided tours around the area, and so on, without giving away too much information. You never know where this information might end up, so it’s safer to work on the basis that if they don’t already know, it’s probably because they don’t need to.

    Certainly it has long been recognised in this journal that ‘participation’ can mask authoritarian practices on the part of external ‘change agents’ and also foster apparent compliance with the aid agenda on the part of the ‘participants’ (see, for example, Anacleti 1993; White 1996; Jackson 1997), while the more powerful players actually determine what constitutes knowledge.1  In this issue, John D. Cameron illustrates the subtle ways in which the ‘public performance’ of Andean communities involved in participatory budgeting differs from their backstage whispers; he helps to explain how they manage to ‘subvert’ the process in favour of  their own preferences for infrastructural projects – the bags of cement referred to in the article’s title. Lucy Earle considers the limitations of NGO interpretations of the ‘failed’ mobilisations by indigenous communities in the Peruvian Amazon, campaigning against the activities of extractive industries operating in their territories. In particular, she highlights the risks of romanticising what it means to be part of an indigenous community that must face a range of economic and political challenges to their identity and well-being. Norma Fuller addresses the political and ethical issues faced by anthropologists, who are often sought out by these same industries to interpret local realities and so smooth the way for the companies’ operations: how to avoid being co-opted by an agenda that local communities do not share. Elizabeth Rattine-Flaherty and Arvind Singhal also focus on the Peruvian Amazon in their description of the work of a local NGO which promotes gender equality and reproductive health, using a feminist participatory action–research approach to understanding the kinds of change that occur in the lives of the women involved. Turning to Colombia, Loramy Conradi Gerstbauer describes a Lutheran World Relief (LWR) programme which sought to form solidarity-based partnerships between peace-sanctuary churches in Colombia and congregations in the US Midwest. Two central themes emerge: that solidarity is based on mutual accountability; and that, if the voices of the South are not heard unless amplified via Northern NGOs, then the relationship could unintentionally create or deepen dependency. In exploring the valuable potential for partnership to contribute to peace-building work in the South when it is not mediated by funding from the North, the author makes a candid assessment of the pitfalls to be avoided.

    The theme of partnership is also picked up by Thomas Franklin, who emphasises the importance of acknowledging differences between the respective organisations, and the need for all parties to be clear about what it is that collaboration is intended to achieve, in order for reciprocity and mutual respect to flourish. Tina Wallace describes issues raised by civil-society organisations, and particularly those concerned with gender equity and the rights of women, regarding their virtual absence from the Paris Declaration on harmonising aid, and yet again from the progress meeting held in Accra in September 2008. Too many Northern NGOs, however, are opting to shore up rather than challenge a donor-defined development agenda, despite the fact that even some donor officials are beginning – albeit off the record – to acknowledge that the new architecture is simply not working. Ines Smyth reports on a recent congress on gender, climate change, and disaster-risk reduction (DRR) where evidence was tabled to show that climate change exacerbates existing gender inequality. Yet, once again, ‘the United Nations Framework Convention on Climate Change (UNFCCC) does not mention gender, and its decisions and mechanisms remain devoid of a gender perspective’. If the invisibility of gender issues at the highest levels is the outcome of some 15 years of gender mainstreaming, something is profoundly awry – and more of the same will simply not fix it.

    Climate change is expected to intensify and accelerate natural cycles such as the El Niño phenomenon, which affects the Indian Ocean, Australia, and Indonesia as well as the coastal regions of Peru and Ecuador. Predicting the onset of El Niño and taking precautionary measures to limit the damage caused is clearly of fundamental importance. Peter B. Urich, Liza Quirog, and William Granert describe a successful intervention in the island province of Bohol in the Philippines which built on adaptive community-based resource management, ensuring not only that information was communicated in a timely manner, but also that communities were able to assimilate and act on it.

    Two further contributions focus on Latin America. Jutta Gutberlet describes the many challenges faced by a network of waste-recycling co-operatives in São Paulo, ranging from their lack of working capital to the bureaucratic and logistical obstacles preventing their access to micro loans; their lack of organisational skills and experience; stigmatisation and police harassment; and the ubiquitous intermediaries who all want a cut. Worldwide, recycling performs an increasingly important social and environmental function, as well as generating employment, particularly for unskilled and semi-skilled workers. With the right support, collective recycling efforts can also increase people’s social skills, as well as providing a source of income; without this, it will remain a marginal activity undertaken by marginalised sectors. In the rural context, Ruerd Ruben, Ricardo Fort, and Guillermo Zúñiga-Arias assess the impact of Fair Trade on co-operatives of coffee and banana producers in Peru and Costa Rica. Some of the impacts are direct and tangible, in the form of increased earning potential; others are less immediate, such as increased organisational skills and, importantly, the ability to obtain credit and other inputs. At the same time, ever more plantations and multinationals are obtaining Fair Trade-like certification, and this is changing the configuration of the global market in relation to small producers. Finally, Katie Wright and Kasturi Sen report on a series of workshops held in various regions of the world to pool information and share concerns and analysis about the worrying effects of counter-terror legislation on civil-society organisations, and on the prospects for equitable development, both within countries and internationally.

    While many of the contributions in this issue focus on Latin America, the questions raised have resonance for those working in any geographical setting in which issues of polarisation are a daily reality (whether on economic, ethnic, or gender grounds, or because of other forms of discrimination), and where deep social divisions increase the prospect of armed conflict or repression, or have indeed already done so.

    Notes

    1. Mompati and Prinsen (2000: 630) illustrate the literal suppression of inconvenient knowledge during a PRA pilot project in which ‘one particular woman from a subordinate ethnic group spoke out loudly against the discriminatory practices of the dominant group. It was evident that she was breaking gender and ethnic rules by a serious intake of alcohol, but quite a number of the other participants were also quite inebriated. The

    kgosi

    quickly pointed at a policeman, who took the woman by the arm, lifted her off the ground, and brought her to the shade of a tree about 50 metres from the meeting place. Thereafter the meeting continued as though nothing had happened.’

    References

    Anacleti, Odhiambo (1993) ‘Research into local culture: implications for participatory development’, Development in Practice 3 (1): 44–7.

    Jackson, Cecile (1997) ‘Development work at the sharp end: field-worker agency in a participatory project’, Development in Practice 7 (3): 237–47.

    Mompati, Tlamelo and Gerard Prinsen (2000) ‘Ethnicity and participatory development methods in Botswana: some participants are to be seen and not heard’, Development in Practice 10 (5): 625–37.

    White, Sarah C. (1996) ‘Depoliticising development: the uses and abuses of participation’, Development in Practice 6 (1): 6–15.

  • Sur la base d’une réflexion sur des observations de programmes de budgétisation participative menés dans la région andine d’Amérique du Sud, cet article soutient que les déclarations et les comportements de ceux qui prennent part aux réunions de budgétisation participative doivent être interprétés comme une forme de représentation publique qui diffère souvent considérablement des « discours dans les coulisses » des participants une fois que le « spectacle » public est terminé. L’aspect le plus important est le suivant : le fait que la priorité soit généralement accordée aux projets infrastructurels à petite échelle qui font intervenir de grands volumes de ciment met en relief les manières dont les participants aux réunions de budgétisation participative adaptent, de façon discrète mais stratégique, les programmes et politiques externes à leurs propres buts et stratégies.

  • Cet article examine la nature de la protestation sociale entreprise par les populations indigènes amazoniennes contre les sociétés énergétiques internationales qui travaillent au Pérou. Il analyse la réaction des ONG péruviennes et internationales face aux activités des groupes indigènes et met en cause certains stéréotypes concernant la nature de l’action collective indigène et les perceptions du concept de communauté. Il se concentre en particulier sur la manière dont les employés d’ONG tentent d’expliquer l’échec de l’organisation indigène à mobiliser et à soutenir la protestation collective. Ce document met en relief la dissonance entre l’image romantique attribuée à tout ce qui est indigène et la réalité vécue du groupe indigène. Il préconise l’utilisation d’études anthropologiques et de la théorie des mouvements sociaux pour étudier les limites de la mobilisation indigène et suggère leur utilisation pour une planification plus sensible des initiatives avec les groupes indigènes. Tandis que la demande de pétrole et de gaz augmente aux quatre coins du globe et que les gouvernements des pays en développement cherchent à accroître leurs revenus provenant d’industries extractives, les conflits entre groupes indigènes et compagnies énergétiques sont susceptibles de s’intensifier. La nécessité d’un engagement sensible entre les ONG et les groupes indigènes est par conséquent absolument primordiale.

  • En 2003, Lutheran World Relief (LWR), ONG internationale humanitaire et de développement, a lancé une initiative de construction de la paix en Colombie. Elle a facilité la formation d’un partenariat entre des églises sanctuaires de paix en Colombie et six communautés religieuses dans le Midwest américain, partenariat coordonné par le personnel de LWR. Ce partenariat, appelé Sal y Luz (Sel et lumière), a pour but l’éducation et la préconisation, aussi bien en Colombie qu’aux États-Unis. Sal y Luz représente un exemple frappant de la solidarité transnationale en faveur de la paix. Il y a aussi des implications et des enseignements qui se dégagent de cette étude de cas pour le domaine plus large du travail de construction de la paix mené par les ONG. Le modèle de Sal y Luz de construction de la paix apporte des avantages en termes de redevabilité et d’efficacité dans la construction de la paix. L’innovation clé de ce modèle est la manière dont LWR a réussi à aider son groupe constituant américain à comprendre et à participer à des activités de construction de la paix.

  • Cet article analyse les pratiques en matière de changement social de Minga Perú, une ONG de l’Amazonie péruvienne qui promeut l’égalité entre les sexes et la santé génésique au moyen d’émissions radio et d’interventions communautaires. Cette analyse, basée sur des méthodes de recherche participative, révèle une approche féministe et équitable sur le plan du genre, qui permet aux participants d’assumer le rôle de leaders au lieu de sujets passifs des recherches. De plus, ces méthodes de recherche participative ont contribué à autonomiser les personnes et leurs communautés respectives dans l’Amazonie péruvienne, encourageant ainsi le développement d’une dynamique de groupe et du leadership.

  • Le manque de fonds de roulement entrave la commercialisation collective des matériaux recyclables. L’exclusion sociale et les contraintes bureaucratiques empêchent les recycleurs d’accéder à des prêts bancaires officiels. Comme ils continuent de dépendre d’intermédiaires, le cycle de pauvreté, de dépendance et d’exclusion se voit perpétué. Cet article traite de la commercialisation collective et du fonds de microcrédit créé entre 30 groupes de recyclage dans la ville brésilienne de Sao Paolo. Un comité de huit femmes recycleuses gère ce fonds. Cet article contextualise les réflexions sur l’autonomisation et le développement communautaire en appliquant le cadre de l’économie sociale et solidaire. L’auteur suggère pour finir que les structures de gouvernance inclusive ont le potentiel de générer une justice et une durabilité accrues.

  • Cet article traite des défis éthiques qui se présentent aux anthropologues qui travaillent en tant qu’experts dans des compagnies minières et dans le secteur du tourisme et des autres solutions possibles qui sont conformes aux principes éthiques de leur discipline.

  • Un atelier a été organisé en février 2008 pour identifier le rôle des organisations de la société civile (OSC) dans l’ordre du jour de l’aide post-Déclaration de Paris, avant le Forum de haut niveau d’examen des progrès dans le sens de la réalisation de l’harmonisation de l’aide qui s’est tenu à Accra en septembre 2008. Cet article met en relief les nombreuses préoccupations concernant l’axe central des mécanismes plutôt que la finalité ou les impacts de l’aide, les manières dont les bailleurs de fonds imposent leurs propres ordres du jour et l’écart qui continue d’exister entre la rhétorique et la pratique sur des questions comme l’équité entre les hommes et les femmes et l’appropriation locale.

  • D’après l’expérience de la gestion des ressources adaptative et communautaire, l’intégration de la résilience dans les systèmes humains et écologiques constitue un moyen efficace de faire face aux changements environnementaux. Les phénomènes liés à El Niño sont de plus en plus signalés avant leur début. Nous soutenons qu’il est avantageux de prêter attention aux avertissements de dégâts potentiels et d’intervenir dans la société pour tenter d’éviter les impacts écologiques et sociaux extrêmes qui peuvent déclencher un stress sociopolitique et une souffrance humaine à grande échelle. L’épisode El Niño de 2004 dans la province insulaire de Bohol, aux Philippines, est donné comme un exemple d’intervention réussie.

  • Cette étude sur l’impact du commerce équitable se base sur de nouvelles données du terrain émanant de coopératives de producteurs de café et de bananes au Pérou et au Costa Rica, y compris une évaluation détaillée de ses effets en termes de bien-être social en comparant les agriculteurs du commerce équitable aux autres comme point de référence. L’attention porte principalement sur trois effets majeurs : (a) l’impact tangible direct sur les revenus, le bien-être et les moyens de subsistance des ménages ruraux ; (b) les effets indirects du commerce équitable sur l’amélioration de l’accès aux crédit, aux stocks de capitaux, aux investissements et aux attitudes face aux risques ; et (c) les implications institutionnelles du commerce équitable pour les organisations de paysans et les facteurs externes pour l’emploi local et régional, la négociation et les conditions des échanges commerciaux. Bien que les effets en termes de revenus directs nets restent plutôt modestes, on constate parmi les avantages importants la capitalisation des paysans et le renforcement de leurs organisations.

  • Les partenariats peuvent donner des résultats mais ils ne se développent pas avec facilité. Leurs membres doivent examiner leurs différences avant de pouvoir collaborer efficacement. Certaines agences se tournent vers l’intérieur, vers leurs propres priorités, et attendent de leurs partenaires qu’ils les suivent, ce qui entraîne un mélange de coopération et de concurrence. D’autres organisations se tournent vers l’extérieur et cherchent des partenaires qui peuvent contribuer à des résultats partagés. Elles se voient comme les autres les voient. Elles ne regardent pas en arrière pour vérifier que les autres suivent bien. Cette approche aboutit à un mélange de respect mutuel et de réciprocité, qui est tout aussi important pour le succès que des protocoles d’accord peaufinés.

  • Les effets de la législation contre-terroriste sur les organisations de la société civile (OSC) basées dans l’hémisphère Sud n’ont guère suscité d’attention dans les divers documents publiés. Cet article traite des conclusions d’une série d’ateliers de travail internationaux visant à examiner les effets de cette législation, qui se sont tenus au Liban, dans la République kirghize, en Inde, aux Pays-Bas, au Royaume-Uni et aux États-Unis. Les données présentées lors de ces ateliers suggèrent que la législation contre-terroriste mine le travail de la société civile de manières complexes et étroitement liées.

  • Bien qu’il existe une quasi-unanimité sur la nécessité de la participation, il n’y a pour le moment pas de consensus sur le type et le degré de participation à adopter dans les projets. Un élément qui n’a jamais fait de doute est le fait que les populations locales ne se sont pas vu attribuer la reconnaissance et le respect qui leur sont dus par la plupart des agences intervenantes, d’où l’échec de certains projets. Alors quels résultats obtient un projet qui cherche à aborder les questions de citoyenneté, de participation et de redevabilité en utilisant une variété de méthodologies participatives, en particulier dans le contexte d’une société multi-ethnique, multi-religieuse et politiquement complexe comme celle du Nigeria ? Cet article examine l’utilisation de ces méthodologies, en mettant en relief les questions qui se dégagent et les succès et les limites des conclusions pour les recherches futures. Aussi efficaces que les méthodes aient semblé être, il restait bien des questions et des problèmes irrésolus au-delà du mandat immédiat du projet, qui demandent une attention urgente pour que les communautés puissent aller vers un développement véritable et cesser d’afficher une agression parfois mal placée.

  • Cet article présente des arguments en faveur de l’utilisation de la communication participative dans les recherches. Il introduit la communication participative comme une approche menée par les citoyens de la création et de l’expression des connaissances ; au sein de la recherche, cela signifie d’une part que les chercheurs ne sont pas simplement chargés de générer des informations et de communiquer à leur sujet et, d’autre part, qu’ils n’agissent pas seuls. De ce point de vue, l’accent de la communication participative est mis sur la communication plutôt que sur l’obtention ou la production d’informations. Les méthodes participatives peuvent communiquer les conclusions de recherches de nouvelles manières et conférer profondeur et signification aux formulations des connaissances. Ces dernières peuvent facilement perdre leur sens lorsque les conclusions sont synthétisées ou communiquées par le biais de résultats conventionnels de recherches.

  • Malgré sa longue tradition dans différents pays, la « communication citoyenne pour les changements sociaux » est mal connue au sein des institutions universitaires et sociales espagnoles, de sorte qu’il y a peu de spécialistes qui savent comment aborder et entreprendre une planification approfondie de la communication pour le développement. Depuis les années 1990, il continue d’exister la nécessité croissante de renforcer une communication vraiment participative au sein de la société espagnole. Cet article décrit les principales raisons de cette ignorance répandue et offre une petite « cartographie » du terrain afin d’avancer dans le sens d’une pleine reconnaissance de ce secteur en Espagne.

  • Les mouvements sociaux suscitent un intérêt dans le milieu du développement depuis le milieu des années 1990 comme des expressions relativement indépendantes de la société civile qui mobilisent les personnes et leur permettent d’établir leurs propres priorités de développement et leur propre ordre du jour pour des questions aussi diverses que la privatisation de l’eau, les politiques commerciales néo-libérales, les droits des femmes et des peuples autochtones et l’accès au traitement antirétroviral contre le VIH. Dans le cas du VIH et du sida, l’initiative indépendante de la société civile a été essentielle pour mener des interventions réussies. Les mouvements sociaux de personnes séropositives et ayant le sida, d’hommes homosexuels, de femmes, de travailleurs sexuels et de personnes qui se piquent à l’héroïne et autres drogues ont développé des institutions et des interventions novatrices de lutte contre le VIH et le sida et se sont organisés contre la stigmatisation et la discrimination. En rassemblant les personnes et en menant un plaidoyer efficace, les mouvements sociaux ont amplifié les voix des personnes les plus gravement touchées par le VIH, leur permettant ainsi d’influer sur les gouvernements et les décideurs.

  • Parmi les processus qui mènent à la démocratisation, il a été affirmé que la radio alternative a un rôle central dans la transformation des pauvres en citoyens. Cependant, il est important d’analyser en détail les possibilités dont dispose une radio alternative ou citoyenne au moment de renforcer les idées de citoyenneté et de transformer l’espace public en public critique et délibératif dans les sites urbains. Cet article se concentre sur une station de radio catholique à Huaycan, un bidonville à la périphérie de Lima. Il décrit le travail de journalisme mené par la radio, en donnant des exemples de la manière dont elle mobilise des leaders locaux et assure le suivi des processus démocratiques, comme les élections municipales et le budget participatif de la ville. De plus, il montre comment le public utilise la radio pour exprimer ses revendications, Il identifie par ailleurs les facteurs qui empêchent la radio d’autonomiser pleinement le public et de transformer l’espace public en un espace plus critique et plus démocratique.

  • Cet article cherche à comprendre les restrictions que les acteurs médiatiques subissent dans leur travail quotidien à Acholiland, nord de l’Ouganda, et met en évidence les stratégies qu’ils adoptent pour maintenir un espace propice au dialogue et au débat. Deux études de cas révèlent qu’il est difficile de voir comment les acteurs médiatiques dans cet environnement en conflit peuvent jouer un rôle significatif au moment de demander des comptes au gouvernement au pouvoir et de promouvoir la construction de la paix lorsqu’ils se heurtent à des lois médiatiques répressives, à l’intimidation, au manque d’information et à un soutien faible de la part des responsables. Cet article lance un appel à des politiques qui viennent soutenir les luttes quotidiennes des acteurs médiatiques, comme l’adoption du Mécanisme africain d’évaluation par les pairs – un instrument utilisé pour l’auto-suivi par les pays participants du Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique. Ainsi, l’enquête s’éloigne des questions de censure pour se pencher plutôt sur ce qui peut être fait pour soutenir les luttes quotidiennes des acteurs médiatiques qui négocient sans cesse leur avancée dans un labyrinthe de restrictions.

  • Les médias communautaires apportent une contribution cruciale aux processus de développement, car ils jouent un rôle important dans la démocratisation, les luttes sociales et la sensibilisation. Mais ils se heurtent souvent à des difficultés sur les plans financier et juridique du fait des contraintes créées par les lois médiatiques nationales. Cet article met en évidence le lien entre la communication communautaire et le développement humain. Il fournit des suggestions à l’attention des défenseurs du développement et des communautés pour mener un travail de plaidoyer en faveur d’un environnement d’orientation qui soutienne les médias communautaires. Il réfléchit au processus d’octroi de licences et à la durabilité financière des projets. Pour démontrer la manière pratique dont les politiques médiatiques peuvent être remodelées afin satisfaire les besoins de la société civile, deux études de cas sont examinées : le Royaume-Uni, où l’organisme de contrôle des communications a lancé un processus de licence des radios communautaires et le Brésil, où des milliers de stations communautaires « illégales » subissent une répression, mais où l’organisme de contrôle a inauguré un processus de consultation avec les professionnels du secteur.

  • Les téléphones cellulaires portables ont déjà été très utilisés de par le monde dans le cadre de l’activisme, du développement social et économique et de nouvelles formes de culture et de communication. Malgré cette utilisation répandue des téléphones portables, ils continuent d’être un phénomène relativement peu théorisé et peu débattu dans les médias communautaires et citoyens. Cet article traite de la manière dont les téléphones portables ont été adoptés par les citoyens pour créer de nouvelles formes d’expression et de pouvoir. L’axe précis est l’utilisation des téléphones portables dans le développement communautaire, y compris le Grameenphone, l’agriculture et les marchés, la communauté diasporique des Philippines, les soins de santé liés au VIH/au sida et l’utilisation des téléphones portables dans le cadre de l’activisme et en tant que média à part entière. Les auteurs soutiennent que les téléphones portables forment une zone de contact entre les concepts traditionnels de médias communautaires et citoyens d’une part et les nouveaux mouvements de citoyenneté, démocratie, gouvernance et développement de l’autre.

  • Cet article utilise l’exemple d’une plate-forme mobile multimédias – un rickshaw motorisé à trois roues transformé – au Sri Lanka pour examiner la question de savoir si et comment les activités de création de contenu peuvent permettre aux communautés marginalisées d’avoir une voix. Il s’inspire de recherches sur les activités de création de contenu menées dans 15 endroits en Inde, en Indonésie, au Népal et au Sri Lanka. Les principales conclusions sont les suivantes : la nécessité d’accorder une attention au contexte lorsque l’on réfléchit à ce qui pourrait être approprié, pertinent et avantageux au niveau local en termes de création participative de contenu ; les avantages qui peuvent être tirés du fait d’aller à la rencontre, ce de manière créative, des groupes marginalisés et de les mobiliser, et d’encourager une diversité de voix ; l’utilité du contenu produit au niveau local pour la génération d’un débat local sur les questions locales ; et les avantages de l’encouragement de la participation à tous les stades de la création du contenu, de manière à ce que le contenu revête un sens au niveau local et puisse mener à un changement social positif.

  • La communication et son rôle dans le développement et le changement social sont encore mal compris et soutenus par les grands acteurs du développement, en dépit de décennies de pratiques et résultats positifs. Les écarts entre le discours et l’action, les méthodes d’évaluation dépassées, les délais serrés, la bureaucratie tatillonne et les rapports de pouvoir, conjugués à des modèles verticaux et dirigés par des entités externes et à la confusion entre l’information et la communication, empêchent tous les bailleurs de fonds du développement d’apporter un soutien aux initiatives de communication participatives, appartenant aux communautés et gérées par elles. Sur la base de décennies d’expérience et d’observation, quatre recommandations clés sont faites pour transformer la profession de la communication aussi bien au niveau de l’enseignement supérieur qu’au sein des agences donatrices et celles du développement.

  • Les médias et les communications citoyens sont encore mal compris dans le cadre des politiques générales et de la pratique du développement en vigueur – et sont susceptibles d’être mis en œuvre de manière simpliste parce que les processus sociaux, culturels et politiques qui les rendent transformatifs ne sont pas compris de manière cohérente. Dans le cadre de leur introduction aux articles de ce numéro confié à des rédacteurs invités, les auteurs constatent que les médias citoyens vont au-delà d’un effort en vue d’intégrer une diversité de voix dans une politique pluraliste : ils contribuent aux processus de construction sociale et culturelle, redéfinissant des normes et des relations de pouvoir qui excluent les personnes. La propriété et le contrôle de leurs propres médias au niveau local peuvent permettre aux personnes de remodeler les espaces dans lesquels elles peuvent faire entendre leurs voix.

  • Étant donné le caractère central de la communication pour la société, les questions de savoir qui « possède » les médias, qui parle au nom de qui et à quelles fins sont cruciales. La régression des médias « dominants », passés de leur rôle de « gardiens » des démocraties à celui d’entreprises commerciales aboutissant à une « reféodalisation de l’espace public » habermasienne est inquiétante. Les médias communautaires remobilisent les communautés sur la périphérie, ouvrant des occasions de changement social. La domination des acteurs classiques dans la gouvernance des médias, compliquée par des préoccupations de durabilité des entreprises de la base populaire, aboutit à une législation qui entrave la potentialité de l’accès et de la participation aux médias communautaires – comme le décrit cet article avec le cas de la lutte de la radio communautaire en Inde.

  • Les pratiques de communication de trois groupes anti-pauvreté des États-Unis, actifs dans la zone de la baie de San Francisco – Coalition on Homelessness, Poor News Network et Media Alliance – sont traitées ici ; leurs stratégies de communication donnent de bons résultats pour ce qui est de la reconnaissance des droits des personnes à faible revenu et sans abri et pour les politiques visant à mieux redistribuer les ressources économiques et de communication. Au lendemain des clôtures d’entreprises médiatiques dans le secteur public local et de la restructuration radicale des programmes d’assistance sociale, les stratégies de communication créatives et engagées de ces groupes confèrent des pouvoirs aux pauvres et soutiennent la construction d’arènes contre-publiques qui fonctionnent en interaction avec les arènes médiatiques dominantes et en tant qu’alternatives à ces dernières.

  • La radio peut contribuer à stimuler une meilleure gouvernance. Cependant, les organisations administrées par l’État dans l’hémisphère Sud sont en général mal préparées pour leur rôle de service public dans les nouvelles démocraties. Elles sont souvent mal financées par rapport à leurs nouvelles rivales commerciales et sont fréquemment encore soumises aux mêmes « règles du jeu » qui les régissaient avant l’ère démocratique. Les stations doivent en général rendre des comptes au gouvernement et pas à leur auditeurs et se chargent de promouvoir les intérêts et les ordres du jour de l’élite politique. Cet article se concentre sur les expériences du soutien apporté par le DFID à une émission de radio au nord du Nigeria dont le but était d’améliorer la communication et le débat entre le gouvernement et l’électorat. Les auteurs soutiennent qu’il y a des circonstances légitimes pour que les partenaires du développement prennent part à des médias contrôlés par l’État, surtout dans les zones rurales où les stations commerciales ne sont pas dotées des incitations financières pour mettre sur pied des stations et assurer une programmation qui soit pertinente pour les pauvres. Les auteurs examinent de façon critique les enseignements tirés du soutien apporté par le DFID et mettent en évidence des mesures qui pourraient être utiles à des initiatives similaires à l’avenir.

  • Cet article examine l’idée du développement en tant qu’auto-détermination dans le contexte de la politisation des affaires des peuples autochtones. L’auteur se penche sur les liens entre les études du développement, les mouvements sociaux autochtones et les pratiques médiatiques communautaires, et plus précisément sur ceux qui existent entre des vues précises du développement, de l’auto-détermination et de l’identité et la manière dont ces termes se concrétisent dans certaines pratiques de fabrication de médias (vidéo). Cet article résume deux études de cas de production médiatique autochtone dans un contexte transnational : le projet financé par l’UNESCO « Les technologies de l’information et de la communication pour le dialogue interculturel. Développer les capacités de communication des peuples autochtones » (ICT4ID), et l’émergence et consolidation de CLACPI, un réseau de producteurs médiatiques autochtones en Amérique latine.

  • Un processus d’apprentissage par l’action conjugué à l’Approche par les capabilités de M. Sen peut aider les agences de développement à formuler des interventions qui favorisent la liberté. Les auteurs montrent que la mise en pratique de cette approche a des implications importantes pour la façon dont le « développement » est entrepris en tant que projet idéologique. Elle peut aider à examiner et à mettre en cause ceux qui détiennent le pouvoir dans le développement – les gardiens.
  • Cette conclusion est le résultat d’un nouveau processus d’apprentissage par l’action qui a été initié en appliquant les principes de M. Sen à des entretiens dans le cadre de groupes de réflexion avec des femmes qui s’occupent de personnes touchées par le VIH et le sida. L’une des conclusions de ces groupes de réflexion a été que les participants ont apprécié ce processus parce qu’il leur a ouvert un espace pour influencer le travail des ONG chargées de la mise en œuvre. Essentiellement, ils pouvaient ainsi demander des comptes à l’agence chargée de la mise en œuvre. Une réflexion sur ce résultat par l’agence a abouti à des changements importants au niveau des processus qui appuient davantage la liberté.
  • Cet article présente les résultats d’une étude quantitative/qualitative sur la dynamique d’« apprentissage transformatif » et de « changement d’état d’esprit » parmi les représentants de communautés rurales qui prennent part au Programme de solidarité nationale (PSN) du gouvernement afghan, une initiative nationale et impulsée par les communautés visant à réhabiliter les infrastructures du pays. En s’inspirant de cadres pour l’« apprentissage transformatif », proposé par Mezirow (1990) et Freire (1993), et pour le « changement d’état d’esprit », proposé par Gardner (2004), les auteurs soutiennent que le PSN a catalysé l’apprentissage transformatif en matière de développement à travers (1) sa capacité de réaction aux besoins et intérêts exprimés par les participants au projet ; (2) l’engagement des représentants communautaires comme partenaires actifs du développement ; (3) la délégation de la responsabilité de la gestion du projet à tous les stades ; (4) la fourniture d’un espace social pour la réflexion et l’analyse critique ; (5) des occasions d’arriver à des résultats de projet significatifs, intéressants et rentables ; et (6) des fonctions de programme compatibles avec les réalités sociales et culturelles de l’Afghanistan rural.
  • Cet article examine l’impact de la professionnalisation des ONG sur le type de personnes qui travaillent en leur sein et les raisons pour lesquelles elle choisissent de le faire. Basé sur une enquête approfondie effectuée parmi les employés de 20 ONG de plaidoyer en Jordanie, il démontre l’impact différent de la professionalisation sur les femmes et les hommes. La majorité des employés d’ONG sont des femmes ayant un bon niveau d’éducation, souvent suivie dans des pays occidentaux, et qui travaillent au sein d’ONG principalement pour les perspectives professionnelles et parce qu’elles sont intéressées par les buts des ONG. À la différence de la documentation existante, cet article soutient que les considérations propres aux sexes, comme des heures de travail flexibles adaptées aux responsabilités familiales, jouent un rôle moindre au moment de déterminer les raisons pour lesquelles les femmes cherchent du travail au sein d’ONG et dans leur satisfaction professionnelle.
  • Cette étude de cas ethnographique aborde la question de savoir comment les femmes de la société patriarcale de Jopadhola, dans l’est de l’Ouganda, se rappellent trois décennies de guerre civile et de violence et comment elles ont survécu à la période ultérieure. Depuis la fin de la guerre, il n’y a pas eu beaucoup de changements pour ces femmes, qui sont toujours exposées à un éventail de violences fondées sur le sexe et qui continuent d’employer les mêmes tactiques qui, durant la guerre, leur ont permis de vivre, on ne sait comment, avec leur souffrance. Le Projet Mifumi, une ONG autochtone fondée par l’une des femmes dont l’histoire vécue a été enregistrée pour cet article, a commencé à apporter son assistance aux femmes de Jopadhola pour améliorer la qualité de leur vie actuelle. En reconstruisant leur capital humain et social, cette ONG crée aussi l’espace qui permet aux femmes de guérir leurs mémoires blessées par la guerre.
  • Cet article se penche sur l’expérience des services privatisés d’approvisionnement en eau et d’égouts en Turquie, en se concentrant sur le cas de trois villes qui ont opté pour la privatisation. Cet article débute par un examen de la gestion des services urbains d’approvisionnement en eau et d’égouts en Turquie et examine le développement des services d’eau et des politiques générales relatives à l’eau dans les institutions gouvernementales locales. La seconde section présente des études de cas de villes qui ont transféré la gestion, l’exploitation et l’entretien des services urbains relatifs à l’eau vers des compagnies privées.
  • Cet article met en relief les leçons tirés de travaux de recherche sur le terrain et des analyses associées, afin d’aborder trois aspects fondamentaux du développement qui sont souvent oubliés : la culture et la gouvernance, le développement inclusif et les approches basées sur le marché. Les trois cas abordent les questions de pauvreté et d’inégalité. De plus, le rôle crucial des institutions dans la gouvernance et le développement est lui aussi mis en relief. Enfin, en comblant le fossé qui sépare culture, économie et société à travers ces approches, des politiques et des programmes de développement meilleurs et plus efficaces peuvent être formulés et mis en œuvre.
  • Ceci est une étude de cas d’un projet de développement local intégré conjuguant des éléments d’agro-écologie, de commerce équitable et de financement à bas risque dans le cadre d’un partenariat entre une organisation de la base populaire et une organisation promotrice. Nous concluons que l’assurance est un élément clé de la transition de l’unité économique du ménage rural traditionnel vers une entreprise familiale. Nous réfléchissons à la nécessité de projets de développement et à leurs limites au moment de s’adapter à la complexité de la pauvreté structurelle. Le texte se conclut par une exhortation à valoriser l’expérimentation dans les pratiques de développement, en assurant la responsabilité éthique et en des termes qui puissent être diffusés à l’arène publique en général.
  • Cet article décrit une approche complète de la facilitation du transfert des recherches à la pratique. Il englobe trois questions principales de première importance : les activités doivent être perçues comme faisant partie d’une entreprise à long terme, et non comme des événements exceptionnels isolés ; il y a de nombreux publics qui peuvent utiliser les conclusions des recherches, ce de diverses manières ; et il y a de nombreux modes possibles de facilitation du processus.
  • Comprendre la variabilité locale selon le contexte et mobiliser la participation locale afin de définir les ordres du jour de développement sont des stratégies de développement acceptées par beaucoup. Il demeure, toutefois, des défis considérables concernant l’inclusion systématique et efficace des communautés et des ménages locaux. Le Projeto MAPLAN, un projet pilote lancé à Ceara, au Brésil, est un effort commun du secteur public et de la société civile conçu pour créer un processus de développement participatif qui intègre les variations contextuelles au niveau local. Dans le cadre de cet effort, l’utilisation du Système d’information géographique participatif (SIGP) stimule la participation des membres de la communauté à l’analyse de leurs besoins, buts et priorités. La visualisation de ces facteurs au travers de cartes simples à comprendre facilite la communication et contribue à un processus de planification démocratique et transparent, qui permet l’articuler les priorités locales sur le dispositif de planification au niveau de l’État. MAPLAN représente un élément du paradigme en évolution pour la planification du développement rural au sein de l’État et fournit les outils nécessaires à l’inclusion efficace de la voix des citoyens dans les politiques de développement
  • Le Tibet Poverty Alleviation Fund (TPAF) travaille dans la Région autonome du Tibet de la République populaire de Chine depuis 1998 en vue d’augmenter les revenus et les biens des Tibétains ruraux. Dès le départ, le TPAF a reconnu que les taux élevés de mortalité et de morbidité entravaient les efforts des Tibétains ruraux en vue d’améliorer leurs moyens d’existence. Les interventions précoces de formation de médecins et de sages-femmes au sein des municipalités n’ont pas pu être soutenus. En 2005, dans le cadre d’un partenariat avec les autorités sanitaires locales, le TPAF a lancé une stratégie de communication pour le changement des comportements (BCC – Behaviour Change Communication) afin de renforcer la capacité des villageois d’améliorer les pratiques de santé et d’hygiène et de faire des choix en connaissance de cause sur l’utilisation des services de santé primaire et préventive du gouvernement. Les résultats recueillis dans les comtés et les municipalités de trois préfectures sont préliminaires, mais mettent en évidence des changements significatifs au niveau des connaissances et des pratiques de santé et des liens de plus en plus robustes entre les besoins des villages et les services gouvernementaux. Parmi les étapes suivantes figureront le renforcement de la mise en œuvre et l’institutionnalisation du soutien du gouvernement pour l’extension et l’appui de cette approche.
  • Cet article examine les expériences de la mise en œuvre d’interventions d’autonomisation en Tanzanie. Les données se basent sur des visites de terrain auprès de programmes, de projets et d’organisations qui prennent part à la mise en œuvre d’interventions d’autonomisation dans diverses régions du pays. Ces visites ont englobé des entretiens avec des personnes clés, des sondages et des débats en groupes de réflexion avec les agriculteurs. L’étude met en relief les perceptions de l’autonomisation aux niveaux du personnel des projets et des professionnels/bénéficiaires, ainsi que les approches utilisées par divers organisations/projets dans la mise en œuvre des activités d’autonomisation. De plus, l’article traite des facteurs perçus comme entraînant l’autonomisation, ainsi que des conséquences de celle-ci.
  • Des montants énormes sont investis dans les technologies de l’information et de la communication (TIC) comme les téléphones mobiles et leurs infrastructures de télécommunication. Les agences de développement proposent une opinion conventionnelle sur le « climat » requis pour encourager ces investissements, notamment le fait que la bonne gouvernance et la sécurité sont nécessaires. Nous mettons en cause cette opinion conventionnelle, par le biais d’une étude des télécommunications mobiles dans trois États présentant une sécurité médiocre et occupant de très mauvaises positions selon les Indicateurs mondiaux de la gouvernance. Les données sont limitées, mais elles suggèrent que l’insécurité et la « mauvaise gouvernance » ne sont peut-être pas les entraves à l’investissement que l’on a tendance à supposer. De fait, il est possible, du moins pour ce type de technologie numérique, qu’elles encouragent même l’investissement.
  • Le 29 août 2008, le Comité du patrimoine mondial (CPM) de l’UNESCO et la Banque japonaise pour la coopération internationale (JBIC) ont co-organisé un séminaire d’un jour intitulé « World Heritage and Public Works: Development Cooperation for Poverty Alleviation », qui s’est tenu à l’Université des Nations Unies de Tokyo. Ce séminaire se concentrait sur le rôle des sites du patrimoine mondial dans le développement et la réduction de la pauvreté, en recherchant un équilibre entre des travaux publics qui soutiennent la vie communautaire et la préservation des biens du patrimoine mondial, ainsi que sur le rôle de la coopération pour le développement – en particulier les organisations de financement international – dans les projets culturels et de développement.
  • Cet article présente un compte rendu de la conférence organisée à l’occasion du 10ème anniversaire de l’Initiative de commerce éthique et attire l’attention sur l’ironie du fait que, juste au moment où des progrès sont réalisés sur la situation des travailleurs à domicile (qui sont parmi les travailleurs les moins protégés du monde), les deux organisations qui ont tant fait en termes de sensibilisation à ces questions risquent de devoir fermer leurs portes à cause du manque de financement.
  • In English only
  • Cet article examine l’évolution sémantique de l’expression « développement communautaire » (DC) durant la deuxième moitié du vingtième siècle. L’auteur soutient que l’expression DC a acquis différents sens, fondements théoriques et applications pratiques. Elle a commencé par se concentrer sur les sociétés traditionnelles jusqu’aux années 1960, puis sur les mouvements de revendication des droits sociaux et/ou civils jusqu’aux années 1980 et, enfin, sur la classe moyenne moderne à partir des années 90. L’idée maîtresse de l’argument est que ce concept n’est pas cohésif et unifié mais représente un répertoire de sens qui englobe de nombreuses nuances de DC qui ne sont pas forcément mutuellement compatibles, mais qui reflètent les pratiques politiques et sociales particulières des contextes dans lesquels elles se manifestent.
  • Depuis les années 1970, les préoccupations liées à l’équité entre les femmes et les hommes sont au premier plan des discussions et des analyses des interventions et de l’action des ONG. L’équité entre les femmes et les hommes, qui se définit comme l’égalité des droits à l’accès, aux occasions et à la participation entre les femmes et les hommes, a toujours constitué une caractéristique propre aux programmes de Gram Vikas, une ONG de premier plan qui opère dans l’État indien d’Orissa. Les efforts conscients en vue d’identifier et d’aborder ces questions ont commencé au milieu des années 80. Plusieurs initiatives particulières ont été lancées pour donner des chances égales aux femmes et aux hommes dans les communautés villageoises au sein desquelles Gram Vikas travaille et au sein même de l’organisation. Plusieurs de ces interventions se sont heurtées à des résistances et des défis et, bien que certaines d’entre elles aient réussi à s’imposer pour créer un impact durable, d’autres n’ont eu qu’un effet limité.
  • Dans cet article nous traitons du processus de transformation des partenariats d’un cadre conceptuel en un cadre pratique et opérationnel pour l’interaction au niveau du terrain entre organisations humanitaires. Nous abordons cette transformation depuis le point de vue des valeurs essentielles du concept de partenariat et de l’aptitude des travailleurs de terrain à adopter un comportement qui correspond bien à ces valeurs essentielles. Nous présentons les résultats d’une étude empirique sur les rapports entre le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) et des organisations non gouvernementales (ONG) dans un programme d’assistance aux réfugiés dans le nord de l’Ouganda. Nous relions la structure inter-organisationnelle au rôle des personnes capables de s’acquitter de la tâche consistant à faire fonctionner les partenariats. Nous en concluons que les structures et le contexte dans lesquels les personnes évoluent font qu’il leur est impossible d’« exprimer » les valeurs essentielles du partenariat. En identifiant les principaux défis de la création de partenariats opérationnels au niveau du terrain, nous proposons des enseignements pour les initiatives en cours et futures de mise en place de partenariats, comme par exemple la Plateforme humanitaire mondiale.
  • Cet article propose une analyse réfléchie sur divers problèmes rencontrés et enseignements acquis lors de la mise en œuvre d’un programme visant à améliorer la sécurité des moyens d’existence des pauvres urbains dans le Bangladesh rural. Cette étude se base sur la participation de l’auteur en tant que partenaire externe de recherche-action et sur une revue documentaire. Les enseignements clés pour le succès sont identifiés comme suit : (i) une compréhension claire par tous les membres du personnel des liens entre les activités du projet et les objectifs du projet, (ii) le renforcement des capacités du personnel en fonction de leurs besoins, (iii) la clarté sur le plan des critères de ciblage clairs et de la portée du programme, (iv) la possession, avant la mise en œuvre, de tous les plans de travail et lignes directrices de fonctionnement nécessaires et de la conception du S&É (suivi et évaluation), (v) veiller au « partenariat d’organisations » et non au « partenariat d’activités », (vi) veiller à la véritable participation des bénéficiaires à tous les aspects du projet, (vii) l’« autonomisation » du personnel et une « approche souple » des opérations s’avèrent plus gratifiantes, (viii) mener des réflexions régulières sur le progrès des projets et, enfin (ix) se montrer assez audacieux pour apporter les changements stratégiques nécessaires, même si cela suppose de s’éloigner des activités pré-établies et des calendriers hypothétiques indiqués dans les propositions de projets.
  • La diversité génétique des cultures et la pauvreté sont liées : en premier lieu, les paysans pauvres en ressources maintiennent souvent la diversité génétique et, en deuxième lieu, la diversité des cultures, lorsqu’elle est évaluée correctement par le marché, a le potentiel d’atténuer la pauvreté. Cet article examine cette supposition sur la base de trois études de cas de l’intersection entre le marché d’un côté et la pauvreté et la diversité du maïs de l’autre au Mexique. Ces cas suggèrent que le marché de gros du maïs ne donne guère de place aux cultivars traditionnels de maïs (variétés locales de maïs connues sous le nom de maïs « criollo »), dans la mesure où il ne récompense pas la variation qualitative du grain de maïs, mais présente plutôt des moyens d’encouragement qui font de la plantation de germoplasme de maïs « amélioré » le choix économique rationnel pour les petits agriculteurs. Parallèlement, les tentatives en vue d’ajouter de la valeur aux variétés de maïs locales par le biais de la différenciation sur le marché ont remporté un succès variable. Bien que les marchés différenciés aient le potentiel de contribuer à des modèles commerciaux rentables et à l’atténuation de la pauvreté, ces cas mettent en évidence les concessions qui ont lieu entre l’uniformité des produits, l’investissement de main-d’œuvre et de ressources et la conservation de la diversité génétique.
  • Cet article présente les résultats de recherches sur les impacts du microfinancement sur les rôles des femmes et des hommes, la mesure dans laquelle les facteurs socioculturels influent sur ces changements et la manière dont ces changements influent sur le bien-être des ménages ruraux de Bogoso, dans le district Wassa Ouest du Ghana. Les conclusions indiquent que le microfinancement a modifié le contrôle exercé par les hommes et les femmes sur les décisions et l’allocation des ressources, ce qui a eu un effet sur les responsabilités financières et l’éducation des enfants et a apporté une contribution considérable au bien-être des ménages. Cependant, l’échelle réduite des prêts a un effet limitatif. Cet article conclut que les facteurs socioculturels peuvent promouvoir ou entraver le bien-être au sein des ménages ruraux et que le microfinancement n’est pas en lui-même un outil suffisant pour promouvoir le bien-être des femmes et des ménages. Il est recommandé, si l’on veut améliorer le bien-être des populations rurales, que soient impérativement entrepris des efforts collaboratifs pour ce qui est de l’évaluation des besoins, du suivi et de l’évaluation finale des initiatives de microfinancement, sous le leadership du gouvernement.
  • Une variété d’interventions conçues pour atténuer l’impact croissant de l’épidémie du VIH et du sida sur la production agricole à petite échelle et sur la sécurité alimentaire sont actuellement mises en œuvre en Afrique sub-saharienne. Cependant, la documentation et la diffusion de ces interventions sont limitées et incomplètes. En se basant sur les expériences émanant du terrain, cet article cherche à aller au-delà de l’enregistrement des impacts du VIH et du sida sur les moyens d’existence en milieu rural, pour examiner plutôt les politiques et programmes existants d’atténuation, identifier les défis à relever dans le cadre des efforts d’atténuation et fournir des suggestions pour les stratégies d’atténuation et les priorités de politiques générales à l’avenir. Les expériences citées dans cet article sont principalement tirées des régions les plus gravement touchées de l’Afrique australe et orientale, mais elles donnent des enseignements utiles pour les communautés rurales affectées par le sida dans d’autres contextes. La principale conclusion est que, comme les initiatives actuelles sont en grande mesure ad hoc et localisées, il existe un besoin de documentation, de diffusion et de transposition d’échelle des interventions existantes, ainsi qu’un besoin de cohérence et de coordination accrues dans les politiques et les programmes afin d’en élargir la portée et de tirer le meilleur parti possible des ressources limitées.
  • L’accord de libre-échange entre la République dominicaine et l’Amérique centrale et les États-Unis : quelques préoccupations
  • Il est essentiel de chiffrer correctement le prix des biens environnementaux en vue de la gestion durable des ressources naturelles. Or, il n’est pas facile de donner une valeur aux ressources naturelles car le problème de l’excludabilité fait qu’il est difficile de protéger les ressources naturelles d’une utilisation non rémunérée et d’exercer des droits fonciers sur elles. Cet article traite des résultats positifs et des limites des politiques actuelles en matière de ressources naturelles du point de vue de l’efficacité et de l’équité. Les auteurs soutiennent qu’un fonds en fidéicommis qui fonctionne par le biais de transactions basées sur le marché constitue une approche prometteuse pour contribuer à atteindre simultanément les buts d’efficacité, de durabilité et de réduction de la pauvreté, pourvu que les droits fonciers relatifs aux ressources environnementales soient distribués de manière juste entre les générations actuelles, ainsi qu’entre les générations présentes et futures.
  • Au cours des quelques dernières années, la manière d’appréhender tant la pauvreté que les façons dont les personnes se sortent de la pauvreté ou bien sombrent dedans a acquis un caractère plus « holistique », ce qui devrait améliorer les capacités des analystes de politiques générales et des autres entités qui s’efforcent de réduire la pauvreté, mais rend aussi l’analyse plus complexe. Cet article décrit un schéma simple qui intègre des manières dynamiques, multidimensionnelles et à niveaux multiples de comprendre la pauvreté, les moyens d’existence des pauvres et les rôles en mutation des systèmes agricoles. Cet article suggère trois types généraux de stratégies suivies par les pauvres : « tenir bon », « progresser » et « sortir victorieux ». Ce schéma simple reconnaît expressément les aspirations dynamiques des pauvres, la diversité qui existe parmi eux et la diversification des moyens d’existence. Il rassemble par ailleurs les aspirations des personnes pauvres et les questions plus larges sectorielles, intersectorielles et macro-économiques relatives aux politiques nécessaires pour faire de ces aspirations une réalité.
  • Le développement d’un système cadastral pour la République du Guatemala était l’une des priorités de l’Accord de paix de 1997 qui a mis fin à 30 années de guerre civile. Bien que le caractère incertain de la propriété foncière et des titres de propriété constitue une question controversée, le développement d’un cadastre national, la distribution équitable des terres et le bail foncier sont considérés comme essentiels pour maintenir la paix au Guatemala. Cet article traite des barrières les plus significatives qui entravent le développement d’un système d’information national sur les terres qui servirait à soutenir la réforme cadastrale. Les résultats d’entretiens menés avec des agences gouvernementales indiquent que, bien que les améliorations techniques soient faciles à mettre en œuvre, les facteurs sociaux associés à l’interaction entre les ONG et le gouvernement, à la diffusion de politiques gouvernementales équitables concernant les droits fonciers et aux coûts du processus d’enregistrement des terres entravent sérieusement la réalisation du processus cadastral. Ces conclusions sont discutées à la lumière des politiques internationales relatives à l’aide et au développement.
  • Cet article traite de la situation des bidonvilles de Dhaka par rapport aux mécanismes et aux priorités du gouvernement et des ONG concernant le développement et l’amélioration des conditions de vie dans les bidonvilles. Il se conclut par des suggestions précises pour une meilleure gestion des bidonvilles.
  • In English only
  • Les auteurs de cet article mettent en cause les termes selon lesquels les agences donatrices évaluent le succès du développement, en s’inspirant d’un cas particulier pour défendre leurs arguments. Ils décrivent la réinstallation de 60.000 personnes qui squattérisaient les zones situées le long des voies ferrées de Bombay, processus planifié et mis en œuvre par une fédération des squatters eux-mêmes, avec le soutien de l’ONG SPARC. Cet article soutient que cette initiative, qui satisfaisait aux critères des bailleurs de fonds pour un projet réussi, n’était que le sommet de l’iceberg. À moins de bien comprendre les années d’apprentissage et d’innovation qui l’ont précédée et les principes et relations développés au fil de nombreuses années, il est impossible d’évaluer ou de comprendre – et encore moins de reproduire – cette réussite. Or, dans le monde des évaluations préalables et finales formelles, il tend à y avoir un manque d’intérêt concernant l’apprentissage plus approfondi relatif aux changements sociaux qui rendent possibles les réussites comme celle-là.
  • Dans l’ensemble du district de Gaya, au Bihar, indépendamment de la caste ou de la situation économique d’une personne, l’irrigation est le principal sujet de préoccupation dans les plates-formes publiques ou les conversations privées. À défaut d’une action gouvernementale adéquate, différentes sortes d’initiatives communautaires surgissent pour répondre à ce besoin, certaines soutenues par des mouvements politiques radicaux, d’autres par des organisations religieuses et d’autres encore par des notables locaux.
  • La réhabilitation communautaire (RC) a été adoptée dans de nombreux pays pour aider les personnes handicapées. Cet article analyse les interactions entre la RC et l’auto-aliénation des femmes handicapées physiques de leurs communautés respectives. Des entretiens approfondis menés avec 40 femmes présentant des handicaps physiques dans le nord de la Thaïlande ont abouti à la conclusion que la RC n’était guère en mesure de permettre aux femmes handicapées de réaliser leur sens du soi au sein de leur communauté parce qu’en soi la RC n’était pas en mesure de modifier la fausse impression du handicap au sein de la communauté. L’auto-aliénation des femmes handicapées par rapport à leur communauté, malgré leur participation aux programmes de RC, persistait parce que la RC dépendait considérablement de pratiques médicales et ignorait le genre comme important facteur contribuant. De plus, les travailleurs de terrain de RC ne parvenaient manifestement pas à appréhender l’ampleur des modèles sociaux dans la réhabilitation des personnes handicapées.
  • Cet article analyse en détail l’impact et l’efficacité des projets d’éducation par les pairs mis en œuvre au Cambodge dans le cadre de la Reproductive Health Initiative for Asia (RHI – Initiative de santé génésique pour l’Asie), en vue de fournir des enseignements importants pour la conception et la mise en œuvre de ces interventions et de contribuer au développement des meilleures pratiques. Dans le cadre de la RHI, qui a été le premier programme du Cambodge conçu spécialement pour aborder les besoins de santé sexuelle et génésique des jeunes, l’éducation par les pairs a été mise en œuvre comme s’il s’agissait d’une méthode directement transférable, plutôt qu’un processus devant être ancré dans des contextes sociaux et politiques précis. Par conséquent, des concepts propres à l’éducation par les pairs comme l’autonomisation et la participation se sont heurtés aux traditions hiérarchiques et aux rapports de pouvoir locaux concernant le genre et la pauvreté, les éducateurs pairs ont été formés de manière à transmettre des messages élaborés par des adultes et les interventions n’ont pas été conçues de manière à refléter la dynamique sociale des groupes de pairs parmi les jeunes.
  • Aider les communautés marginalisées et faire en sorte qu’elles s’investissent continuent de constituer un défi important pour les gouvernements des pays en développement, car de nombreuses stratégies nationales de développement tendent en pratique à marginaliser encore plus les communautés chroniquement pauvres. Les stratégies d’aide au développement, y compris les initiatives de réduction de la pauvreté, se sont principalement concentrées sur le développement économique et, en conséquence, ont contribué à l’érosion de la base de biens de ces communautés et en particulier leur accès aux ressources naturelles. S’ils mettent en question l’impact des arrangements de l’aide sur les communautés les plus pauvres et les plus vulnérables de la société, les auteurs de cet article reconnaissent toutefois que les arrangements actuels d’aide, comme les stratégies nationales de réduction de la pauvreté, ont créé un environnement dans lequel la pauvreté chronique peut être abordée par les gouvernements nationaux et d’autres parties prenantes. Les auteurs mettent en relief la nécessité de faire preuve d’une sensibilité accrue dans les processus de planification et de gestion des stratégies nationales de développement qui cherchent à réduire la pauvreté, ainsi que la nécessité d’un engagement en faveur d’arrangements institutionnels qui englobent les groupes marginalisés dans l’économie politique du pays.
  • La Banque mondiale et le FMI ont proposé le cadre des Documents de stratégie pour la réduction de la pauvreté (DSRP) pour tous les pays pauvres comme condition pour pouvoir bénéficier d’une réduction inconditionnelle de la dette dans le cadre de l’initiative des PPTE (Pays pauvres très endettés). Les DSRP constitueront également le véhicule clé pour la Banque mondiale et le FMI et d’autres bailleurs de fonds pour ce qui est de divers plans d’assistance, y compris les prêts. À l’instar de ses prédécesseurs, le cadre des DSRP met aussi en avant les idées de “participation” et de “contrôle”. L’auteur de cet article soutient qu’un cadre aussi ambitieux ne peut pas appartenir uniquement aux pays pauvres ou à leur population si cette idée est purement le produit des groupes de réflexion de la Banque mondiale et du FMI. Il traite de la participation à l’élaboration du DSRP du Bangladesh et soutient que ni la participation ni l’appartenance n’étaient l’objectif lors de la préparation d’une stratégie nationale de réduction de la pauvreté, mais qu’elles constituaient un élément nécessaire d’un document requis pour poursuivre les relations de dette et de prêts avec la Banque mondiale et le FMI.
  • Cet article examine la prestation inadéquate de services sociaux par les autorités gouvernementales des villes du Nigeria et identifie trois problèmes : le manque de transparence et de redevabilité dans la gouvernance, la sous-qualification du personnel et de l’administration et la relation ténue (une dichotomie “nous” contre “eux”) entre les résidents urbains et les instances gouvernementales locales. On ne peut plus soutenir que le manque de fonds constitue la contrainte clé.
  • La bonne gouvernance est essentielle pour soutenir la transformation économique dans les pays en développement, Cependant, ce qu’il manque à de nombreux pays en développement pour obtenir et soutenir un climat de bonne gouvernance, ce n’est pas la volonté, mais la capacité nécessaire pour y parvenir. Cet article traite, du point de vue du terrain d’un praticien, des objectifs, principes et domaines clés fondamentaux qui doivent être abordés pour développer la capacité de bonne gouvernance. Ces cadres commencent maintenant à être reconnus tandis que les gouvernements ainsi que les bailleurs de fonds institutionnels s’efforcent de tirer parti de la demande actuelle et des occasions d’aborder les déficits de gouvernance. Lorsqu’ils tentent de développer les capacités en vue d’une bonne gouvernance, les pays en développement doivent veiller à ce que ces initiatives soient entièrement conçues de manière à être liées au changement et à la transformation aux niveaux individuel, institutionnel et sociétal simultanément et de manière à ce qu’elles appartiennent au niveau local, lequel doit également les contrôler.
  • La migration en Inde, y compris dans les États du Rajasthan et de l’Orissa, est en grande mesure motivée par la détresse. Dans le passé, les questions relatives au genre ont été ignorées car la migration était souvent considérée comme un mouvement principalement masculin, les femmes constituant soit un élément résiduel du processus, soit un groupe de personnes à charge qui suivaient les chefs de famille. La migration se produit à présent dans un monde marqué par une croyance plus profonde dans l’importance de l’égalité des chances à travers les divisions sociopolitiques. Cet article souligne la nécessité d’analyser la migration par le biais des expériences différentielles des femmes et des hommes dans le contexte d’un monde très marqué par les questions de genre.
  • Une approche de l’établissement d’une prestation améliorée par des entités privées de services de vulgarisation pour de petits producteurs horticoles au Kenya a été mise au point entre avril 2003 et décembre 2005 par l’International Centre of Insect Physiology and Ecology and Natural Resources Institute du Royaume-Uni, en collaboration avec EurepGAP FoodPLUS GmbH et la House of Quality-South Africa, des ONG internationales, des compagnies d’exportation et des groupes d’exploitants prenant part à des partenariats de type “outgrowers” (avec des compagnies privées). Cette approche se concentrait sur les bonnes pratiques agricoles, l’innocuité des aliments, les règlements de l’UE sur les limites maximales de résidus de pesticides et la norme EurepGAP. Cette approche n’est pas un plan directeur, mais les enseignements qui s’en sont dégagés sont applicables à des systèmes similaires de production par de petits producteurs dans d’autres pays africains.
  • Tant les cercles où s’élaborent les politiques générales de haut niveau que les organisations de la base populaire sont confrontés à un défi similaire : comment travailler avec d’autres groupes pour élaborer des partenariats plus solides et parvenir à un consensus sur les buts ? Cet article décrit la Net-Map Toolbox, un nouvel outil qui se fonde sur des approches existantes de réseautage social et entreprend de les développer. Cet article met en relief l’expérience de l’utilisation de cette “boîte à outils” avec le White Volta Basin Board au Ghana, un organisme englobant plusieurs parties prenantes et chargé de superviser les ressources locales en eau. La discussion englobe la manière dont la Net-Map Toolbox peut aider les membres d’organisations axées sur le développement à mieux se comprendre et à mieux agir les unes sur les autres dans des situations où les nombreux acteurs différents peuvent influencer le résultat.
  • Reconnaissant que la position des chercheurs pourrait avoir un important impact sur la qualité et/ou l’interprétation des conclusions des études de développement, une petite enquête a été menée pour examiner les positions et les rôles des chercheurs. Il s’agissait d’un élément secondaire d’une étude de plus grande envergure sur le développement de la santé qui cherchait à examiner la base des données pour la formulation et la mise en œuvre des politiques en matière de santé mentale et psychosociale dans deux pays affectés par des conflits et disposant de peu de moyens. Cinq des chercheurs de l’équipe ont été interrogés par un sixième membre dans un format d’entretien ouvert et semi-structuré, puis les données ont été analysées par thème. L’enseignement principal pour l’équipe, avec des implications plus larges pour les autres acteurs de la recherche et la pratique du secteur du développement, est le fait que si l’objectif consiste à produire des conclusions crédibles par les études de cette nature, il est important de faire preuve d’un degré élevé de transparence concernant le rôle et la position de chaque chercheur et de se montrer expressément réfléchi par rapport aux défis associés.
  • In English only
  • La coopération entre les chercheurs de l’hémisphère Nord et ceux de l’hémisphère Sud est essentielle pour la production de nouvelles connaissances visant à influencer les pratiques de développement. Or, le processus selon lequel sont établis les ordres du jour constitue un gigantesque obstacle dans de nombreux partenariats de recherche en matière de développement. La première section de cet article examine la manière dont les stratégies des bailleurs de fonds bilatéraux affectent les processus collaboratifs d’établissement des ordres du jour. La deuxième section traite des motivations des chercheurs au moment de s’engager dans des partenariats Nord-Sud, des obstacles auxquels se heurtent les chercheurs du Sud dans le cadre des processus d’établissement des ordres du jour et des stratégies qu’ils mettent en oeuvre pour veiller à ce que les partenariats de recherche répondent à leurs préoccupations. Cette analyse suggère que, bien que ce soient les organisations robustes de recherche du Sud qui soient les mieux placées pour maximiser les avantages de la collaboration, tant les bailleurs de fonds que les chercheurs feraient bien de reconnaître les limites de cette approche et de l’utiliser avec prudence, car les partenariats Nord-Sud ne constituent pas forcément la meilleure manière de donner suite aux ordres du jour de recherche fondés sur les priorités des pays du Sud.
  • La recherche dans le secteur du développement a réagi à un certain nombre de changements au cours des quelques dernières décennies. Par exemple, lorsque la recherche traditionnelle a été accusée d’être directive, la réponse a pris la forme de la recherche participative, reliant les “récepteurs” aux “générateurs” de la recherche. Lorsqu’il a été reconnu que les processus participatifs ne donnaient lieu qu’à des résultats limités, l’ordre du jour impulsé par la demande est né. Maintenant que la recherche a été accusée de ne pas donner les résultats escomptés, c’est le modèle “connecté”, qui relie la recherche au secteur privé, qui est devenu populaire. Cependant, en utilisant des exemples issus de la recherche dans le secteur de la santé animale, cet article montre que toutes les approches mentionnées dans ce qui précède comportent des contraintes importantes au moment de générer des résultats permettant d’aborder les problèmes à dimensions multiples qui affectent les pauvres. Cet article décrit dans ses grands traits une nouvelle approche de la recherche, le “modèle de la mosaïque”. En combinant différentes formes de savoir, et en se concentrant sur les lacunes en présence, ce modèle vise à jeter un pont entre les conclusions fondamentales et appliquées afin d’améliorer l’efficacité et la valeur des recherches passées, en cours et à venir. Médiateurs ou partenaires
  • “Partenariat” est devenu un mot clé dans le jargon du développement international. Cet article présente les résultats de recherches sur les manières dont les travailleurs d’ONG cambodgiennes et philippines voient leurs relations avec les bailleurs de fonds. Les praticiens ont en général exprimé le point de vue suivant : leurs relations avec les bailleurs de fonds ne correspondent pas à la rhétorique de partage des pouvoirs et de collaboration qui accompagne souvent les discussions concernant les partenariats, ce qui confirme de manière générale les écrits négatifs sur les partenariats. Malgré cela, les praticiens se sont dits désireux de poursuivre les relations collaboratives avec les organisations du Nord, mais dans l’idéal en se concentrant davantage sur le contexte local et sur les relations personnelles. Les praticiens sont d’avis qu’une partie importante de leur rôle consiste en une action de médiation du développement afin de le rendre plus pertinent et plus à même de satisfaire les besoins.
  • En adoptant comme point de départ une analyse de l’injustice sociale et environnementale, l’auteur soutient que le concept de racisme environnemental fait partie intégrante du modèle hégémonique du développement capitaliste. Elle révèle comment les méga-conglomérats financiers, avec l’aide des médias, exploitent ces préjugés et met en relief l’importance du racisme environnemental dans la lutte en vue de surmonter les inégalités, de valoriser l’importance de la diversité et d’établir la pleine citoyenneté pour tous.
  • L’auteur de cet article soutient que la pratique de l’atténuation de la pauvreté est gravement limitée par une vision de la pauvreté qui ne prend en compte ni les causes propres au contexte local des barrières qui entravent le bien-être humain ni les solutions à ces barrières. Cette vision problématique de la pauvreté prend une forme réelle dans des éléments comme les Documents de stratégie pour la réduction de la pauvreté et constitue une raison clé qui explique que ces initiatives-là – entre autres initiatives contemporaines – d’atténuation de la pauvreté ne donnent pas de résultats considérablement meilleurs que ceux obtenus au moyen d’efforts antérieurs. Toutefois, en recadrant notre compréhension des défis pour le bien-être humain de manière à passer de la pauvreté aux “pauvretés”, nous pourrions envisager une nouvelle approche de l’élaboration des politiques générales concernant la pauvreté qui nous mène vers un développement vraiment durable.
  • Les droits de l’homme se confrontent actuellement à un paradoxe : la coexistence de défis profonds dans un territoire familier (les libertés civiles) et de l’expansion dans de nouveaux domaines. Les approches basées sur les droits (ABD) font partie de ce courant expansionniste. L’auteur de cet article soutient qu’il est possible de revendiquer quatre sortes de valeur ajoutée. En premier lieu, la valeur ajoutée peut être recherchée au travers d’utilisations directes, indirectes et stratégiques de la loi. En deuxième lieu, en recentrant l’État et en (re)posant la question de son rôle approprié dans le développement (prestations, supervision) et en établissant un dialogue stratégique avec l’État, on ajoute également de la valeur. En troisième lieu, les ABD ajoutent de la valeur en demandant des comptes à l’État, en renforçant les capacités des titulaires de droits et des détenteurs de devoirs, et en encourageant une nouvelle sorte d’appropriation des droits de l’homme parmi les ONG. En quatrième lieu, cet article examine les affirmations selon lesquelles les ABD re-politisent le développement, en le redéfinissant comme un processus basé sur des droits et non la bienfaisance, en se réappropriant ou en re-politisant les termes clés (relatifs au processus) du développement, en abordant les causes fondamentales et structurelles, et non les symptômes, de la pauvreté et du conflit et en disant la vérité aux pouvoirs en place. Toutefois, ces contributions ne sont pas toutes propres aux ABD et, quoi qu’il en soit, il reste à voir si les ABD donneront lieu aux résultats escomptés.
  • Le comportement des ONG internationales (ONGI) continue d’entraver l’efficacité de l’aide. Les raisons de cet état de fait sont identifiées. Six prescriptions sont proposées qui, si elles étaient adoptées par les ONGI, réduiraient les effets négatifs qu’elles causent.
  • Au cours des 10 à 15 dernières années, on a assisté à une expansion de l’intérêt suscité par le sujet des Études du développement (ED). Il y a à présent des formations beaucoup plus nombreuses portant sur les ED et les fonds de recherche dans ce domaine sont en plein essor. Cependant, au cours de la même période, les ED ont fait l’objet de critiques soutenues concernant leur nature essentielle, ce qui nous a incités à poser les questions suivantes : en quoi consistent les Études du développement ? Et en quoi pourraient-elles ou devraient-elles consister ?
  • Ce bref article met en relief certaines des principales contributions apportées par l’ONU à la réflexion et à la pratique dans le domaine du développement entre 1945 et 2000. Le terme “développement” est employé ici de manière générale pour désigner non seulement les augmentations de la croissance économique et des revenus par tête et les changements structurels, mais aussi les progrès réalisés sur les plans de la promotion des droits de l’homme, de la réduction de la pauvreté, de la création d’emplois, de la distribution plus juste des avantages de la croissance, de la participation à la prise de décisions à différents niveaux, de l’égalité entre les hommes et les femmes, du développement et du bien-être des enfants et de la justice sociale et de la protection de l’environnement. Il y a tout d’abord une discussion sur les valeurs qui ont étayé les travaux des Nations Unies dans le domaine du développement. Vient ensuite un résumé de certaines des contributions clés apportées par le système onusien à la réflexion sur les questions de développement. L’article se conclut par quelques observations sur les manières dont ces contributions ont été apportées et sur les points forts et les points faibles du système au moment de générer des idées et des actions dans le domaine du développement.
  • La qualité des travaux des ONG dépend énormément de la qualité de la réflexion et de l’analyse critiques de la pauvreté à tous les niveaux de leur personnel. La qualité des travaux menés sur le terrain – aux niveaux des partenaires et des communautés – dépend tout particulièrement de la compréhension des processus de développement et de compétences robustes de facilitation, deux aspects qui eux-mêmes dépendent de niveaux solides de réflexion critique. Bien que presque tout le monde possède naturellement ces compétences, l’apprentissage par coeur pratiqué par les systèmes d’éducation et les structures de pouvoir patriarcales et directives en minent souvent le développement. Cet article suggère quelques manières pratiques pour les agences de développement de développer une réflexion analytique robuste et des compétences solides de facilitation parmi les membres de leur personnel. Bien que cet article soit principalement destiné aux membres du personnel de la “ligne de front”, il sous-entend que ces mécanismes sont requis à tous les niveaux si l’on veut que les organisations développent leurs propres capacités
  • Les vastes ressources naturelles forestières de l’Inde, y compris les produits forestiers non ligneux (PFNL) comme les plantes médicinales et aromatiques, les animaux et les produits animaux, les bambous, les cannes et les minéraux, fournissent des emplois qui représentent jusqu’à la moitié des revenus d’environ 25 pour cent de la population active rurale du pays. Cependant, les pratiques médiocres de collecte et la surexploitation causée par la demande croissante du marché menacent la durabilité de ces ressources et par conséquent les moyens de subsistance des communautés tribales qui dépendent de la forêt. Cet article analyse l’état des PFNL et les initiatives récentes conçues pour améliorer leur conservation et leur gestion durable, et recommande des politiques générales pour optimiser le potentiel des PFNL, tant pour soutenir les moyens de subsistance locaux que pour contribuer au bien-être social, économique et environnemental de l’Inde.
  • Une grande quantité de recherches et de discours ont porté sur les impacts de la libéralisation des échanges commerciaux internationaux au niveau des pays, mais on n’en sait guère sur ses impacts sociaux et environnementaux au niveau local. Comme les moyennes nationales peuvent masquer l’existence de gagnants et de perdants, les études au niveau national peuvent ne pas aiguiller correctement les efforts en vue d’aborder la situation des pauvres en milieu rural et l’environnement, thèmes centraux de l’ordre du jour du mouvement social et pour la conservation. Cet article compare le débat sur la libéralisation des échanges commerciaux internationaux aux conclusions d’études de cas locales en milieu rural réalisées dans sept pays, coordonnées par le WWF et la Banque mondiale de 2004 à 2006, et traite des actions que le mouvement social et pour la conservation pourrait entreprendre afin d’améliorer la discussion sur la libéralisation des échanges, l’atténuation de la pauvreté et la conservation environnementale, ainsi que la pratique dans ces domaines.
  • In English only
  • pp 658-669
  • Cette étude de cas du district de Búzi, au Mozambique, a examiné la question de savoir si l’égalité entre les sexes, en termes de participation des hommes et des femmes aux groupes, aboutit à l’équité entre les sexes dans le partage des avantages découlant du capital social créé grâce au groupe. En examinant la connexion complexe entre le genre, les groupes et le capital social, nous avons constaté que l’équité entre les sexes n’est pas forcément obtenue en garantissant aux hommes et aux femmes des droits égaux au moyen d’arrêtés municipaux établis, ni en traitant avec le groupe comme une entité collective. Bien qu’il n’y ait pas de différences significatives dans les schémas d’investissement des hommes et des femmes en termes de participation aux activités de groupes et de contribution aux travaux communautaires, l’accès aux positions de leadership et les avantages découlant du capital social étaient distribués de manière inégale. Par rapport aux hommes, les femmes avaient du mal à transformer des relations sociales en un accès amélioré à l’information, en accès aux marchés ou en aide en cas de besoin. pp 650-657
  • Les projets du Centre international pour l’amélioration du blé et du maïs (CIMMYT) sur les technologies de conservation des nouvelles ressources (TCR) dans les plaines indo-gangétiques du Népal visaient à renforcer l’équité de l’accès, la réduction de la pauvreté et l’orientation sur le genre des processus de mécanisation actuels en milieu rural – et plus précisément à promouvoir la conservation des ressources basée sur les machines et les technologies visant à réduire le travail pénible parmi les petits agriculteurs. Ces projets, conjointement à d’autres projets et acteurs, ont donné lieu à un projet informel “de coalition” qui utilisait des approches de développement des technologies participatives (DTP), et où les agriculteurs, les ingénieurs, les scientifiques et d’autres partenaires œuvraient pour l’accès équitable à de nouvelles TCR. Cette expérience a montré que les projets de DTP doivent être souples et utiliser des approches d’apprentissage et de changement. Mais que faire une fois que l’adoption a lieu et porte ses fruits ? Ces projets doivent veiller à ce que tout le monde en profite en termes d’inclusion et d’équité sociales ; pour ce faire, il faudra peut-être entreprendre de nouveaux travaux imprévus. pp 643-649
  • Les évaluations faisant intervenir les parties prenantes englobent la participation collaborative, l’évaluation du développement et l’évaluation de l’autonomisation – qui se distinguent par le degré et la profondeur de la participation au processus d’évaluation des parties prenantes ou des participants au programme. Dans le cadre du processus de suivi et d’évaluation communautaires participatifs (S&EP) les communautés conviennent des objectifs de programme et développent des indicateurs locaux permettant de suivre et d’évaluer les changements. Le S&EP n’est pas dénué de limites, notamment le fait que les indicateurs communautaires sont extrêmement précis et localisés, ce qui limite l’application large d’indicateurs communautaires communs pour l’évaluation de programmes qui englobent plusieurs espaces sociaux et géographiques. Nous avons mis au point des indicateurs communautaires avec six communautés agricoles au Malawi afin d’évaluer un projet de développement communautaire. Pour appliquer les indicateurs aux six communautés, nous les avons rassemblés et avons employé une échelle et des notations de Likert pour évaluer la perception des communautés de la mesure dans laquelle le projet avait atteint ses objectifs. Nous avons analysé les données en utilisant une comparaison des moyens afin de comparer les indicateurs entre les communautés et les sexes. pp 633-642
  • La pauvreté rurale est déjà endémique dans la région andine et les programmes d’ajustement structurel ont abouti au démembrement des services de recherche et de vulgarisation agricoles de telle sorte qu’ils ne sont pas en mesure de pourvoir aux besoins des petits agriculteurs. L’ONG Practical Action travaille dans les Andes pour tenter de satisfaire les besoins vétérinaires et agricoles des paysans. Ce travail a englobé la formation d’agents de vulgarisation entre agriculteurs, connus localement sous le nom de kamayoqs. Les kamayoqs ont encouragé la recherche participative parmi les agriculteurs. Les agriculteurs locaux les rémunèrent, en argent ou en nature, pour leurs services vétérinaires et leurs conseils agricoles. Le modèle des kamayoqs est essentiellement une approche non subventionnée de la prestation de services techniques appropriés et de l’encouragement de la participation des agriculteurs. Ce modèle illustre en outre que, dans le contexte de l’encouragement de la participation et de l’innovation parmi les agriculteurs, les ONG ont des avantages par rapport aux organisations de recherche du fait de leur présence à long terme, de leur aptitude à établir une relation de confiance avec les agriculteurs locaux et de l’accent qu’elles portent sur les processus sociaux et communautaires. pp 627-632
  • PETRRA était un projet de recherche-gestion agricole qui a employé une approche basée sur les valeurs dans la conception, la planification et la mise en œuvre des projets. Au moyen d’un processus d’apprentissage expérientiel, des instituts de recherche et développement (R&D) agricoles, des ONG, des agences privées et des organisations communautaires ont redécouvert et amélioré la compréhension de leurs points forts respectifs pour ce qui est de la satisfaction des engagements de développement. Ce projet a réussi à montrer comment la recherche basée sur des valeurs peut être mise en œuvre de manière fructueuse et comment un impact pro-pauvres durable peut être obtenu. pp 619-626
  • Ce sont les femmes qui jouent le rôle le plus important dans l’approvisionnement en nourriture dans les pays en développement, mais leur aptitude à alimenter correctement leurs familles respectives est trop souvent compromise ; le résultat est un niveau élevé de maladies à vecteur alimentaire et, par conséquent, l’accès limité à des marchés de valeur supérieure. Nous soutenons que les approches basées sur les risques – meilleures pratiques actuelles pour la gestion de l’innocuité des produits alimentaires dans les pays développés – ont besoin d’être adaptées au contexte difficile des marchés informels. Nous suggérons la recherche participative et l’analyse du genre comme mécanismes transfrontaliers, permettant de rassembler les communautés et les entités chargées de mettre en œuvre les mesures d’innocuité des produits alimentaires pour qu’elle analysent ensemble les problèmes relatifs à celle-ci et élaborent des solutions viables. Il y a des exemples qui montrent comment ces méthodologies peuvent contribuer à l’opérationnalisation des approches basées sur les risques dans les contextes urbains et au développement d’une nouvelle approche de l’évaluation et de la gestion de l’innocuité des produits alimentaires dans les pays pauvres, que nous appelons “analyse participative des risques”. pp 611-618
  • Les véritables experts en matière de pauvreté sont les pauvres, mais l’incidence et les tendances de la pauvreté sont en général mesurées à l’aide d’indicateurs économiques officiels dont les chercheurs supposent qu’ils sont pertinents. Les ménages pauvres eux-mêmes font la distinction entre les revenus de subsistance et les revenus monétaires. Dans un exercice d’“auto-évaluation de la pauvreté”, des villageois pauvres en Chine rurale ont précisé et pondéré des indicateurs clés de pauvreté. Huit indicateurs clés décrivant trois types de pauvreté de base ont été isolés et utilisés pour formuler un indice participatif de pauvreté (IPP), dont les éléments donnent une idée des causes centrales de la pauvreté. De plus, l’IPP permet de procéder à une comparaison directe de l’incidence de la pauvreté entre les villages – malgré les différences de caractéristiques sociales, culturelles et environnementales entre les villages. Par conséquent, l’IPP constitue une méthode objective pour mener un suivi de la pauvreté indépendamment des caractéristiques physiques et sociales. Cet article donne une brève description de l’IPP et des données requises pour formuler un IPP propre à un village. pp 599-610
  • Cette étude a évalué la mesure dans laquelle le CIMMYT a eu recours à des méthodes participatives et la manière dont elles ont été perçues par les scientifiques. Les résultats suggèrent que les approches participatives au sein du centre étaient largement “fonctionnelles”, c’est-à-dire qu’elles visaient à améliorer l’efficacité et la pertinence des recherches – et qu’elles avaient en fait valorisé les efforts de recherche. La majeure partie des projets étudiés mettaient aussi l’accent sur la sensibilisation des agriculteurs, ce qui est compréhensible si nous pensons que le facteur restrictif dans l’échange scientifique-agriculteur est la base de connaissances limitée de ces derniers. Ainsi, dans les situations comme celles des zones marginales et dans l’agriculture à petite échelle, le contact avec de nouveaux génotypes et avec les options de gestion les plus prometteuses serait une première condition pour des interactions efficaces et la mise en œuvre réussie d’approches participatives. pp 590-598
  • Jusqu’à récemment, les approches participatives et conventionnelles de la recherche agricole ont été considérées comme plus ou moins antagonistes. Cet article présente des données issues de trois sous-projets d’un programme de recherche collaboratif thaïlandais et allemand sur “L’utilisation durable et le développement rural des régions montagneuses de l’Asie du Sud-Est”, dans lesquels des éléments participatifs ont été introduits, avec de bons résultats, dans les recherches agricoles conventionnelles comme activités supplémentaires. Dans chacun des trois sous-projets, les coûts de l’étude des connaissances locales ou de l’amélioration de l’expérimentation parmi les agriculteurs consistaient dans les frais liés au personnel local supplémentaire, les coûts d’opportunité du temps des agriculteurs participants et les frais de déplacement. Cependant, ces éléments participatifs des projets de recherche ne constituaient qu’une petite partie de la totalité des coûts. On peut en conclure que la recherche agricole conventionnelle peut être complétée par des éléments participatifs, ce de manière rentable, tout en donnant lieu à des avantages considérables sur le plan de la création de synergies en conjuguant les connaissances scientifiques et locales, en transposant l’échelle des données de niveau micro et en mettant en relief les contraintes subies par les agriculteurs qui affectent l’adoption des technologies. pp 576-589
  • La popularité des approches de recherche participative est largement impulsée par les avantages attendus de la réduction du fossé entre les institutions agronomiques formelles et les communautés agricoles locales, laquelle rendrait la recherche agricole plus pertinente et efficace. Il n’y a toutefois aucune certitude quant au succès futur de cette approche, laquelle s’est principalement fondée sur des projets, au moment de transformer la recherche agricole dans les pays en développement dans le sens d’institutions davantage axées sur l’impact et répondant mieux aux besoins des clients. Les responsables des recherches doivent réfléchir à des stratégies appropriées pour parvenir à une telle transformation institutionnelle, y compris : (1) la planification méticuleuse des processus et interactions sociaux entre les différents acteurs et la documentation de l’effet potentiel de ces processus et interactions sur la réussite ou l’échec; (2) des objectifs clairs, qui influencent les méthodes participatives utilisées ; (3) le chemin clair de l’impact et les hypothèses relatives à l’impact au début, en précisant les résultats, produits, impacts et bénéficiaires prévus ; (4) la bonne disposition à adopter l’apprentissage institutionnel, lorsque la culture et les pratiques existantes peuvent être modifiées ; et (5) l’engagement d’un financement à long terme afin de soutenir le processus d’apprentissage et de changement. pp 564-575
  • Cette étude examine l’impact au sein même des foyers du niébé amélioré à double finalité (NADF) d’un point de vue lié au genre, en termes de productivité et de nourriture, de fourrage et de disponibilité de revenus, impact qui est lié au revenu ainsi placé entre les mains des femmes. Les revenus excédentaires sont importants au moment d’apporter des avantages alimentaires et nutritionnels au foyer, en particulier durant les périodes de risque. Un aspect plus important est le fait que les revenus générés au travers de l’adoption de variétés améliorées de niébé sont entrés dans un domaine largement féminin, dans le cadre duquel les transferts de réserves de revenus ont été effectués entre femmes d’âges différents, ce qui a eu un impact considérable en termes de développement social et économique. Cependant, la technologie a renforcé la séparation des domaines de travail entre les femmes et les hommes. Les technologies futures devraient, dès le début, examiner les dispositions qui existent au sein du cadre culturel local, de manière à se concentrer sur les femmes dans le but d’élargir leur participation à l’agriculture, avec les avantages que cela comporte pour leur famille. pp 551-563
  • La nécessité d’accroître la durabilité agricole a incité le gouvernement indien à promouvoir l’adoption de la gestion intégrée antiravageur (GIA). Une évaluation des systèmes agricoles conventionnels et de GIA basés sur le coton a été menée en Inde (2002–2004). Les agriculteurs responsables des exploitations mettant en œuvre la GIA avaient pris part à une formation écologique basée sur la découverte, connue sous le nom de “champ école paysan” (CEP). Cette évaluation englobait cinq domaines d’impact : (1) l’empreinte écologique et (2) les risques professionnels de la production de coton ; et les effets de l’adoption de la GIA sur (3) la distribution du travail, (4) les pratiques de gestion et (5) les moyens de subsistance. L’analyse a montré qu’un mélange d’approches augmentait la profondeur et la pertinence des conclusions. Les méthodes participatives et conventionnelles se complétaient. L’étude a en outre révélé des impacts différents sur les moyens de subsistance des femmes et des hommes, et sur ceux des agriculteurs riches et pauvres, et a montré que la valeur de l’expérience peut être exprimée également en termes des propres cadres de référence des agriculteurs. Le processus d’évaluation a requis des ressources considérables, ce qui indique qu’il est nécessaire de procéder aux allocations budgétaires appropriées. pp 539-550
  • Le débat sur l’autonomisation englobe un discours plus ancien sur la valeur intrinsèque de l’autonomisation et un discours plus récent sur les avantages instrumentaux de l’autonomisation ; le concept du rôle d’“agents actifs” est utile pour appréhender cette distinction. Dans le développement agricole, les efforts d’autonomisation sont souvent un moyen d’arriver à une fin, considérés comme une forme avancée de participation qui améliorera l’efficacité du projet, avec des taux d’adoption qui favorisent la conformité plutôt que l’autonomisation intrinsèque. Néanmoins, il est possible pour les projets d’améliorer les moyens d’autonomisation intrinsèque – et d’en faciliter le processus. En ce qui concerne le processus, la recherche et la vulgarisation peuvent avoir recours à une approche constructiviste au lieu de celle, comportementaliste, consistant à soutenir les changements sur les plans des connaissances, des comportements et des rapports sociaux. Au moment d’évaluer l’autonomisation, tant les “développeurs” que les “développés” doivent chercher les preuves de ce que les personnes assument le contrôle de leur vie. Les études de cas – comme celle utilisées par le programme indonésien de gestion intégrée antiravageur – contribueront à illustrer le contexte et la chronologie, et les comportements non planifiés sont des indicateurs tout particulièrement utiles. pp 524-538
  • Cet article se base sur des travaux de recherche participatifs sur le développement entrepris dans le district de Soroti, en Ouganda, dans le but d’évaluer l’impact du développement agricole parmi les agriculteurs pauvres. L’argument central est que l’on est parvenu à réduire la pauvreté rurale au moyen d’une combinaison d’autonomisation des agriculteurs et d’innovation parmi eux à travers l’apprentissage expérientiel dans les groupes de “champs écoles paysans” (Farmer Field School en anglais), de changements dans la structure des possibilités à travers la transformation du personnel gouvernemental local, de l’établissement de nouvelles institutions locales gouvernées par les agriculteurs et de l’apparition d’un prestataire de services privé. Sur la base d’une étude empirique de l’adaptation et de la généralisation réussies des technologies pro-pauvres, cette étude évalue l’impact sur le bien-être du développement technologique agricole dans le district de Soroti. Cette étude conclut que la généralisation basée sur le marché des technologies pro-pauvres requiert un contexte institutionnel qui conjugue l’autonomisation des agriculteurs et un contexte de politiques générales porteur. pp 506-523
  • Cet article fait l’historique de la recherche participative agricole, principalement d’après l’expérience personnelle de l’auteur. La recherche participative dans les années 70 était surtout menée par des scientifiques disciplinaires et se caractérisait par des activités novatrices et des débats universitaires ouverts, avec une mesure de reconnaissance du fait que les politiques générales relatives au développement et les pratiques en résultant étaient un processus politique. Durant les années 80, le projecteur s’est tourné vers l’apprentissage à partir des expériences passées et un courant dominant participatif s’est développé, en quête de méthodes de transposition d’échelle. Entre-temps, d’autres ont cherché à comprendre et à influencer les changements institutionnels et de politiques générales dans leurs contextes politiques et culturels respectifs et à garder ouverts les débats universitaires. L’auteur considère que les années 90 ont été des “années perdues”, durant lesquelles les praticiens participatifs du courant dominant sont devenus des généralistes du développement repliés sur eux-mêmes, moins intéressés par la possibilité d’apprendre des autres à l’extérieur de leur paradigme. La fin de la première décennie du 21ème siècle donne l’occasion de reconnaître à nouveau le caractère fondamental politique et culturel de la science et de la technologie, de réintroduire des disciplines robustes et de base large et de tirer les enseignements des activités passées qui ont donné lieu à des résultats de développement positifs (planifiés ou pas). pp 489-505
  • Cet article examine, en se référant aux documents publiés, à quelques questions clés relatives à la recherche participative. Dans quels cas convient-il d’utiliser la recherche participative ? Comment la recherche participative doit-elle être appliquée ? Qu’en est-il de la qualité de la science dans la recherche participative ? Y a-t-il des questions institutionnelles associées à l’utilisation de la recherche participative ? Et quels sont les avantages et les coûts de la recherche participative ? Cet article n’est pas une revue documentaire exhaustive sur la recherche participative, son but n’est pas d’établir des normes pour la recherche participative, ni de définir ce qui constitue une “bonne” recherche participative ; il cherche plutôt à résumer les réalités de la mise en œuvre de la recherche participative, telle que discutée et débattue par plusieurs auteurs publiés, et à fournir une toile de fond utile pour ce numéro spécial. pp 479-488
  • Les approches de recherche participative sont de plus en plus populaires parmi les scientifiques qui œuvrent pour l’atténuation de la pauvreté, le développement rural durable et les changements sociaux. Cette introduction offre une vue d’ensemble du numéro spécial de Development in Practice consacré au thème “opérationnaliser l’analyse selon le genre et la recherche participatives”. L’objet de ce numéro spécial est d’étoffer le débat portant sur les questions méthodologiques, pratiques, philosophiques, politiques et institutionnelles qui interviennent dans l’utilisation de méthodes participatives sensibles au genre. Sur la base de 16 articles, nous positionnons certains des principaux débats, questions et expériences empiriques dans le contexte de la mise en œuvre, de l’évaluation et de l’institutionnalisation des approches de recherche et d’évaluation participatives. pp 467-478
  • In English only
  • Au moment de tenter de reconstruire des États en échec post-conflit, la communauté internationale s’est beaucoup servi des paradigmes de développement néolibéraux. Cependant, l’approche néolibérale de la construction d’États s’est avérée inefficace au moment de stimuler le développement économique dans les États post-conflit et a nui aux perspectives de consolidation des États. Cet article propose l’État “développemental” comme modèle alternatif pour la construction internationale d’États, un modèle qui permet de mieux relever les défis auxquels se heurtent les États post-conflit. En se basant sur l’expérience d’Asie de l’est, la construction d’États “développementaux” chercherait à renforcer l’aptitude des États à intervenir dans l’économie afin d’orienter le développement, compensant ainsi le fait que la croissance menée par le secteur privé dans de nombreux États post-conflit ne s’est pas matérialisée. Cet article conclut qu’en premier lieu, une telle approche exigerait de la communauté internationale qu’elle accepte plus honnêtement ses responsabilités développementales lorsqu’elle décide d’intervenir dans la reconstruction d’États en échec. pp307-318
  • Dans cette ère naissante “post-Consensus de Washington”, le néolibéralisme est en quête d’autres options possibles qui remettent l’accent sur l’État. Or ni la dependencia latino-américaine ni le développementalisme de l’Asie de l’est – deux modèles de développement concrètement mis en œuvre “sur le terrain” – ne partagent les suppositions fondamentales de l’État rationaliste libéral. En premier lieu, il continue d’exister un clivage ontologique considérable concernant la finalité de l’État. Les développementalistes et les dépendantistes préconisent une action profonde et dynamique de la part de l’État au lieu du rôle non interventionniste libéral de l’État “gardien de nuit”. En deuxième lieu, la théorie du développement a évolué dans un cadre libéral moderne caractérisé par la science, la démocratie, les intérêts de la politique étrangère des États-Unis et, de plus en plus, par un engagement à atténuer la pauvreté. La dépendance et le développementalisme rejettent ces références néolibérales dans l’intérêt de la consolidation et de l’autonomie de l’État. La persistance des manières dépendantiste et développementaliste d’appréhender l’État exclut un retour vers l’État post-néolibéral et uniforme de la théorie du développement. pp319-332
  • Cet article propose des stratégies pour l’autonomisation des femmes dans les environnements conservateurs, tribaux et religieux, sur la base d’un programme novateur mené au Pakistan. Mainstreaming Gender and Development (MGD) a encouragé les participants à développer les forces de leurs communautés respectives, a minimisé la résistance parmi les familles et les communautés en les incluant dans le processus de développement et est parvenu à établir un cadre d’activistes de sexe féminin. En s’inspirant de cette expérience, l’auteur met en question l’importance de l’action collective, suggère que la sélection des participants devrait se baser sur les aptitudes et non le statut socio-économique et met en relief le potentiel d’autonomisation des femmes dans les environnements difficiles. pp333-344
  • Les théoriciens et les praticiens du développement voient de plus en plus les ONG comme des catalyseurs du développement durable. Les ONG sont considérées comme des défenseurs de la démocratisation et des agents de promotion de nouvelles manières d’intervenir dans la politique et elles exercent une influence considérable sur le développement de la société civile et de nouveaux partenariats dans le domaine du plaidoyer environnemental et social. Cet article analyse les façons dont les ONG environnementales (ONGE) costaricaines interviennent dans la politique, en se concentrant sur leurs perceptions de leurs propres rôles dans la gouvernance environnementale et dans la représentation de la société civile. Les résultats de cette étude suggèrent que les façons dont les ONGE interviennent dans la politique ne sont pas très différentes des formes traditionnelles de gouvernance, tandis que leurs conceptions de l’intervention dans la politique sans être politiques sont originales. Bien que la plupart des ONGE n’aient pas une conception claire des parties prenantes qu’elles sont censées représenter, la notion de représentativité est complexe et doit être réexaminée. pp345-356
  • Cet article traite de l’histoire et de l’évolution des volontaires et des agences de volontaires internationaux comme réponse non seulement aux symptômes mais aussi aux causes de la pauvreté et de l’inégalité de par le monde. Il se penche sur la manière de définir les volontaires internationaux, sur ce qui rend leur rôle différent d’autres formes de coopération internationale pour le développement (en particulier leur contribution au développement des capacités), ainsi que sur les aspects positifs et négatifs qui peuvent accompagner ces différences. Il comporte également une réflexion sur l’adéquation des volontaires internationaux comme contributeurs durant la transition vers une situation plus durable sur le plan écologique au niveau mondial, en présentant quelques manières de voir recueillies auprès de volontaires et d’autres parties prenantes. pp357-370
  • Cet article se penche sur les efforts réalisés en vue de relier les recherches pluridisciplinaires et l’intervention politique afin de s’attaquer à la pauvreté infantile dans les contextes des pays en développement, sur la base des expériences de Young Lives, un projet international de recherche politique longitudinale. Il se concentre sur une étude de cas faisant intervenir l’application de données se dégageant de recherches sur la pauvreté infantile afin d’influencer les débats politiques concernant le Document stratégique de réduction de la pauvreté (DSRP) deuxième génération (2006-2010) de l’Éthiopie. La discussion se situe dans les documents théoriques sur l’interface entre les connaissances, les politiques et les pratiques, qui soutiennent la conceptualisation de l’élaboration des politiques comme un processus dynamique non linéaire. Elle accorde une attention particulière à l’importance de comprendre les contextes politiques et de formulation des politiques des pays de l’hémisphère Sud, au lieu de supposer qu’ils devraient se contenter d’importer des modèles de plaidoyer inspirés du Nord. Elle se conclut par l’identification d’enseignements généraux pour traduire les recherches en changements de politiques sociales. pp371-384
  • Bien qu’il soit internationalement convenu que les pires formes du travail des enfants doivent être éliminées afin de favoriser le bien-être des enfants, le consensus disparaît lorsqu’il s’agit de tenter de définir ce qui constitue le “travail léger”. Cet article se propose de montrer pourquoi il est difficile d’obtenir le consensus de tout le monde sur cette question, en se concentrant sur la définition du travail des enfants proposée par l’Organisation internationale du travail (OIT). pp385-394
  • La gouvernance post-conflit est un aspect de plus en plus important de l’assistance étrangère au développement en Afrique sub-saharienne (ASS), où l’affaiblissement et la désintégration de l’État minent le développement humain durable. Un défi de taille dans la reconstruction post-conflit en ASS concerne l’incorporation de structures non étatales subnationales et d’institutions informelles dans le dispositif de gouvernance post-conflit. Afin de combler cette lacune apparente dans la construction d’une paix durable, il est nécessaire de mener des recherches théoriques et empiriques supplémentaires sur le(s) rôle(s) et la (ou les) contribution(s) nuancés de l’État post-conflit dans la reconstitution de la gouvernance et la réhabilitation des communautés. Cet article traite du Consensus post-Washington (CPW), une approche de développement naissante qui cherche à réintroduire le rôle de l’État dans les études de développement et post-conflit. La proposition centrale de l’article est que, contrairement à la prémisse anti-État du Consensus de Washington, les États, les structures non étatales et les institutions informelles jouent un rôle important au moment de cultiver la réconciliation internationale, l’interpénétration et l’intégration entre les structures gouvernementales au niveau macro et les institutions sociales subnationales. pp395-402
  • Le monde se trouve à un stade crucial ; en effet, l’humanité se penche attentivement sur la manière dont nos propres activités contribuent aux changements sur la Terre et dans l’atmosphère. Les défis formidables en présence supposent que soient soulevées des questions fondamentales et que l’on apprenne de sources inattendues. En s’inspirant de recherches sur le terrain menées dans la Ceinture de cuivre de la Zambie, cet article examine la façon dont des conversations publiques concernant des vues différentes de la réalité peuvent influencer la réflexion liée au développement sur l’environnement. Cet article énumère des exemples pratiques où des mots et des images ont à la fois transmis et façonné des points de vue contradictoires dans le contexte de la mine industrielle et il affirme également que l’on peut beaucoup apprendre des points de vue expérientiels des mineurs souterrains. L’élaboration des politiques générales ferait peut-être bien, par exemple, de diminuer sa dépendance d’idées économiques dominantes et de s’inspirer de plus en plus des manières de voir historiques, culturelles, philosophiques et théologiques au moment de concevoir des politiques, des projets et des procédures. Les questions de pouvoir, de contrôle et de l’auto-conception de l’humanité par rapport au monde physique sont également examinées. pp403-411
  • Les planificatrices en Afrique ne constituent pas une masse critique : leur nombre reste négligeable et les résultats de leur travail peu reconnus, tandis que les mentors et les modèles tendent à être des hommes. Les expériences des femmes sont sous-estimées et leurs connaissances sont souvent exclues lors de la formulation des politiques générales, de la planification des projets et de la mise en œuvre. Cet article émane non de travaux de recherche universitaire systématiques, mais de recherches pilotes confessionnelles et réfléchies, basées sur des expériences personnelles et les expériences relatées par 25 planificatrices entre 1999 et 2004. Il cherche délibérément à briser la monotonie qui survient lorsque l’on s’inspire de résultats d’études, qui sont souvent détachés des rencontres expérientielles et émotionnelles. En utilisant des anecdotes du Kenya, du Nigeria, d’Afrique du Sud, d’Ouganda et du Zimbabwe, il examine le contexte de formation et professionnel de la planificatrice et traite des émotions, des attentes et des expériences des planificatrices dans le cadre des rencontres quotidiennes. pp412-419
  • Bien qu’il y en ait moins que prévu, il y a tout de même des ressources disponibles pour des interventions simples et peu coûteuses qui peuvent accélérer les progrès dans le sens de la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement. La gestion basée sur les résultats a constitué la clé dans le sens de l’accès accru à l’éducation et aux soins de santé, mais elle n’apporte guère de changement aux conditions politiques, sociales et économiques qui rendent les gens pauvres. À moins d’arriver à un meilleur équilibre entre le désir d’obtenir un impact mesurable, les investissements dans des mesures d’éradication de la pauvreté à long terme et la création d’un espace permettant aux pauvres de discuter et de développer des stratégies pour l’obtention de l’égalité et de la justice sociale, il sera plus difficile de reléguer la pauvreté aux oubliettes de l’Histoire que ce que croient bien des personnes. pp420-423
  • Bien que l’intervention lors de catastrophes fasse souvent l’objet d’une attention très marquée, la préparation aux catastrophes et l’atténuation de leurs effets commencent à susciter l’attention accrue qu’elles méritent. Cet article traite de l’état de préparation en Indonésie et se divise en trois sections. En premier lieu, il examine les risques présents dans le pays, comme le conflit, les tremblements de terre et les tsunamis. En deuxième lieu, il se penche sur certains des efforts entrepris par le gouvernement et la communauté internationale. Enfin, l’article affirme que le processus de préparation aux catastrophes n’est pas encore terminé. Les principaux défis continuent d’être : l’amélioration de la coordination entre différentes organisations, la création d’une culture de gestion des risques de catastrophe, la mise en œuvre de méthodes appropriées et le maintien d’un élan sur cette question à l’avenir. pp424-429
  • Le développement donne lieu à des changements dans la vie des personnes et dans leurs manières de comprendre et de gérer leur monde. Il est possible de faire la distinction entre deux types d’intervention de développement : a) les améliorations de la situation externe, principalement par le biais de la fourniture de biens publics et b) le renforcement des capacités intérieures des personnes, une entreprise qui dépend de processus cognitifs. Cet article relie des concepts de base de la théorie cognitive et des pratiques de développement et propose des voies possibles pour la réalisation de recherches supplémentaires afin d’étudier la manière dont les personnes développent leurs capacités et afin de trouver des façons de soutenir ces processus. Si le changement cognitif comme facteur clé était mieux compris, la durabilité des projets de développement pourrait connaître de véritables améliorations. pp430-436
  • Cet article rend compte d’une étude visant à examiner les facteurs et les motivations qui contribuent à la participation de volontaires communautaires à un projet d’alimentation dans une école maternelle au malawi. Des entretiens semi-structurés ont été menés avec des volontaires communautaires dans 15 des 32 sites du programme. Les conclusions indiquent un mélange de motivations intrinsèques, notamment un souci profond à l’égard des orphelins et des enfants vulnérables, une obligation morale d’aider et un amour déclaré du travail entrepris, ainsi que des facteurs externes comme la spiritualité, les liens de réciprocité et la construction d’un capital social. Il est crucial de comprendre ce qui motive des volontaires à participer dans des contextes pauvres en ressources pour reconnaître, faciliter et soutenir le travail qu’ils effectuent. Il y a un besoin pressant de recherches supplémentaires sur le travail volontaire dans l’hémisphère Sud. pp437-445
  • L’essor de l’industrie de la construction en Afrique du Sud a attiré l’attention sur la nécessité de développer les compétences. Cet article rend compte d’une évaluation du programme de formation “People at the Gate” lancé par Group Five dans les provinces de Gauteng et Mpumalanga. Ce programme vise à autonomiser les membres des communautés locales dans les zones où fonctionne la société. C’est un programme destiné aux femmes et aux hommes qui viennent sur les sites de la société en quête de travail et qui ne peuvent pas être embauchés à cause de leur manque de compétences. Cette étude a évalué les difficultés que les participants à la formation rencontrent durant et après le projet, les emplois qui sont créés et les compétences les plus nécessaires dans différents métiers et provinces. pp446-449
  • In English Only pp161-163
  • Les gouvernements des pays en développement ont besoin de programmes efficaces pour faire progresser les politiques publiques et améliorer le bien-être social. Les ONG sont souvent dotées de programmes et de résultats de recherches qui ont été mis à l’épreuve et sont susceptibles de satisfaire ce besoin, mais il est souvent difficile de transposer l’échelle des programmes pilotes et les efforts en vue de le faire se soldent souvent par un échec. Cet article présente un cas de transposition d’échelle réussie pour un programme de santé sexuelle et de compétences psychosociales parmi les adolescents mené au Mexique par le biais d’un partenariat ONG-gouvernement faisant intervenir IMIFAP, une ONG mexicaine. Ce cas illustre la manière dont une ONG peut créer un partenariat fructueux avec le gouvernement en vue de transposer l’échelle de programmes efficaces, de manière à satisfaire les besoins clés de la population cible tout en protégeant les valeurs centrales de l’ONG. pp164-175
  • Le VIH menace la survie de nombreuses organisations de la société civile (OSC) en Afrique. Bien que nous connaissions la gamme de coûts que le virus peut supposer pour ces groupes, il nous manque un tableau détaillé de la mesure de cet impact. Cet article met en relief des conclusions importantes issues de recherches exploratoires menées au Malawi. Les personnes interrogées estimaient que les performances globales dans les quatre OSC examinées avaient chuté de 20 pour cent en moyenne parce qu’elles travaillaient dans un contexte de prévalence VIH importante. Or la réaction des OSC face à cette menace reste très limitée et elles continuent d’être extrêmement vulnérables face aux effets futurs. Nous tentons de répondre à la question de savoir pourquoi les OSC n’ont pas été plus proactives et recommandons que les politiques des bailleurs de fonds aident les partenaires à réagir à l’épidémie et leur permettent de rester efficaces. pp176-189
  • Cet article analyse l’intervention humanitaire internationale suite au tremblement de terre survenu à Jogjakarta, en Indonésie, en mai 2006. Il la compare par ailleurs à une initiative locale de petite envergure mais qui a donné de très bons résultats. Il identifie des faiblesses inhérentes dans le système international et présente les arguments en faveur de la possibilité de transposer l’échelle des enseignements tirés de l’exemple local. pp190-200
  • La pratique du développement est façonnée par les théories relatives au changement, mais ces dernières ne sont pas toujours formulées de manière explicite par les personnes et les organisations. Les praticiens peuvent ne pas avoir conscience de la mesure dans laquelle les choix et les débats stratégiques sont influencés par des réflexions disparates sur la manière dont les événements historiques surviennent et sur le rôle d’interventions résolues en vue de l’obtention de changements sociaux progressistes. Au cours des quelques dernières années, quelques membres du personnel d’Oxfam GB ont créé des processus pour pouvoir débattre leurs théories sur le changement, dans le cadre d’un effort visant à améliorer la pratique. C’est dans ce contexte que les auteurs de cet article présentent quatre ensembles d’idées sur le changement, avec une discussion sur la manière dont ils ont été exploités dans deux situations, ainsi que certains des défis qui ont découlé de ce processus. En débattant explicitement les théories sur le changement, les processus organisationnels de prise de décisions peuvent avoir lieu en meilleure connaissance de cause et les choix stratégiques peuvent s’avérer plus transparents. pp201-212
  • Les ONG des pays asiatiques connaissent souvent des fluctuations au niveau de leur financement du fait des priorités en changement constant de leurs bailleurs de fonds internationaux. Dépourvues de sources nationales, les ONG se voient obligées de réaligner leurs priorités sur les intérêts des bailleurs de fonds afin de se donner les meilleures chances au moment d’obtenir le financement. Dans le cas des ONG de plaidoyer, l’asymétrie qui en résulte au niveau des rapports bailleurs de fonds-bénéficiaires entraîne souvent pour l’ONG une crise de légitimité et la détérioration de son efficacité. Du fait de la nature politique du travail de plaidoyer, ces ONG doivent maintenir une réputation d’indépendance et de légitimité si elles veulent exercer une influence sur le processus politique. Cet article analyse l’impact de l’assistance en fluctuation apportée par les bailleurs de fonds internationaux aux ONG de plaidoyer au Cambodge, aux Philippines et en Thaïlande et propose des recommandations aux bailleurs de fonds. Bien que ces derniers aient consacré une quantité considérable de ressources au renforcement de la capacité des ONG de plaidoyer en Asie du sud-est, les tendances du financement viennent souvent miner l’efficacité de leurs bénéficiaires bien avant que ce financement ne touche à sa fin. pp213-222
  • Cet article entreprend une réévaluation critique d’un projet financé par le DFID en Afrique du Sud qui a duré de 1998 à 2001. L’évaluation a tenté de déterminer si le développement d’indicateurs impulsé par la communauté améliorerait la gouvernance. Depuis la fin du projet, une série d’articles ont été publiés qui critiquent ces méthodes participatives et soutiennent en particulier qu’elles sont apolitiques et suivent une approche technocratique. À la lumière de ces critiques, cet article réévalue le projet du DFID, reprenant le fil de l’évaluation initiale menée par l’auteur en 2001. Sobantu, un township noir de Pietermaritzburg, était l’un des sites initiaux du projet. Nous l’avons choisi comme sujet de nos recherches parce que l’agence locale chargée de la mise en œuvre était une institution politiquement intelligente, bien connectée et qui comprenait la nature politique du processus requis pour mettre au point les indicateurs. Bien que le projet ait obtenu quelques résultats positifs, l’engagement à long terme en faveur des indicateurs a été depuis compromis, ce en grande partie du fait de l’inaptitude des membres de la communauté à établir un dialogue utile avec les prestataires de services municipaux clés. Cependant, des changements récents apportés au régime de planification sud-africain pourraient donner des occasions de redonner une plus grande utilité à ces indicateurs. pp223-234
  • Cet article examine l’interaction entre les processus d’élaboration de la théorie du développement et la pratique du développement et soutient que la théorie doit partir de la pratique – et ne devrait pas être un processus descendant, qui débute par le “regard extérieur” d’un universitaire ou décideur soi-disant détaché. Les questions posées attirent l’attention sur des critiques des discours courants du développement et sur les notions d’innovation au moyen de la diffusion de nouvelles technologies. Les auteurs suggèrent que les suppositions gravées dans les processus courants du développement aboutissent à un accès inégal aux marchés mondiaux et locaux et que, lorsqu’elles sont imposées par l’extérieur sans que le contexte ne soit véritablement compris, le projet de développement est voué à l’échec. Les paramètres pour l’évaluation initiale et finale des résultats doivent également se baser sur une compréhension minutieuse du contexte – et ceci vient souvent au travers de la participation active en son sein et non en étant “détaché” et à l’extérieur de ce contexte. La supposition selon laquelle un regard extérieur est “objectif” se base sur un discours colonial implicite, tandis que la construction de la théorie en participant à la pratique produit de meilleures méthodologies pour l’action et le développement. pp235-244
  • Tandis qu’elles abandonnent les interventions visant à répondre aux besoins et aux exigences pour adopter plutôt une approche davantage basée sur les droits, certaines ONG françaises repensent tant leurs domaines d’intervention que leurs manières de travailler. L’“autonomisation” est devenue un concept clé dans ce contexte en mutation, bien qu’il soit parfois difficile de savoir quelle est la meilleure manière de l’appliquer et de comprendre ce qu’elle signifie vraiment dans un contexte d’ONG. Cet article partage quelques réflexions sur l’autonomisation, en analysant son “objet” (les individus, les organisations, les réseaux ou les mouvements) et le “processus” par lequel elle est menée à bien. L’auteur s’inspire de sa propre expérience et d’une brève revue documentaire et illustre l’article au moyen des exemples du mouvement international pour les handicapés et de celui des homosexuels aux États-Unis. pp245-257
  • Cet article traite des connaissances et des pratiques en matière de planification familiale au sein de la population tribale du sud du Gujarat. Les auteurs examinent les raisons pour lesquelles diverses méthodes modernes de contraception soit sont abandonnées soit ne sont pas utilisées par les membres de la population tribale et établissent le contraste avec les pratiques au sein de la population urbaine. Ils se penchent sur le rôle des femmes, des membres de la famille, des leaders locaux et de la communication efficace, ainsi que sur celui des ONG et du secteur privé, et font des recommandations pour accroître l’accès aux diverses méthodes de planning familial et leur utilisation par la population tribale. pp258-266
  • Les approches traditionnelles de la lutte contre la pauvreté ont donné des résultats peu satisfaisants dans certains pays africains et ont été carrément préjudiciables dans d’autres. La croissance économique et les dépenses sociales par les gouvernements nationaux et les bailleurs de fonds internationaux se sont avérées inefficaces dans certains pays, tandis que dans d’autres elles n’ont fait qu’exacerber la pauvreté. L’auteur estime que ceci est dû à l’absence de gouvernance participative. D’un point de vue théorique, le soutien en faveur de la gouvernance participative a son origine dans l’approche préconisée par Amartya Sen pour comprendre la pauvreté, une approche qui conceptualise la pauvreté comme un manque de capacités qui aboutit à l’exclusion sociale. L’absence d’une gouvernance de ce type a entraîné l’échec des approches traditionnelles dans la lutte contre la pauvreté en Afrique sub-saharienne. Enfin, l’auteur propose un outil pour évaluer la qualité de la gouvernance et la manière de l’appliquer au Cameroun. pp267-272
  • Étant donnée la croissance démographique rapide et les ressources limitées, la redevabilité a acquis une importance accrue, en particulier dans le domaine de la gestion publique. Pour évaluer l’efficacité des dépenses publiques en matière d’éducation aux Caraïbes, cet article compare les performances dans cinq pays caribéens, en se penchant sur des indicateurs d’intrants, comme le rapport enseignants/élèves, les dépenses par élève, le nombre d’enseignants ayant suivi une formation adéquate comme pourcentage du personnel enseignant total et l’engagement public par rapport à l’éducation. Il analyse leur impact sur les indicateurs d’extrants, dont les performances en anglais et en mathématiques, le taux de redoublement et le taux de “survie” jusqu’à la dernière année scolaire. L’article conclut que les niveaux d’efficience pour ce qui est du développement du capital humain aux Caraïbes sont très inégaux et que ce sont des défis sérieux que devront relever les pays caribéens tandis qu’ils cherchent à optimiser les résultats de leurs investissements dans l’éducation. pp273-279
  • Par rapport aux opinions passées qui créaient des divisions, c’est la réflexion intégrative qui en est récemment venue à caractériser le débat méthodologique sur la pauvreté. “Qualitatif contre quantitatif” a cédé le pas à “qual-quant” ; la “transdisciplinarité” a remplacé “l’économie contre l’anthropologie”. Cet article tente d’examiner ces changements. Il commence par une vue d’ensemble historique de l’approche purement économique de la pauvreté et de sa critique. La critique, émanant tant de l’intérieur de la discipline de l’économie que des disciplines participatives et anthropologiques, est examinée, puis les tendances récentes sont considérées. L’approche actuelle “qual-quant” est illustrée par des exemples et l’auteur conclut que l’on pourrait bien assister à l’avenir à la naissance d’une approche "participative qual-quant". pp 280-288
  • Les valeurs sont un thème important dans les discussions au sein des ONG internationales (ONGI), car elles contribuent à créer les conditions propices à la solidarité parmi les membres du personnel. Mais dans le même temps, elles sont fréquemment une source de démoralisation et de conflits destructeurs. Ceci est dû au fait que les perceptions courantes des valeurs comme instruments de gestion ou comme éléments d’un vague tout mystique rendent les rapports de pouvoir entre les membres du personnel et les cadres impossibles à discuter. Il n’est pas nécessaire d’envisager les valeurs comme un instrument de gestion et elles se trouvent au-dessus de toute idéalisation. Une théorie alternative des valeurs est qu’elles sont des phénomènes émergents et intensément sociaux qui surgissent au quotidien entre des personnes engagées dans une entreprise collective. Le conflit est inévitable, mais l’étude de la nature de ce conflit dans la pratique quotidienne est la seule façon de veiller à ce que la discussion portant sur les valeurs soit un processus énergisant. pp 5-16
  • Cet article, basé sur une étude multiméthodique de deux ans du “développement” dans une petite communauté du Manitoba rural, au Canada, examine la manière dont la communauté d’une part et les raisons pour lesquelles les personnes choisissent de vivre à cet endroit d’autre part ont changé tout en restant constantes depuis le début de la colonisation de cette zone par des immigrants ukrainiens à la fin du dix-neuvième siècle. Cette communauté présente de nombreux points communs avec les zones marginalisées de l’hémisphère Sud, de par le traitement qu’elle a subi aux mains de ceux situés au centre et de ceux qui favorisent le “développement”. L’auteur soutient que le concept de “placemaking” (revitalisation) permet à la fois de mieux comprendre la dynamique au sein de la communauté et donne plus de possibilités de construire des lieux durables et habitables que le concept ou la pratique du “développement”. pp 17-29
  • Only in English
  • Les auteurs de cet article tentent d’examiner l’un des échecs les mieux connus du développement communautaire au Royaume-Uni – le Barrowfield Project de Glasgow (1986–1996) – et de le comparer à d’autres tentatives de développement communautaire (en soulignant les contrastes entre celles-ci et le projet Barrowfield), en particulier certaines associées aux travaux de Mohammad Yunus et de la Grameen Bank, ainsi que l’héritage de Paulo Freire. Nous concluons que tant Freire que Yunus font des suppositions sur la préexistence d’une communauté qui limitent l’impact potentiel de leurs idées dans un endroit comme Barrowfield, où l’anomie et l’apathie étaient monnaie courante. Nous constatons en outre que, tout comme des actions censées être libératrices peuvent renforcer l’hégémonie dominante, l’inverse peut à l’occasion se produire. Ces dernières années, le Barrowfield Project a trouvé un second souffle et il faut donc examiner les travaux actuels dans ce contexte. pp 30-39
  • Pour les besoins de la redevabilité et de l’uniformité et comme moyen de donner une idée de leur capital intellectuel relatif aux pratiques de développement, les ONG d’Afrique australe sont priées par les organismes bailleurs de fonds de décrire leurs activités prévues en termes très clairs et non ambigus. Ces exigences peuvent inclure l’expression d’approches théoriques, l’élaboration de cadres logiques, des objectifs clairs, des indicateurs du succès, des critères de développement durable et leurs relations avec les politiques gouvernementales. Cependant, l’interface entre la réalité et ces mesures et outils de planification, le plus souvent élaborés sans l’intervention ni les contributions des communautés qu’ils sont censés servir, donne lieu à un tableau beaucoup plus confus, dynamique et compliqué du processus de développement. Néanmoins, les ONG doivent encore rendre des comptes par rapport à leur proposition et à leur planification originales. L’auteur présente des exemples de ce phénomène et discute des défis auxquels se confronte un évaluateur au moment de gérer les principes contradictoires de redevabilité, d’autonomie et d’authenticité. pp 40-52
  • En 1993, la Banque mondiale a apporté son assistance au ministère de l’Eau et de l’irrigation en Jordanie pour actualiser un bilan du secteur de l’eau et a ainsi lancé le processus de la participation du secteur privé (PSP) à la prestation des services afin d’améliorer l’efficacité du secteur de l’eau et des services des eaux usées. Dans cet article, la privatisation de l’eau et des services relatifs aux eaux usées est examinée depuis le point de vue des parties prenantes (intrants) et des consommateurs (extrants). Le but en est d’évaluer les changements qui ont eu lieu à ce jour par rapport aux principes de bonne gouvernance. Les résultats d’entretiens avec les parties prenantes et émanant des questionnaires de consommateurs montrent que le processus de privatisation n’affiche, à ce jour, que de rares signes de “bonne” gouvernance. Malgré l’éventail de parties prenantes impliquées, l’État reste chargé de concevoir une approche de bonne gouvernance qui réponde aux préoccupations et aux intérêts de toutes les parties prenantes. pp53-65
  • Comment passer de l’identification des principes éthiques à l’amélioration des pratiques en matière de développement ? Comment les bailleurs de fonds et les ONG peuvent-ils aller au-delà de la présentation de rapports sur les résultats techniques et passer à l’examen d’aspects moins tangibles de leurs projets de santé : contributions au rétablissement de la confiance, promotion de la cohésion sociale et amélioration de la bonne gouvernance au niveau communautaire ? Cet article traite de ces questions par rapport aux activités de santé et de construction de la paix dans des contextes de conflits. Il décrit les difficultés auxquelles se heurtent les praticiens et les bailleurs de fonds qui cherchent à entreprendre des travaux de santé et de construction de la paix et se concentre tout particulièrement sur le manque d’outils appropriés pour les projets de tri, de suivi et d’évaluation. Il comporte une critique du cadre logique et l’examine parallèlement à un nouvel outil, le Health and Peace Building Filter (Filtre santé et construction de la paix), qui a été conçu pour réfléchir à la conception et à la mise en œuvre de programmes de santé dans des contextes fragiles ou de conflits. Les auteurs soutiennent que les outils de ce type peuvent nous aider à aller au-delà d’une simple concentration sur les intrants et les extrants pour examiner les processus, les relations et les conséquences indirectes des programmes d’aide. pp 66-81
  • L’enthousiasme suscité par la société civile qui surgit vers la fin des années 80 et durant les années 90 suite à l’effondrement du Mur de Berlin et la progression des régimes démocratiques a été remplacé, au cours des quelques dernières années, par une réaction brutale contre la société civile à de nombreux niveaux et sur de nombreux fronts. Ce phénomène s’est tout particulièrement intensifié depuis les attaques du 11 septembre 2001 et la guerre contre le terrorisme qui leur a succédé. Cet article examine les causes de cette réaction brutale dans le contexte de la “longue guerre contre le terrorisme”, décrit les manifestations déclarées et implicites de cette réaction et réfléchit aux implications pour l’avenir. Il considère la manière dont l’importance croissante des préoccupations concernant la sécurité et l’expansion concomitante des mesures de lutte contre le terrorisme de par le monde menace les espaces permettant à la société civile de s’épanouir et d’agir. Les auteurs soutiennent que, bien que les manifestations de cette réaction brutale, comme la répression des ONG en Russie et l’apprivoisement des ONG par les organismes bilatéraux et multilatéraux, semblent être des phénomènes disparates et sans rapport entre eux, il est évident, lorsque l’on se penche sur elles de plus près, qu’elles sont étroitement liées. pp 82-93
  • L’intérêt récemment suscité par les versements d’argent effectués par les migrants comme ressource de développement attire l’attention sur une question plus profonde : la relation entre la migration et le développement. Les versements peuvent être une source significative d’entrées économiques pour les pays et les régions pauvres, mais leur impact (positif ou négatif) sur le développement est lié aux processus de migration qui les génèrent. L’attention accordée à la migration crée à son tour une occasion de réfléchir au contexte plus large des politiques générales et des pratiques en matière de développement et de repenser les frontières que nous plaçons autour de nos travaux. pp 94-99
  • Au début de 2007, le gouvernement indonésien a décidé de ne pas remettre ses échantillons du virus de la grippe aviaire aux centres de collaboration de l’OMS, en attendant un nouveau mécanisme mondial de partage des virus qui assurerait de meilleures conditions aux pays en développement. Par la suite, la 60ème Assemblée mondiale de la santé, qui s’est tenue en mai 2007, a pris la résolution d’établir un stock de vaccins contre la grippe aviaire et de formuler des mécanismes pour l’accès équitable à ces vaccins. Cet article demande s’il y a des occasions analogues pour les volontaires d’études ou des donneurs de matériel biologique d’exercer une influence pour favoriser l’équité en matière de santé. pp 100-109
  • Les nouvelles concernant les plans de la Norvège relatifs à la mise en place d’une “chambre forte du jugement dernier” pour les semences dans le permafrost de l’archipel arctique de Svalbard comme une “sauvegarde” pour les banques de gènes conventionnelles sont parvenues à la presse mondiale en 2006. L’idée d’une banque mondiale des semences, aujourd’hui considérée comme une “arche de Noé” pour les semences, avait auparavant été considérée avec suspicion et jugée irréaliste. En 1989/90, le gouvernement norvégien a proposé de construire un dépôt international pour les semences dans le permafrost, mais cette initiative avait été mise sur la touche durant les débats agités entre pays développés et en développement sur l’accès aux ressources phytogénétiques et sur le contrôle de ces ressources. La réalisation du Traité international de la FAO sur les ressources phytogénétiques pour l’alimentation et l’agriculture (2004) a résolu certaines des questions les plus épineuses et rendu possible le lancement d’une nouvelle initiative norvégienne pour sauvegarder certaines des ressources phytogénétiques les plus importantes du monde pour l’avenir. pp 110-116
  • Les institutions nationales et internationales chargées de formuler les politiques générales ont reconnu la contribution apportée par les ONG au soulagement de la pauvreté, en autonomisant les pauvres et en continuant de soutenir leurs efforts. Au Bangladesh, les ONG travaillent aux niveaux national et local, mais elles sont très rares à travailler avec les groupes les plus pauvres et les plus vulnérables qui vivent dans les zones fluviales et côtières, connues comme les terres sédimentaires (char). Ces zones se différencient du reste du pays de par leurs structures physique, économique et sociale et elles requièrent une approche différente afin d’aborder l’ensemble unique de problèmes auxquels se confrontent les personnes qui y vivent. En utilisant des programmes expérimentaux et novateurs, un petit nombre d’ONG locales ont commencé à avoir un impact dans une zone où les interventions et les réussites du gouvernement sont rares. pp 117-124
  • Le Patronato de Nutrición a introduit une gamme de 18 technologies agricoles facultatives au sein de la communauté indigène de Chalite, au Panama. Trois de ces technologies ont été adoptées par plus de la moitié des agriculteurs interrogés, tandis que huit autres ont été adoptées par entre 20 et 50 pour cent des agriculteurs. Les agriculteurs étaient plus susceptibles d’adopter les technologies associées aux cultures familières, auparavant encouragées par d’autres groupes, ou bien qui demandaient une main-d’œuvre ou des moyens financiers limités. Cet article montre la vitesse à laquelle les groupes de développement peuvent réduire le nombre de technologies proposées afin d’améliorer l’efficacité de la prestation de services. pp 125-130
  • Cet article traite de deux organisations qui proposent actuellement des assurances maladie privées volontaires en Ouganda et examine leurs contributions au moment de pallier l’insuffisance des services dans le secteur de santé publique du pays. pp 131-135
  • Only in English
  • Cette introduction présente les concepts centraux qui donnent forme à ce numéro spécial sur l’impact de la violence et les processus de développement en Amérique centrale et du sud. La compréhension du développement est considérée en termes plus généraux que le seul contexte économique, afin d’en évaluer les aspects sociaux et politiques plus larges. Dans une optique tout aussi étendue, des formes de violence sont abordées qui vont du mal physique direct et des attaques corporelles à l’agression souvent plus subtile que constituent les abus racialisés ou les pressions exercées par les forces dominantes du marché sur la production centrée sur les communautés. Dans ces contextes, la violence, les initiatives économiques et les allégeances politiques forment des réseaux non voulus et souvent dangereux qui ont des conséquences sur les questions de développement. Tous les articles de ce volume exemplifient encore davantage les environnements spatiaux de la violence et les “paysages de peur” divers qui façonnent notre existence et contribuent à définir nos actions, nos territoires et notre façon d’appréhender ce qui se passe autour de nous. pp 713-724
  • À partir d’une analyse de recherches empiriques récentes effectuées en République dominicaine, cet article traite des manières dont le racisme étaye certains éléments de la gouvernance et examine les réponses organisationnelles et individuelles à la discrimination racialisée initiée par l’État. Le contexte est opportun, étant donné l’augmentation constante, ces cinq dernières années, des attaques racistes et violentes contre les personnes présumées d’origine haïtienne en République dominicaine. Le gouvernement a renforcé les rafles militaires et policières formelles de migrants et de colons qu’il suspecte être d’origine haïtienne et cet article évalue les réactions des groupes et des personnes à ces actions menées par l’État, en analysant les interventions formelles et informelles, leur évolution, la manière dont elles sont entretenues et leur impact. pp 725-738
  • Bien que l’on reconnaisse de plus en plus que la violence, la délinquance et la peur qui leur est associée constituent un défi pour la gouvernance démocratique en Amérique latine, on a prêté une attention moindre à la manière dont les réponses de l’État à la criminalité contribue au problème. En analysant le Salvador comme étude de cas, cet article traite de trois questions interconnectées dans ce débat. En premier lieu, il examine la dynamique de la violence. Il situe ensuite les gangs de jeunes comme acteurs violents dans ce contexte. Enfin, il traite de la réponse de l’État face au phénomène croissant des gangs de jeunes. Il est soutenu que les stratégies actuelles, connues sous le nom de Mano Dura – main de fer – employées par le gouvernement salvadorien ne font que révéler la fragilité du projet démocratique, mettant en évidence le dessous d’autoritarisme qui reste un aspect clé de la vie politique du Salvador dans le processus de transition de la guerre civile vers la paix. pp 739-751
  • Un texte de loi progressiste de 1993 garantissait des droits fonciers collectifs aux communautés noires colombiennes vivant dans les zones rurales de la région côtière du Pacifique. Cette mesure visait en partie à soutenir des stratégies de développement durable dans la région en octroyant des pouvoirs territoriaux aux communautés locales. Or, 14 ans plus tard, l’intensification du conflit intérieur du pays vers la région du Pacifique a créé un degré sans précédent de déplacement forcé parmi les communautés rurales noires. La côte Pacifique de la Colombie, jadis considérée comme un “havre de paix”, se caractérise à présent par de nouveaux espaces de violence et de terreur, imposés par des troupes de guérilleros et des groupes paramilitaires en conflit, ainsi que par les forces armées. Cet article examine la nature de la violence impulsée depuis l’extérieur dans cette région et montre comment certains intérêts économiques précis, en particulier le secteur du palmier africain, s’associent avec des groupes illégaux qui sont habitués à répandre la peur et la terreur parmi les populations locales afin de les obliger à se plier aux exigences de ces acteurs économiques. pp752-764
  • Bien que les formes de résistance de tous les jours ne soient pas nouvelles en Argentine, la spontanéité qui a caractérisé l’insurrection des 19 et 20 décembre 2001 fut sans précédent. Elle montra comment l’absence de leadership, de coordination et d’espérance peuvent laisser la voie libre à des formes puissantes de mobilisation et à des pratiques radicales dans la démocratie directe. L’auteur suggère qu’en mettant en question le capitalisme et les paradigmes sociaux qu’il engendre, les valeurs et les pratiques de la contre-puissance, de l’auto-affirmation, de la collectivité et de la multiplicité peuvent jouer un rôle vital dans le succès et la survie de la démocratie radicale. Cet article s’inspire largement des travaux de Colectivo Situaciones, une coopérative autonome de recherches de Buenos Aires, et s’inspire de l’exemple du Movimiento de Trabajadores Desocupados (MTD) Solano. Ce mouvement de travailleurs sans emploi lutte contre le capitalisme et la violence de l’État en pratiquant une spirale renouvelée de rébellion et de créativité. Cet article se penche sur leurs réussites, leurs gageures et leurs limites pour ce qui est du développement d’une réflexion et d’une pratique démocratiques radicales depuis le point de vue d’un observateur participant. pp 765-774
  • Cet article se penche sur les travaux de plaidoyer international concernant l’exploitation des réserves de gaz dans une zone habitée par un groupe indigène isolé au Pérou, les Machigengua. Une quantité considérable d’activités de plaidoyer international étaient centrées principalement à Washington DC. La communication médiocre entre les personnes directement affectées et les ONG environnementales internationales illustraient des ordres du jour très différents et pas toujours compatibles. L’article conclut que cet échec à adapter les groupes de pression internationaux tant aux vues de la population indigène qu’aux réalités politiques du Pérou ont sérieusement affaibli l’impact des travaux de plaidoyer internationaux. pp 775-783
  • La traduction soulève des dilemmes éthiques et épistémologiques inhérents à la recherche interculturelle. Le processus de communication des mots de participants à des travaux de recherche dans une langue et un contexte différents peut imposer un autre schéma conceptuel à leurs réflexion. Ceci peut renforcer les termes hégémoniques que les études du développement doivent tenter de mettre en cause. Cet article examine l’idée selon laquelle une approche réflexive de la traduction peut non seulement contribuer à surmonter les difficultés que comporte la recherche interculturelle, mais également constituer un outil facilitant la déconstruction de la théorie hégémonique. Il aborde les problèmes épistémologiques et politiques de la traduction, les techniques de traduction et l’impact de la traduction sur les propres recherches de l’auteur, lesquelles sont utilisées pour illustrer certaines des façons dont la traduction peut faciliter la déconstruction et pour mettre en relief l’importance de la construction d’un cadre pour parler avec, et non pour, les participants aux recherches. pp 784-790
  • Les frontières nationales qui présentent des écosystèmes soumis à des changements rapides comportent des défis complexes pour les contributions scientifiques aux processus démocratiques dans le sens de la gouvernance environnementale. Nous décrivons un modèle novateur de travail de proximité, le “train de l’échange des connaissances”, qui conjugue le travail de proximité éducatif et des mécanismes de renforcement des capacités afin d’élargir la participation publique à la planification pour le développement durable. Ce projet a fait intervenir une équipe internationale de scientifiques et de praticiens issus d’organisations travaillant dans les secteurs de la conservation et du développement qui ont parcouru une zone frontalière tri-nationale dans le sud-ouest de l’Amazonie afin de faire part de leurs découvertes récentes aux leaders locaux et aux groupes constituants de parties prenantes de plusieurs municipalités. Le “train d’échange des connaissances” a rapidement sensibilisé la population à de nombreux endroits et a fourni un moyen d’élargir la participation à la planification et à la gouvernance. Ce modèle soutient la planification pour le développement durable et peut être adapté à d’autres sujets et contextes géographiques. pp 791-799
  • Bien que la réflexion actuelle concernant le travail avec les enfants des rues ait cessé de mettre l’accent sur la dépendance de l’aide pour insister sur le protagonisme des jeunes, de nombreuses organisations ignorent le rôle des familles des enfants concernés dans leurs interventions. Ce faisant, elles reproduisent des traditions sociales dépassées et bafouent également des droits garantis par la Convention relative aux droits de l’enfant et par la législation nationale. Cet article illustre l’importance des liens entre l’enfant et la famille, tant pour les enfants que pour les familles, et soutient que les interventions qui ne font pas participer les parents et les familles ne font que reproduire des images de familles qui ont échoué et de mères incompétentes. L’auteur présente une autre approche possible provenant du Brésil, qui respecte les droits et les besoins des enfants et des familles au travers de l’autonomisation de ces dernières. pp 800-806
  • Cet essai-passage en revue se concentre sur les points les plus cruciaux de l’évolution de la contribution de Celso Furtado à la réflexion économique et politique concernant le développement, dans l’espoir que des lecteurs plus nombreux en viennent à apprécier l’importance de ses idées pour le “développement” de l’Amérique latine dans les années 60 et 70 et à voir peut-être même l’intérêt de les relancer. Il débute par une description de la toile de fond de la montée de l’économie du développement, en mettant l’accent sur des aspects de la discipline auxquels ce remarquable économiste brésilien s’est attaqué et qu’il a transformés. Puis vient une description de sa période comme théoricien du développement ou “marchand de la réforme” (Hirschman 1963) et de son exil ultérieur (1964–1975). L’article conclut par une discussion de certains des travaux qu’il a produits à son retour au Brésil. pp 807-819
  • Printable Buzzwords Lotto Game Promotion In English only
  • Malgré l’usage répandu du mot 'développement', son sens reste vague ; il tend à se référer à un ensemble de croyances et de suppositions concernant la nature du progrès social et pas à quelque chose de plus précis. L’auteur, après avoir présenté un bref historique du terme, soutient que non seulement le développement ne parviendra ni à s’attaquer à la pauvreté ni à rétrécir le fossé entre les riches et les pauvres, mais qu’il élargit et approfondit en fait cette division et qu’il finit par créer la pauvreté, tandis que les ressources naturelles ainsi que les êtres humains sont de plus en plus exploités dans la quête de la consommation et du profit. La survie de la planète dépendra de l’abandon de la croyance profondément enracinée selon laquelle la croissance économique peut aboutir à la justice sociale, l’utilisation rationnelle de l’environnement et le bien-être humain et de l’acceptation de l’idée selon laquelle la vie serait meilleure pour tout le monde si nous allions plus loin que le 'développement'.
  • Une analyse des mots de six énoncés de politique générale figurant dans des livres blancs du gouvernement britannique en matière d’aide (sélectionnés entre 1960 et 2006) compare les 20 mots les plus utilisés et les paires de mots clés utilisés dans chaque document. Des phrases caractéristiques sont composées à partir des 20 mots les plus utilisés afin de représenter l’esprit de chaque document. Les résultats mettent en évidence les changements de contenu des livres blancs sur l’aide et indiquent les tendances de l’histoire de l’approche du Royaume-Uni du développement international. Une phrase caractéristique pour illustrer la Déclaration de Paris de 2005 sur l’efficacité de l’aide est mise en opposition avec une phrase composée de mots qui n’ont pas été employés dans ce document. Les lecteurs sont invités et mis au défi d’identifier les mots dont ils aimeraient qu’ils soient utilisés et fassent l’objet de plus d’actions dans le domaine du développement.
  • L’idée de la réduction de la pauvreté attire naturellement toutes sortes d’anges – au sein d’ONG, de départements gouvernementaux et d’institutions financières internationales – mais leurs soins sont frustrés par de nombreux obstacles, dont : la manière étroite et statique dont les économistes définissent les pauvres ; l’éloignement des pauvres; leur invisibilité sociale et le fait qu’ils échappent à la plupart des formes de ciblage ; et l’absence de volonté politique de s’engager dans les politiques de réduction de la pauvreté. La réponse angélique à ces obstacles a consisté à mener une bruyante campagne mondiale pour la réduction de la pauvreté avec des objectifs du millénaire, des cibles pour l’aide internationale et des documents stratégiques pour la réduction de la pauvreté. Il vaudrait mieux redécouvrir le langage du risque, de la vulnérabilité et de l’assurance sociale. Le message de l’association entre le risque et la récompense et le besoin collectif de mécanismes sociaux qui permettront aux personnes de faire face à des risques accrus sans s’exposer à des dégâts irréversibles, voilà ce qui doit vraiment être transmis.
  • L’expression 'protection sociale' a été beaucoup utilisée de par le monde et est souvent traitée comme un synonyme de 'sécurité sociale', ce qui est trompeur. Cet article se penche sur les nombreux termes qui sont devenus partie intégrante du langage de la protection sociale, en indiquant que l’image évoquée par le terme est plutôt différente de ce qu’il signifie.
  • Le terme 'mondialisation est largement utilisé pour décrire une variété de changements économiques, culturels, sociaux et politiques qui ont façonné le monde au cours des quelque 50 dernières années. Comme il s’agit d’un phénomène complexe et à multiples facettes, on a attribué à la mondialisation une ample gamme de pouvoirs et d’effets. Ses partisans affirment qu’elle est à la fois 'naturelle' et un résultat inévitable du progrès technologique et qu’elle crée des convergences économiques et politiques positives. Les critiques soutiennent que la mondialisation est hégémonique et hostile aux économies locales et nationales. Cet article soutient que la mondialisation est une forme d’expansion capitaliste qui entraîne l’intégration des économiques locales et nationales dans une économie de marché mondiale et déréglementée. Bien qu’économique dans sa structure, la mondialisation est également un phénomène politique, influencé par les négociations et interactions entre les institutions du capital transnational, les états-nations et les institutions internationales. Ses moteurs principaux sont les institutions du capitalisme mondial – en particulier les sociétés transnationales – mais elle a également besoin de la main ferme des États pour créer des environnements propices lui permettant de prendre racine. La mondialisation s’accompagne toujours de la démocratie libérale, laquelle facilite l’établissement d’un État et de politiques néolibéraux qui permettent à la mondialisation de prospérer. Cet article traite de la relation entre la mondialisation et le développement et fait remarquer que certaines des suppositions les plus fréquemment avancées par ses partisans contredisent la réalité de la mondialisation et que celle-ci se heurte à la résistance de plus de la moitié de la population du monde parce qu’elle n’est pas capable de tenir ses promesses de bien-être et de progrès économiques pour tous.
  • Cet article met en question l’utilisation croissante de l’expression 'basé sur la foi' dans les politiques générales et la pratique du développement. L’auteur affirme qu’elle homogénéise les personnes dans les contextes de migrants minoritaires et de pays en développement et exclut de nombreuses personnes qui œuvrent en faveur des droits de l’homme et de la justice sociale dans une optique laïque, et qu’elle constitue par conséquent une base analytique douteuse pour la politique générale. Avec comme toile de fond la 'guerre contre le terrorisme', l’auteur examine également les différences entre les politiques de développement des États-Unis et celles du Royaume-Uni qui découlent de l’expression 'basée sur la foi'.
  • La participation avait été conçue au départ comme élément d’une approche contre-hégémonique de la transformation sociale radicale et, de ce fait, elle représentait un défi au statu quo. Paradoxalement, tout au long des années 80 et 90, la 'participation' a acquis une légitimité au sein du monde institutionnel du développement jusqu’à devenir un mot à la mode (un buzzword). Les manipulations précises requises pour convertir une proposition radicale en quelque chose qui pouvait servir les intérêts de l’ordre mondial néolibéral ont abouti à la décapitation politique de la participation. Réduite à une série de paquets et techniques méthodologiques, la participation allait lentement perdre sa signification philosophique et idéologique. Pour faire en sorte que l’approche et la méthodologie aident le processus contre-hégémonique de résistance et de transformation au niveau de la base populaire, ces significations ont désespérément besoin d’être récupérées. Pour ce faire, il faut que la participation soit reformulée au sein de processus plus larges de lutte sociale et politique afin de faciliter la récupération de la transformation sociale dans le monde du capitalisme du 21ème siècle.
  • Cet article traite des différentes significations que la citoyenneté a assumées en Amérique latine au cours des quelques dernières décennies. Le principal argument y est que, dans la confluence perverse entre les projets participatifs néolibéraux et démocratiques, la référence commune à la citoyenneté, utilisée par différents acteurs politiques, donne l’impression d’une homogénéité apparente, masquant par la même occasion les différences et édulcorant le conflit qui existe entre ces projets.
  • Cet article retrace l’évolution au fil des siècles du concept et de la pratique de l’autonomisation (ou octroi de pouvoirs, 'empowerment' en anglais), de son adoption par des mouvements sociaux radicaux, en particulier des mouvements de femmes à partir des années 70, et de sa conversion, vers la fin des années 90, en mot à la mode. En situant l’analyse dans le contexte d’interventions pour l’autonomisation des femmes en Inde, cet article décrit la dynamique de la dépolitisation et de la subversion d’un processus qui mettait en cause les structures les plus profondes du pouvoir social. La 'diminution d’échelle' et la constriction du concept au sein de la politique d’État, le 'dé-financement' des stratégies véritables d’autonomisation sur le terrain et la substitution de l’autonomisation par des quotas politiques et le microfinancement sont examinés et analysés.
  • Parallèlement à la mondialisation, et comme complément de celle-ci, le 'capital social' a connu une ascension fulgurante dans toutes les sciences sociales au cours des deux dernières décennies. Il n’est pas surprenant qu’il ait occupé une place tout particulièrement importante dans tout le secteur des études de développement, surtout du fait de sa promotion constante par la Banque mondiale. Cependant, en tant que concept, comme le soutiennent obstinément des documents critiques minoritaires, le capital social a des défauts fondamentaux. Bien qu’il soit capable d’aborder presque tout ce qui est désigné comme 'social', il a tendu à délaisser l’État, la classe, le pouvoir et le conflit. Comme mot à la mode (buzzword), il a beaucoup freiné l’éloignement actuellement progressif des extrêmes du néolibéralisme et du postmodernisme à un moment où l’impérialisme économique mène une attaque extrêmement agressive. Le capital social ne doit pas être ignoré, mais il doit être contesté – et rejeté.
  • Cet article se base sur des entretiens avec plusieurs membres du personnel d’ONG situées à San Cristóbal de Las Casas au Chiapas, au Mexique, concernant les partenariats entre ces ONG et leurs sources de financement, comme les fondations ou agences du Nord qui effectuent ou soutiennent des travaux de développement dans l’hémisphère Sud. La raison des entretiens était un intérêt concernant le mot 'partenariats', en particulier les partenariats stratégiques. Les partenariats existent-ils actuellement et, dans l’affirmative, qu’est-ce que cela signifie pour les ONG d’avoir un partenariat avec une source de financement ? La conclusion générale a été que les partenariats stratégiques ont effectivement existé dans le passé et qu’ils pourraient réapparaître à l’avenir, mais que pour l’instant ils n’existent que sporadiquement, étant données les manières distinctes de voir et d’effectuer le travail de développement au sein des ONG d’un côté et des fondations ou agences de l’autre.
  • Cet article est une réflexion sur le vocabulaire fréquemment employé au sein des organisations de développement pour communiquer sur le 'genre et le développement'. L’auteur soutient que la terminologie pertinente, bien qu’elle soit fréquemment utilisée, reste problématique. Certains termes sont presque complètement absents, tandis que d’autres sont utilisés de manière vague et peu appropriée – les subtilités de concepts mis au point et débattus avec soin étant souvent perdues. Les termes comme 'autonomisation', 'genre' et 'intégration du genre dans les activités', qui ont leurs origines dans la réflexion et l’activisme féministes, ont perdu leurs amarres et sont devenus dépolitisés. Malgré ces problèmes, il y a des signes de ce que les débats et le language sont en train de devenir plus radicaux avec la reconnaissance des défauts des pratiques de l’intégration du genre dans toutes les activités, l’approfondissement de l’intérêt concernant l’idée d’autonomisation et l’adoption explicite d’un language ayant trait aux droits de l’homme.
  • Comme 'terme charnière' éminemment efficace, capable de relier des groupes disparates sur la base d’un large ordre du jour commun, le terme 'durabilité' a beaucoup évolué depuis son association technique à la gestion des forêts en Allemagne au dix-huitième siècle. Durant les années 80 et 90, il a défini – pendant un moment historique précis – un débat clé d’importance mondiale, qui a amené avec lui une coalition d’acteurs – au travers des gouvernements, des groupes civiques, du monde universitaire et du secteur des affaires – de manière peut-être sans précédent. Le fait qu’ils n’étaient pas d’accord avec tout (ou qu’ils ne savaient rien des définitions techniques du terme) importait peu. Le travail charnière effectué au nom de la durabilité créa un élan important pour l’innovation au niveau des idées, la mobilisation politique et les changements de politiques générales, en particulier en rapport avec la Conférence des Nations Unies sur l’environnement et le développement (UNCED) qui se tint à Rio en 1992. Bien entendu, tout ceci ne mena pas à tout ce que les partisans au centre de ces réseaux avaient prévu et le débat a évolué depuis, avec des questions prioritaires différentes et des acteurs et réseaux nouveaux. Mais, comme le soutient l’auteur, ce changement ne nuit pas au pouvoir de la durabilité comme mot à la mode : comme point de rencontre pour les idées et la politique qui continue d’être puissant et influent.
  • Cet article propose une généalogie intellectuelle de la manière dont le concept des droits de l’homme est entré dans le discours du développement – de la formulation d’un 'droit au développement' à l’incorporation des droits dans le discours dominant, en passant par l’expression d’une approche 'basée sur les droits' du développement. Il se conclut par quelques propositions sur le rôle important que la concentration sur les droits pourrait jouer dans la pratique du développement international.
  • L’idée de société civile s’est avérée très difficile à cerner, échappant comme elle le fait aux schémas conceptuels et à toute négociation stable du concept lui-même. Ressuscité dans un contexte historique très défini, celui des États autoritaires, le concept de société civile en est venu à signifier un ensemble de pratiques sociales et politiques qui cherchaient à entrer dans un dialogue avec le pouvoir de l’État. L’étroite connexion avec la réapparition du concept et l’effondrement des États dictatoriaux a rendu la société civile intéressante pour une variété d’agents politiques dotés de différents ordres du jour : élargir le marché aux dépens de l’État, faire la transition de la politique de masse vers des campagnes portant sur une seule question et localisées, miner la confiance dans des modes acceptés de représentation comme les partis politiques et rétrécir en général le domaine de l’État et celui du mode accepté de mener la politique. Le fait que le concept de société civile puisse convenir à une telle variété de projets politiques différents cause une certaine inquiétude, car cela pourrait bien signifier que la société civile en est venue à vouloir dire tout pour tous ceux qui s’y intéressent un tant soit peu.
  • Le plaidoyer public et le plaidoyer centré sur les personnes sont influencés par la culture politique, les systèmes sociaux et le cadre constitutionnel du pays dans lequel ils sont pratiqués. C’est la pratique du plaidoyer qui détermine la théorie et pas l’inverse. Si le plaidoyer n’est pas ancré dans les réalités de la base populaire et n’est pratiqué qu’au niveau macro, il est de plus en plus vraisemblable que les élites professionnelles s’approprieront la voix des marginalisés. Cependant, la crédibilité même des praticiens du plaidoyer dépend de leur relation avec les mouvements de masse et des perceptions au niveau de la base populaire de ce qui constitue le changement social souhaitable.
  • Les associations que le terme 'ONG' a acquises dans le discours du développement doivent être analysées d’un œil critique par rapport à la pratique sur le terrain. En s’inspirant d’une analyse de la montée des ONG en Palestine, l’auteur suggère que le développement du mouvement des ONG a eu pour effet de déstabiliser la société civile durant une phase de lutte nationale. Au travers de la professionnalisation et du lancement de projets multiples entraînés par les tentatives, financées par des bailleurs de fonds, de promouvoir la 'société civile', un processus d’'ONGisation' a eu lieu qui a créé un vide comblé de plus en plus par le militantisme du Mouvement islamique (Hamas). Comme le montre ce cas, 'ONG' a beau être un mot à la mode (buzzword), les ONG ne constituent pas pour autant une balle magique. Au lieu de prendre comme allant de soi les effets positifs et démocratisants de la croissance et de la propagation des ONG comme si elles représentaient la 'société civile' elle-même, cet article soutient que c’est une approche plus critique qui est requise, une approche qui prenne davantage en compte la politique des contextes spécifiques et la dynamique de l’institutionnalisation.
  • Cet article se concentre sur le rôle que les ONG de développement jouent dans le renforcement des capacités et soutient que bien des pratiques conventionnelles d’ONG concernent en fin de compte le maintien du pouvoir et non l’octroi de pouvoirs à leurs partenaires (leur autonomisation). Ceci aboutit à l’apparition d’œillères et à une reddition de comptes ascendante, et non descendante ou horizontale, sur la base de la supposition selon laquelle le transfert des ressources est un processus unilatéral. Au pire, ceci mine, au lieu de renforcer, les capacités des organisations que les ONG s’efforcent d’aider. Le partage des responsabilités et des risques, la redevabilité mutuelle, et l’engagement dans le long terme au lieu de projets à court terme sont plus susceptibles de créer des partenariats capables de résister aux vicissitudes et de contribuer à des changements durables.
  • L’harmonisation des efforts des bailleurs de fonds est l’un des mots actuellement à la mode dans le monde de l’aide officielle. Cependant, bien qu’elle soit une idée intéressante en théorie, tant que les bailleurs de fonds ne reconnaîtront et n’aborderont pas les opérations du pouvoir dans la relation d’aide, l’harmonisation ira probablement à l’encontre du but recherché, à savoir favoriser des réponses initiées au niveau local aux défis du développement.
  • L’expression 'propriété de pays' se réfère à une propriété de la conditionnalité associée aux programmes, processus, plans ou stratégies faisant intervenir une 'partie nationale' (en général un état-nation) et une partie étrangère (en général le FMI, la Banque mondiale, les banques régionales de développement et autres institutions multilatérales et bilatérales). Dans quelles circonstances et comment le concept de propriété de pays peut-il être pertinent pour un pays comportant une myriade d’opinions et d’intérêts hétérogènes et souvent contradictoires ? Ou pour un pays dont la légitimité représentative ou les références démocratiques du gouvernement sont mises en question ? L’auteur soutient que cette expression a été tellement exploitée qu’elle est, au mieux, peu utile et, au pire, pernicieuse : une expression dépassée.
  • Dans cette brève critique de l’idée des 'meilleures pratiques', l’auteur soutient que les bonnes pratiques ne sont ni réplicables ni uniformes ; on ne peut pas les réduire aux éléments qui les composent pour les reproduire ailleurs. De plus, les critères de ce que constitue les 'meilleures pratiques' sont au mieux sans valeur scientifique et tendent à décourager la diversité et l’expérimentation au niveau local.
  • Le concept de 'construction de la paix' est une expression à la mode pour le courant dominant de la politique et de la pratique en matière de développement. L’introduction récente d’outils de gestion et la concentration sur la mesure de l’'efficacité' de la construction de la paix ont marginalisé et dépolitisé les questions cruciales sur les causes du conflit violent pour les remplacer par des idées réconfortantes pour les bailleurs de fonds selon lesquelles la paix peut être construite et mesurée sans mettre en cause la manière dont l’Occident comprend l’économie, la gouvernance et les aspirations sociales des populations.
  • Les concepts de transparence et de redevabilité sont étroitement liés : la transparence est censée donner lieu à la redevabilité. Cet article met en cause cette supposition partagée par beaucoup. La transparence mobilise le pouvoir de la honte, mais ceux qui n’ont pas honte peuvent ne pas être vulnérables à la dénonciation publique. La vérité souvent ne mène pas à la justice. Après avoir examiné différentes définitions et dimensions des deux idées, les questions les plus pertinentes s’avèrent être : quelles sortes de transparence aboutissent à quels types de redevabilité et dans quelles conditions ? L’article conclut en suggérant que le concept peut être analysé en termes de deux variantes distinctes. La transparence peut être soit 'limpide' soit 'opaque', tandis que la redevabilité peut être 'douce' ou 'dure'.
  • Cet article traite des manières dont la corruption a pris le devant de la scène dans une grande partie de la formulation de politiques générales et de la rhétorique dans le secteur du développement. L’auteur soutient qu’il existe un besoin de déstabiliser les suppositions 'prises comme allant de soi' de ce qu’est la corruption et de la manière dont elle opère. Pour ce faire, il faut générer une compréhension de la façon dont les significations de la corruption varient et de la manière dont cette variation est déterminée par les caractéristiques sociales des personnes engagées dans le discours lié à la corruption. Il s’agit en outre d’examiner la manière dont les discours sur la corruption et l’anti-corruption sont traduits du niveau international aux niveaux national et local – de l’'establishment' anti-corruption aux réalités des rencontres bureaucratiques dans des contextes divers.
  • Le concept de la bonne gouvernance est né parmi des érudits africains en rapport avec les relations États-société en Afrique pour exprimer le souci de ce qu’elles soient propices au développement, démocratiques et socialement inclusives. Ce terme a depuis été adopté par le secteur international du développement – en particulier la Banque mondiale – et utilisé par lui comme une nouvelle étiquette pour la conditionnalité de l’aide, en particulier l’ajustement structurel dans toutes ses manifestations diverses. .
  • Cet article examine les liens entre le développement et la 'sécurité', en situant ces concepts dans leurs contextes philosophiques et politiques, en particulier en rapport avec les guerres contemporaines, y compris la 'guerre contre le terrorisme', et ce que l’on appelle la 'sécurisation' du développement. La sécurité des États n’assure pas forcément la sécurité de leurs citoyens et le concept même de sécurité est à la fois complexe et contesté. L’auteur propose un résumé succinct des interprétations diverses de la sécurité – des États, des collectivités et des individus – en montrant comment chacune d’entre elles est à double tranchant et ambivalente.
  • Depuis les années 90, les États qui n’ont pas la capacité de s’acquitter de leurs fonctions normales et de faire avancer le développement sont appelés les 'États fragiles'. Cet article se concentre sur l’Afrique, qui non seulement compte la plus grande concentration d’États fragiles par excellence, mais qui a en outre été le centre d’intérêt des érudits, des organismes internationaux et des praticiens du secteur du développement. L’auteur examine des analyses en concurrence de l’État africain post-colonial et conclut que ses caractéristiques d’institutions faibles, de pauvreté, d’inégalités sociales, de corruption, de dissensions civiles, de conflits armés et de guerre civile ne sont pas des problèmes originaux mais trouvent leurs origines dans des contextes historiques précis. Il est essentiel de comprendre les facteurs externes comme internes de la fragilité si l’on veut que les États de ce type bénéficient de l’assistance et de l’autonomisation dont ils ont besoin – non seulement pour le bien de leurs citoyens appauvris mais aussi pour le bien de la paix, de la prospérité et de la sécurité dans le monde. En fin de compte, ce sont les citoyens des pays concernés qui sont chargés de déterminer le moment où les États ne sont plus fragiles – pas les 'bailleurs de fonds' bienveillants ni la communauté internationale, dont la principale motivation pour des interventions soi-disant destinées à renforcer l’État est de veiller à ce que les États fragiles trouvent leur place légitime dans l’ordre mondial hégémonique.
  • Cet article traite de la 'gestion des connaissances' en se servant d’une étude de cas du service de recherches de la Banque mondiale, situé dans la vice-présidence de l’économie pour le développement de la Banque. Malgré la présentation que fait la banque de son antenne de recherches comme un organisme menant des 'travaux rigoureux et objectifs', l’auteur constate que la 'gestion des connaissances' de la Banque fait intervenir des recherches qui ont tendu à renforcer l’ordre du jour dominant de la politique de mondialisation néolibérale. Cet article examine certains des mécanismes par lesquels le service de recherche de la banque en vient à jouer un rôle central dans ce que Roger Wade a dénommé l’'entretien des paradigmes', y compris des moyens d’encouragement lors de l’embauche, la promotion et la publication, ainsi que la mise en application sélective des règles, le découragement des opinions dissonantes et la manipulation des données. L’analyse de l’auteur se base tant sur des entretiens approfondis avec des professionnels actuels et passés de la Banque mondiale que sur l’examen de la documentation pertinente.
  • Cet article présente certaines des conclusions clés du Southern African Reconciliation Project (SARP – Projet de réconciliation en Afrique australe). Le SARP était un projet collaboratif de recherches faisant intervenir cinq ONG d’Afrique australe au Malawi, au Mozambique, en Namibie, en Afrique du Sud et au Zimbabwe. Il a entrepris d’examiner ce que l’on entendait par le concept de réconciliation dans les contextes communautaires d’Afrique australe et s’est penché sur les façons dont les politiques gouvernementales nationales et la participation de la société civile à la réconciliation soit se sont ouvertes sur des occasions de réconciliation, de justice transitionnelle et sur la promotion d’une culture propice aux droits de l’homme, soit les ont bloquées. L’auteur résume le contexte historique de la réconciliation en Afrique australe, décrit dans leurs grands traits les initiatives de réconciliation lancées dans chaque pays et identifie les débats naissants sur la réconciliation et les principes de la réconciliation qui ont fait leur apparition dans le cadre des travaux des organisations de la société civile (OSC) dans la région.
  • Aux cours des quelques dernières années, le concept de société civile a suscité un intérêt renouvelé dans les cercles du développement et de la gouvernance. La société civile, définie en gros comme l’espace au sein de la société dans lequel a lieu l’action citoyenne collective, s’est en fait avérée être un concept extrêmement difficile à définir et à opérationnaliser. Cet article propose un cadre et une méthodologie pour mesurer et comparer la situation de différentes sociétés civiles de par le monde. Il se conclut par une discussion sur les questions et les défis, en s’inspirant des enseignements préliminaires se dégageant des efforts en cours visant à appliquer cette approche dans plus de 50 pays.
  • In English only
  • Cet article propose un cadre théorique, le paradoxe du renforcement des capacités (Capacity-building paradox), qui définit le travail sur les relations personnelles comme la base du renforcement des capacités. Il explique pourquoi le renforcement des capacités a jusqu’ici largement échoué. Le “travail sur les relations” est un élément central des fonctions des praticiens. Il consiste en du “travail dépendant” et du “travail d’amitié”, ce dernier étant synonyme de renforcement des capacités. Pour mener des travaux sur les relations, les praticiens ont besoin d’avoir du pouvoir afin de surmonter les obstacles environnementaux. Les ressources financières se dégagent comme l’influence environnementale prédominante, poussant souvent les praticiens à utiliser le travail dépendant plutôt que le travail d’amitié. Ceci aboutit à une réduction des capacités et ne contribue pas au développement durable. La plus grande partie des documents disponibles actuellement fournit des outils organisationnels et institutionnels pour le renforcement des capacités. Bien qu’il y ait une reconnaissance croissante du caractère central des relations personnelles dans ce travail, il n’existe pour l’instant aucun cadre théorique dans lequel le situer. Cet article présente des recherches originales sur les expériences de différentes personnes liées à des travaux de renforcement des capacités dans un contexte de développement et propose un modèle conceptuel qui pourrait avoir des implications importantes pour la pratique en matière de renforcement des capacités.
  • Cet article présente de nouvelles idées basées sur le terrain concernant l’application de la technique du Changement le plus significatif (Most Significant Change - MSC) comme méthode de suivi des changements sociaux découlant d’une intervention de développement. La documentation portant sur cette technique novatrice de suivi qualitatif augmente lentement mais elle se limite principalement à de la littérature grise. On remarque tout particulièrement un manque de recherches rigoureuses afin d’évaluer les complexités et les défis de l’application de la technique avec intégrité dans le contexte du développement. Les auteurs utilisent un modèle conceptuel des aspects pratiques du suivi et de l’évaluation (le “Cycle de données de S&E” - M&E Data Cycle) pour mener un examen systématique des défis à relever pour appliquer avec succès la technique du MSC et des éléments clés de ce travail d’application. Ils proposent une analyse détaillée de la manière dont la technique MSC a été utilisée dans deux projets au Laos, et présentent les enseignements et les nouvelles idées qui s’en sont dégagés. Ces informations basées sur la pratique pourront influencer l’utilisation future de la technique du MSC et contribuer à son développement.
  • Cet article tire les enseignements préliminaires de l’expérience vécue au moment d’obtenir des élites villageoises qu’elles soutiennent un programme de BRAC destiné aux femmes ultra-pauvres du Bangladesh rural. Il décrit les origines, les buts et le fonctionnement de ce programme, qui apporte un soutien complet aux moyens de subsistance et donne des biens de production aux personnes se trouvant dans la pauvreté extrême. En se basant sur les recherches menées sur le terrain dans le nord-ouest rural, cet article examine les conditions dans lesquelles les élites peuvent soutenir les interventions pour les ultra-pauvres, ainsi que les risques et les avantages de ce type d’engagement. Il décrit l’impact des comités qui ont le mandat de soutenir les participants ultra-pauvres du programme et cherche à comprendre le succès quelque peu paradoxal de cette intervention. Les conclusions et les leçons supposent un réexamen des suppositions qui dominent le savoir et les programmes liées aux aspects politiques de la pauvreté dans le Bangladesh rural.
  • Les marchés et les entreprises connaissent actuellement de grands changements tandis que la mondialisation s’approfondit. La pression exercée par des groupes sociaux divers, tant environnementale qu’économique, entraîne des changements dans l’environnement opérationnel. De nombreuses sociétés cherchent à concevoir des stratégies de responsabilité sociale, tant pour répondre aux pressions externes que pour profiter à leurs propres intérêts. C’est sur cette toile de fond que cet article aborde le cas d’Inditex, une entreprise basée en Galice, et sur le “harcèlement” qu’elle a subi de la part de Setem, antenne espagnole de la Clean Clothes Campaign (CCC – Campagne vêtements propres). En examinant les affirmations de Setem, on comprend mieux les répercussions de l’exercice de pression pour des systèmes sociaux qui sont désormais de plus en plus influencés par des acteurs externes. Les auteurs soutiennent que tant les sociétés que les organisations non gouvernementales doivent rendre des comptes sur l’impact social de leurs activités.
  • Le Cambodge a entrepris un processus de décentralisation et de démocratisation, dont l’établissement, au début de 2002, de conseils communaux élus. Cependant, étant donné qu’il n’existait pas de tradition concernant l’encouragement de la participation civique aux affaires publiques, la population ne savait guère au départ comment dialoguer avec ces conseils. Les auteurs décrivent un projet soutenu par le ministère du Développement rural et l’agence bilatérale allemande GTZ et entrepris avec des organisations non gouvernementales locales dans le but d’identifier et de soutenir des groupes communautaires actifs et d’améliorer leur aptitude à dialoguer avec les conseils communaux, tout en cherchant des manières pour ces derniers de soutenir les différents groupes.
  • Les banques de riz sont de plus en plus utilisées en Asie du sud-est pour tenter de remédier aux crises alimentaires saisonnières qui touchent les communautés pauvres. Malgré l’accord général sur l’efficacité des banques de riz gérées par les communautés pour ce qui est de l’amélioration de la sécurité alimentaire, il n’y a eu presque aucune recherche sur leur efficacité au moment d’arriver jusqu’aux plus pauvres ou sur les perspectives de durabilité liée aux remboursements réguliers de riz. Concern Laos a tenté de répondre à ces questions au travers de la mobilisation communautaire, en formulant des règles pour encourager la participation des plus pauvres, en développant des outils et des procédures simples s’inscrivant dans la capacité communautaire existante et en développant une capacité communautaire accrue. Il reste d’autres défis, comme celui de modifier la mentalité répandue de “secours”, d’assurer la participation des femmes et d’établir des programmes d’épargne régulière afin d’améliorer l’efficacité et la durabilité des banques de riz.
  • Cet article décrit Learning Platforms (Plateformes d’apprentissage), un effort structuré mené par l’agence néerlandaise SNV pour encourager ses conseillers experts à prendre part à la lecture et l’analyse des travaux de recherche universitaire liés au contexte dans lequel ils travaillent et à entreprendre leurs propres recherches. Bien que l’aptitude des praticiens à appliquer leurs recherches à leur pratique quotidienne et l’aptitude de l’organisation à assimiler les conclusions des recherches dans ses manières de travailler aient été partielles ou limitées, l’approche a le potentiel de rassembler les efforts des universitaires et des praticiens de façons mutuellement avantageuses.
  • La gestion basée sur les résultats (GBR) est solidement établie comme outil de gestion pour la pratique internationale dans le secteur du développement. Or, bien qu’elle soit utilisée depuis dix ans, de nombreux praticiens du développement ont une opinion négative de la GBR, qu’ils considèrent comme une exigence émanant des bailleurs de fonds qui détourne du temps, de l’énergie et des ressources des efforts concrets du travail de développement. Cet article présente quelques réflexions générales sur la GBR depuis un point de vue distinctif : celui de l’évaluateur de projet (ou de programme). Il se penche sur les défis associés à la GBR et tire de cette réflexion un certain nombre de stratégies suggérées pour améliorer son utilisation. Il conclut que les praticiens du développement doivent se montrer plus agressifs au moment de mettre en œuvre la GBR.
  • Cet article identifie les défis et les occasions pour l’industrie du café robusta de l’Ouganda dans le contexte de la crise mondiale du café. Il présente une évaluation qualitative et quantitative des stratégies de développement au travers desquelles l’Ouganda profiterait d’une augmentation modeste de sa production de robusta, tandis qu’une diminution supplémentaire de sa production pourrait nuire à son prix actuel sur le marché. Par ailleurs, une augmentation de la valeur du robusta ougandais, en améliorant sa qualité, pourrait comporter des avantages importants.
  • Limités largement par le manque de moyens – techniques, financiers, juridiques et/ou administratifs – les gouvernements des pays en développement créent souvent des structures de gestion multicouche afin de réglementer et de surveiller les ressources protégées. Ces structures sont créées lorsque des organisations non gouvernementales se voient octroyer l’autorité de suivre et/ou de gérer certains aspects d’une ressource naturelle ou indigène protégée. D’autres aspects, souvent ayant trait à la réglementation, continuent d’être gérés par le gouvernement. En utilisant des études de cas du Belize et de Malaisie, les recherches présentées ici suggèrent que les structures de gestion créées entre les ONG et les gouvernements dans les pays en développement encouragent souvent un suivi chaotique, des politiques réactives et des conflits sur la juridiction, ainsi qu’une dépendance des moyens techniques, financiers et/ou juridiques des ONG.
  • Cet article se base sur des recherches qui ont examiné et analysé le rôle potentiel des diasporas dans l’aide au développement aux Pays-Bas. Les recherches ont adopté l’hypothèse selon laquelle les agences de développement pourraient profiter des connaissances, des compétences et des opinions des diasporas comme “agents de développement” et rendre ainsi l’aide plus efficace et plus durable. Les données ont été tirées d’entretiens semi-structurés avec des représentants de diasporas installés aux Pays-Bas, des ONG néerlandaises sélectionnées par le gouvernement des Pays-Bas pour leurs programmes de renforcement des capacités, des bailleurs de fonds officiels, notamment le ministère néerlandais des Affaires étrangères (Ministerie van Buitenlandse Zaken) et des organisations internationales, comme l’Organisation internationale pour les migrations (OIM). Les données secondaires ont été tirées d’une revue documentaire.
  • In English only
  • Cet article décrit la phase exploratoire et préparatoire d’un projet de recherche conçu pour utiliser l’enquête coopérative comme méthode pour la recherche-action transformative et participative sur les rapports entre les bailleurs de fonds et les récipiendaires dans deux pays en développement : la Bolivie et le Bangladesh. Il décrit les origines de notre idée, les défis conceptuels que nous avons dû relever dans le cadre de la recherche de financement et ce que nous avons appris de cette première phase. Nous analysons les raisons pour lesquelles les chercheurs, ainsi que les sujets potentiels de ce travail de recherche, n’étaient pas convaincus par la méthodologie proposée, y compris les défis émanant de nos propres positions et de la nature hautement sensible du sujet. Nous expliquons pourquoi nous avons décidé d’abandonner le projet et tirons quelques conclusions provisoires concernant les options pour la recherche-action et l’apprentissage-action participatifs en matière de pratiques de développement.
  • Pour relever les défis relatifs à la santé des écosystèmes il faut éliminer les barrières disciplinaires et professionnelles. Par le biais d’une réflexion sur un projet de recherche et développement visant à aborder les préoccupations relatives aux pesticides dans le nord de l’Équateur, ce document présente les défis qui se sont présentés et les compromis effectués, du recrutement de personnel à la mobilisation pour des changements de politique générale, en passant par des évaluations préliminaires et des activités d’éducation au sein des communautés. Ce faisant, il met en évidence les problèmes de paradigme et de processus sous-jacents inhérents au regroupement des chercheurs et des praticiens du secteur du développement, ainsi que le rôle problématique du plaidoyer qui est associé aux initiatives communes dans les domaines de l’agriculture, de la santé et de la recherche et du développement.
  • Le chewing-gum naturel (ou chicle) représente à peine 3,5 pour cent du marché total du chewing-gum, lequel est dominé par du chewing-gum synthétique fabriqué à partir d’hydrocarbures. Cependant, l’intérêt récent que suscitent les stratégies de moyens d’existence durables a présenté des possibilités d’élargissement de la commercialisation du chicle pour ce qui est encore un petit marché de niche. La production de chicle peut servir à renforcer la conservation forestière et fournir du travail régulier aux populations qui dépendent des produits forestiers, dans le cadre d’une gamme d’activités forestières durables. Cependant, la production et la commercialisation du chewing-gum naturel se sont heurtées à plusieurs problèmes sérieux : les producteurs du Mexique ont été organisés de manières qui leur ont fait prêter le flanc à l’exploitation tant par les intermédiaires que par les institutions publiques ; de plus, les processus de certification pour les produits biologiques et de commerce équitable sont compliqués et coûteux. Ce document suggère plusieurs façons d’aborder ces problèmes.
  • Entre 1994 et 2003, les ADPIC de l’OMS ont été affinés de manière à comporter des flexibilités pour ce qui est de l’utilisation de licences obligatoires pour importer et exporter les variétés “génériques” de produits pharmaceutiques, y compris les médicaments ARV pour le traitement du VIH/sida. Ce document résume d’abord ce processus et en analyse les implications dans la pratique pour les pays en développement, puis il place le régime actuel dans un contexte à plus long terme de la protection institutionnelle des brevets en Grande-Bretagne et en Europe qui date du dix-neuvième siècle. Il décrit la manière dont ce modèle, qui profite aux détenteurs principaux de brevets, continue d’être présent dans les ADPIC L’auteur démontre ensuite que les entreprises continuent d’exercer une influence sur l’État comme l’illustrent les conditions des ADPIC-plus, lesquelles figurent dans les accords de libre-échange bilatéraux entre les États-Unis et soit certains pays en développement soit des groupements régionaux. Cette batterie de ce qui constitue en fait des obstacles institutionnels à la disponibilité de médicaments bon marché, à l’heure actuelle et à l’avenir, présente des problèmes sérieux pour les opérations futures de la chaîne d’approvisionnement pour de nombreux médicaments importés et, dans les cas du VIH/sida, avec des implications négatives pour l’efficacité clinique à long terme des médicaments les plus largement utilisés.
  • Cet article examine les méthodologies actuelles pour la conception de projets de développement et identifie des raisons fondationnelles de conflit entre les approches de conception et les méthodes participatives. Nous examinons un certain nombre d’autres approches possibles de la conception et des interventions dans les systèmes sociaux et explorons l’application potentielle de certaines de ces nouvelles idées dans le cadre d’un processus de formulation de vision basé sur la rationalité communicative. Nous concluons qu’il y a de nombreux problèmes à surmonter avant de décrire une méthodologie de conception complète qui s’éloigne de la base objectiviste des systèmes de conception existants et que la nouvelle approche devra aborder les rapports de pouvoir et les problèmes en résultant et interreliés concernant la redevabilité et la confiance.
  • La redevabilité des ONG internationales (ONGI) de développement a suscité l’intérêt de nombreux universitaires et praticiens du développement. La redevabilité des ONGI s’inscrit dans deux catégories : la redevabilité pratique (concernant l’utilisation des intrants, la manière dont les activités sont effectuées, et concernant les résultats) et la redevabilité stratégique concernant les résultats des ONGI par rapport à leur mission. Ce document présente un cadre conceptuel pour explorer la redevabilité des ONGI. Il se base sur des informations collectées au travers d’un examen des documents disponibles et d’entretiens semi-structurés avec des représentants de 20 ONGI basées au Royaume-Uni. Selon ces recherches, les ONGI tendent à utiliser un certain nombre de mécanismes d’assurance qualité afin d’arriver à la redevabilité “pratique”. Cependant, les auteurs de cet article suggèrent que ce type de redevabilité ne permettra pas forcément aux ONGI d’accomplir leur mission, à savoir atténuer la pauvreté et éliminer l’injustice. Qui plus est, l’utilisation prédominante de la redevabilité pratique a entraîné un certain nombre de lacunes dans la redevabilité des ONGI. Il est suggéré ici que, comme le terme “participation” précédemment, la “redevabilité” a été récupérée pour ses avantages déterminants pour les performances et la gestion des ONGI. Les auteurs soutiennent que, si les ONGI veulent accomplir leurs missions respectives, il leur faudra des formes plus “stratégiques” de redevabilité visant à modifier fondamentalement les structures sociales, économiques et politiques qui favorisent la pauvreté.
  • Andries Du Toit (2004) soutient que le concept d’exclusion sociale n’a qu’une utilité limitée dans le domaine des études du développement puisque la pauvreté chronique est souvent le résultat de l’incorporation à des conditions tout particulièrement défavorables (incorporation défavorable ou négative) plutôt que d’un processus d’exclusion quelconque. Du Toit lance donc un appel pour que l’on cesse de voir l’“exclusion” et l’“inclusion” en termes binaires et que l’on se penche de plus près sur la manière dont différentes sortes de pouvoir sont formées et maintenues. Cet article soutient que la réflexion sur l’exclusion sociale a d’ores et déjà dépassé une simple dichotomie “inclus/exclus” et que l’utilisation du cadre analytique de M. Sen aide les chercheurs à démêler les facteurs complexes et étroitement liés sous-jacents à la pauvreté chronique, comme celle subie par les ouvriers agricoles du district de Ceres, dans la région du Cap-Occidental d’Afrique du Sud.
  • Dans ce bref Point de vue, l’auteur soutient que la manière dont l’espérance de vie moyenne dans tout pays donné est communément comprise est une mesure peu appropriée par rapport au développement puisque, parmi les populations affectées par le sida, elle ne fait pas la différence entre les durées de vie très différentes selon qu’une personne contracte ou non la maladie.
  • Les réseaux internationaux en faveur du changement social augmentent en nombre et en influence. Bien qu’ils aient besoin d’être capables d’évaluer la mesure dans laquelle ils atteignent leur but et de déterminer les manières dont ils peuvent être plus efficaces, les méthodes conventionnelles d’évaluation ne sont pas conçues pour des formes organisationnelles complexes de ce type ni pour les diverses sortes d’activités auxquelles elles sont en général consacrées. En se basant sur une version antérieure de ce document, les auteurs présentent un ensemble de principes et d’approches participatives qui sont plus appropriés pour la tâche que constitue l’évaluation de ces réseaux.
  • Cet article traite du rôle des animaux dans les systèmes cultures/animaux de petite échelle en Asie. Il examine la manière dont les animaux satisfont plusieurs buts et non un seul ou deux buts, la sécurité étant également un élément important. On peut encourager les agriculteurs à produire plus de viande et de lait lorsque les autres formes de sécurité comme les banques sont considérées tout aussi fiables. Ceci revêt également des avantages pour les terres. Les systèmes multi-cultures nécessitent une main-d’œuvre importante, mais dans un contexte dans lequel la main-d’œuvre n’est pas un problème, les dispositifs permettant de faire des économies de main-d’œuvre ne constituent pas la solution. Les animaux dans l’agroforesterie font l’objet d’une discussion détaillée, et l’accent est mis sur les animaux qui paissent sous les plantations de noix de coco et d’huile de palme. En Asie les experts en animaux devraient consacrer plus de temps à examiner les rôles de la multiculture et des animaux dans l’agroforesterie.
  • La morbidité et la mortalité liées au sida affectent non seulement les personnes et leurs familles respectives mais elles minent aussi rapidement la capacité, déjà en difficulté, des États africains de se développer. Enrayer les impacts de la pandémie est donc devenu une préoccupation majeure. Pour ce faire, il faut aborder les questions concernant les soins et le soutien pour les personnes affectées et accroître l’accès des personnes vivant avec le VIH/le sida à des traitements efficaces. La fourniture de ces médicaments complexes dans des contextes où les ressources sont limitées est un phénomène plutôt récent. Dans ce contexte, cet article se base sur les expériences naissantes du terrain pour identifier les questions et les défis qui doivent être abordés afin de faciliter la transposition d’échelle du traitement contre le VIH/le sida en Afrique.
  • Dans cette étude le Profil “Health Promoting Lifestyle” (style de vie favorisant la santé) a été utilisé pour comparer des comportements favorisant la santé dans trois groupes de personnes atteintes de maladies chroniques traitées comme patients en consultation externe dans des cliniques et hôpitaux de Fidji, Nauru et Kiribati. Des différences significatives ont été constatées entre les personnes de sexe masculin et celles de sexe féminin et entre les trois groupes pour ce qui est des pratiques et des attitudes concernant la responsabilité en matière de santé, l’activité physique, la nutrition et la gestion du stress. Les professionnels et les éducateurs du secteur de la santé doivent développer des manières de transmettre le message concernant les styles de vie sains à des populations qui n’accordent guère d’attention aux méthodes conventionnelles d’éducation en matière de santé.
  • Ce rapport résume un projet de recherche-action participatif conjuguant des concepts du domaine de la gestion du développement et les pratiques dans le secteur de la santé mentale au niveau international. Ces recherches ont été menées en Estonie, au Kirghizstan et en Roumanie. Le modèle de politique générale comme processus est au cœur même des accords de gestion du développement mais n’est pas connu des organisations actives dans le secteur de la santé mentale, même celles qui travaillent dans une optique centrée sur la communauté et “ascendante” (partant de la base populaire) pour influencer la politique générale en matière de santé mentale. Dans le même temps, les pratiques et l’apprentissage émanant du secteur de la santé mentale et les modèles radicaux d’autonomisation des utilisateurs n’ont guère fait l’objet d’attention parmi les responsables du développement. Les recherches dont il s’agit ici ont constaté que le modèle de politique générale comme processus était utile pour les activistes du secteur de la santé, qu’il constituait un cadre pouvant rivaliser avec les concepts de politique générale plus traditionnels, directifs et prescriptifs, et qu’il permettait de mieux comprendre les perspectives multiples, les conflits basés sur les valeurs et la dynamique de pouvoir qui caractérisent les accords et les pratiques dans le secteur de la santé mentale. Parmi les recommandations figure un appel à des liens plus étroits entre l’activisme relatif à la santé mentale et la gestion du développement, ainsi qu’à un transfert des connaissances, des accords et des expériences entre les deux disciplines.
  • in English only
  • Le caractère multidimensionnel de la pauvreté est pratiquement incontesté. Cependant, les mesures de la pauvreté “économiques” ou basées sur les revenus/les dépenses/l’argent continuent d’occuper une position plus dominante parmi les indicateurs et les politiques clés relatifs au développement : l’Objectif du Millénaire pour le développement (OMD) numéro un est le dollar par jour ; l’Indice de développement humain (IDH) et l’Indice sexospécifique du développement humain (ISDH) du PNUD utilisent tous deux des coefficients qui privilégient fortement le PIB par habitant ; et le nombre de personnes “pauvres en revenus” est en général l’axe principal des Documents de stratégie pour la réduction de la pauvreté. Cet article traite de cette contradiction apparente entre le consensus sur le sens de la pauvreté et le choix des méthodes au moyen desquelles elle est mesurée dans la pratique. Après avoir présenté un bref historique de la signification et du mesurage de la pauvreté, l’auteur soutient que, bien que le déterminisme “économique” se soit peu à peu éloigné d’une position centrale dans la définition de la pauvreté, il n’a pas cessé d’en dominer le mesurage. Puis vient une section qui met en opposition les mérites relatifs des mesures “économiques” et “non économiques” de la pauvreté. La question suivante est posée : pourquoi les mesures “économiques” de la pauvreté occupent-elles encore une position privilégiée par rapport aux mesures non économiques ?
  • L’inégalité entre les sexes est désormais largement reconnue comme un facteur important dans la propagation et l’établissement de la pauvreté. Cet article examine le Rapport sur le développement dans le monde 2000/1 en tant que schéma directeur de la Banque mondiale pour aborder la pauvreté durant le 21ème siècle, parallèlement à plusieurs autres Documents de stratégie pour la réduction de la pauvreté (DSRP), en vue d’analyser la manière dont le genre est assimilé dans le processus d’élaboration de politiques générales et la question de savoir si elle constitue une nouvelle approche du genre et de la pauvreté. Les auteurs soutiennent que la démarche de la Banque mondiale concernant la pauvreté ne donnera probablement pas lieu à une justice relative au genre parce qu’il continue d’y avoir de grandes différences entre les politiques économiques et politiques qu’elle prescrit. Plus précisément, les auteurs soutiennent que la Banque adopte une approche intégrationniste qui assimile les questions de genre dans les paradigmes existants du développement sans tenter de transformer un ordre du jour du développement dont l’objectif final est la croissance économique et non l’équité. Des études de cas du Cambodge et du Viêt-Nam sont utilisées pour illustrer ces arguments.
  • La pauvreté et la manière dont les travaux de recherche la concernant sont menés suscitent une grande préoccupation parmi de nombreux spécialistes des sciences humaines. Cet article présente différentes manières de mener des recherches sur la pauvreté urbaine en Afrique sub-saharienne, en se concentrant sur les méthodes qualitatives et les différentes façons dont elles peuvent être utilisées pour collecter des données. Des exemples sont tirés de recherches sur le terrain effectuées dans des zones urbaines de la République démocratique du Congo (ex-Zaïre) pour illustrer les manières dont différentes méthodes et techniques de recherches sont utilisées sur le terrain et la façon dont un chercheur pourrait organiser la collecte des données.
  • Ce qui impulse le débat actuel sur la vulgarisation agricole, c’est de plus en plus le souci de ce qui peut être fait pour aider les agriculteurs à apprendre à faire face, de manière responsable et rentable, au monde complexe qui les entoure, ce en veillant à ce que le vulgarisateur occupe une position auxiliaire. Cet article cherche à déconstruire et à présenter une évaluation plus raisonnée des services de vulgarisation agricole au travers d’une réflexion sur les paradigmes du développement, l’éducation des adultes, l’autonomisation individuelle et le pluralisme institutionnel. En mettant en cause les dimensions éthiques sous-jacentes de la vulgarisation agricole, il est possible de développer un autre paradigme possible et de générer ainsi de nouvelles idées dans ce domaine. L’article conclut que la raison d’être de la vulgarisation à l’heure actuelle doit être de créer une base éthique qui veille à ce que les pratiques de vulgarisation soient plus inclusives et donc plus à même de répondre aux besoins des agriculteurs et des populations rurales, en intégrant les attentes individuelles dans l’environnement socio-économique, culturel, politique et géographique en général.
  • Cet article passe en revue les stratégies de prévention initiées et mises en œuvre par des ONG de par le monde afin d’aborder le problème du trafic sexuel des femmes. Il expose les bases conceptuelles pour les mesures anti-trafic en général et les mesures de prévention en particulier, avant de présenter un échantillon des programmes et des approches actuels. Les auteurs identifient certaines des lacunes apparentes dans ces interventions et proposent des recommandations afin d’améliorer la mise en œuvre des stratégies de prévention. L’article conclut que les mesures de prévention anti-trafic doivent être intégrées intelligemment dans les pratiques actuelles de développement communautaire et que c’est pour cette raison que les planificateurs du développement aux niveaux local et mondial doivent prendre conscience de cette question et des actions stratégiques nécessaires pour l’aborder.
  • On prétend souvent que les ONG et le contexte du développement en général sont intrinsèquement différents des autres contextes organisationnels au sein desquels on pense que le développement des ressources humaines (DRH) joue un rôle important. Dans cet article, l’auteur décrit dans leurs grands traits les concepts fondamentaux qui étayent d’une part le développement humain au sein des organisations et d’autre part le développement organisationnel et présente les arguments en faveur d’un investissement accru dans les personnes. Bien que ceci puisse soulever des questions d’ordre éthique et pratique dans les organisations qui ne génèrent pas leurs propres revenus mais dépendent de fonds externes, l’échec à développer le personnel dont dépend, en définitive, toute organisation de développement comporte des risques beaucoup plus importants. La gestion, et plus particulièrement le DRH, ne sont pas des activités “sédentaires” qui peuvent être menées au travers de l’application de protocoles et de sanctions, mais elles requièrent vision, leadership et engagement pratique.
  • Cet article traite du rôle que jouent les ONG, non pas dans leur rôle traditionnel comme prestataires de services, mais comme employeurs sur le marché du travail égyptien. Au cours des deux dernières décennies, les ONG ont proposé des postes attractifs à des professionnels issus des classes moyennes déçus par le secteur privé et ne souhaitant plus intégrer la bureaucratie de l’État. Les conditions de travail du nombre croissant d’employés d’ONG et les résultats des ONG en tant qu’employeurs n’ont pas fait l’objet d’un examen dans les nombreux documents portant sur les ONG émanant des chercheurs universitaires et des décideurs, lesquels ont jusqu’à présent porté presque exclusivement sur les relations des ONG avec leurs “bénéficiaires” et non sur leur position comme protagonistes actifs sur un marché du travail en mutation.
  • Cet article traite de la signification du développement sous un angle post-développement, en se basant sur une étude de cas portant sur un projet d’élevage de chèvres mené au sein d’une petite communauté d’agriculteurs d’une ville rurale du nord-est du Brésil. Ce projet de développement a subi la tension due à des visions du développement contradictoires tandis qu’il cherchait à imposer une vue interventionniste, ethnocentrique et moderniste de ce qui profiterait le mieux à la communauté, en stipulant même la façon dont les agriculteurs devaient travailler ensemble. L’interprétation moderniste a été critiquée pour diverses raisons, mais continue néanmoins de conditionner la façon dont l’“industrie du développement” définit ses valeurs et perçoit sa mission.
  • Le projet politique d’égalité entre les sexes (parité) en Afrique a pris de l’élan et affiche de nombreuses réussites. Cependant, celles-ci se limitent largement aux “grandes” femmes qui travaillent dans les contextes bureaucratiques public et privé dans lesquels il existe déjà un plus grand engagement en faveur de l’égalité entre les sexes. L’auteur soutient que, dans le contexte du Cameroun, tant que ces “grandes” femmes ne renouvelleront pas leur engagement vis-à-vis de leurs sœurs au niveau de la base populaire, l’expérience de l’égalité entre les sexes restera largement inégale. Seuls des liens solides entre les employées de bureau et les femmes moins privilégiées parviendront à combler ce fossé.
  • L’auteur de cet article soutient que les efforts de développement en Afrique peuvent profiter considérablement de l’amélioration de son pouvoir de négociation et d’une démonstration plus sincère de générosité de la part de ses partenaires commerciaux, en particulier les pays développés. Cette générosité suppose de ne pas imposer de conditions ni de restrictions aux produits africains, en particulier les exportations agricoles, et d’éliminer les subventions agricoles dans les États développés. À moins que ces mesures ne soient prises, les concessions accordées aux pays africains resteront symboliques.
  • Cet article propose une étude de cas sur l’affectation provisoire de personnel d’une ONG du Nord (Trócaire) à une organisation partenaire du Sud, la Catholic Development Commission (CADECOM) du Malawi, comme modèle possible pour le développement des capacités. L’approche décrite a été mise à l’essai dans le contexte d’un programme d’urgence mais pourrait également être utilisée dans un contexte de développement. Cet article analyse le caractère approprié du modèle sur les plans de la structure administrative, de l’axe central et de l’impact et cherche à tirer des enseignements à l’attention des praticiens pour en assurer l’application réussie.
  • Bien qu’il n’ait pas fait partie du programme national jusqu’en 2004, l’enseignement des questions relatives au VIH/sida figure depuis quelque temps au programme des écoles secondaires sous une variété de formes parascolaires, dont les médias, les groupes de jeunes, le théâtre, la musique et les associations parents-professeurs. Cet article identifie et évalue l’intégration de l’information sur le VIH/le sida dans le programme scolaire national dans les écoles secondaires ougandaises entre 2002 et 2004, sur la base des points de vue des administrateurs, des professeurs et des étudiants de 76 écoles. Bien que la plupart des écoles n’aient pas pour le moment inclus le VIH/le sida dans le programme scolaire national officiel, l’information a été diffusée par d’autres moyens divers. Cet article identifie les plus efficaces d’entre eux, traite des réactions perçues parmi les diverses parties prenantes concernant l’enseignement de la problématique VIH/sida dans les écoles secondaires et propose des recommandations pour la réforme du programme scolaire.
  • Cet article décrit les expériences d’une petite ONG bangladaise concernant l’utilisation d’outils axés sur les protagonistes pour se concentrer sur les populations et les partenariats clés dans la planification, le suivi et l’évaluation des projets. Cette approche a contribué à identifier des interventions propres au contexte, en se basant sur les protagonistes locaux clés et les réseaux autochtones, sensibles aux contraintes subies par les plus pauvres. En conséquence, l’ONG s’est éloignée d’un ordre du jour impulsé par l’extérieur pour devenir une organisation qui réfléchit plus et réagit mieux. Dans le cadre du développement de cette approche, l’ONG s’est heurtée à quelques problèmes du fait du caractère politiquement sensible de la représentation des liens. Ceci souligne l’importance de l’utilisation de ces outils d’une manière politiquement consciente, positive et réfléchie.
  • La culture sur substrats flottants s’est avérée être un moyen efficace de produire des cultures agricoles dans différentes terres humides du monde. Dans les lacs d’eau douce et les zones humides, on cultive au Bangladesh des légumes, des fleurs et de jeunes plants en utilisant cette technique de culture flottante, sans recours à une irrigation supplémentaire ni à des engrais chimiques. Aucune étude détaillée de cette technique de culture indigène n’a été publiée à ce jour, bien que la méthode ne laboratoire, l’hydroponie, ait fait l’objet de nombreux écrits professionnels. Notre étude se concentre sur la nature et les caractéristiques du système bangladais, dans lequel les agriculteurs ont démontré le potentiel d’utilisation durable de ces ressources en eau locales communales. Nous cherchons à établir un point de référence pour que puissent être menées des recherches supplémentaires sur cette technique afin qu’elle soit perfectionnée et à effectuer une évaluation de son adéquation pour qu’elle puisse être reproduite ailleurs.
  • Sur la base de l’intérêt que suscite actuellement le développement de nouveaux programmes d’apprentissage de l’écriture et la lecture parmi les adultes basés sur “l’alphabétisation pour favoriser les moyens d’existence”, cet article examine quelques études de cas de l’utilisation de l’alphabétisation dans les moyens d’existence en Nouvelle Zélande, au Bangladesh et en Égypte et les relie au type d’alphabétisation pratiquée dans le cadre de nombreux programmes d’alphabétisation destinés aux adultes à l’heure actuelle. Il fait remarquer que les personnes changent souvent de moyen d’existence et que chacun présente ses propres pratiques d’alphabétisation. L’article suggère que l’utilisation de ces pratiques d’alphabétisation incorporées dans les activités de moyens d’existence pourrait constituer un meilleur point de départ pour l’alphabétisation des adultes qu’un manuel scolaire.
  • Une partie de l’aide offerte par la Nouvelle Zélande aux nations insulaires du Pacifique prend la forme de bourses d’enseignement supérieur. Les étudiants en bénéficiant font des études dans des institutions d’enseignement supérieur dans l’ensemble du Pacifique, y compris la Nouvelle Zélande. Mais qu’en est-il lorsqu’ils rentrent chez eux et qu’ils réintègrent leur culture et leur vie familiale et cherchent du travail ? Les travaux de recherche décrits dans cet article examinent cette question par rapport aux diplômées de Vanuatu lorsqu’elles sont rentrées chez elles après avoir étudié à l’étranger pendant trois ans ou plus. Certaines se sont réintégrées aisément et ont retrouvé du travail rapidement, tandis que d’autres ont subi un profond choc culturel à leur retour et ont mis de nombreux mois à trouver du travail approprié. Si Vanuatu veut tirer le parti maximum des qualifications supérieures de ces femmes et si les bailleurs de fonds veulent atteindre les buts de leur programme de bourses d’études, il est nécessaire d’apporter des changements, dont un soutien plus coordonné et des études de suivi régulières.
  • Cet article donne une vue d’ensemble des questions relatives à l’utilisation des connaissances par les organisations de développement. Il commence par examiner les diverses définitions des connaissances qui existent dans un monde de nombreuses cultures et traditions intellectuelles et le rôle du langage. Il se penche sur leurs rapports mutuels et avec les nombreux et divers “développements informationnels” – changements liés à l’information dans le travail, la culture, les organisations et la technologie aux quatre coins du monde. L’auteur soutient que ces questions posent un certain nombre de défis stratégiques fondamentaux au secteur du développement. La deuxième partie traite des endroits où, dans la pratique, les organisations de développement obtiennent leurs informations et leurs connaissances et identifie les problèmes que comportent nombre des voies utilisées. La conclusion en est que la plupart des pratiques actuelles luttent constamment contre le type de relation et le type de communication qui sont essentiels si l’on veut éviter que la politique et la pratique de développement se réduisent à une imposition d’idées externes, même si elles sont bien intentionnées.
  • Cet article se concentre sur le développement des études africaines, principalement dans l’Europe et l’Amérique du nord post-1945, et sa contrepartie dans l’Afrique de l’après-indépendance. Les études africaines jouissent de liens de plus en plus étroits avec la coopération bilatérale et multilatérale au développement et fournissent des travaux de recherches et des chercheurs (en plus de leurs propres cadres conceptuels et sujets de préoccupation) pour aider à définir et à guider les politiques relatives à l’aide et aux domaines associés. Il en résulte des pratiques malsaines ; en effet, les recherches africaines sont ignorées dans la formulation des politiques internationales visant le continent, tandis que les africanistes de l’extérieur assument la fonction d’interpréter le monde à l’Afrique et vice-versa. Cette dynamique renforce les asymétries existantes sur les plans de la capacité et de l’influence, en particulier au vu de la crise de l’éducation supérieure dans la plupart des pays africains. Elle nuit par ailleurs à la communauté des chercheurs africains, et en particulier aux perspectives d’échanges entre nations et internationaux et à l’engagement dans des débats de développement plus larges, avec comme conséquence le fait que les spécialistes des sciences humaines qui n’ont pas succombé au marché des services d’expertise ou cherché des débouchés professionnels ailleurs sont encouragés à se concentrer sur des études empiriques étroites. Cette division politique du travail intellectuel doit être remplacée par une autre division qui permette l’expression et l’échange libres d’idées non seulement par les Africains sur l’Afrique, mais avec les membres de la communauté internationale qui ont les mêmes préoccupations thématiques et/ou théoriques que les spécialistes africains avec lesquels ils sont en contact.
  • En utilisant son expérience autobiographique concernant les recherches sur le combustible bois à deux endroits en Afrique de l’ouest, l’auteur de cet article illustre la manière dont les processus de connaissances influent sur ce qui peut être produit comme connaissances, la façon dont ces connaissances sont véritablement produites et ce qui est finalement produit comme connaissances. Cependant, bien qu’il explore les divers rôles que les connaissances jouent dans les relations sociales à des moments historiques particuliers du développement personnel et professionnel d’un individu, les questions que soulève cette expérience subjective revêtent une importance plus large : qui sont ceux dont les connaissances importent ? Et comment certaines connaissances sont-elles supprimées ou niées, alors que d’autres sont privilégiées ? Il s’ensuit des questions supplémentaires concernant les manières dont les recherches et les pratiques sont inséparables des prismes locaux relatifs aux recherches, aux politiques générales et au développement. Dans un sens général, cet article porte sur la manière dont les philosophies, les méthodologies et les pratiques relatives au combustible bois sont édifiées, modifiées et maintenues en vie comme des connaissances ; et il vient nous rappeler que ces processus de connaissances ne peuvent pas être vraiment compris isolément, mais qu’il faut les positionner dans des contextes complexes et diversifiés d’ordres du jour individuels, de stratégies de groupe, etc., ainsi que dans de multiples sites de production.
  • L’auteur de cet article soutient que ceux qui tiennent à qualifier et à exploiter le potentiel autonomisant de la technologie de l’information et de la communication (TIC) pour des projets de développement doivent comprendre que l’existence même de cette technologie ouvre d’autres modèles possibles de coopération et de collaboration. Ces modèles eux-mêmes nécessitent une rupture par rapport aux modèles “traditionnels” de gestion caractérisés par la commande et le contrôle. Une solution possible consiste à persuader les participants, ou les participants potentiels, de coordonner leurs efforts à l’exemple du mouvement de logiciels à source ouverte et des collaborateurs à Wikipedia : des modèles de coordination qui devraient ne pas marcher mais qui semblent bel et bien fonctionner. Cet article propose une description de cet argument, puis suggère des manières pour les ONG en particulier de tenter d’incorporer ces nouvelles idées dans leurs stratégies. Ceci est tout particulièrement crucial pour les organisations qui dépendent de sources possibles de financement soumises à des pressions croissantes et qui tentent également de développer et d’engendrer la participation et la détermination depuis l’intérieur et parmi des groupements cibles spécifiques.
  • Cet article cherche à déterminer si le concept du capital social peut nous aider à comprendre les réseaux en ligne dans le domaine du développement. Une grande partie de la génération de connaissances et de l’apprentissage social dans le domaine du développement se produit dans le cadre de réseaux, lesquels sont de plus en plus en ligne. Bien que l’on suppose que ces réseaux constituent une force positive pour le développement, il y a encore de nombreuses inconnues les concernant, en partie parce qu’ils en sont encore à leurs premiers balbutiements. Le concept du capital social a toujours été appliqué pour examiner le fonctionnement des groupes et des sociétés. Plus récemment, il a également été appliqué au développement et aux réseaux en ligne en dehors du développement. Trois approches – qui ne relèvent pas du développement – de l’examen du capital social dans les réseaux et communautés en ligne sont examinées dans cet article. Des éléments de ces approches, combinés à des aspects liés au développement, sont utilisés dans l’élaboration d’un cadre visant à faciliter l’analyse du capital social des réseaux en ligne dans un contexte de développement.
  • Dans cet article, les auteurs réfléchissent à l’établissement et à l’évolution rapide d’un bulletin électronique africain, Pambazuka News, une initiative ancrée dans le rapport entre les technologies de l’information et de la communication (TIC) d’un côté et la lutte contre l’appauvrissement et les injustices de l’autre. Parmi les principaux enseignements figure le fait que la publication électronique constitue un engagement à long terme du fait de la confiance établie entre l’organisation qui fournit le service et ceux qui l’utilisent. Le caractère immédiat de ce moyen d’expression permet aux informations de circuler de plusieurs manières différentes et impose de nouvelles formes de redevabilité mutuelle. Cependant, il reste à aborder la question cruciale de la manière de garantir les ressources nécessaires au maintien de ce type de service sans en compromettre le contenu ni en diluer l’objet.
  • Les connaissances dans le domaine du développement ont été perçues comme un produit de base unilatéral que les nations développées peuvent “abaisser” jusqu’au niveau des “pays en développement”. Le partage des connaissances est généralement vu comme une opération Nord-Sud. Cette approche verticale des connaissances dans le domaine du développement fait écho à l’approche verticale du développement en général, dans le cadre de laquelle les connaissances sont perçues comme un ingrédient de l’assistance technique offerte par ceux qui en ont à ceux qui n’en ont pas. Cependant, aucune organisation ne peut proposer une transformation sociale ou un partage des connaissances si elle n’est pas elle-même engagée dans un processus interne d’apprentissage qui met systématiquement en question les certitudes, les autorités et la prise de décisions. L’apprentissage est un processus complexe d’acquisition de connaissances tant au sein même de l’organisation qui facilite le changement social que parmi les sujets et les partenaires du changement social.
  • Cet article examine les motifs de la création de la Communication Initiative (CI), un réseau d’entités qui utilisent la communication pour favoriser les changements sociaux au sein des communautés du monde entier, en décrit le développement et détaille la stratégie distinctive qui la façonne. Les membres du réseau accèdent aux informations et collaborent entre eux au travers de trois sites Internet de connaissances – un doté d’une vue d’ensemble et d’un axe mondiaux, un autre doté d’une vue d’ensemble mondiale et d’un axe latino-américain et un dernier axé sur l’Afrique – et leurs bulletins électroniques associés. Ces espaces en ligne sont des éléments d’un processus plus large que l’auteur appelle la “communication horizontale”, laquelle est essentielle pour fournir une plateforme équitable et ne portant aucun jugement permettant d’accéder aux informations et aux interactions qui sont importantes pour ceux qui pratiquent réellement la communication pour le développement. En se basant sur cette approche la CI a suscité l’intérêt de plus de 50.000 personnes, réparties dans 184 pays, au cours des sept dernières années ; l’auteur décrit dans leurs grandes lignes les éléments essentiels de ce succès.
  • Les technologies de l’information et de la communication (TIC) ont donné lieu à de nouvelles possibilités économiques et sociales aux quatre coins du monde. Cependant, leur utilisation continue d’être régie par des rapports de pouvoir déjà en place dans lesquels les femmes sont fréquemment défavorisées. Au milieu de cette inégalité on trouve des particuliers et des organisations qui s’efforcent d’utiliser les TIC pour favoriser l’égalité entre les sexes. Ce sont là les questions abordées par le BRIDGE Cutting Edge Pack on Gender and ICTs. Cette section consiste en des extraits de la partie du pack Overview Report (compte rendu général). Le premier, la plus grande partie de la section “ICTs as tools to challenge gender inequality and promote women’s empowerment” (Les TIC comme outils pour mettre en question l’inégalité entre les sexes et promouvoir l’autonomisation des femmes) (on a omis une section sur les femmes et l’“e-gouvernement”), décrit des manières dont des femmes ont pu utiliser les TIC pour appuyer de nouvelles formes d’échange d’informations, d’organisation et d’emploi. Le deuxième, extrait de l’encadré “Telecentres : Some Myths” (Télécentres : quelques mythes”) décrit trois affirmations qui entraînent fréquemment des problèmes dans toutes les formes d’investissement dans les échanges d’informations liées au développement avec des groupes pauvres ou manquant de pouvoir, pas seulement des problèmes liés aux télécentres et aux femmes.
  • Nous suggérons que les chercheurs de niveau doctorat et post-doctorat constituent une ressource robuste et inexploitée dotée du potentiel d’apporter une contribution réelle à la recherche en santé mondiale (RSM). Cependant, nous soulevons quelques questions éthiques, institutionnelles et relatives au financement qui soit dissuadent les nouveaux chercheurs de pénétrer dans ce secteur soit diminuent leur capacité de contribuer. Nous proposons plusieurs recommandations aux bailleurs de fonds et aux institutions (universitaires et autres) canadiens et souhaitons générer le débat parmi eux sur la façon de surmonter ces contraintes. Nous avons besoin de voir des changements dans la manière dont les recherches dans les programmes universitaires sont organisées et financées afin qu’il y ait des occasions de travailler en collaboration au sein de partenariats établis entre les pays à revenus faibles et moyens (PRFM) et les chercheurs canadiens. Nous demandons instamment des changements dans la manière dont les institutions de financement reconnaissent, apprécient et soutiennent la RSM, de manière à ce que les chercheurs établis soient encouragés à développer des relations à long terme avec les PRFM et à assumer le rôle de mentors pour les nouveaux chercheurs du Canada et de ces pays. Nous demandons aux bailleurs de fonds de reconsidérer des activités supplémentaires de RSM à soutenir, y compris des initiatives de formation stratégique et la diffusion des résultats de recherches. Nous encourageons également le développement d’autres structures pouvant fournir des possibilités de formation et de mentoring. La RSM elle-même se heurte à de nombreux défis. Si nous abordons ceux qui sont défavorables à notre contribution, nous pouvons devenir de réels partenaires de la RSM et œuvrer en vue de l’équité dans la santé mondiale et en vue de solutions aux problèmes prioritaires de santé.
  • Ce bref article décrit dans leurs grands traits une gamme de services et de nouveaux développements dans le domaine des services Internet et basés sur le Web. Bien que nombre de ces applications soient utilisées à des fins de publication, de dialogue, de recherche et de feedback dans le domaine du développement, il reste à savoir si le développement des communications, et en particulier Internet, change profondément ou pas la communauté internationale du développement et sa façon de travailler.
  • Cet essai bilan examine les nouvelles idées théoriques qui émanent du Mouvement mondial pour la justice et la solidarité, connu également sous le nom de “Mouvement antimondialisation” (ou antiglobalisation), ou “Mouvement des mouvements”, et passe également en revue les documents portant sur ce phénomène et écrits par des participants directs ainsi que d’autres observateurs. La préoccupation centrale de l’auteur est de tenter de comprendre la nature et l’importance du Mouvement des mouvements tandis qu’il opère à travers les frontières locales, nationales et mondiales et de réfléchir à sa capacité de représenter et de mobiliser les nombreux millions de personnes de par le monde qui n’ont rien ou presque à tirer de la mondialisation néo-libérale, mais auxquelles celle-ci risque de causer d’importantes pertes.
  • Cet article comporte quelques réflexions initiales sur les caractéristiques distinctives des Études du développement (ED). Le but en est de lancer des débats supplémentaires plutôt que de tenter de les clôturer. La discussion de la nature des ED est opportune du fait de l’expansion des programmes d’enseignement à différents niveaux au cours des dix dernières années environ ; du fait des critiques soutenues visant les ED au cours des quelques dernières années ; et parce que les ED sont entrées dans une période d’introspection – illustrée par des numéros spéciaux de plusieurs périodiques et diverses manifestations – afin d’identifier les caractéristiques qui la définissent. Cet article soutient que les ED constituent un effort qui mérite d’être entrepris (et comment un souci de réduction de la pauvreté dans le monde pourrait-il être autre chose que cela ?), mais le terrain d’enquête doit réfléchir à la manière d’aborder l’hétérogénéité dans les “Tiers monde(s)” et d’ouvrir un espace pour d’autres “voix”.
  • In English only
  • Cet article examine les expériences de développement des capacités de deux équipes de recherche dans les provinces de Yunnan and Guizhou, sud-est de la Chine, qui ont utilisé le suivi et l’évaluation participatives (PM&E – Participatory Monitoring and Evaluation) pour renforcer leurs actions de recherche en matière de développement, en particulier dans le domaine de la gestion des ressources naturelles. Les auteurs décrivent leurs efforts en vue d’incorporer les pratiques de PM&E dans leur travail. Le processus s’est avéré difficile en dépit des changements politiques et économiques survenus en Chine qui visent à accorder plus de place aux voix locales et au pouvoir de prise de décisions local dans la gestion des ressources naturelles et les autres affaires villageoises. L’institutionnalisation du PM&E est encore loin et demandera davantage de pratique sur le terrain, une intégration accrue dans les processus de développement organisationnel et des connexions plus solides avec les ordres du jour de changement politique.
  • L’argument central de cet article est que nombre des outils développés pour renforcer les entreprises à but lucratif peuvent être appliqués aux ONG pour les rendre plus efficaces et disposées à rendre des comptes. Cet article aborde une lacune dans la littérature relative au développement en définissant et en décrivant la manière dont les outils commerciaux peuvent être transférés efficacement aux ONG. Il examine la mise en œuvre de la norme de qualité ISO 9000 par une ONG, le Cambodia Trust. Les expériences du Cambodia Trust démontrent que les outils commerciaux ont leur place dans la gestion des ONG. Cet article met également en question la mesure dans laquelle l’expérience cambodgienne peut être perçue comme un exemple de bonne pratique pour les ONG.
  • Les programmes de services de développement commercial (Business Development Services - BDS) se sont transformés en domaine de grande activité pour les bailleurs de fonds et les ONG internationaux. En se concentrant sur les petites entreprises de pays en voie de développement, l’approche actuelle des BDS tourne autour de l’idée selon laquelle le développement de marchés commerciaux est la clé du succès. Or nombre de ces programmes continuent d’avoir un impact limité. Un examen des théories modernes relatives à la gestion du marketing de l’innovation et des services suggère que ceci est peut-être dû au fait que les pratiques actuelles de soutien aux BDS reflètent une compréhension assez limitée de la manière dont les nouveaux marchés se développent en réalité. En s’inspirant des idées qu’offrent ces théories, les auteurs suggèrent que les pratiques de BDS devraient développer une approche plus évolutionnaire, et reconnaître que les innovations des services se développent au travers d’une interaction continue entre les fournisseurs et les clients. L’article se conclut par des lignes directrices pratiques relatives aux politiques générales et une discussion relative aux outils qui pourraient aider les BDS à adopter cette approche plus fructueuse.
  • Les activités de commerce équitable dans le Sud sont en général étudiées par rapport aux buts internes des organisations de commerce équitable elles-mêmes. Cet article soutient qu’il est également essentiel de prendre en compte l’“arène” ou ensemble d’interactions plus générales de commerce équitable. Les auteurs se concentrent sur les “arènes” du café commerce équitable de la Tanzanie et du Nicaragua et étudient le rôle de quatre acteurs clés : les petits producteurs, les coopératives, les partenaires de développement et les autorités publiques. En utilisant des données comparatives issues d’études sur le terrain menées en 2002 et 2003, cet article fait ressortir des questions clés nationales et internationales qui affectent les producteurs locaux. Illustrant l’évolution différente du commerce équitable selon le contexte, cet article examine la manière dont le mouvement des coopératives au Nicaragua a été consolidé par la production du commerce équitable, à la différence de la situation en Tanzanie. Il conclut en se penchant sur certains des défis auxquels se confronte le commerce équitable, y compris comment concilier les exigences du marché et le renforcement de la solidarité.
  • Cet article met en relief certains des facteurs qui influent sur le secteur des micro-entreprises en Afrique de l’Ouest francophone urbaine. En se basant sur des entretiens avec des micro-entrepreneurs et des praticiens du microfinancement au Bénin, au Burkina-Faso, au Niger et au Togo, cette étude examine les besoins, les caractéristiques, les motivations et les facteurs de succès pour le milieu des micro-enteprises dans cette région, ainsi que certains des obstacles à la croissance et au succès des initiatives de micro-entreprise. On constate que ceux qui ont des micro-entreprises dans l´économie informelle sont des entrepreneurs principalement par nécessité et que ce sont leurs besoins les plus fondamentaux qui impulsent leurs activités et comportements commerciaux. On a également observé que leur succès est entravé par un certain nombre de barrières, dont l’accès médiocre au capital, la formation insuffisante et une aversion générale pour le risque. En conséquence, le développement du secteur des micro-entreprises en Afrique de l’Ouest francophone urbaine n’a pas été optimal et l’article conclut que cette situation pourrait persister à moins de s’attaquer aux barrières économiques et sociales.
  • Résumé : l’utilisation interchangeable des termes “microcrédit” et “microfinancement” donne lieu à des confusions et des malentendus sérieux dans les discours émanant tant d’universitaires que de décideurs. Les programmes de microcrédit fournissent principalement un type de service, à savoir la distribution et la collecte de prêts, tandis que les programmes de microfinancement offrent plusieurs services financiers et organisationnels, y compris les crédits, l’épargne, l’assurance et le développement communautaire. Du point de vue fonctionnel, les différences semblent plus sémantiques que substantives. Cependant, les différences conceptuelles sont fondamentales car elles concernent tant les intentions sous-jacentes que les manières dont ces deux types d’initiatives fonctionnent en pratique. Le microcrédit est essentiellement une approche du développement à but non lucratif et il dépend du soutien externe, alors que les programmes de microfinancement cherchent à générer assez de bénéfices pour pouvoir s’auto-financer. Ainsi, les deux types de programmes doivent être traités séparément pour ce qui est de leur rôle dans l’atténuation de la pauvreté dans le tiers- monde.
  • Les ministères des finances (MF) ne peuvent pas ignorer l’important défi que représente le VIH/sida pour le développement. Afin d’aborder cette épidémie, il faut adopter une nouvelle approche complète et cohérente : le VIH/sida doit être intégré dans toutes les activités. Cet article examine les instruments que les MF utilisent, peuvent utiliser et devraient utiliser pour être proactifs et efficaces dans l’intégration du VIH/sida en soutenant la mise en œuvre des “trois un” encouragés par l’ONUSIDA et d’autres partenaires : un cadre stratégique, une autorité et un système de suivi et d’évaluation (S&E). Il suggère des voies stratégiques ainsi que des initiatives spécifiques pour exploiter les avantages relatifs des MF au moment d’assurer la mise en œuvre de plans stratégiques nationaux, de repositionner les autorités nationales et de fournir la base d’un solide système de S&E.
  • Au travers d’une analyse d’exemples concrets et de documents clés, cet article cherche à déterminer ce qui pourrait améliorer l’apprentissage au sein même des ONG et des autres partenaires du milieu du développement et entre eux. Les auteurs se penchent sur la manière dont les types et les qualités de rapports qui évoluent actuellement dans le secteur du développement affectent l’apprentissage, en s’inspirant principalement d’expériences de relations entre des ONG du Nord et du Sud. Cet article identifie les aspects des rapports qui favorisent l’apprentissage et ceux qui le freinent et propose des recommandations en vue de renforcer l’apprentissage. Les auteurs mettent en relief la pertinence du travail en partenariat, les défis qu’il fait surgir et le potentiel qu’il comporte, ainsi que l’impact des exigences, procédures et processus de redevabilité sur les relations organisationnelles et sur l’apprentissage.
  • Traité par des habitantes de zones rurales en Afrique de l’Ouest et prisé par les consommateurs fortunés de produits de beauté naturels dans l’hémisphère Nord, le beurre de karité semble être un excellent candidat pour le commerce équitable. Or, jusqu’à présent, cette industrie n’a guère été étudiée. Cet article analyse les occasions et les contraintes du développement de l’exportation, dans le cadre du commerce équitable, du beurre de karité du Burkina Faso, en prenant en compte le contexte dans lequel le karité est produit et vendu aux niveaux local et international, le concept du commerce équitable et l’impact des relations hommes-femmes sur la production du karité. Bien qu’il soit impossible d’arriver à une conclusion positive ou négative définitive, du fait des facteurs complexes et divergents qui affectent le marché international potentiel et le processus de production, l’auteur conclut que le développement de l’industrie du beurre de karité dans le cadre du commerce équitable au Burkina Faso présente un potentiel très considérable. Cependant, ce développement doit se faire avec retenue et en tenant compte des gageures et limites possibles, afin de rester durable et viable pour les productrices en milieu rural.
  • Résumé : le microcrédit est un moyen de fournir des services financiers aux personnes qui ne peuvent pas accéder aux sources conventionnelles de crédit. De nouveaux programmes dans le Nord cherchent à imiter les expériences réussies du Sud. Mais ces programmes présentent leurs propres caractéristiques qui les différencient de ceux menés dans le Sud, comme l’illustre une étude de cas sur une expérience en Espagne.
  • Grâce à sa gamme de ressources naturelles et à son abondant capital humain, le Vietnam est bien placé pour développer son secteur de l’aquaculture. Bien qu’il soit l’un des plus grands producteurs du monde de fruits de mer, le Vietnam se heurte à des problèmes environnementaux et de sécurité alimentaire et une planification adéquate est donc cruciale si l’on veut développer l’aquaculture de manière durable. Au Vietnam, on redouble d’efforts pour améliorer les conditions physiques dans lesquelles est menée l’aquaculture, tout en fournissant un soutien technique, organisationnel et financier, ainsi que des formations, et pour promouvoir le développement du secteur de façon globale.
  • Dans son compte rendu de la conférence annuelle de 2005 d’AccountAbility, Jenny Hyatt observe que l’“industrie de la redevabilité” impulsée par les pays du Nord se soucie surtout de prédire les résultats et de contrôler les ressources et laisse donc largement passer la nature morale et politique de la redevabilité sur le plan de la promotion de l’équité et de l’intégrité et se soucie peu de l’échec à apprendre et à encourager l’apprentissage.
  • In English only
  • Cet article traite du plaidoyer humanitaire dans le monde contemporain dans le cadre de la crise plus large de la vision politique. Au cours des 15 dernières années, le plaidoyer humanitaire a attiré l’attention sur la manière dont les crises ont été précipitées par les politiques générales des États et a demandé l’intervention internationale pour protéger les personnes. On en est par conséquent venu à l’associer à la mise en question de la souveraineté nationale de l’État en développement. Cet article prétend que le problème réside dans la faiblesse des États et suggère que le paradigme existant du plaidoyer humanitaire contribue à légitimer l’érosion de l’égalité parmi les États souverains et la consolidation des inégalités internationales.
  • La guerre chronique qui sévit en Colombie est parmi les crises humanitaires les plus graves du monde. Au milieu des acteurs armés, de la violence omniprésente et de la militarisation accrue, de nombreux citoyens sont soumis à une hostilité venant de tous côtés. Cette violence fait continuer la marginalisation historique des communautés paysannes, indigènes et descendantes des Africains et est intensifiée par la “guerre mondiale contre le terrorisme”. Dans ce contexte, les agences d’aide font face à une remise en question concernant leur vocation de répondre aux besoins de ceux qui souffrent. Mais il y a des communautés “pour la paix” qui rejettent la violence et cherchent des manières de survivre dans le cadre de la guerre – en devenant des protagonistes dans leur propre protection. C’est une initiative risquée : elle suscite des accusations, des menaces et des attaques. Au fil du temps, le manque de moyens d’existence durables, la faiblesse de la cohésion interne et l’antagonisme de la dynamique externe mettent à l’épreuve la détermination des communautés pour la paix. Cet article se penche sur quatre de ces communautés et examine les facteurs qui génèrent et soutiennent le protagonisme de la base populaire, pour aboutir à des suggestions sur la manière dont les organisations de développement peuvent améliorer la protection au niveau communautaire et renforcer les processus locaux de paix afin de contribuer à la construction de la paix à plus grande échelle.
  • Cet article souligne à quel point il est important de fonder l’analyse de l’aide humanitaire sur une compréhension des pratiques quotidiennes en présentant et en discutant de vignettes ethnographiques relatives à trois aspects de l’intervention d’aide humanitaire au Sri Lanka après le tsunami de 2004. La première concerne la nature des acteurs humanitaires, la deuxième examine la manière dont les différentes sortes de politiques s’entrelacent et la troisième traite de la question des partenariats humanitaires. Chaque vignette indique la nécessité d’une analyse détaillée des pratiques quotidiennes comme point de départ pour comprendre l’aide humanitaire. Pour l’effectuer, il faudrait un changement au niveau des approches universitaires actuelles, dans laquelle les discussions portant sur l’aide humanitaire commencent en général au niveau des principes et non des pratiques. Les auteurs de cet article soutiennent que les comptes rendus des pratiques quotidiennes et des dilemmes auxquels se confrontent les ONG contribuent à contrebalancer les attentes aveugles, mettent en évidence l’admiration sans réserves et permettent de replacer dans leur contexte les critiques non réalistes.
  • Pourquoi le monde humanitaire a-t-il déjà oublié les Rwandais ? Et pourquoi les survivants du génocide rwandais continuent-ils à être mis sur la touche, en particulier les femmes qui ont été violées et auxquelles on a délibérément transmis le VIH/sida dans le cadre d’une campagne systématique de violence sexuelle ? Le centre d’attention des organisations humanitaires s’est éloigné du Rwanda après 1994 et la mort de ces femmes – dont la plupart doivent subvenir seules aux besoins de leur foyer– pourrait être évitée si elles avaient accès à un traitement. Les efforts d’aide humanitaire et de développement n’arriveront à des résultats positifs durables que s’ils sont mieux coordonnés et si l’on se montre capable d’agir en fonction de ce que l’on a appris.
  • As Tony Vaux points out in his Guest Editorial in this issue, the concept of humanitarianism applies to both war and general disaster, and is based on the principle that ‘in extreme cases of human suffering external agents may offer assistance to people in need, and in doing so should be accorded respect and even “rights” in carrying out their functions’. However, policy makers in humanitarian agencies, and aid workers on the ground, face a bewilderingly complex set of challenges in determining such ‘rights’. Gone are any comfortable certainties about what in the commercial sector is known as ‘the licence to operate’, and claims to the moral high ground of ‘neutrality’ have an increasingly hollow ring. Perhaps more to the point, such assumptions are of little practical use to frontline workers who may risk ambush, abduction, deportation, or even their lives as the result of their professional activities. Nor do outdated road maps help relief agencies to orient their decisions on whether to withdraw or continue providing material assistance in the knowledge that a proportion of it is fuelling the violence or lining the pockets of conflict profiteers. There are no standard ‘off-the-peg’ answers, because each situation must be considered on its own merits. And of course no aid agencies share an identical mandate, or have precisely the same expertise or history of involvement with the affected population – all factors that must be weighed up in deciding what is the appropriate course of action. For reasons of space, we have not sought to cover the areas of early warning, prevention, and mitigation associated with ‘natural’ disasters, although of course the two are always linked, as became very clear in wake of the Asian tsunami in Aceh and Sri Lanka. It has long been recognised that since catastrophic events disproportionately affect the poor and marginalised, they expose and may intensify existing social divides and structural injustice. For instance, in his seminal work on the 1943 Bengal famine, Poverty and Famines: An Essay on Entitlement and Deprivation (OUP, 1984) Amartya K Sen argued that such food shortages do not occur in functioning democracies. Similarly, Roger Plant's, Guatemala: Unnatural Disaster (Latin America Bureau, 1978) showed how the 1974 earthquake triggered an intensification in state violence that was to result in the death or disappearance of 200,000 Guatemalans and create ‘a nation of widows and orphans’. In accordance with the focus of this issue, we have given priority to publications and organisations that reflect on some direct involvement in humanitarian endeavour, rather than giving priority to more policy-oriented or scholarly works or academic institutions. We have included literature on the 1994 genocide in Rwanda, since this was such a defining event for humanitarianism; and some recent publications concerning the US-led invasions of Afghanistan in October 2001 (‘Operation Enduring Freedom’) and Iraq in March 2003 (‘Operation Iraqi Freedom’), since these have significantly redefined the global landscape of policy and practice within which humanitarian agencies operate. Inevitably we can offer only a glimpse of the growing literature in these fields, but we hope in so doing that readers, and particularly those directly involved in humanitarian endeavours, will be encouraged to explore the issues further.
  • D’après le débat actuel, on serait pardonnable de parvenir à la conclusion que la “protection des civils” est quelque chose que l’on “fait” aux récipiendaires passifs de la largesse internationale. Qu’il s’agisse des interventions au niveau macro du Conseil de sécurité des Nations Unies ou des tentatives au niveau micro en vue de réduire les effets secondaires négatifs de l’action humanitaire, les personnes qui ont besoin d’être protégées sont rarement perçues comme des protagonistes clés de leur propre avenir. Bien que les interventions externes de ce type puissent être très utiles, il s’agit d’un tableau très incomplet de la manière dont les personnes parviennent à survivre aux effets des conflits. Cette manière de voir la protection sous-estime sérieusement l’ingéniosité des personnes qui n’ont pas le choix et laisse passer du même coup des occasions d’aider les communautés tandis qu’elles se voient obligées de s’adapter à leurs nouvelles réalités. Par conséquent, une action humanitaire efficace non seulement se concentrera sur les actions de ceux qui sont tenus de protéger les civils, mais soutiendra et renforcera aussi les décisions rationnelles que prennent les personnes elles-mêmes pour être “en sécurité” pendant un conflit.
  • Cet article décrit les enseignements tirés d’une étude des partenariats humanitaires dans le développement et la construction de la paix à Bougainville. Il examine la manière dont les agences donatrices, dans ce cas l’Agence australienne pour le développement international (AusAID) par l’intermédiaire de l’International Women’s Development Agency (IWDA), ont contribué aux réussites et aux échecs de la Leitana Nehan Women’s Development Agency (LNWDA). Bien que les bailleurs de fonds aient contribué au développement organisationnel et à la capacité de la LNWDA, l’équilibre des forces est resté faussé. En outre, le déploiement d’un organisme intermédiaire dans le partenariat exerce une pression considérable sur la LNWDA car celle-ci doit faire face à des obligations multiples pour ce qui est de la redevabilité, ce qui affecte l’impact de son propre travail sur le terrain. L’auteur de l’article soutient qu’afin d’améliorer l’impact de leur assistance, les agences donatrices doivent développer un cadre dans lequel les partenariats soient soutenus au travers de redevabilités mutuelles et moins exigeantes.
  • L’humanitarisme et la politique sont la plupart du temps considérés comme distincts malgré la complexité croissante des conflits contemporains. Dans certains cas la séparation va trop loin et entraîne des conséquences imprévues. Cet article met en relief les détails de la fuite d’un soldat rebelle et de quelque 300 de ses hommes vers le Rwanda, tandis que la communauté internationale traçait la carte d’une solution idéale que tout le monde aurait pu adopter. Ceci n’a pas eu lieu et l’article étudie ce qui a poussé les parties intéressées à abandonner cette solution et fait des recommandations sur la façon d’améliorer la coordination et la complémentarité dans les opérations internationales faisant intervenir un éventail d’acteurs.
  • Cet essai-revue traite de la nécessité de rendre les rôles des femmes et des hommes visibles afin de comprendre les différentes manières dont ils sont impliqués dans les conflits armés et affectés par eux et également d’examiner les façons dont les rôles de “genre”, les rapports entre les femmes et hommes, sont modifiés durant ces conflits et suite à eux. L’auteur passe en revue la documentation actuelle portant sur l’économie politique des conflits et les écrits féministes portant sur les femmes dans les conflits, en faisant remarquer que la première tend à ignorer les questions de genre alors que ces derniers ne prennent en général pas en compte une compréhension de la realpolitik plus générale. L’auteur se concentre sur cinq ouvrages féministes récents qui ont tenté de le faire et contribué ainsi à faire avancer le débat.
  • Le secteur de l’aide humanitaire se heurte à une pénurie croissante de compétences alors même qu’il cherche à accroître l’échelle, la qualité et l’impact de ses interventions afin de satisfaire les besoins humains. Le rapide renouvellement du personnel a été désigné comme l’un des obstacles principaux au développement des capacités du personnel et également à l’apprentissage organisationnel. Une étude entreprise par Oxfam GB appuie des conclusions antérieures selon lesquelles les pratiques traditionnelles en matière de ressources humaines dans le secteur humanitaire, où de nombreux membres du personnel sont employés dans le cadre de contrats de courte durée, ont entravé le développement des compétences ainsi que l’apprentissage au niveau des programmes et de l’organisation.
  • La décentralisation, ou le transfert du pouvoir de prise de décisions et des fonds du gouvernement central aux autorités locales, est l’un des plus importants mouvements de réforme en Amérique latine. Les changements constitutionnels récents survenus en Équateur ont contribué à la démocratisation et à l’autonomisation des autorités municipales. Des études de cas de trois municipalités de la région montagneuse équatorienne examinent de nouvelles possibilités de collaboration entre les ONG et les autorités gouvernementales municipales. Les ONG ont une expérience considérable du travail local et peuvent aider les municipalités à planifier et à développer leurs capacités. Les municipalités offrent aux ONG la légitimité et la “redevabilité” locale qui peuvent leur faire défaut, ainsi que les moyens d’étendre les activités de projet au-delà des communautés isolées et de maintenir les résultats une fois que l’assistance des ONG cesse.
  • L’augmentation de l’échelle des innovations locales en matière de gestion des ressources naturelles (GRN) suppose un apprentissage axé sur trois thèmes : promouvoir l’innovation au niveau local, comprendre pourquoi les innovations locales fonctionnent dans certains contextes spécifiques et réfléchir à leur pertinence dans d’autres contextes géographiques et sociaux. Pour réussir, l’augmentation de l’échelle dépend en partie des rapports entre les multiples parties prenantes à différents niveaux autour de cet apprentissage. Les expériences de chercheurs soutenus par l’International Development Research Centre (IDRC) nous éclairent sur quatre questions : Qu’est-ce que l’augmentation de l’échelle ? Pourquoi augmenter l’échelle ? De quoi augmenter l’échelle ? et Comment augmenter l’échelle ? Les auteurs avancent que l’augmentation de l’échelle est un processus à multiples parties prenantes composé de cinq éléments, y compris : encadrer le contexte, promouvoir la participation, favoriser l’apprentissage, renforcer les institutions et diffuser les expériences réussies. Les obstacles clés à l’augmentation de l’échelle sont l’absence de communication ouverte et de la reconnaissance mutuelle entre parties prenantes des droits, responsabilités et rôles de chacune d’entre elles.
  • Les données épidémiologiques conjuguées aux données expérientielles émanant des communautés peuvent donner des informations importantes et parfois surprenantes sur les rapports entre les sexes, pour influer sur les politiques générales abordant les besoins en mutation, le CIET a standardisé une conception mixte à base communautaire pour la collecte et l’analyse sensibles au genre de trois types de données : impact, couverture et coûts. Cinq étapes contribuent à garantir que l’on écoute les voix des femmes durant la planification. L’analyse stratifiée en fonction des sexes des données existantes constitue le point de départ. La stratification de toutes les réponses en fonction du sexe de la personne interrogée empêche un parti-pris numérique en faveur des hommes qui se traduirait en parti-pris dans l’analyse. Des groupes de réflexion féminins influent sur la conception de l’enquête, l’interprétation et les stratégies appropriées en vue de changements. Le genre est un facteur dans l’analyse des risques et de la faculté de récupération. Enfin, la logistique sensible au genre garantit la participation égale des femmes. Parmi les résultats de premier ordre figurent les données de genre pouvant se traduire en action pour entreprendre un plaidoyer en faveur des femmes. Parmi ceux de deuxième ordre on peut citer un environnement autonomisant pour un développement équitable, mettant en cause les types de marginalisation économique relatifs au genre.
  • Le commerce équitable est devenu une dimension dynamique et réussie d’une contre-tendance naissante au régime néolibéral de la globalisation. Cette étude examine certains des dilemmes auxquels doit faire face le mouvement du commerce équitable tandis qu’il cherche à élargir et approfondir son impact parmi les pauvres en milieu rural du secteur du café latino-américain. Nous soutenons que les efforts réalisés en vue d’élargir l’impact économique du commerce équitable parmi les petits producteurs pauvres créent des difficultés pour approfondir l’impact politique d’un mouvement fondé sur la justice sociale et la durabilité environnementale. Cette étude se base sur deux ans de recherche et sept études de cas de coopératives de petits cultivateurs du Mexique et de l’Amérique centrale qui produisent du café pour le marché du commerce équitable.
  • Cet article décrit la méthodologie de recherche suivie dans le ‘Livelihoods of the Extreme Poor Project’ (Projet sur les moyens d’existences des très pauvres), un projet de recherche entrepris au Bangladesh dans le cadre d’une collaboration entre PROSHIKA (une grande ONG nationale) et DFID (le ministère britannique consacré au développement international). Le double objectif de ce projet était d’en apprendre plus sur les moyens d’existence des personnes pauvres et de dispenser à l’équipe de recherche de PROSHIKA une formation dans l’utilisation des méthodes de recherche qualitative. Les conclusions des recherches devaient contribuer directement à la formulation de politiques générales et à la planification de nouvelles interventions de développement pour les personnes les plus pauvres du Bangladesh. Cet article propose une évaluation des résultats de l’approche utilisée, tant sur le plan du développement des capacités du personnel que sur celui de l’influence sur les politiques générales, et conclut qu’il a en grande partie atteint son but.
  • Après le conflit Renamo/Frelimo et l’Accord de Rome de 1992 qui a mis fin aux hostilités, le Conseil chrétien du Mozambique a entrepris d’enlever ses armes à la population civile en les échangeant contre des outils de développement. Les armes ont été données à des artistes associés à une coopérative de la capitale, Maputo. Elles ont été coupées en morceaux et transformées en sculptures qui ont ensuite concentré l’attention internationale sur le projet Outils en échange d’armes, ou TAE (Transformação de Armas em Enxadas). Ce projet, bien qu’il ait réussi à attirer l’attention sur la prolifération des armes parmi les civils et à recueillir un nombre considérable d’armes et de munitions, s’est heurté à des difficultés au moment de relier la production d’œuvres artistiques à l’initiative globale. Cet article examine l’aspect du projet qui a fait de l’art à partir d’armes, avec des idées et des observations basées sur des travaux de terrain menés par CUSO et la Canadian International Development Agency (CIDA).
  • Cet article critique la vue “axée sur la liberté” du développement en soutenant que, bien que le développement doive porter sur l’élargissement des libertés des peuples, la dynamique du pouvoir entre les “développeurs” et les “développés” ne doit pas être ignorée. Il n’y a guère d’analyse sur les implications du système politique multipartite (apparemment mis sur le même pied que la démocratie) au moment de faciliter le développement et la liberté. En utilisant le Malawi comme illustration, l’auteur soutient que la liberté et le développement sont si inextricablement liés que l’un ne peut fonctionner sans l’autre. L’accès aux services sociaux de base, le droit à la participation démocratique pour tous les citoyens et le droit d’agir comme des acteurs économiques libres ne peuvent être réalisés que si ces libertés sont étayées par des structures de gouvernance décentralisées véritables, des partenariats solides entre le gouvernement, les partis politiques de l’opposition et les organisations de la société civile, et que si la bonne gouvernance jouit de l’appui de bons programmes d’éducation civique sur les deux thèmes.
  • L’intégration du genre (gender mainstreaming) a été établie dans la Plateforme pour l’action de Beijing en 1995 comme une stratégie très importante pour la promotion de l’égalité entre les sexes. Comme stratégie de développement, l’intégration du genre requiert que l’on prête attention aux perspectives de genre, en les rendant visibles et en mettant en évidence les liens entre l’égalité entre les sexes et la réalisation des buts de développement. Pour évaluer l’intégration du genre dans les projets et programmes de développement il faut régler les critères d’évaluation comme la pertinence, l’efficacité, le rendement, l’impact et la durabilité, avec des indicateurs de l’intégration du genre aux niveaux de projet ainsi que de programme. Cet article suggère un cadre pour l’évaluation des interventions de développement d’un point de vue d’intégration du genre, afin d’intégrer les perspectives de genre dans chacune des phases du cycle de projet.
  • Le secteur industriel de l’extraction, qui fait de plus en plus œuvre de pionnier dans les pays en développement, est aussi de plus en plus conscient des questions relatives à l’environnement et aux communautés qui se posent dans le cadre de l’exploitation minière, y compris les questions relatives au genre. Cependant, on se concentre principalement sur les impacts de cette exploitation sur les “femmes” de la communauté, laissant de côté les questions pratiques liées aux processus d’intégration du genre au sein de l’entreprise, sur le lieu de travail lui-même. Quels outils et approches seraient nécessaires pour ceux qui s’occupent des questions de genre dans le secteur minier, un secteur encore perçu comme un domaine de travail masculin ? Ce bref article présente une étude pratique entreprise dans une houillère privée en Indonésie. Par le biais de cet exemple, l’auteur suggère des manières de faire un premier pas dans le sens de l’intégration du genre dans le secteur minier.
  • In English only
  • Bien que la coopération pour le développement puisse causer ou exacerber les conflits, la solution n’est pas de refuser l’aide. La question est de savoir comment apporter une aide d’une manière qui prévienne les conflits, afin d’arriver à une paix durable. Cette Practical Note (note pratique) examine la manière dont les ONG ont prévenu et géré les conflits provoqués par des projets d’eau en Éthiopie. Le cadre légal et les contextes institutionnels dans ce pays ne laissent guère de marge de manœuvre aux ONG, de sorte que leurs perspectives pour adopter une approche visant à prévenir les conflits résident principalement dans l’adoption d’une attitude plus sensible et non conflictuelle, tout en se montrant fermes dans leur style de communication. Des conditions de financement différentes et un cadre légal plus propice sont fondamentaux pour augmenter l’efficacité des ONG au moment de prévenir les conflits.
  • Une visite au Ghana, dans le cadre de laquelle les hôtes souhaitaient se pencher sur le développement des leaders et l’invité sur le développement des pays, a donné lieu à la mise en question des deux aspects. Trois approches du développement ont fait l’objet de discussions. L’approche directive de planification du gouvernement, discréditée avec la chute du communisme, a été remplacée par une approche venue de l’extérieur de “globalisation”, actuellement mise en avant comme la manière de développer une économie. Mais une nation s’est-elle jamais développée en s’ouvrant avec enthousiasme aux entreprises, capital, experts et croyances étrangers ? Les succès notables, dont les États-Unis, suggèrent une troisième approche, le développement indigène intérieur-ascendant, qui a fonctionné de concert avec l’intervention de l’État. La globalisation prive donc les pays en développement de la base même sur laquelle les autres pays se sont développés. Cet argument est conjugué à un autre argument correspondant relatif au développement des leaders, lequel doit également avoir lieu de façon indigène, à partir des expériences de vie des personnes, et non de programmes censés créer des leaders. Nous en avons assez des orgueils démesurés au nom d’un leadership héroïque, tout comme des experts étrangers qui prétendent développer les pays “en développement”.
  • “Collaboration” est devenu un mot d’ordre pour les praticiens et les théoriciens du développement. Or la collaboration ou les partenariats entre les universitaires et les chercheurs et activistes basés au sein de la communauté se sont souvent avérés difficiles. C’est tout particulièrement le cas des partenariats avec des chercheurs plus petits qui opèrent au niveau de la base populaire et au sein de la communauté et qui disposent souvent de moins de moyens que leurs partenaires universitaires. Cet article se concentre sur ce type de partenariat dans le domaine de la recherche sur le genre, dans le but de réfléchir aux problèmes, et aux succès, rencontrés par le passé, afin de développer des stratégies pour accroître la nature véritablement collaborative de ces projets, au lieu d’en faire un champ de mines de promesses rompues et de ressentiments inexprimés (et parfois exprimés).
  • Cet article traite des enseignements qui découlent d’une approche spécifique pour combler le fossé entre l’activisme et la théorie – le partenariat collaboratif de recherche entre les théoriciens et les activistes. Ce que ces enseignements ont en commun, c’est que l’accent est porté sur le fait de reconnaître la différence afin de rapprocher les personnes.
  • Des décennies de pratique dans le domaine du développement suggèrent l’importance fondamentale de l’amélioration des systèmes de prestation d’aide et de la compétence des parties prenantes afin d’améliorer le bien-être des personnes pauvres. Cependant, on est en droit de se demander si le système d’aide est en mesure de modifier ses attitudes et ses valeurs au travers des partenariats de ce type d’une manière permettant d’atteindre ce but. L’auteur de cet article suggère que, pour que ce changement puisse se produire, les processus d’apprentissage individuel, organisationnel et inter-organisationnel doivent être encouragés, ce de façons qui ne sacrifient pas les connaissances acquises par les travailleurs humanitaires dans les processus de gestion globale. Cet article se penche sur les procédures de projets d’éducation communautaire financés bilatéralement au Ghana, afin de révéler certains aspects du fonctionnement des arrangements de partenariat comme moyen de contribuer au soulagement de la pauvreté dans le monde. Certains exemples cruciaux tirés des projets faisant l’objet de l’étude de cas révèlent les manières dont l’apprentissage est facilité, utilisé, ignoré et entravé au fur et à mesure du développement des relations organisationnelles.
  • Cet article traite du rôle de l’agriculture urbaine au moment d’aborder les besoins pratiques et stratégiques des Africaines et évalue les implications sur le plan du genre de l’adoption de l’agriculture urbaine comme stratégie d’intervention de développement. Les données empiriques du Botswana et du Zimbabwe font ressortir le rôle à multiples facettes de l’agriculture urbaine : en effet, certaines femmes s’en servent comme moyen de s’autonomiser sur les plans social et économique à long terme. Afin de profiter aux femmes, et non de leur imposer un fardeau supplémentaire, la promotion et le soutien de l’agriculture urbaine doivent adopter un ordre du jour émancipatoire qui soutient les buts pratiques et stratégiques individuels et finit par mettre en question les conditions structurelles qui donnent lieu, au départ, à la participation des femmes à l’activité.
  • On se heurte à un certain nombre de défis et de problèmes éthiques sérieux au moment de mener des recherches en matière de développement dans un pays pauvre. Les auteurs soutiennent ici que la meilleure manière de veiller à ce que les recherches soient éthiques est d’appliquer trois principes fondamentaux. En se concentrant sur l’auto-déterminisme, la non-malfaisance et la justice et la bienfaisance, il est possible d’éviter les risques d’une approche toute faite non éthique. Cet article traite des défis particuliers que comporte l’application de lignes directrices universitaires standard en matière de recherches éthiques à la réalisation de recherches sociales en Uzbekistan, où l’observation de toutes ces lignes directrices empêcherait toute recherche. Cependant, en appliquant les principes éthiques les plus fondamentaux, il a été possible de concevoir un projet de recherche éthique.
  • Cet article examine différentes utilisations des revenus forestiers par des communautés locales camerounaises. Depuis la législation de 1994 relative à la foresterie, les communautés locales ont eu la possibilité d’obtenir des revenus des forêts sous la forme de redevances annuelles versées par les compagnies d’exploitation du bois et au travers de la création de forêts communautaires. À l’heure actuelle, plusieurs communautés villageoises profitent de ces mécanismes financiers, ce qui devrait leur permettre de réduire leur pauvreté chronique et de se développer. Cependant, cette étude, entreprise dans le village de Kongo, met en lumière le fait que ces revenus sont en général mal gérés et détournés par les élites locales. Cette conclusion va à l’encontre de l’objectif de réduction de la pauvreté sous-jacent au développement des forêts communautaires et de l’affectation d’une partie des taxes forestières aux populations locales. Un changement profond de direction est requis, au travers de l’institution d’une gouvernance locale démocratique.
  • Ce Research Roundup (Sommaire des recherches) présente un compte rendu de la phase pilote du programme de BRAC “Challenging the Frontiers of Poverty Reduction/Targeting the Ultra Poor Programme” (CFPR/TUP – Mise en cause des frontières de la réduction de la pauvreté/cibler les ultra-pauvres), lancé dans trois des districts les plus pauvres du nord du Bangladesh (Nilphamari, Rangpur et Kurigram) en janvier 2002. Les auteurs observent un lien étroit entre la situation initiale des participants au programme et le degré de changement qui s’est produit dans leur vie depuis leur lancement, les plus vulnérables signalant le changement le moins important. Il est recommandé d’apporter quelques modifications au CFPR/TUP.
  • Une meilleure utilisation des données basées sur les recherches dans les politiques générales et les pratiques de développement peut contribuer à sauver des vies, à réduire la pauvreté et à améliorer la qualité de la vie. Mais pour que ceci ait lieu de manière plus efficace, les chercheurs doivent faire trois choses. Tout d’abord, il leur faut développer une compréhension détaillée (a) du processus d’élaboration des politiques générales – quels sont les facteurs influents clés et quels sont les liens entre eux ? ; (b) de la nature des données dont ils disposent ou qu’ils espèrent obtenir – sont-elles crédibles, pratiques et utiles sur le plan opérationnel ? ; et (c) de toutes les autres parties prenantes actives dans le domaine des politiques générales – qui d’autre peut aider à transmettre le message ? Deuxièmement, ils doivent mettre au point une stratégie globale pour leur travail – identifier les partisans et les adversaires politiques ; essayer de repérer les occasions d’influencer les politiques générales et pouvoir y réagir; veiller à ce que les données soient crédibles et utiles sur le plan pratique ; et établir des coalitions avec des groupes partageant les mêmes idées. Troisièmement, ils doivent avoir l’esprit d’entreprise – apprendre à connaître les décideurs et travailler avec eux, construire des programmes de recherche crédibles à long terme, communiquer efficacement, utiliser des approches participatives, identifier des personnes clés capables de travailler en réseaux et de “vendre”, et utiliser les réseaux informels. Sur la base de plus de cinq ans de recherches théoriques et basées sur des études de cas, le programme recherches et politiques générales dans le développement (Research and Policy in Development) de l’ODI (Overseas Development Institute) a mis au point un cadre analytique simple et des outils pratiques qui peuvent aider les chercheurs à réaliser ces trois choses.
  • Cette Practical Note (Note pratique) examine la conception et la mise en œuvre de programmes de développement mené par la communauté (DMC), en prenant pour études de cas le Kecamatan Development Programme (KDP) et le Urban Poverty Programme (UPP) en Indonésie. Lancés en 1998, ces deux programmes ont tous deux fait l’objet d’éloges comme projets pilotes jumeaux réussis de DMC, car ils permettent aux groupes communautaires d’acquérir le contrôle de leurs ressources financières et des processus de prise de décisions. Malgré les similarités, cet article conclut que des approches différentes de DMC ont été adoptées, ce pour différentes raisons. En explorant les raisonnements et les concessions mutuelles de ces différentes approches, cet article permet de comprendre de manière plus approfondie la façon dont les principes de DMC peuvent être traduits en pratiques locales.
  • Cet article décrit une technique utilisée pour évaluer un projet de soutien et de développement des ONG au Népal. Ce projet est en cours depuis 2000 (ou avant) dans cinq districts du Népal et a comme objectif principal d’aider les ONG à travailler en plus étroite collaboration avec les personnes les plus pauvres et les plus défavorisées de leurs secteurs respectifs. La méthodologie d’évaluation de l’impact utilisée est à la fois participative et qualitative mais aboutit tout de même à des estimations quantifiées du classement des aspects de la “valeur ajoutée” du projet en termes de stades de développement. Les résultats suggèrent que ce projet a réussi à développer les capacités internes des ONG et à améliorer les rapports avec les personnes pauvres et défavorisées, mais que l’impact sur leurs moyens d’existence est plus limité même après trois ans, ou plus, d’apports intensifs.
  • Les agences humanitaires apportent une quantité significative de fonds pour les recherches visant le développement socio-économique. Ces agences requièrent en général que des chercheurs venus de l’étranger travaillent avec des chercheurs du pays sur les projets de ce type. De plus, le développement des capacités de recherche des chercheurs du pays est souvent un objectif important. Cet article est écrit depuis le point de vue d’un chercheur venu de l’étranger participant au développement des capacités de recherche des chercheurs du pays.
  • In English only
  • L'auteur de cet article présente des arguments en faveur d'une combinaison des éléments suivants : un engagement à long terme pour assurer la sécurité, menant à la formation et au mentoring de nouvelles forces de sécurité ; une approche complète de la réintégration des anciens combattants qui profite également aux communautés civiles d'accueil et contribue à assurer la viabilisation des moyens d'existence agricoles ; et l'ouverture d'un espace pour le débat sur les questions de gouvernance et la distribution des revenus soutenue par une curatelle de collecte de revenus qui enlève certains des domaines clés de pillage économique de la compétence de l'État et dépose les revenus de l'État de façon transparente dans les coffres de ce dernier, pour permettre à une nouvelle espèce de politiques libériens de voir le jour.
  • Depuis le début des années 90, la communauté internationale prend de plus en plus part aux efforts en vue de (re)construire des États déchirés par la guerre et les conflits violents. Aujourd'hui, les Nations Unies à elles seules participent à plus de dix missions politiques et de construction de la paix de par le monde. L'ouvrage le plus récent de Roland Paris, At War's End : Building Peace after Civil Conflict (2004), examine 14 des grandes missions de construction de la paix des Nations Unies lancées entre 1989 et 1999. Roland Paris demande, en particulier, si les modèles dominants de maintien de la paix, qui mettent l'accent sur une libéralisation des marchés et une démocratisation rapides, sont appropriés dans les contextes fragiles post-conflit. Dans cet entretien, Roland Paris nous fait part des enseignements que l'on peut tirer des antécédents de construction de la paix quant à l'efficacité de cette dernière comme moyen de prévenir le retour de la violence dans les situations post-conflit.
  • Un examen critique de cinq publications contrastées portant sur la construction de la paix, y compris le rapport de 2004 des Nations Unies Un monde plus sûr.
  • Cette liste annotée met en relief quelque 70 publications récentes et organisations qui se concentrent principalement sur ce qui arrive après, plutôt qu'avant ou pendant, un conflit armé. Parmi les questions traitées figurent les aspects politiques, économiques et sociaux de la reconstruction d'après-guerre, ainsi que des questions liées à la justice transitoire et à la réconciliation post-conflit ; nous avons en outre cherché à présenter un échantillon de la documentation théorique et empirique croissante qui analyse les défis contemporains qu'il faut relever dans le cadre de la construction de la paix et de la reconstruction d'après-guerre.
  • Le défi primordial que doivent relever les interventions internationales de construction de la paix, de plus en plus nombreuses, est l'obtention d'une paix durable. Cet article illustre cette proposition au travers d'une brève enquête sur la situation au Timor Oriental au moment du retrait de la mission onusienne, au bout de cinq ans de construction d'un État, et en Haïti, où une neuvième mission onusienne est en cours d'établissement. Ce document, qui adopte le point de vue selon lequel c'est la gouvernance démocratique participative qui assurera le mieux la paix à long terme, soutient que pour établir une paix durable, il faut procéder à une transformation sur trois fronts étroitement liés : (a) transformation de la société de manière à ce qu'elle cesse de recourir à la violence et opte plutôt pour des moyens politiques de résolution des conflits, en exigeant que les élites négocient et qu'il y ait un dialogue social et une réconciliation larges ; (b) réforme du cadre de gouvernance pour chercher à veiller à ce qu'un arrangement négocié de gouvernance entre parties prévienne les conflits futurs et à ce que soit adoptée une gouvernance démocratique de base ; et (c) création d'institutions sérieuses capables de durer une fois la mission partie. Ces institutions ne peuvent pas être imposées depuis l'extérieur mais doivent être des entités capables de s'acquitter de leur fonction essentielle et engagées à le faire.
  • Un récent rapport de la Banque mondiale réitère l'opinion, partagée par beaucoup, selon laquelle les bailleurs de fonds proposent des fonds importants dans la phase suivant immédiatement le conflit, qui diminuent jusqu'à atteindre des niveaux plus "normaux" une fois la crise finie. La Banque mondiale critique ce phénomène, appelé "frontloading" (mobilisation anticipée), affirmant qu'il nuit aux perspectives de croissance économique et, du même coup, à la paix. Cet article soutient que l'analyse de la banque est défectueuse car elle ne fait pas la distinction entre les montants promis et les débours réels et ne tient pas suffisamment compte des autres facteurs qui influent sur les modèles d'aide au fil du temps et dans différents contextes. De plus, le lien entre l'aide officielle et les performances économiques après une guerre ne revêt qu'une importance marginale. Toute critique des politiques d'aide doit se baser sur une analyse détaillée de ce qui est effectivement fourni et non de ce qui est promis, ainsi que de l'impact de l'assistance des bailleurs de fonds sur le terrain.
  • In English only
  • Cet article traite de trois thèmes principaux dans le cadre de la comparaison des processus transitoires en Afghanistan et en Irak : (i) la clarté des cadres transitoires et la nécessité de séparer les discussions relatives à ces cadres des débats sur les nouvelles dispositions constitutionnelles ; (ii) le degré de représentation dans les institutions transitoires et la disponibilité de voies pour la consultation politique dans les processus transitoires ; et (iii) la participation de la société civile et du public en général aux processus transitoires.
  • Cet article se concentre sur le débat concernant l'impact de la migration sur le développement des pays d'origine. Durant toute la période post-deuxième Guerre mondiale, la migration temporaire de la main-d'oeuvre a été encouragée comme un chemin conduisant au développement. Les envois d'argent des émigrés vers leur pays d'origine ont augmenté jusqu'à égaler ou dépasser l'assistance officielle au développement et ont fait augmenter le niveau de vie des pays d'origine. Cependant, on constate au fil du temps que ces versements n'aboutissent pas au développement ni même à des revenus supérieurs durables sans migration supplémentaire. Il existe des programmes prometteurs et résolument temporaires de migration de la main-d'oeuvre. Mais lorsque le modèle de migration et de versements se bloque dans un arrangement semi-permanent (la phrase standard est : "Il n'y a rien de plus permanent que la migration `temporaire'"), il peut alors s'agir pour le Sud d'un piège en termes de développement dans le cadre duquel, aux termes d'un `contrat SDD' semi-permanent, le Sud renonce à l'auto-développement pour se transformer plutôt en communauté-dortoir à longue distance fournissant la main-d'oeuvre pour des métiers sales, dangereux et difficiles dans le Nord.
  • Ce Research Round-up (Résumé des recherches) résume les conclusions du Rapport de 2004 "Contrôler les armes : Évaluation de l'impact des commerces des armes sur le développement durable" publié par Amnesty International, IANSA et Oxfam International, en association avec Ploughshares et Saferworld.
  • Cet article présente un projet de recherche entrepris en collaboration et qui montre comment la recherche sociale participative peut être utilisée comme stratégie de lutte contre l'exclusion sociale. Le Crime Prevention Partnership Project (Projet Partenariat pour la prévention de la criminalité) a rassemblé des groupes dominants et déresponsabilisés pour examiner des questions sociales préoccupantes pour tous et identifier des solutions potentielles. Des étudiants universitaires australiens indigènes ont joué un rôle central dans ce projet en travaillant avec la police comme stagiaires de service clientèle et avec l'université comme membres d'un groupe de recherche dans le cadre du projet. Ce projet est devenu l'occasion de former et de responsabiliser de nouveaux chercheurs qui, en tant que personnes issues de groupes défavorisés, ont apporté leurs propres connaissances, soucis et visions du monde à un processus de recherche qu'ils ont contribué à concevoir et à mettre en oeuvre eux-mêmes. Le résultat a été un processus d'apprentissage pour tous les participants appelé ici "autonomisation multidirectionnelle". Il a abouti à l'établissement de liens tangibles entre les institutions puissantes dominantes et une communauté défavorisée. Le processus du projet propose un modèle pour l'utilisation de la recherche participative comme un cadre permettant d'aborder des questions de développement.
  • En tant qu'outil de recherche et permettant de structurer l'interaction au niveau communautaire, l'ERP (Évaluation rurale participative) figure désormais en bonne place dans la pratique du développement. Cet article soutient toutefois qu'afin de jouer un rôle habilitant dans le sens de l'action communautaire, les facilitateurs doivent offrir beaucoup plus que l'approche traditionnelle de l'ERP. En se basant sur des travaux réalisés avec des groupes de femmes et d'hommes dans le nord du Bengale, cet article décrit comment la politique locale et les stratégies des facilitateurs interagissent et compliquent l'utilisation d'approches de planification du type ERP. Cet article souligne la nécessité de stratégies de facilitation efficaces et à long terme qui prennent en compte des considérations organisationnelles, méthodologiques et contextuelles et soutient que les organisations doivent investir beaucoup plus qu'elles ne le font en général pour assurer la qualité des facilitateurs.
  • Le Kenya n'est pas encore un important pays d'émigrants, mais l'émigration des professionnels et des techniciens kényans prend de l'ampleur. Les Kényans et les personnes ayant des liens avec le Kenya et qui vivent à l'étranger constituent une ressource potentiellement importante pour le développement national. Il est donc utile d'examiner les différentes manières dont ce potentiel peut être réalisé de manière plus efficace. Cet article traite en premier lieu des modèles et de l'impact de l'émigration avant d'examiner les différentes manières dont la contribution des Kényans vivant à l'étranger peut être accrue. Il présente ensuite des propositions d'actions prioritaires afin de mettre en oeuvre les initiatives suggérées.
  • La Banque mondiale et les religions mondiales sont deux des forces les plus puissantes des pays en développement. La Banque mondiale a accès à des ressources financières vastes, tandis que les religions jouissent d'un accès et d'une crédibilité sociaux énormes. Un partenariat entre la Banque et des groupes religieux pourrait avoir un impact significatif sur les efforts de développement, mais le dialogue entre eux semble impuissant. Ces apparences sont trompeuses. Le dialogue découle du passage à long terme de la Banque vers l'atténuation de la pauvreté et la participation populaire. Tant que la Banque continuera d'aborder ces questions, ses actions la mettront en contact avec des groupes religieux. Malgré ses limites, le dialogue Banque-religions a favorisé une plus grande ouverture aux religions parmi les membres du personnel de la Banque, ce qui a abouti à la distribution de rôles spécifiques aux religions dans plusieurs programmes importants de la Banque et ouvert la porte à des partenariats futurs.
  • On a assisté à une augmentation sensible des envois d'argent (versements) de travailleurs dans le monde entier au cours des quelques dernières années. Ces versements constituent à présent un facteur macroéconomique clé dans de nombreux pays en voie de développement et représente un pourcentage de plus en plus important des entrées monétaires totales. Pour nombre de pays en développement, les envois d'argent sont comparables ou supérieurs au total des recettes d'exportation, de l'assistance officielle au développement (AOD) et de l'investissement étranger direct (IED). Par ailleurs, les flux de versements sont plus progressifs que ces autres flux internationaux car ils sont distribués de manière plus égale. Le volume relatif de cette ressource et son importante augmentation au cours des dix dernières années confère aux versements une importance accrue sur le plan du développement. En se concentrant sur le Nicaragua, cet article examine l'importance croissante des versements et se penche sur leur potentiel pour ce qui est d'entraîner des résultats positifs en matière de développement pour les pays en développement.
  • En se basant sur des recherches primaires sur l'applicabilité des cadres d'exclusion sociale aux expériences des personnes atteintes de lèpre au Bangladesh, cet article compare deux moyens d'intervention : éducation sanitaire de la société et réhabilitation socio-économique de chaque patient. Ces interventions restent en général distinctes, mais l'auteur conclut que ce n'est qu'en intégrant les deux approches que les préjugés profonds peuvent être éliminés, facilitant ainsi la détection précoce et l'élimination de la lèpre. Les processus d'inclusion sont plus efficaces lorsqu'ils font intervenir les mêmes acteurs qui ont encouragé l'exclusion et lorsqu'ils permettent de jeter des ponts par-dessus les divisions rigides qui séparent les exclus du groupe ou de la société excluant(e).
  • Le total des versements des travailleurs migrants (80 milliards de dollars US en 2003) dépasse de loin la quantité totale d'assistance au développement (55 milliards de dollars durant la même année). Nombreux sont ceux qui en concluent que ces envois apportent une contribution positive au développement de l'hémisphère Sud. Cependant, les expériences des femmes travaillant dans le secteur de la santé et des migrants contredisent les suppositions faciles et pleines d'espoir concernant les effets positifs de la migration. De plus, les analyses plus "économistiques" des avantages de la migration ne soustraient pas ses coûts sociaux et selon les sexes au moment de calculer les économies de main-d'oeuvre dans le Nord ou les revenus provenant de versements dans le Sud.
  • In English only
  • L'éducation non formelle représente souvent la dernière chance pour les adolescentes non scolarisées de recevoir une éducation afin d'améliorer leur santé avant qu'elles ne deviennent mères. Cet article décrit le développement d'un programme pédagogique d'alphabétisation et d'éducation sanitaire destiné à des adolescentes du sud du Malawi qui ne seront jamais formellement scolarisées. Ce programme a été redéfini à la lumière du feedback des participants et des observations des prestataires de services. Les messages de santé pourraient entraîner des changements mais auraient eu un impact limité sur les pratiques de santé des filles sans la participation de la communauté dans son ensemble. La visibilité inhérente du programme `sous les arbres' a constitué un facteur clé au moment de faciliter la participation des villageois et leur apprentissage exponentiel.
  • Rares sont les questions liées au processus de développement qui donnent lieu à des débats aussi houleux que le rôle du secteur privé international sous la forme des sociétés transnationales (STN) et de l'investissement étranger direct (IED). Cet article examine les résultats des recherches les plus récentes sur l'impact de l'IED sur la croissance économique et la réduction de la pauvreté dans les pays en développement. Un bref historique de l'IED est présenté. Il est suivi d'une discussion des mécanismes conceptuels de transmission qui relient l'IED, la croissance et la pauvreté. Les données empiriques disponibles font ensuite l'objet d'une discussion. L'auteur soutient que la question n'est pas de savoir si l'IED est bon ou mauvais pour le développement social et économique, mais que son impact est déterminé par les conditions auxquelles l'IED est accepté. Bien que, dans l'ensemble, les données relatives à l'IED, à la croissance et à la pauvreté ne soient pas concluantes, les recherches ont tendu à suggérer que les avantages de l'IED sont liés au contexte global de politiques générales de l'IED et que l'orthodoxie actuelle consistant à maintenir un régime de politiques extrêmement libéral pour ce qui est de l'IED aboutit à une situation dans laquelle les pays en voie de développement doivent arriver à un compromis précaire entre attirer l'IED et maintenir les instruments de politiques générales afin de tirer profit des entrées.
  • Cet article se penche sur les questions suivantes : comment, pourquoi et quand les stratégies basées au sein des communautés sont-elles efficaces au moment d'encourager la redevabilité des entreprises (RE) envers les populations pauvres ? Les auteurs soutiennent que les approches courantes de responsabilité sociale des entreprises (RSE) sous-estiment l'importance du pouvoir dans la relation entre les entreprises et les communautés dans lesquelles elles investissent, ce qui en limite l'applicabilité à de nombreux contextes de pays en particulier. Cet article, pour se pencher sur cette lacune, s'inspire de documents traitant du pouvoir, de la redevabilité et de la participation des citoyens afin d'analyser 46 cas dans lesquels des communautés ont essayé d'exiger des comptes des entreprises sur leurs responsabilités sociales et environnementales. Les auteurs de cet article soutiennent qu'il faut accorder une attention accrue à un certain nombre de facteurs liés à l'État, aux entreprises et aux communautés, qui s'avèrent essentiels à l'efficacité des stratégies visant à accroître la RE envers les pauvres.
  • Bien que le concept selon lequel les entreprises sont responsables non seulement vis-à-vis de leurs actionnaires mais aussi des impacts sociaux et environnementaux de leurs activités ait à présent été largement accepté, il faut encore exercer une pression pour veiller à ce que les entreprises honorent leurs engagements publics. Cet article décrit les travaux du Conseil oecuménique pour la responsabilité des entreprises (Oecumenical Council for Corporate Responsibility) en vue d'exploiter le pouvoir de chaque actionnaire et investisseur éthique afin de demander des comptes aux entreprises, en faisant tout particulièrement référence aux activités de Shell au Nigeria et en République d'Irlande. Les auteurs soutiennent que les entreprises ne sont pas là pour assurer le développement des communautés et ne doivent donc pas être jugées sur cette base, mais plutôt selon l'impact de leur façon de mener leurs activités centrales.
  • Les questions économiques associées à la pauvreté sont complexes et requièrent des réponses globales (ou "holistiques") pour atteindre les buts du développement durable. Bien que les entreprises à elles seules entraînent des impacts économiques considérables, le lien entre les comportements au niveau des entreprises et les aspirations en matière de développement au niveau macro n'est pas clair. En développant une compréhension robuste de la manière dont les entreprises appréhendent et gèrent ces impacts, nous serons en meilleure position pour comprendre la façon dont les "groupes de redevabilité des entreprises" - partenariats avec d'autres entreprises, des organisations de la société civile et des gouvernements - peuvent exploiter les impacts des entreprises afin d'aboutir à de meilleurs résultats de développement durable au niveau macro.
  • Tandis que la responsabilité sociale des entreprises (RSE) augmente dans les grandes organisations commerciales, c'est au travers de la chaîne d'approvisionnement que l'on parvient le mieux à suivre une véritable approche du développement durable. Ceci s'applique directement aux interactions de la chaîne d'approvisionnement entre le Nord et le Sud (organisations du secteur privé, ONG et bailleurs de fonds). La RSE a adopté des techniques de l'usage des agences d'aide en matière de développement, certes, mais on n'observe pas de flux inverse vers le secteur du "développement". C'est regrettable. Les organisations du secteur privé et les ONG (en particulier les plus grandes) sont bien placées pour tirer profit de l'augmentation de la RSE envers les pays en voie de développement. Un aspect encore plus important est que des bailleurs de fonds de tous types auraient une influence accrue s'ils adoptaient les principes de RSE. Les coûts d'opportunité ne sont pas élevés et le potentiel sur le plan des travaux de plaidoyer est énorme. Cet article examine les techniques de RSE et argumente en faveur d'une situation où les bailleurs de fonds relèvent le défi de les incorporer dans leurs opérations afin d'influencer plus efficacement le processus qu'ils cherchent à modifier.
  • Une entreprise ne dispose que d'une capacité limitée de créer un capital social au travers d'activités philanthropiques et, dans le contexte du déclin de l'aide officielle, le secteur des entreprises assume de plus en plus un rôle développemental de facto. La présence d'un capital social aide les communautés à se diriger vers le développement durable et peut contribuer aux arguments du secteur privé en faveur de partenariats entreprises-communautés. Bien que le rôle de la prestation de services sociaux ne soit pas celui des entreprises, leur aptitude à accroître le capital social en formant des partenariats avec les organisations communautaires peut à la fois contribuer au développement et leur profiter sur le plan commercial. Les partenariats de ce type, qu'ils soient philanthropiques ou commerciaux, seront plus efficaces s'ils sont réalisés au travers de relations équilibrées et transparentes avec des organisations communautaires qui contribuent à créer une capacité sociale au niveau local.
  • La réflexion actuelle dominante en matière de développement, à l'exception d'un petit nombre de domaines comme le micro-crédit, tend à privilégier la taille plutôt que la substance. Cet article cherche à mettre en cause la conviction de ce que les entreprises, les marchés et les institutions à grande échelle sont les moyens les plus efficaces de "réaliser le développement". Nous soutenons que, en concevant des institutions pour qu'elles satisfassent différents besoins à différentes échelles, il est plus vraisemblable que nous parvenions à des résultats durables de développement à long terme. Au travers d'une analyse de la réflexion de la "nouvelle économie", nous nous penchons plus particulièrement sur la manière dont le concept de subsidiarité pourrait être appliqué à la réflexion relative au développement aux niveaux de la communauté et de l'entreprise, et nous nous servons d'exemples d'endroits où ce concept se manifeste d'ores et déjà dans la pratique, comme la production d'énergie et de produits de base.
  • Dans le monde de l'entreprise, la conception a suscité une attention croissante au cours des 50 dernières années et elle est à présent fermement ancrée dans presque tous les aspects des activités des entreprises. Cet article examine le rôle de la conception dans le développement. La conception est utilisée et comprise par beaucoup, au sein des économies capitalistes, comme désignant un ensemble divers d'outils utilisés pour optimiser la part de marché, les ventes et les bénéfices et soutenir la différentiation sur le marché et l'identité des produits liée à la marque. Le progrès de deux courants convergents liés à la conception est brièvement présenté : la croissance, depuis 1950, d'une opinion selon laquelle la conception a une contribution véritable à apporter à la responsabilité sociale et à la durabilité ; et les données de plus en plus nombreuses indiquant que les compétences relevant de la conception sont utilisées dans des contextes de développement. Cet article examine plusieurs autres modèles possibles en cours de développement et se conclut par plusieurs études de cas qui illustrent ces modèles et mettent en valeur le potentiel de leurs méthodologies, largement basées sur les processus, pour les activités du secteur privé dans un contexte de développement.
  • De nombreux gouvernements et agences d'aide sont convaincus que les petites entreprises peuvent contribuer à promouvoir un développement plus équitable et à favoriser la compétitivité des industries locales au sein d'une économie mondialisée. Bien que les petites, micro et moyennes entreprises (PME) aient un rôle à jouer dans la création d'emplois et dans la création et la redistribution des richesses, elles ont de nombreux obstacles à surmonter. Cet article souligne à quel point il est important de comprendre le contexte précis, d'établir des priorités entre les buts de politique en concurrence et de faire la distinction entre les rôles réels et potentiels de différents types d'entreprises (par secteur, taille et emplacement géographique). Ce n'est que sur cette base qu'il est possible d'identifier les ressources et les politiques les plus appropriées pour chaque but et type d'entreprise. Ces arguments sont illustrés par rapport à l'Afrique du Sud, dont le gouvernement a cherché à promouvoir simultanément le développement des PME, l'autonomisation économique de la population noire et la compétitivité au niveau mondial.
  • Depuis le milieu des années 80, les agences d'aide ont défendu la nécessité de soutenir le développement des entreprises privées dans les pays à faibles revenus comme instrument pour le développement économique global et la réduction de la pauvreté. La collaboration facilitée entre les entreprises dans les pays industrialisés et en développement est devenue l'une des formes les plus populaires d'assistance dans cet effort. Bien que les collaborations de ce type varient dans leur conception, elles font toutes intervenir des organisations tierces qui identifient les partenaires et soutiennent les premières étapes de l'établissement d'une plateforme commerciale pour la coopération. Cet article traite des mécanismes qui interviennent dans ce type de facilitation et évalue l'efficacité des institutions catalysatrices qui favorisent la collaboration entre entreprises dans les pays industrialisés et en développement. La discussion est illustrée par des études de cas tirées du Ghana.
  • Le micro-crédit, défini comme des petits prêts accordés à des personnes qui n'ont pas normalement accès au crédit, est une stratégie novatrice dans la lutte contre la pauvreté. Les institutions de micro-crédit peuvent obtenir des fonds d'investisseurs institutionnels privés (IIP) qui canalisent les fonds obtenus de bailleurs, de prêteurs privés et d'investisseurs socialement responsables. Le financement privé de l'aide au développement est susceptible de devenir plus important et le micro-crédit présente une occasion d'investissement dans ce contexte. Les institutions de micro-crédit (IMC) doivent, toutefois, devenir plus transparentes et requièrent plus de moyens d'encouragement pour chercher à obtenir un financement commercial au lieu de compter sur les subventions. Avec de meilleures informations sur les IMC, les IIP pourraient obtenir un impact accru avec leur investissement.
  • Depuis les années 90, les agences de développement et les institutions internationales encouragent la participation du secteur privé aux infrastructures, supposant que ceci entraînera des investissements et une efficacité accrus au niveau d'un secteur public pas assez performant. Dans les secteurs de l'eau et de l'énergie, ces attentes n'ont pas été satisfaites. L'investissement du secteur privé dans les pays en développement est à la baisse, les sociétés multinationales ont échoué à obtenir la rentabilité de leurs investissements et le processus de privatisation dans les secteurs de l'eau et de l'énergie s'est avéré très impopulaire et s'est heurté à une forte opposition politique. Cet article se penche sur le rôle de cette opposition au moment de retarder, d'annuler ou d'inverser la privatisation de l'eau et de l'énergie. La société civile locale a réussi à mobiliser une activité politique extrêmement efficace, son opposition se basant sur les conflits perçus entre la privatisation et l'équité et les désaccords concernant le rôle de l'État et de la communauté dans ces secteurs. Cette opposition a fait intervenir des interactions dynamiques avec les partis et structures politiques existants, y compris l'utilisation des mécanismes électoraux et judiciaires existants. Son succès suppose des défis pour la communauté des entités multilatérales et des bailleurs de fonds, les ONG, les campagnes d'opposition elles-mêmes et l'avenir des systèmes nationaux de l'électricité et de l'eau.
  • Le redressement et le développement post-conflit font actuellement l'objet d'une importante attention ; l'un des principaux défis est celui du développement économique post-conflit, qui est essentiel à la réduction de la pauvreté et à l'amélioration des moyens d'existence au niveau local. À cet égard, de nombreux plans de développement post-conflit accordent une importante priorité au développement du secteur privé. Cet article examine le rôle du secteur privé dans les situations post-conflit et traite des interventions possibles pour le redressement économique sur la base des documents et des travaux réalisés sur le terrain au Timor-Leste. Il identifie des facteurs clés cruciaux pour le développement pro-pauvres du secteur privé dans les situations post-conflit, en faisant tout particulièrement référence au Timor-Leste, considère certains des principaux obstacles et suggère des politiques publiques pour identifier les produits prometteurs à exporter et pour renforcer les petites et micro-entreprises qui pourraient aider le pays à arriver à un redressement et une croissance économiques favorables aux pauvres.
  • Cet article traite de la question de savoir si la participation à l'économie mondiale entraîne une croissance durable des revenus. Il se penche sur l'industrie du meuble du centre de Java, qui a connu une croissance rapide depuis la crise financière de 1997. Cet article montre que les petites et moyennes entreprises exportatrices ont généré une croissance considérable de l'emploi et des revenus. Cependant, cette croissance n'est pas durable parce que la viabilité des exportations est devenue dépendante d'un bois coupé illégalement et dont les réserves risquent de s'épuiser. Les projets gouvernementaux et de bailleurs de fonds destinés aux petites entreprises risquent de précipiter ces entreprises vers la ruine. Cet article aborde ensuite des manières possibles d'éviter ce résultat, en soulignant la nécessité d'une coalition des acteurs publics et privés le long de l'axe local-mondial.
  • Le projet de la Banque mondiale pour l'autonomisation communautaire et la gouvernance locale (Community Empowerment and Local Governance Project - CEP) a été le programme clé financé par un bailleur de fonds à apporter une assistance à la reconstruction communautaire dans un Timor-Leste venant juste d'obtenir son indépendance. Ce projet de 18 millions de dollars US, lancé en 2000, a fourni des fonds à plus de 400 conseils locaux de développement qui avaient été récemment créés pour satisfaire les besoins de développement de leurs communautés respectives. Au lieu de créer de véritables structures participatives, les brefs délais pour le déboursement des fonds du projet et les règles bureaucratiques des projets ont réduit ces conseils à guère plus que des lignes de transmission vers les dollars contrôlés par la Banque. En omettant les structures de gouvernance existantes, y compris celles du jeune gouvernement, les conseils ont également omis les sources de légitimité locale et de connaissances techniques, ce qui a donné lieu à des conflits au sein des communautés, à l'indifférence et à la non-durabilité des projets. Le programme de micro-crédit du CEP, mal administré, a entraîné la prolifération de kiosques non viables - ce qui met en exergue la folie de tenter de construire à tout hâte une économie de marché sur la base d'une économie de subsistance portant de profondes cicatrices.
  • Au cours des deux dernières décennies, le secteur privé a été soumis à une pression de plus en plus intense pour veiller à ce qu'il opère de manière responsable sur les plans environnemental et social. Les entreprises sont passées par plusieurs phases de réponse, en commençant par une position consistant à "nier et défendre", avant d'adopter une attitude consistant à "faire pénitence" au travers de donations et d'actes philanthropiques, pour aboutir actuellement à une gestion des risques en atténuant les impacts négatifs de leurs opérations commerciales. En se basant sur les recherches menées par Oxfam International principalement dans le secteur du commerce de détail, ainsi que dans le secteur du café et pharmaceutique, cet article soutient que l'approche actuelle est, pour l'instant inadéquate. Le fait de simplement atténuer les impacts négatifs en châtiant les intermédiaires ou les fournisseurs ne contribue pas à des solutions durables. Pour que le secteur privé tienne les promesses de responsabilité sociale des entreprises, ces dernières doivent chercher à adopter d'autres modèles d'activité commerciale qui forgent la connectivité, la cohérence et l'interdépendance entre leurs opérations commerciales centrales et leurs engagements éthiques et environnementaux.
  • Tandis que les détaillants du Nord adoptent de plus en plus des codes de pratiques comportant des dispositions sociales et/ou environnementales dans les chaînes d'approvisionnement mondiales, il s'avère nécessaire d'en évaluer rigoureusement l'impact social. Au-delà de la rhétorique, il est important d'établir l'impact réel de ces codes sur les travailleurs les plus pauvres, leurs familles et les autres parties prenantes locales. Cet article présente les questions méthodologiques et conceptuelles clés qui surgissent lors d'une évaluation de ce type, telles qu'identifiées par une étude de trois ans sur le vin sud-africain. Il examine les différentes motivations et approches utilisées par les organismes chargés de la mise en application des codes, les bailleurs de fonds, les universitaires et les praticiens et met en relief l'absence des voix des travailleurs dans le débat sur la responsabilité des entreprises, ainsi que certaines des premières conclusions des recherches. Enfin, il explique comment les inégalités de pouvoir inhérentes aux chaînes d'approvisionnement mondiales font qu'il est plus difficile d'adopter une approche véritablement "habilitante" (ou "autonomisante") de l'évaluation de l'impact des codes.
  • Le débat parmi les ONG et les activistes syndicaux sur la manière d'améliorer les conditions de travail et les droits des travailleurs a été dominé par les partisans d'approches spécifiques, soutenant qu'il y a divers moyens idéaux : codes d'entreprise, législation, organisation des travailleurs ou campagnes comme celles relatives aux travailleurs exploités. Cet article décrit une campagne menée par des ONG et des syndicats qui intègre ces approches afin d'améliorer les droits des travailleurs et les conditions de travail des travailleurs à domicile au Royaume-Uni. Son "modèle de changement" consiste à tenter d'obtenir des changements d'attitude parmi les entreprises dans le cadre d'une stratégie visant à renforcer la législation tout en explorant également les occasions et les mécanismes afin d'obtenir des changements dans les pratiques (des entreprises) et les politiques (gouvernementales) : la susceptibilité des grandes marques aux campagnes donne l'occasion d'obtenir des changements au niveau de leurs pratiques ; les campagnes (menacées ou réelles) revigorent et devraient étayer l'engagement des détaillants et des entreprises connues à mettre en oeuvre les codes volontaires ; et l'établissement d'une dynamique équitable pour tout le monde signifie que les entreprises qui satisfont des normes plus exigeantes peuvent devenir des alliées au moment de préconiser l'amélioration des pratiques au sein des entreprises et de la législation du travail. Les ONG de développement internationales, avec leur aptitude à mener des campagnes, à lancer le dialogue avec les entreprises de grandes marques et à travailler aux côtés des syndicats et des organisations de travailleurs du Nord comme du Sud, occupent une position sans pareille pour faciliter des stratégies intégrées de ce type.
  • Le commerce éthique, au travers de codes de pratiques, constitue une partie importante des chaînes de valeurs pour les produits horticoles achetés en Afrique par les grands acheteurs européens. Cet article examine la relation entre les chaînes de valeur dans le secteur horticole, les modèles des producteurs africains en matière d'emploi et le processus de la mise en oeuvre des codes sous l'angle du "genre". Il pose la question de savoir si, dans le contexte d'une économie au sein de laquelle chaque sexe se voit attribuer certains rôles, des codes peuvent, à eux seuls, améliorer les conditions de travail de tous les travailleurs. À l'aide d'études de cas de fleurs du Kenya, de fruits d'Afrique du Sud et de fleurs et légumes de Zambie, cet article met en relief les implications de stratégies souples d'emploi pour les travailleurs et montre que les codes sociaux n'ont pas forcément abouti à de meilleurs résultats pour les femmes et les travailleurs informels, du fait de l'économie influencée par le "genre". En fin de compte, ce n'est qu'en abordant les aspects liés au "genre" de l'économie locale que les conditions d'emploi de tous les travailleurs, y compris celles des travailleurs marginalisés et des femmes, sont susceptibles de s'améliorer.
  • L'industrie mondiale de fabrication de vêtements va se confronter à des changements considérables à partir de 2005, moment où le système de quotas établi dans le cadre de l'Accord multi-fibres touchera à sa fin. Ces changements représentent des menaces sérieuses à l'emploi au sein des usines d'assemblage d'Amérique centrale, ou industrie des "maquilas". Une possibilité, cependant, est que la consommation "politiquement correcte" pourrait fournir un créneau pour des sociétés engagées en faveur de la responsabilité sociale des entreprises et du respect des droits de l'homme et que ceci pourrait même constituer une manière d'améliorer les conditions de travail dans la région. Dans ce sens, en dépit des risques graves qu'il représente pour les plus pauvres, le marché pourrait servir à entraîner des changements favorables aux travailleurs.
  • Le commerce équitable représente une approche novatrice afin de faire en sorte que les règles du commerce mondial profitent aux producteurs désavantagés du Sud et au développement durable. Mais qui sont les véritables bénéficiaires du commerce équitable ? Le commerce équitable a-t-il entraîné des améliorations visibles dans la vie des petits producteurs de café et de leurs communautés ? Cet article examine l'efficacité du commerce équitable comme outil de développement et la mesure de sa contribution au soulagement de la pauvreté dans les régions productrices de café du Nicaragua. L'auteur soutient qu'il est crucial d'analyser les expériences et les problèmes des petits producteurs de café et des organisations de producteurs intervenant dans le marché du commerce équitable pour veiller à ce que les objectifs et les affirmations du commerce équitable soient réalisés dans la pratique. L'étude conclut qu'il y a des limites à la mesure dans laquelle le commerce équitable peut améliorer de façon significative le niveau de vie des petits producteurs de café, à cause de facteurs comme les problèmes de dette des coopératives, le manque de soutien de la part du gouvernement et les prix du café au niveau international.
  • Le mouvement de promotion du café produit de manière durable est l'un des nombreux efforts visant à relier la responsabilité sociale et le capitalisme du marché. Après une crise mondiale du café qui a vu les prix chuter à des niveaux ne permettant pas de soutenir la production à petite échelle ou des salaires décents pour les travailleurs des plantations, les organisations à but non lucratif de certification et d'étiquetage s'efforcent de développer un marché durable pour les travailleurs et l'environnement. Elles cherchent à influencer les valeurs culturelles et politiques de façon à ce que les consommateurs et les sociétés du Nord doivent y réagir en prenant en compte l'intérêt des travailleurs et des écosystèmes du Sud dans leurs décisions d'achat. Cet article aborde et évalue les stratégies employées à l'heure actuelle pour relier producteurs et consommateurs au sein de ce mouvement, ce qui nécessite de mener d'importantes initiatives d'éducation. L'auteur soutient qu'il est essentiel d'établir des partenariats entre les entreprises et les ONG pour élargir la base commerciale du marché du café acheté selon les règles du commerce équitable et pour promouvoir des changements parmi les consommateurs ; il traite en outre des défis et des possibilités que créent ces partenariats.
  • Cet article traite de la privatisation des services publics en Argentine à la lumière de la grave crise qui a affecté le pays entre 1999 et 2002. Un cadre réglementaire inadéquat et l'absence d'agences de réglementation efficaces ont abouti à l'exercice d'un pouvoir monopolistique sur les honoraires du service public. L'apparition d'une série de chocs extérieurs, dont le premier fut la crise de 1997 en Asie du sud-est, a affaibli les comptes extérieurs du pays. Dans le contexte d'un régime strict des taux de change, l'augmentation des honoraires du service public et les obligations à l'étranger contractées par les entreprises privatisées ont exercé une pression croissante sur la balance des paiements. Bien que les entreprises privatisées n'aient pas été directement responsables de la récession de quatre ans ni de la crise de la balance des paiements, leurs actions ont contribué au commencement et à la prolongation des difficultés touchant l'Argentine.
  • Cet article aborde l'introduction d'un partenariat public-privé (PPP) pour l'approvisionnement en eau dans les zones urbaines congolaises. Il décrit le contexte organisationnel avant et après le PPP et traite des divers résultats de ce partenariat, tant positifs que négatifs. Malgré quelques résultats prometteurs au début, les dispositions du PPP ne se sont pas développées comme prévu et les entreprises privées se sont heurtées à des problèmes financiers. L'environnement politique a joué un rôle important au moment de compromettre les avantages potentiels du PPP et l'article s'achève sur quelques recommandations concernant les politiques générales à la lumière des négociations que le Congo continue de mener avec les institutions financières internationales afin d'obtenir leur assistance pour de nouvelles réformes économiques.
  • Cet article évalue les mécanismes potentiels pour faciliter un engagement accru du secteur privé dans les recherches agricoles pour le développement et le transfert de technologies (RADTT) en se penchant tout particulièrement sur la Bolivie. Il passe en revue les résultats inégaux des efforts, tant dans les pays développés que dans ceux en développement, pour décentraliser les RADTT et pour encourager les investissements du secteur privé. Les mécanismes potentiels pour la Bolivie sont examinés dans trois catégories générales : les programmes de taxation, les dispositions de co-financement et les approches basées sur la production. Sont également évaluées les contraintes limitant la participation du secteur privé aux RADTT qui découlent des préoccupations concernant les coûts élevés des transactions, les droits de propriété intellectuelle et l'environnement juridique et réglementaire. L'article conclut que la conformité, ou un hybride de programme de conformité et de programme concurrentiel de co-financement, sont ce qui convient le mieux aux besoins de la Bolivie. Une approche souple des systèmes des droits de propriété intellectuelle est requise, bien que l'identification de régimes de taxation appropriés continue de constituer un défi.
  • Les approches radicales en vue d'introduire des partenariats publics-privés (PPP) pour la fourniture d'infrastructures en Asie du sud ont, pour la plupart, échoué. Or, cette région abrite un secteur informel florissant et plusieurs ONG régionales ont pris part à des efforts en vue de faire participer les communautés à l'amélioration des infrastructures. De nombreux ministères et autorités gouvernementales locales ont délégué certaines responsabilités concernant la prestation de services au secteur privé au travers de contrats de service et de gestion à petite échelle. Ce document examine les possibilités d'étendre et de développer ces activités, en tenant compte de facteurs institutionnels, y compris les structures organisationnelles et les attitudes et suppositions des diverses parties prenantes. On y accorde une attention particulière aux options relatives à la réglementation du secteur privé et à l'équilibre à atteindre entre encourager la concurrence et promouvoir une coopération améliorée entre les parties prenantes. Les options disponibles pour passer à des formes "supérieures" de PPP sont considérées et quelques brèves remarques finales résument les conclusions clés et suggèrent quelques directions possibles pour l'avenir.
  • Depuis que le Vietnam a introduit sa politique de réforme du Doi Moi en 1986, le développement du secteur privé constitue l'un des soucis majeurs du gouvernement et du parti communiste au pouvoir. Le principal défi pour le Vietnam en matière de développement consiste à trouver le moyen de soutenir la croissance économique et réduire la pauvreté tandis que la main-d'oeuvre continue d'augmenter. On prévoit que le secteur privé jouera un rôle important à cet égard. Cet article se penche sur la question de savoir si le secteur privé peut satisfaire les attentes générales. Une croissance économique importante et stable indique que les réformes ont été cohérentes, mais aussi que les initiatives du secteur privé sont allées plus vite que les changements institutionnels formels. Le développement du secteur privé est nouveau au Vietnam et commence à un niveau bas. Les secteurs des investissements publics et étrangers sont des acteurs importants par rapport au secteur privé national, lequel se compose de nombreuses petites entreprises. La réduction de la pauvreté a été impressionnante, mais ce n'est que maintenant que le développement du secteur privé devient un contributeur important. Enrayer l'intensification des inégalités reste un défi au niveau duquel la contribution du secteur privé à l'augmentation des revenus publics doit encore se matérialiser.
  • Le dialogue avec les parties prenantes, la participation et les partenariats sont devenus des concepts courants dans les politiques générales internationales relatives au développement, en particulier dans le domaine de la responsabilité sociale des entreprises (RSE). Cependant, la redevabilité des initiatives à multiples parties prenantes portant sur la RSE envers leurs bénéficiaires prévus dans le Sud fait, de plus en plus, l'objet d'une mise en cause. Cet article traite de la manière dont les ordres du jour de certaines initiatives dans les domaines du commerce éthique et de la présentation de rapports sur la durabilité sont impulsés par ce que les ONG occidentales préconisent, ce que les grandes entreprises considèrent comme faisable et ce que les consultants et les comptables cherchent à fournir. Il décrit comment les pratiques et le discours qui en résultent limitent les changements et marginalisent les autres approches développées par les parties prenantes du Sud. L'auteur soutient que l'enthousiasme en faveur du dialogue, de la participation et des partenariats avec les parties prenantes en matière de RSE est important et qu'il doit en outre être "reconçu" en prenant en compte les principes démocratiques. La "démocratie des parties prenantes" est proposée comme cadre conceptuel pour cet effort ; l'auteur propose en outre quelques recommandations à l'attention des ONG, des entreprises et des gouvernements.
  • L'ordre du jour relatif à la responsabilité sociale des entreprises (RSE) a décollé depuis les années 80 et tant la société civile que les acteurs du secteur des entreprises s'efforcent de se mobiliser autour de lui. Cet article examine les raisons de la mobilisation de la société civile autour des questions de RSE, les types d'organisations impliquées et leurs différentes formes d'activisme et de relations avec les entreprises. Il identifie ensuite les manières dont les grandes entreprises prennent part à la formulation de l'ordre du jour relatif à la RSE et le façonnent, mais pose la question de savoir si cet ordre du jour peut contribuer efficacement au développement. Cet article soutient que l'ordre du jour relatif à la RSE peut s'attaquer aux pires symptômes du développement inefficace, comme les conditions de travail médiocres, la pollution et les mauvaises relations entre les usines et la communautés, mais qu'il ne s'attaque pas aux mécanismes politiques et économiques clés au travers desquels les sociétés transnationales minent les perspectives de développement des pays pauvres. La section finale aborde la question de savoir comment cet ordre du jour peut évoluer sur la base des développements récents au niveau de l'activisme et de la réglementation concernant la RSE.
  • En francais et angalis
  • In English only
  • Cet article identifie la nécessité d'une méthodologie appropriée pour évaluer le commerce équitable, étant donné que la plupart des évaluations effectuées à ce jour ont été réalisées en interne ou pris la forme de bilans commandés, et n'ont donc pas suivi une approche cohérente. Cet article se concentre sur les aspects du commerce équitable relatifs au développement, passe en revue tout un éventail de méthodes d'évaluation de l'impact et présente une méthodologie détaillée pour l'analyse du commerce équitable qui englobe des critères standard d'évaluation de projets et se base sur une ample gamme de méthodes ayant fait leurs preuves pour la collecte et l'analyse des données, principalement qualitatives mais aussi quantitatives. Ce cadre est un programme organisé en modules parmi lesquels les praticiens peuvent faire leur choix selon leurs besoins et leurs moyens, tout en conservant une logique globale. Cet article en illustre l'utilisation en se référant à des évaluations entreprises au Costa Rica, au Ghana, au Nicaragua et en Tanzanie. Cette approche permet de comprendre les programmes de commerce équitable de manière globale et rend possible la comparaison de ces derniers à des projets de développement conventionnels.
  • Cet article traite du domaine en plein essor des systèmes d'information géographique (SIG), en se concentrant tout particulièrement sur les possibilités concernant leur application dans le cadre de l'ordre du jour international relatif aux femmes et au développement. Nous y traitons des développements théoriques récents dans les SIG critiques et la théorie féministe qui ont donné lieu à cette occasion, ainsi que des problèmes inhérents à l'utilisation des SIG dans le cadre des recherches axées sur le genre. Nous nous concentrons sur les obstacles créés par des sources de données inadéquates axées sur les questions de genre et sur l'aptitude des SIG à représenter les questions relatives aux femmes.
  • Cet article traite de la méthodologie et de l'application de l'outil Key Informant Monitoring (KIM - Suivi des informants clés) utilisé par le Nepal Safer Motherhood Project (NSMP - Projet népalais pour une maternité sans risque). Le NSMP cherche à faire augmenter de manière soutenue l'intérêt suscité par les services essentiels de sages-femmes et d'obstétrique en abordant, entre autres, les contraintes qui entravent l'accès à ces services. Les données recueillies par les Key Informant Researchers (KIR - chercheurs travaillant avec des informateurs clés) sont synthétisées et utilisées par le NSMP et ses partenaires clés de projet à des fins de suivi et de planification. Le NSMP a utilisé les conclusions du KIM pour modifier ses principales interventions au niveau local. Des ONG internationales et népalaises ont adopté le KIM dans leurs programmes relatifs à la maternité sans risque et autres programmes de développement. Les Comités de développement villageois, avec le soutien d'ONG et du NSMP, ont réagi aux questions soulevées par le KIM en menant des campagnes de sensibilisation en matière de santé maternelle, en travaillant avec des guérisseurs traditionnels, en améliorant la qualité des soins et en facilitant des programmes locaux de transport d'urgence et de financement. Les KIR se sont avérés efficaces comme sources d'information et agents de changement chargés de diffuser des messages relatifs à la maternité sans risque afin de promouvoir des changements de comportement.
  • Les cultivateurs andins ont toujours adapté et sélectionné des variétés de quinoa et de pomme de terre pour réduire leur vulnérabilité face à une gamme de risques environnementaux. Les données recueillies suggèrent que cette stratégie est actuellement en passe d'être sapée. Les pressions du marché, en particulier les exigences concernant l'uniformité et la quantité, parallèlement à l'importation de produits dérivés du blé subventionnés, entraînent le déplacement des variétés indigènes de quinoa et de pomme de terre. Cet article examine la faisabilité du maintien de la diversité des cultures tout en veillant à ce que les cultivateurs bénéficient de débouchés sur les marchés. Pour la pomme de terre, l'approche la plus prometteuse est une démarche de "conservation au travers de l'utilisation" par laquelle les praticiens du développement identifient des créneaux de marché pour les variétés locales et non cosmopolites. Entre-temps, la production et la consommation de quinoa ont été accrues par des initiatives appuyées par le gouvernement qui utilisent la quinoa dans les programmes de soutien alimentaire. Le succès de ces efforts au moment d'améliorer la sécurité des moyens d'existence exige un environnement habilitant sur le plan des politiques générales, qui encourage des approches de vulgarisation, met l'accent sur la participation active des participants et appuie les interventions publiques et privées dans les zones rurales isolées.
  • Étant donnée l'inaptitude de l'intégration économique internationale à créer des perspectives d'avenir pour d'importants segments de la société, de nombreux Mexicains sont à la recherche de manières de forger leurs propres solutions. Ces stratégies sont les manifestations concrètes de la réalisation que le chemin "courant" de la quête d'emplois par le prolétariat n'est plus viable et qu'un retour aux formes traditionnelles de coopération, organisées autour de mécanismes de gestion des écosystèmes, pourrait offrir une plus grande sécurité et une meilleure qualité de vie. Les personnes parviennent à trouver des moyens de renforcer leurs communautés respectives, de veiller à ce que leurs familles puissent rester dans les zones rurales, dans le cadre de communautés dynamiques en quête d'un nouveau rapport à leurs régions respectives et à la nation dont ils veulent continuer à faire partie. Cet article illustre ce processus à l'aide de l'analyse d'un projet qui se concentre sur la création d'un nouveau produit - de la viande de porc maigre - qui peut se vendre au prix fort sur le marché tout en contribuant au renforcement d'une communauté, ce qui ouvrirait de nouveaux débouchés aux femmes et améliorerait la gestion de l'environnement.
  • Le VIH/sida a des impacts profonds sur les moyens d'existence en Afrique subsaharienne. Il s'agit, entre autres, de la mort d'adultes en âge de travailler, du détournement de ressources vers les soins et de la rupture des chaînes traditionnelles de transmission des connaissances. Les ONG réagissent en apportant une assistance aux communautés affectées par l'épidémie dans les domaines de l'agriculture, de la formation en diverses compétences et du microfinancement, et en proposant en outre des services de soins et de soutien à domicile. Parmi les caractéristiques clés des initiatives de ce type figure la plus grande attention accordée à des groupes auparavant négligés comme les femmes, les enfants ayant abandonné l'école et les orphelins. Parmi les facteurs de succès figurent l'utilisation de processus participatifs pour identifier les groupes cibles et la participation aux activités des projets de leaders politiques locaux et d'adultes jouissant de la confiance des jeunes. Parmi les défis à relever on peut citer l'amélioration des systèmes de suivi, la diffusion efficace des enseignements et les efforts en vue de persuader les bailleurs de fonds, dont les réactions à l'épidémie se concentrent actuellement sur les services préventifs et curatifs, de soutenir les interventions relatives aux moyens d'existence, ce de toute urgence.
  • De plus en plus d'ONG se consacrent à l'éradication de la pauvreté, tandis que divers organismes gouvernementaux se sont également engagés à faire progresser moralement et matériellement ce que l'on appelle la "famille humaine". Cependant, les résultats ne sont pas prometteurs. Le commerce des armements constitue un crime contre l'humanité contre lequel les ONG ne parviennent à faire guère de progrès. Au contraire, les campagnes portant sur un seul problème, comme par exemple les mines terrestres, peuvent en fait les distraire des questions plus générales. De même, au travers de leur participation à des missions humanitaires, souvent lancées principalement pour soulager la conscience des citoyens des pays riches, les ONG pourraient sans le vouloir contribuer à maintenir un ordre mondial déjà profondément injuste. Nous devons réfléchir à ce que font véritablement les ONG, et non aux manières d'améliorer leur efficacité, étant donné que les actions des ONG seules ne peuvent pas assurer le respect des droits de l'homme. Si les ONG ne s'engagent pas dans une réflexion auto-critique, il y aura toujours des pauvres parmi nous, ainsi que des ONG, et le système ne connaîtra pas d'améliorations.
  • Sur la base des réflexions entreprises avec des membres d'un partenariat entre une ONG et des communautés d'Adivasis (colons d'origine) dans l'État indien d'Orissa, cet article examine divers liens entre ONG (internationales, d'État, de district et locales) et organisations de la base populaire, sous l'angle des possibilités pour ces collaborations de faire avancer l'activisme des Adivasis dans le sens du changement social. Il est rare que les ONG internationales travaillent directement avec des réseaux villageois d'ONG et d'organisations de la base populaire, mais si l'on suppose que la participation, l'entremise et l'activisme des personnes transcendent leur importance rhétorique pour certaines ONG, cette participation mettrait les ONG internationales en contact direct avec des droits acquis (lesquels sont souvent la cause de l'appauvrissement des Adivasis) et pourrait aboutir à l'utilisation du pouvoir de façon plus démocratique.
  • Le Royaume du Bhoutan non seulement présente un environnement national sans pareil mais il donne en outre aux chercheurs l'occasion d'observer un développement efficace dans un système relativement peu compliqué et contrôlé qui est dirigé par le gouvernement au lieu d'être impulsé par les bailleurs de fonds. Cet article traite des progrès récents du développement bhoutanais et identifie deux facteurs inhibiteurs dans cette situation apparemment "idéale" : tout d'abord les tensions intérieures entre les groupes ethniques drukpa et népalais et, deuxièmement, l'impact de l'ouverture du Bhoutan aux influences extérieures par le biais des médias et d'internet, avec le soutien d'une communauté enthousiaste de bailleurs de fonds. Les développements futurs au Bhoutan pourraient servir de baromètre utile pour les événements mondiaux.
  • L'Enquête appréciative (EA) est utilisée depuis longtemps comme une méthodologie permettant de comprendre l'apprentissage et le changement organisationnels. Cet article traite de ses applications aux recherches entreprises sur le terrain et basées sur des entretiens dans le contexte du développement. Bien que l'EA commence par se pencher sur les meilleurs aspects des expériences d'une organisation ou d'une personne, elle peut aider les chercheurs à comprendre de manière nuancée et détaillée les plus grands succès de leurs sujets et leurs obstacles les plus sérieux. Sur la base de recherches menées avec des directeurs d'ONG aux quatre coins de l'Afrique, cet article fournit des données anecdotiques indiquant que l'utilisation de l'EA durant les entretiens crée un environnement confortable et stimulant pour les personnes interrogées qui peut générer des informations d'une qualité exceptionnelle.
  • In English only
  • La reconstruction du système de santé en Afghanistan en est à ses débuts et les bailleurs de fonds ont proposé des accords de partenariat basés sur les performances (APP) au travers desquels sous-traiter la prestation des services de santé à des organisations privées, à but lucratif comme non lucratif. Au-delà des débats idéologiques, cet article cherche à expliquer le modèle qui étaye l'initiative d'APP et à faire la lumière sur les données empiriques concernant les avantages supposés d'une approche de ce type. Cet article traite de la privatisation et de la sous-traitance des services de santé ; toutefois, il n'y a pas, pour le moment, d'informations qui puissent démontrer la supériorité de la prestation privée par rapport à la prestation publique. De même, le caractère approprié de la sous-traitance n'a toujours pas été prouvé et ces dispositions soulèvent plusieurs questions d'ordre éthique. Lorsque l'on tente de conclure des APP, il est important de rester prudent et de veiller à ce que les opérations soient organisées de manière à permettre les comparaisons nécessaires. Cet article conclut par des recommandations destinées aux organisations déjà engagées dans des APP ou bien qui réfléchissent à leurs mérites.
  • Les réformes juridiques sont de plus en plus perçues comme essentielles pour lutter contre les diverses contraintes auxquelles se heurtent les femmes en ce qui concerne la propriété et la succession. Ces efforts sont renforcés par l'engagement pris par les pays en adoptant des traités comme la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes (CEDAW), et par l'incorporation dans leurs constitutions respectives de diverses chartes de droits qui reconnaissent les droits des femmes. On s'attend à ce que les engagements de ce type réduisent les pratiques discriminatoires et favorisent le respect des droits de la femme. Sur la base des conclusions d'une étude sur les droits de propriété et de succession des femmes au Malawi, ce document traite du rôle des assemblées de district dans l'administration et le jugement des revendications de succession des femmes. Il montre que le système tout entier constitue un terrain fertile pour l'opportunisme et contribue de manière significative à l'érosion de ces droits. Cet article illustre que, bien que la législation des droits de l'homme joue un rôle important au moment de faire respecter les droits des femmes, la réalisation de ces droits exige que l'on accorde une attention critique aux institutions et systèmes administratifs chargés de la mise en oeuvre. C'est au travers de ces opérations de l'État que les personnes font l'expérience de la loi dans la pratique.
  • Bien qu'il soit reconnu que les femmes jouent des rôles fondamentaux dans le développement socio-économique de leurs communautés respectives, elles sont souvent exclues des processus locaux de prise de décisions parce que leurs opinions ne sont pas sollicitées et leurs intérêts ne sont pas pris en compte lors de la formulation des programmes locaux de développement. Cet article s'inspire d'études de cas du Ghana pour identifier les avantages pour les communautés de faire plus participer les femmes à la prise de décisions et pour évaluer les contraintes qui entravent les femmes et les occasions dont elles disposent lorsqu'elles cherchent à assumer des fonctions de leadership dans la communauté. Des stratégies à employer pour promouvoir un "engagement plus constructif" avec les femmes dans les processus de prise de décisions des communautés rurales font ici l'objet d'une discussion.
  • Cet article fait part de quelques idées sur les programmes de gestion des ressources naturelles basée dans la communauté (GRNBC), qui se concentrent sur trois domaines : le développement rural, la conservation de la nature et le renforcement de la gouvernance locale. Cet article, dont l'auteur soutient que les conditions sine qua non d'un programme fructueux de GRNBC sont un contexte législatif favorable, une communauté auto-définie et l'absence de besoins fondamentaux ressentis, traite des expérience initiales d'un programme de ce type au Mozambique. Il expose la réaction plutôt lente d'une communauté située dans l'arrière-pays qui a quelques ressources forestières, mais se concentre sur des gains économiques avec un engagement propre minimal. En revanche, une communauté de pêcheurs s'est immédiatement sentie inspirée par le programme, s'est organisée en comités de co-gestion et a commencé à utiliser ses ressources déjà surexploitées de manière durable. Ces deux cas montrent que les programmes de GRNBC ne sont pas des plans universels mais qu'ils doivent être adaptés à chaque situation spécifique.
  • Ce document analyse les tendances et les thèmes importants dans le domaine de l'économie domestique et celui du "genre" et développement (GED) en se concentrant sur différentes régions du monde et sur les changements qui ont eu lieu récemment. Le point de contact entre ces deux domaines, qui relèvent de l'éducation et de la pratique, est couvert par le travail d'une ONG, l'International Federation for Home Economics (IFHE). L'IFHE est en mesure de faciliter le renouveau de relations qui stagnent, mettre en question les stéréotypes et construire de nouveaux partenariats pour autonomiser les femmes et améliorer la qualité de la vie. Les auteurs suggèrent des implications dans les domaines de l'éducation, de la pratique et des recherches.
  • Depuis mars 2000, dans le cadre d'un partenariat avec le Centre des femmes de Montréal et d'autres unités universitaires de Montréal, le McGill's Centre for Developing-Area Studies mène un programme de recherche-action sur le "genre" et les questions relatives à la sécurité humaine dans le contexte de la guerre et de la reconstruction. Notre équipe multidisciplinaire de chercheurs et d'activistes travaille au niveau local avec des réfugiées, des demandeuses d'asile et des immigrantes de divers pays en proie à des conflits armés, et au niveau international avec des organisations de femmes, principalement dans la région africaine des Grands Lacs. Le fait de conjuguer la sécurité humaine - la protection des civils entre pays - et le "genre" - les différentes manières dont les femmes et les hommes sont affectés - nous permet d'analyser l'impact de l'inégalité entre les sexes sur l'insécurité qui continue d'affecter les sociétés déchirées par la guerre. Notre travail de recherche-action dans le cadre d'une alliance communauté-université aborde les besoins personnels (en particulier les traumatismes non traités) et les droits des femmes, tout en examinant le contexte socio-économique et politique des conflits violents.
  • On perçoit de plus en plus la société civile comme un élément nécessaire du développement humain durable. Certaines ONG du Nord espèrent contribuer au développement de la société civile en s'engageant dans des partenariats avec des ONG du Sud. Les connaissances acquises récemment indiquent, toutefois, que ces partenariats sont souvent dominés par l'ONG du Nord, ce qui entrave l'établissement d'organisations de la société civile dynamiques et dont la propriété et la gestion se situent au niveau local. L'auteur de cet article examine certaines des raisons pratiques de cet échec et suggère des stratégies pour travailler dans le cadre de ce qu'Alan Fowler appelle des "partenariats authentiques". Les partenariats de ce type empêchent les ONG du Nord de dominer et contribuent ainsi à favoriser un climat plus propice à la croissance de la société civile. Les stratégies suggérées pour la promotion de partenariats authentiques abordent le financement, les relations de travail, le retrait progressif, le plaidoyer et l'évaluation du partenariat lui-même. Cet article s'inspire d'une étude de cas des travaux de partenariat du Christian Reformed World Relief Committee (CRWRC), une ONG religieuse nord-américaine.
  • Cet article examine le rôle de l'État dans le programme de Joint Forest Management (JFM - Co-gestion forestière) dans la province septentrionale de Haryana, en Inde. Durant les deux dernières décennies, on a entrepris dans cette province des initiatives significatives relatives aux réformes institutionnelles de la promotion des partenariats communautés-État pour protéger et gérer les forêts. En examinant les expériences de gestion des structures de collecte de l'eau et de location de terres boisées aux communautés locales, cet article démontre que l'adoption d'une rhétorique relative à la "co-gestion" ne garantit pas des partenariats fructueux au niveau du terrain. La mise en oeuvre du programme appelle à une redéfinition du rôle de l'État afin d'établir des engagements crédibles vis-à-vis des communautés locales sur les plans des politiques générales ainsi que des pratiques.
  • Les pastoralistes sont marginalisés dans la Corne africaine et reçoivent des services vétérinaires inadéquats. Dans le cadre des programmes d'ajustement structurel économique, les services vétérinaires publics sont devenus de plus en plus inefficaces et, en conséquence, des programmes d'ONG de base communautaire ont été mis en place dans certaines zones d'élevage. Bien que ces programmes aient souvent été considérés comme efficaces, ils étaient, sauf quelques exceptions, de petite envergure, isolés du gouvernement central et basés sur des systèmes subventionnés de distribution de médicaments. Leur durabilité était par conséquent discutable. Les gouvernements ont à présent des moyens d'encouragement pour améliorer les services vétérinaires fournis aux pastoralistes du fait des nouvelles possibilités d'accroître les exportations de bétail parallèlement aux nouvelles préoccupations concernant la protection des consommateurs contre les maladies liées au bétail. La réforme en cours des politiques générales et des institutions encourage le secteur privé à assumer un rôle plus important dans la prestation des services, mais ceci se développe lentement, en particulier dans les zones d'élevage où la prestation de services future est susceptible de faire intervenir des partenariats entre le secteur public et le secteur privé.
  • Cet article traite de la mise en oeuvre de la Convention 182 sur les pires formes de travail des enfants dans le secteur minier du Burkina-Faso. Il met en relief des enseignements clés tirés d'un projet financé par le DFID (ministère britannique du Développement international) et Save the Children UK et mis en oeuvre par COBUFADE, une ONG burkinabée. On a constaté que les enfants étaient des acteurs importants et capables dans la lutte contre le travail des enfants, notamment dans le domaine de la recherche et de l'exercice de pression ; cet article examine le rôle que la société civile peut jouer pour faire entendre aux décideurs nationaux les voix locales et pour relier les différents acteurs concernés par la Convention 182.
  • Le gouvernement britannique s'est mis à assumer, de plus en plus souvent, le rôle d'arbitre international et de soldat de la paix, avec ou sans mandat de l'ONU. Le détournement d'une position moralement plus élevée et l'affirmation récurrente d'un consensus mondial - même en présence d'une opposition écrasante - révèle un dédain de l'intégrité de la diversité et des opinions culturelles. Il a souvent eu recours à l'argument de "préoccupations humanitaires" pour justifier l'intervention militaire et la promesse d'aide afin de faire dévier le dissentiment. Sur la base de ses expériences en tant que membre du personnel humanitaire dans le Kosovo post-conflit, l'auteur présente deux arguments centraux. Tout d'abord, que le chaos social, culturel et institutionnel précipité par un conflit est extrêmement prévisible et constitue un argument de poids contre les solutions militaires. Et, deuxièmement, que l'aide n'est pas une panacée universelle. Elle constitue un dernier recours et, souvent, même avec les meilleures intentions, elle est fournie de façon médiocre. Elle ne devrait jamais être utilisée pour masquer des impératifs politiques.
  • Afin de relever le défi de réagir aux idées, qui donnent à réfléchir, exposées dans The Selfish Altruist (L'altruiste égoïste, Vaux 2001), l'auteur rassemble certains des éléments de cet ouvrage et les conjugue à ses propres approches psychologiques d'une conscience de soi accrue pour présenter des suggestions spécifiques sur la manière dont le développement personnel et la conscience de soi pourraient être améliorés aussi bien pour les responsables d'agences d'aide que pour le personnel travaillant sur le terrain.
  • En 2002, le Secrétaire général des Nations Unies, Kofi Annan, a mis sur pied un Groupe sur les relations entre les Nations Unies et la société civile au sein duquel furent nommées plus de douze "personnalités éminentes". L'établissement de ce groupe signalait que les échelons les plus élevés de l'ONU reconnaissaient, à raison, que l'on risquait de laisser passer une bonne occasion de travailler plus efficacement avec la société civile et de tenir davantage compte des opinions de la société civile dans la poursuite du développement humain.
  • Cet article examine les excès de la "culture de l'audit" en rapport avec les partenariats entre ONG de développement du Nord et du Sud. Les auteurs soutiennent qu'il faut moins se concentrer sur la documentation et qu'il faut faire davantage confiance à l'interaction et au jugement personnel entre les ONG de développement du Nord et du Sud partenaires. Dans certaines situations, c'est une stratégie qui peut encourager des pratiques de suivi et de redevabilité plus rigoureuses, capables d'aller au-delà d'un axe problématique tournant autour de cibles quantifiables. Cet article attire l'attention sur des débats similaires relatifs au secteur public au Royaume-Uni et sur les problèmes associés à la micro-gestion dans une culture de méfiance.
  • In English only
  • In English only
  • Dans cet entretien, Rosemary Thorp, experte en matière d'économie politique d'Amérique latine et actuellement présidente du Conseil d'administration d'Oxfam GB, discute de l'impact que les réformes relatives à la décentralisation ont eu sur la promotion du développement et l'approfondissement de la gouvernance démocratique dans cette région. En se concentrant tout particulièrement sur les expériences du Chili et de la Colombie, Mme Thorp soutient que, bien que le processus de décentralisation démocratique soit prometteur, il doit relever de multiples défis pour donner toute sa mesure. Parmi les facteurs clés qu'elle identifie pour que la décentralisation réussisse, figurent un leadership politique engagé, des partis politiques robustes et la capacité au niveau local - autant d'aspects souvent absents dans le contexte latino-américain.
  • Cet article traite des enseignements tirés de la décentralisation démocratique en Madhya Pradesh (MP), un État indien pauvre et semi-féodal qui s'est distingué comme un lieu phare et disposé à faire des expériences audacieuses en matière de conception institutionnelle dans les années 90. Malgré des débuts peu propices, les leaders politiques du MP ont résolu d'utiliser la décentralisation comme un levier pour élargir et améliorer la prestation des services de base. Les architectes de la stratégie du MP avaient pleinement conscience des contraintes sociales et économiques, mais ils étaient convaincus qu'au travers d'une conception soigneuse, d'un soutien approprié pour développer le capital social et de l'obtention de succès précoces, cette initiative débloquerait des forces puissantes pour le développement communautaire. Cet article se concentre sur deux initiatives : l'une visant à améliorer l'accès à l'école et l'autre cherchant à promouvoir la démocratie directe au niveau des villages. Les auteurs constatent que, bien que la première phase de décentralisation ait abouti à des améliorations significatives, en particulier dans le domaine de l'éducation, la deuxième phase s'est avérée beaucoup moins fructueuse.
  • La promotion de la démocratie a souvent été un processus directif caractérisé par des politiques générales d'assistance ciblant le niveau macro. Lorsque l'on a tenté de mettre en oeuvre des politiques générales ascendantes (émanant de la base populaire), elles ont elles aussi tendu à aborder les ONG professionnalisées n'ayant guère de membres au niveau de la base populaire ni de contact avec cette dernière. Ce n'est qu'au cours des quelques dernières années que les bailleurs de fonds ont commencé à mettre en oeuvre des programmes visant à développer ce que l'on pourrait appeler une `micro-assistance' à la démocratie, définie comme une assistance à la démocratie destinée à de petites organisations, souvent basées sur les communautés, sur le terrain. Cet article décrit la micro-assistance apportée par l'UE à la démocratie en Afrique du Sud après 1994. Les données recueillies émanent d'entretiens menés avec des responsables de projets et d'entretiens semi-structurés avec tous les directeurs d'Organisations à base communautaire (OBC) qui ont reçu des fonds de l'UE. D'après certaines conclusions préliminaires, on pourrait penser que la micro-assistance à la démocratie en Afrique du Sud répond à des problèmes spécifiques qui affectent la société civile locale, bien que la plupart de ces organisations restent à peine durables et que leurs compétences sur le plan de l'influence des politiques locales soient limitées.
  • Depuis que le processus de décentralisation a débuté au Ghana au début des années 90, les responsables gouvernementaux ainsi que les agences d'aide et les ONG internationales prennent part à des efforts visant à attirer l'attention sur les préoccupations concernant les femmes et à améliorer la sensibilité aux questions de `genre' dans les processus de développement au niveau local. Cet article traite de trois projets entrepris en collaboration entre des organisations de développement internationales et des assemblées de district aux quatre coins du Ghana afin de promouvoir la sensibilité aux questions de `genre' et d'accroître la représentation des femmes au sein des systèmes locaux de gouvernance. Bien que, comme l'auteur le suggère, il soit encore trop tôt pour juger du succès de ces initiatives, il est également évident que, si l'on veut que les efforts de décentralisation apportent des améliorations, ils doivent être assortis de ressources adéquates et d'un soutien institutionnel et d'un développement des capacités appropriés.
  • Cet article analyse un projet pilote de leadership décentralisé transformatif lancé par le PNUD pour lutter contre la crise croissante du VIH/sida au Népal. Ce projet vise à renforcer le leadership au niveau du district et la planification participative multisectorielle, à clarifier la réponse du gouvernement au niveau du district et à créer des réseaux régionaux, nationaux et internationaux pour réagir efficacement face au VIH/sida. Le but est de créer des leaders qui envisagent des possibilités et voient des occasions jusque-là inimaginées et de conférer une voix aux personnes qui n'ont jamais réussi à se faire écouter. En suivant les rapports et les commentaires ultérieurs des participants au projet, les auteurs constatent que le projet leur a conféré des outils et des compétences précieux pour poursuivre leur engagement à enrayer la maladie et qu'il a contribué à l'apprentissage de leçons sous un angle global sur ce qui a et n'a pas fonctionné dans les interventions entreprises à ce jour en réponse au VIH/sida.
  • Cette vue d'ensemble se base sur une sélection de travaux théoriques et empiriques visant à explorer les liens entre la décentralisation et la démocratie et leur impact sur la participation et l'autonomisation au niveau local. L'auteur envisage la décentralisation comme un phénomène complexe et à multiples facettes et soutient que ses avantages potentiels ne peuvent être réalisés que lorsque des politiques complémentaires et des conditions nationales ou locales spécifiques sont en place. De plus, il est également important d'arriver à un équilibre entre les niveaux local, régional et national de gouvernement afin de protéger l'autonomie locale tout en encourageant un degré raisonnable d'uniformité dans toutes les régions. Cet essai s'inspire du travail réalisé par l'auteur sur le terrain au Mozambique ainsi que des expériences d'autres pays relatives à la décentralisation.
  • Cet essai, qui est aussi un passage en revue, analyse trois ouvrages récents sur la relation entre la démocratie et la décentralisation, en se concentrant sur la participation et l'autonomisation locales : Democracy and Decentralisation in South Asia and West Africa: Participation, Accountability and Performance (Démocratie et décentralisation en Asie du sud et en Afrique de l'ouest : participation, redevabilité et performances) (Richard Crook et James Manor), Good Government in the Tropics (Bon gouvernement sous les tropiques) (Judith Tendler) et un numéro thématique du European Journal of Development Research sur `Democratic Decentralisation through a Natural Resource Lens: Experiences from Africa, Asia and Latin America' (La décentralisation démocratique sous l'angle des ressources naturelles : expériences d'Afrique, d'Asie et d'Amérique latine), dont la publication a été dirigée par Anne M. Larson et Jesse C. Ribot.
  • Les auteurs examinent le rôle des ONG religieuses internationales dans l'aide étrangère et l'assistance au développement en Afrique, en se référant tout particulièrement au Mennonite Central Committee (MCC). Le MCC réussit bien dans sa contribution au développement et à l'autonomisation dans les 20 pays africains dans lesquels il travaille parce qu'il se concentre, au niveau philosophique et sur le plan de ses programmes, sur la reddition de comptes, du fait de son approche holistique des droits fondamentaux et d'une approche consistant à "écouter et apprendre" qui embrasse l'autonomisation et la justice sociale. Bien qu'une philosophie consistant à dire que ce qui est petit est bon ne favorise pas forcément les méthodes de "solution rapide" associées au Nouvel ordre du jour des politiques, elle continue d'être la manière la plus efficace, rentable, redevable et sensible à la base populaire de traiter des questions de développement.
  • L'auteur met en relief les contributions de quatre penseurs et activistes latino-américains concernant la communication pour le changement social. L'auteur affirme que les activités de développement sont liées à la communication à plusieurs niveaux et qu'elles sont profondément ancrées dans les cultures des personnes concernées, ce qui fait intervenir des questions significatives interculturelles, et il s'inspire de son ample expérience dans ces domaines pour distiller un ensemble de principes et d'enseignements à appliquer de manière plus large.
  • Cet article se concentre sur l'importance, la complexité et l'ambiguïté du terrain symbolique dans la vie quotidienne et dans la lutte sociale. En prenant le costume ou "traje" traditionnel des femmes mayas comme un texte, l'auteur réfléchit aux significations multiples et contestées qu'il évoque et soutient que les femmes mayas jouent un rôle qui n'a pas fait l'objet d'une analyse ou une reconnaissance suffisantes dans le cadre de la lutte du mouvement maya pour obtenir son identité et le respect de ses droits indigènes. Cet article, qui commence par une brève vue d'ensemble théorique, analyse ensuite les différentes significations contestées et la manière dont elles sont reliées aux questions plus larges, et il se conclut par une réflexion sur les défis auxquels se heurtent les rapports interethniques et la reconnaissance des peuples indigènes au Guatemala.
  • Les ONG et les activistes sociaux courent le risque de suivre les directions de politiques générales privilégiées par les agences donatrices étrangères au détriment de leur propre capacité organisationnelle et morale d'agir en solidarité avec ceux dont ils affirment soutenir les intérêts. En se référant spécifiquement à la Tanzanie, l'auteur soutient que, bien que les ONG prennent volontiers des mesures pour protéger leurs propres intérêts, elles ne défendent pas de manière cohérente les libertés fondamentales des travailleurs. Dans une ère unipolaire, qui affirme que l'époque de la politique et de la solidarité internationale est révolue, il est vital pour les ONG et les autres activistes sociaux de garder vivante la conviction selon laquelle une alternative au monde existant est à la fois nécessaire et possible.
  • Il est difficile de mesurer l'impact dans le travail de développement, car cela suppose d'attribuer des changements à long terme sur les plans social, personnel et communautaire à des interventions à court terme et d'envergure relativement petite dans la vie d'une communauté. Cet article examine l'expérience de l'ONG australienne Oxfam Community Aid Abroad concernant la mesure de son impact dans deux des régions dans lesquelles elle travaille : l'Inde et le Sri Lanka. Les conclusions mettent en relief l'importance de la participation et de mécanismes de reddition de comptes "du haut vers le bas", et de l'établissement de liens entre les activités de niveau local dans un contexte régional, national et mondial large.
  • Les enfants de moins de 18 ans représentent le plus grand groupe de personnes pauvres en Ouganda (62 pour cent). Leur point de vue n'a pas, jusqu'ici, été incorporé dans les nombreuses analyses de la pauvreté qui ont été menées. Dans le cadre de l'étude relayée dans cet article, on a demandé à des enfants d'entre 10 et 14 ans de parler de leurs perceptions de la pauvreté et aussi de l'efficacité des autorités gouvernementales locales lorsqu'il s'agit d'aborder les questions qui les préoccupent. Dans le cadre de cette étude, on a constaté que les enfants ont un point de vue de la pauvreté différent de celui des adultes clés interrogés dans notre échantillon ; ils ont une vue positive de leur propre rôle potentiel dans l'atténuation de la pauvreté et ils critiquent beaucoup la performance actuelle des autorités locales.
  • Le rôle des organisations de la société civile de l'hémisphère Nord a subi des changements spectaculaires ces quelques dernières années. En particulier, leur rôle principal d'"agences de redistribution" travaillant dans l'hémisphère Sud a été critiqué, ce qui les a poussées à chercher de nouvelles manières de définir leur rôle dans l'éradication de la pauvreté. Une stratégie largement adoptée a consisté à mettre un accent croissant sur le travail de plaidoyer en faveur de la justice sociale ; une autre a été la création de partenariats avec des acteurs non publics et publics, y compris le secteur privé. Ce type de partenariat soulève des questions difficiles ayant trait aux valeurs sous-jacentes et à la légitimité civique de l'action, en particulier des ONG de développement opérant depuis l'hémisphère Nord. Cet article traite de la question des partenariats entre les organisations de la société civile et les entreprises au travers d'une étude de cas de l'"Économie de communion", un projet mondial qui rassemble de petites entreprises et des organisations de base religieuse dont le but commun est l'éradication de la pauvreté.
  • Les questions relatives à la restructuration démocratique et à la citoyenneté au niveau municipal en Amérique latine ont fait l'objet d'un intérêt et de débats croissants parmi les théoriciens et les praticiens du développement au cours des quelques dernières années. Cette étude se penche sur la manière dont la coopération internationale pourrait faciliter une participation améliorée des citoyens à la prise de décisions au niveau local dans la région en examinant un projet d'établissement de liens financé par le Canada et concernant les villes de Charlesbourg, Québec (Canada) et Ovalle (Chili). Cette étude présente un compte rendu relativement optimiste du rôle que les innovations transférées suite à ce projet ont joué au moment d'améliorer la participation des citoyens au gouvernement local. Dans le même temps, elle suggère que les gains éventuels de ce type pourraient être limités et doivent être vus dans le contexte politico-administratif plus large de l'Amérique latine et en prenant en compte les facteurs associés qui limitent l'établissement d'une culture démocratique large au niveau local.
  • Il existe d'importantes synergies potentielles pouvant découler de la collaboration entre une organisation de recherche et une organisation opérationnelle, comme une ONG, mais les collaborations explicites de ce type ne sont pas fréquentes. Cette note pratique examine le partenariat institutionnel entre l'International Food Policy Research Institute (IFPRI) et CARE-USA, pour illustrer de manière concrète les difficultés et les avantages potentiels d'une collaboration de ce type. Elle propose des exemples des lacunes dans l'orientation organisationnelle qui peuvent entraîner des problèmes, donne des idées sur la manière de combler ces lacunes et met en relief les difficultés à prévoir durant la construction d'une collaboration productive.
  • In English only
  • Le fait de devoir remédier aux inégalités héritées de l'apartheid a établi un contexte complexe et riche en défis pour la satisfaction des besoins fondamentaux dans l'Afrique du Sud contemporaine. Étant donnée la ségrégation physique et politique de l'apartheid, la satisfaction de la demande de logements constitue un défi central pour le développement depuis 1994. Cependant, alors même que les autorités gouvernementales locales ont été poussées à assumer plus de responsabilités dans ce domaine, elles doivent le faire tout en gérant des relations complexes avec des acteurs du secteur privé qui cherchent à accéder à la prestation de services de base précédemment associée au secteur public. Le résultat est non seulement que la structure des autorités gouvernementales locales a connu une réforme spectaculaire depuis 1994, mais aussi qu'elle a acquis une nouvelle responsabilité pour permettre aux marchés de fonctionner au nom du soulagement de la pauvreté.
  • Le suivi et l'évaluation des projets en Afrique ont toujours dépendu des connaissances "expertes" d'évaluateurs "professionnels" pouvant mettre au point des indicateurs dits "SMART". Mais ces connaissances expertes ne se sont pas répandues dans les diverses agences chargées de la mise en oeuvre - y compris les communautés elles-mêmes. Le résultat a été des données sporadiques et peu fiables et des cadres faibles de suivi et d'évaluation. Au Zimbabwe, ces difficultés ont entravé le développement et l'établissement d'une base de données de statistiques sociales. L'un des domaines faibles des statistiques sociales est celui de l'information sur les enfants. Depuis 1995, UNICEF Zimbabwe travaille avec des communautés pour produire des statistiques actualisées et utiles au travers de projets comme le Sentinel Site Surveillance Survey et, plus récemment, le développement d'un registre villageois qui comportera des indicateurs simples mais vitaux pour les programmes. Cet article cherche à documenter et à mettre en relief la réflexion en cours sur ces exercices et les défis auxquels se sont confrontés tant l'UNICEF que les communautés jusqu'ici.
  • En Australie, les programmes d'emploi de l'État sont un moyen essentiel de tenter de remédier aux désavantages sociaux et économiques considérables subis par les Australiens indigènes, en particulier au niveau communautaire. Bien que ces programmes dépensent des sommes d'argent importantes, les résultats sociaux et économiques pour les Australiens indigènes demeurent bien inférieurs à ceux de la population non indigène. Les auteurs de cet article affirment qu'un obstacle important au développement humain indigène découle du racisme institutionnel qui règne dans une gamme d'agences responsables du secteur public aux trois niveaux de gouvernement du système fédéral australien. Les résultats d'une évaluation du Programme d'emploi pour le développement communautaire (CDEP) réalisée dans une communauté indigène isolée sont présentés. Ils illustrent bien comment l'exclusion des populations indigènes des étapes de conception et de prestation de programmes gouvernementaux clés pourrait aboutir à de nombreux cas d'affectation incorrecte de fonds, en privant des initiatives destinées à contribuer à atténuer le désavantage social et économique des populations indigènes.
  • Aux quatre coins du monde, des barrières profondément enracinées excluent les femmes de toute participation significative aux activités socio-économiques et politiques. Il ne s'agit pas seulement d'une question de justice et d'égalité. Certains affirment qu'en élargissant les possibilités offertes aux femmes, la société dans son ensemble se verrait renforcée et que ceci améliorerait les perspectives plus larges de développement. Récemment, une ample variété d'initiatives internationales ont été développées pour élargir les possibilités données aux femmes. L'un de ces programmes est le financement de projets heifer pour les femmes. En utilisant des données recueillies par la Croix-Rouge, cette étude examine le potentiel des projets heifer au moment de développer les possibilités dont disposent les femmes en Afrique sub-saharienne.
  • Du milieu de 1999 au milieu de 2001, les auteurs de cet article ont effectué une étude qualitative dans le Viêt-nam rural afin d'étudier les relations entre l'équité entre les sexes et la santé génésique. L'un des objectifs de cette étude était de développer des indicateurs culturellement appropriés de l'autonomisation des femmes, dans le contexte spécifique du Viêt-nam. Cet article décrit le processus de développement, de mise à l'épreuve et d'apport des touches finales aux indicateurs d'autonomisation, présente certains des résultats et traite des défis méthodologiques rencontrés. L'article conclut en recommandant un ensemble de domaines spécifiques au Viêt-nam pour évaluer l'autonomisation des femmes dans les milieux social et économique de la vie et dans la santé génésique.
  • Cet article examine les processus participatifs dans le programme d'assistance technique de la Banque asiatique de développement (BAsD) dans le secteur thaïlandais des ressources en eau. Les auteurs analysent divers niveaux d'interaction sociale dans la communauté locale, dans le cadre de consultations des parties prenantes intermédiaires et dans l'opposition aux programmes environnementaux de la BAsD exprimée par les organisations de la société civile. Bien que des approches participatives soient utilisées pour promouvoir des régimes de gestion plus ascendants dans le secteur des ressources en eau, les auteurs constatent que le pouvoir local et les différences entre les sexes ont été négligés. Les institutions en évolution de gouvernance des ressources sont constituées par sexe et reproduisent les inégalités entre les sexes, comme le fait de considérer l'eau destinée à l'usage agricole comme une ressource "masculine". Enfin, les auteurs soutiennent que les manières de comprendre et les pratiques de participation légitiment certains ordres du jour, en particulier dans un milieu extrêmement polarisé sur le plan politique.
  • Depuis les attentats du 11 septembre 2001 contre des cibles nord-américaines, les débats concernant la situation des femmes dans le monde musulman ont tendu à se concentrer sur la mesure dans laquelle elles sont les victimes du dogme religieux. À l'instar de toutes les autres religions, l'Islam peut être oppressif à l'égard des femmes ; cependant, les femmes qui travaillent ne sont pas seulement affectées par des facteurs religieux. Cet article examine les expériences des femmes en Indonésie et en Iran, pays dans lesquels les mouvements islamistes ont assumé un rôle prépondérant au sein du gouvernement. En Indonésie, la crise économique asiatique de la fin des années 90 a précipité des troubles civils et permis à un gouvernement islamiste d'accéder au pouvoir. Depuis, le travail des femmes en Indonésie semble avoir été davantage affecté par la crise économique que par le mouvement islamiste, lequel était lui-même un effet secondaire de la crise. En Iran, on aurait pu s'attendre à ce que le nombre de femmes travaillant dans le secteur formel ait diminué après deux décennies d'islamisation, mais il a en fait augmenté. Une étude de ces deux cas montre que l'impact de la montée de l'Islam politique est complexe et ne peut pas être exprimé au moyen de simples stéréotypes.
  • Le coup d'État de mai 2000 à Fidji a provoqué une fuite de capitaux de l'industrie de fabrication de vêtements du pays. Lorsque les ouvriers commencèrent à perdre leurs emplois, l'axe central de l'attention changea : on cessa de chercher à améliorer les salaires et les conditions pour tenter de maintenir les emplois dans les usines de vêtements du pays. Quelle contribution les chercheurs féministes peuvent-elles apporter dans un climat de grande mobilité des capitaux qui empêche les ouvriers de s'organiser en vue de l'obtention d'un salaire permettant de vivre ? Cet article applique l'idée d'Amartya Sen de "positions de repli" pour les femmes par rapport à leurs maris à une étude du "mariage" des femmes au capital. Une étude de la vie des ouvrières des usines de vêtements en dehors du lieu de travail révèle la possibilité d'améliorer le pouvoir de négociation des femmes par rapport à leurs employeurs - en augmentant les biens individuels et collectifs des femmes, leur accès au soutien de l'État et d'ONG, à d'autres moyens d'obtention de revenus et à des systèmes de soutien social auxquels faire appel pour obtenir une assistance.
  • Cet article se concentre sur le défi et les effets de l'adhésion à la participation communautaire en tant que principe du développement des communautés et sur la question associée suivante : comment refléter une représentation diverse dans la prévention et la planification de la promotion de la santé. À la demande des agences bailleurs de fonds, les conséquences de l'adhésion à ces principes à la lumière des ressources mises à disposition sont examinées. Les auteurs tirent des informations d'une étude de cas sur un comité consultatif présentant une grande diversité parmi ses membres. Une évaluation participative de ce comité met en exergue les difficultés rencontrées lorsqu'une agence communautaire a initié un projet de promotion de la santé afin d'aborder les besoins des femmes qui ne parlent pas et risquent de subir une attaque sexuelle. Des suggestions sont faites sur la manière dont ces difficultés peuvent être surmontées. Le comité consultatif est un moyen fréquemment utilisé dans le cadre du développement communautaire, mais il est aussi potentiellement un modèle pour une communication et une compréhension accrues.
  • L'intégration des questions relatives au VIH et au sida dans les programmes ne suppose pas seulement d'adapter les programmes des ONG, mais aussi d'adapter les partenariats. Le fait de travailler dans un contexte où le VIH et le sida sont très prévalents a un impact organisationnel important sur les ONG chargées de la mise en oeuvre. Tandis que le personnel, ou les membres de la famille des membres du personnel, tombent malades, on compte plus de jours de congé et on constate la diminution des performances professionnelles, l'augmentation des frais médicaux et des coûts supplémentaires de formation et de recrutement. Pour simplement maintenir leur capacité, les ONG devront investir dans des changements au niveau de leurs programmes de planification, de formation et de sensibilisation du personnel, de leurs politiques en matière de santé et de la gestion financière. Il sera forcément plus coûteux d'arriver au même rendement de travail et ces activités auront moins d'impact (puisqu'une partie des bénéficiaires peuvent eux aussi être malades et mourants). La prestation d'un soutien efficace aux ONG partenaires affectées par le VIH et le sida comporte donc des implications importantes et difficiles pour les bailleurs de fonds, en particulier lorsque leurs propres bailleurs de fonds exigent un bon rapport qualité/prix visible. L'intégration du VIH/sida dans des partenariats requiert des changements de la part des deux partenaires - sommes-nous capables de relever ce défi professionnel et moral ?
  • En 1993, la communauté internationale reconnaissait pour la première fois que la violence à l'égard des femmes (VEF) est une question de droits de l'homme, tandis que la VEF est également de plus en plus reconnue comme une question mondiale de santé publique ainsi que comme un obstacle au développement durable. Cependant, les praticiens du développement, même lorsqu'ils sont résolus à réduire la VEF au travers de leurs programmes et leurs activités de plaidoyer, ne sont parfois pas certains de la manière dont cette question s'inscrit dans l'ordre du jour de réduction de la pauvreté. Cet article cherche à situer la VEF dans le discours relatif à la pauvreté, en s'inspirant d'une variété de sources documentaires pour décrire dans leurs grands traits les liens conceptuels entre la VEF, la pauvreté et le développement humain. Il traite ensuite des questions ayant trait à l'évaluation de l'impact des programmes qui visant à réduire la VEF et propose des exemples de la manière dont certains programmes particuliers ont été évalués.
  • In English only
  • In English only.
  • Cet essai traite des controverses souvent vives provoquées par la publication en 2002 de Globalization and its Discontents (La mondialisation et ses mécontentements), par Joseph E. Stiglitz, ancien économiste en chef de la Banque mondiale et Prix Nobel d’Économie en 2001. Sa critique des politiques du FMI et d’autres orthodoxies économiques, en particulier en Russie et en Asie du sud, a depuis été adoptée de manière plus large parmi les économistes traditionnels. L’auteur affirme, cependant, que bien que Stiglitz soit bien disposés à l’égard de certains des arguments avancés par le mouvement dit “anti-globalisation”, ses vues sont loin de l’extrémité radicale de l’éventail d’opinions.
  • Les approches participatives sont devenues de plus en plus populaires dans le développement international. Bien que traditionnellement associées à de petits projets non gouvernementaux, elles sont de plus en plus utilisées par des organisations gouvernementales et internationales comme le UK Department for International Development (DFID – ministère du Royaume-Uni pour le Développement international) et la Banque mondiale. Cet article – en se concentrant sur un petit projet d’agents sanitaires dans l’État brésilien d’Amazonas – questionne la supposition selon laquelle la participation autonomise inexorablement et affirme qu’une participation culturellement inappropriée peut être utilisée pour légitimer une intervention prescriptive.
  • Ce travail présente une méthodologie de développement des produits à utiliser avec des travailleurs ruraux indigènes. Il se base sur la reprise des valeurs culturelles et sociales, en se concentrant sur la conservation des ressources naturelles. Illustré par le cas des artisanes de Mixtec au Mexique, cet article montre comment les groupes pauvres peuvent améliorer leurs conditions de vie au travers de l'innovation et de la diversification de leurs produits. Ce processus combine les techniques de développement des produits basées sur le marketing, en se concentrant sur la participation et en s'améliorant continuellement, afin de développer un produit unique et de qualité qui peut être commercialisé avec plus de succès. Les femmes artisanes sont à présent capables de planifier leur production et peuvent évaluer et commercialiser leurs produits.
  • Proyecto Tequisquiapan (PT) fournit des services de microfinancement de protection dans une petite région du Mexique rural, y compris, et c'est un aspect important, des services de dépôt à accès libre. Les auteurs présentent un compte rendu de nouvelles recherches qui ont examiné les résultats de PT au moment de donner à des personnes présentant des degrés variables de vulnérabilité les moyens de développer des biens et de se protéger des chocs soudains ainsi que des besoins plus prévisibles de sommes d'argent. On a constaté que PT était relativement plus utile pour les foyers les plus vulnérables. Ses réussites se fondent sur sa petite échelle et sur le dévouement de son personnel, dont les salaires sont subventionnés, en faveur de l'innovation et de l'expérimentation afin de continuer à rester utiles dans les mondes financiers en mutation et différenciés de ses membres. Ceci se démarque de la tendance actuelle au microfinancement commercialisé à grande échelle. La Banque mondiale, affirment les auteurs, devrait prendre bonne note.
  • Cet article traite de la question relative au développement de la démocratisation d'un point de vue axé sur les questions de "genre", en soulignant la nécessité de chercher les composantes de la démocratie au sein des secteurs de la société civile dans lesquels les femmes jouent un rôle clé. Les femmes chiliennes et argentines s'avèrent constituer un exemple important pour le développement politique durable au travers de leurs rôles en tant que mères, tout particulièrement durant les années 80, lors des mouvements de protestation contre les disparitions politiques. L'auteur cherche à démontrer à quel point les efforts pratiques de ces femmes font d'elles un ingrédient indispensable pour la réalisation du développement démocratique réel au niveau de la base populaire et soutient qu'elles constituent un modèle pour les décideurs des autres pays en voie de développement.
  • L'évaluation des ONG de développement a rarement pris en compte leur impact sur le capital social et l'apprentissage organisationnel local. Ces deux aspects, profondément entrelacés, sont des dimensions clés de l'impact à long terme des interventions de développement. Les études ont mis en valeur le succès relatif des ONG dans la réduction de la pauvreté, mais ont critiqué la durabilité des avantages et le fait que les ONG ne renforcent pas les institutions. Cet article analyse l'expérience d'un projet de gestion durable des ressources naturelles coordonné par CARE à Villa Serrano, en Bolivie, entre 1993 et 2000. Cet article compare le résultat d'une évaluation traditionnelle à celui d'une évaluation de l'impact, ce qui nous permet d'identifier des défauts considérables. L'auteur conclut par une réflexion sur les limites des approches traditionnelles des interventions et sur la nécessité de repenser le rôle stratégique des ONG.
  • Les chercheurs sociaux continuent d'essayer de saisir les facteurs cruciaux qui favorisent ou entravent le développement du capital social. Cet article met en relief certains de ces facteurs, en se basant sur une enquête réalisée dans un établissement humain de faible revenu au Guatemala. Des activistes et des leaders communautaires, des représentants élus, des prestataires de services des autorités gouvernementales régionales, des résidents locaux, des directeurs et des membres du personnel d'ONG, ainsi que d'autres informateurs clés travaillant et vivant dans la localité désignée ont indiqué une gamme complexe et diverse de questions sociales, culturelles, politiques et économiques qui contribuent au faible degré de capital social "de base large". Les craintes de longue date liées à la violence et à la corruption dans un État historiquement autoritaire et directif semblaient être les facteurs les plus significatifs entravant le capital social, l'organisation sociale et la participation civique. Les ONG prestataires de services dirigées depuis le Nord se trouvant dans la zone ont également freiné le développement le capital social "de base large" en favorisant la dépendance au travers de stratégies d'intervention qui étaient externes, directives, non participatives et non basées au sein des communautés.
  • Les bailleurs de fonds se confrontent à bien des questions lorsqu'ils tentent de soutenir les buts de développement dans les grandes régions comme l'Amérique latine. Tout en essayant de canaliser l'assistance vers les utilisateurs finaux appropriés, ils doivent également assurer la cohérence avec la stratégie nationale, équilibrer l'offre et la demande de ressources techniques et assurer la reddition de comptes à leurs contribuables. La résolution de ces questions demande une concentration considérable et suppose d'avoir bien compris tous les facteurs pertinents. Ceci est tout particulièrement le cas, bien que pas exclusivement, pour les petits bailleurs de fonds. Cet article donne aux agences un modèle leur permettant d'évaluer la participation régionale et de créer un cadre de prise de décisions pour les investissements futurs. Il fait passer la qualité de l'aide avant la quantité des donations.
  • Bien que des méthodologies participatives de recherches aient été largement préconisées, la plupart des projets ne font pas intervenir le renversement radical d'approche impliqué. Bien qu'elle soit définie en théorie, la recherche participative est difficile à mettre en oeuvre et une description plus précise est par conséquent requise au niveau pratique. Ici, nous décrivons un projet participatif de recherche sur la domestication des arbres dans le cadre de l'agroforesterie entrepris dans la zone de Meru, au Kenya. L'interaction continue entre les participants a permis au projet d'évoluer : d'un test pour déterminer si les espèces d'arbres étaient appropriées, il s'est transformé en étude sur la saturation des espèces, pour devenir enfin une enquête sur la perception de la diversité des espèces d'arbres. En permettant l'évolution au travers de l'interaction, on a obtenu des résultats de recherches plus utiles pour les besoins réels des agriculteurs.
  • Avant le début du 21ème siècle, le PNUD avait adopté une nouvelle forme de financement basée sur le “partage des coûts”, cette source représentant 51 pour cent des dépenses totales de l’organisation dans le monde entier en 2000. À la différence de la relation traditionnelle bailleur de fonds/récipiendaire si commune dans les projets de développement, la nouvelle modalité de partage des coûts a créé une situation dans laquelle les bureaux locaux du PNUD deviennent des “sous-traitants” et les agences des pays récipiendaires deviennent des “clients”. Cet article traite de cette transition dans le contexte du Brésil, en se concentrant sur la façon dont cette nouvelle modalité a peut-être compromis l’aptitude du PNUD à promouvoir le développement humain durable, tel que l’établit son mandat. Le grand enthousiasme suscité par cette modalité au sein du système de l’ONU et son application potentielle à d’autres pays en voie de développement augmentent l’importance d’une évaluation systématique de son impact et de ses conséquences sur le plan du développement.
  • (Pas d'abrégé disponible)
  • Le développement des femmes a été - et il semblerait qu’il va probablement continuer d’être - compromis par des politiques, des plans et des programmes non durables relatifs aux établissements humains. Les inégalités entre les sexes continuent de nuire au bien-être et d’entraver le développement. Les femmes et les filles, en particulier celles qui sont pauvres, doivent supporter le plus gros de ces inégalités. Pour atteindre les objectifs du développement durable que sont la satisfaction des besoins et la réalisation des buts de développement, en faveur desquels la communauté internationale s’est engagée à plusieurs reprises, il faut ajouter une dimension de “genre” à la durabilité au travers de l’intégration du genre dans toutes les activités (son “mainstreaming”).
  • L’ordre du jour pro-pauvres considère que la diffusion des conclusions de recherches est fondamentale pour veiller à ce que celles-ci contribuent au soulagement de la pauvreté. Au cours des quelques dernières années, ceci a entraîné une augmentation considérable des services intermédiaires, comme les “infomédiaires” (1), les réseaux et les sites web. Or le chemin qui mène aux “pauvres”, et l’intérêt manifesté par ces derniers, continue d’échapper aux praticiens, aux chercheurs et aux décideurs. Cet article tire les leçons clés de l’expérience récente de la diffusion, et présente un nouveau défi pour porter au maximum les impacts des recherches : le soutien des pauvres dans l’exercice de leurs propres points de vue (et demande) concernant les services basés sur les connaissances.
  • Depuis juillet 1999, l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), à la demande de la Mission des Nations Unies au Kosovo (MINUK) et de la Force du Kosovo (KFOR), a entrepris la mise en oeuvre du Service d'information, d'assistance socio-psychologique et d'orientation vers des spécialistes (Information, Counselling and Referral Service - ICRS), dont le but était d'apporter un soutien aux mécanismes destinés aux combattants démobilisés de l'Armée de libération du Kosovo (ALK) lors de leur retour à la société post-conflit. Cette fiche pratique se base sur les conclusions d'un projet de recherche financé par l'Institut pour la paix des États Unis (USIP) afin d'évaluer l'impact initial de ce processus de réintégration.
  • Créée par des infirmiers dans l'hôpital d'un camp de réfugiés palestiniens de Beyrouth, et inspiré par Norwegian People's Aid, l'agence internationale d'aide des syndicats australiens a été conçue pour conférer une base matérielle véritable à la solidarité avec les luttes de libération nationale. En jetant un pont sur la division difficile qui existe dans le mouvement syndicaliste australien entre la droite catholique et les gauches socio-démocratique et pro-Moscou, Australian People for Health, Education and Development Abroad (à présent Union Aid Abroad, ou APHEDA) a pu canaliser des fonds provenant de syndicats et du gouvernement australien vers des projets dans les secteurs de l'agriculture, de la santé et de la formation professionnelle en Afrique australe, en Érythrée, en Palestine, au Viêt-nam, au Cambodge et à Kanaky. À la différence de la plupart de ses organisations homologues en Europe et aux États-Unis, ses tout premiers partenaires étaient rarement des syndicats. Durant les dix dernières années, elle a commencé à mettre l'accent sur la collaboration avec les syndicats : sur l'égalité entre les sexes, l'alphabétisation, les coopératives, le VIH et la santé environnementale et au travail. Ce n'est que récemment qu'APHEDA a apporté un soutien direct à la formation relative aux syndicats au Cambodge, au Timor-Oriental et en Indonésie, cédant à la pression des syndicats australiens, lesquels considèrent les droits des travailleurs dans les pays voisins comme cruciaux pour leur propre sort. Or, les syndicats des pays capitalistes avancés ne comprennent pas spontanément les besoins humanitaires et de développement des pays, comme la Papouasie-Nouvelle-Guinée, dans lesquels les salariés constituent une petite minorité de la population. La syndicalisation n'est qu'une petite partie de la solution. Le Congrès de Durban d'avril 2000 de l'ICFTU a lancé un appel aux syndicats pour qu'ils "organisent les non-organisés", comme les travailleurs du secteur informel, et pour qu'ils bâtissent des alliances avec les ONG et la société civile autour des valeurs communes. Comme ONG syndicale, APHEDA se situe au milieu d'une intersection qui est une véritable gageure. Investie du mandat d'éduquer les travailleurs australiens sur les questions ayant trait à la globalisation, APHEDA se retrouve souvent dans une position plus partisane que les autres ONG internationales de développement en Australie, parfois plus circonspectes. Compte tenu des gouvernements nationaux réactionnaires au pouvoir depuis le milieu des années 90, des attaques lancées sur les droits des ouvriers et de la part croissante du budget d'aide australien qui est canalisée vers des sociétés très rentables ou simplement versée à ces sociétés, APHEDA se voit obligée à prendre des décisions sur son indépendance, ses alliances, sa direction et sa durabilité.
  • Fondée en 1951, War on Want est une ONG opérant depuis le Royaume-Uni qui cherche à atténuer la pauvreté et est solidement ancrée dans le mouvement ouvrier. Le programme de War on Want sur le Global Workplace (lieu de travail mondial) donne aux syndicalistes une gamme de compétences pratiques et de connaissances sur les questions relatives au développement international. Une partie de ce programme se compose d'un "Forum mondial des travailleurs", qui permet à des activistes syndicaux de la base populaire du Royaume-Uni de se rendre dans un secteur similaire, voire une fabrique appartenant au même employeur, dans le Sud. Le but est d'améliorer la manière dont les participants comprennent l'impact de la globalisation sur les industries dans lesquelles ils travaillent, d'établir des relations qui peuvent servir de points de départ pour une action mondiale, et d'encourager les participants à diffuser le message au sein de leurs propres syndicats. Il existe également un site web dont le but est d'accroître la sensibilisation à l'économie mondiale et d'encourager les activistes à forger des liens et à entreprendre des actions collectives. Il est essentiel que, plus que jamais, les syndicalistes travaillent ensemble pour former une force internationale visant à mettre en cause la globalisation et pour lutter en faveur de la reconnaissance des droits des travailleurs. Le Global Workplace suggère qu'en faisant preuve de solidarité pour les travailleurs de par le monde on peut aider les syndicalistes à relever ce défi.
  • L'auteur de cet article maintient que la position des ONG sur les droits mondiaux des ouvriers est erronée. Les préoccupations des ONG concernant les inégalités entre races et sexes, et leur refus de la primauté de la classe dans l'économie capitaliste mondiale ont frustré le projet consistant à incorporer les droits des travailleurs dans le régime mondial de libre échange. Les syndicats, entre-temps, font partie des rares agences qui se consacrent à dissoudre les inégalités de classe, en particulier entre les travailleurs du Nord et du Sud. Tant que les ONG n'auront pas repensé leur position sur la classe, les syndicats resteront les seules agences capables de faire avancer l'ordre du jour des droits des travailleurs.
  • Cet article se penche sur les problèmes de la survie organisationnelle, de l'innovation et des partenariats inter-organisations pour les syndicats et pour les organisations communautaires d'immigrants. L'analyse se concentre sur le Citizenship Project, projet destiné à aider et à organiser les immigrants mexicains et lancé en 1995 par Teamsters Local 890 suite à l'atteinte aux droits des immigrants en Californie. Il conclut que de nouvelles organisations communautaires de partenaires soutenues par des syndicats déjà existants peuvent constituer une manière efficace de répondre à ces problèmes si les participants établissent et maintiennent un équilibre approprié entre l'autonomie et la reddition de comptes. L'article retrace également le développement d'une idée radicale et de grande envergure de la citoyenneté par le Citizenship Project, et une série associée de méthodes qui intègrent l'organisation dans la prestation de services, baptisées "travaux de citoyenneté". Il recommande l'établissement de centres de soutien à but non lucratif et exonérés d'impôts dans les centres syndicaux, les conseils syndicaux et les syndicats internationaux afin de réduire les coûts des innovations de ce type pour les syndicats locaux.
  • Au début des années 80, le soutien apporté aux syndicats constituait un élément significatif des programmes d'Oxfam GB dans diverses parties du monde, notamment en Amérique centrale et en Afrique du Sud. En Amérique centrale, ce soutien était motivé tant par le fait que la main-d'oeuvre organisée jouait un rôle important dans les mouvements populaires qui faisaient pression pour obtenir des solutions politiques équitables aux guerres qui ravageaient la région, que par le fait que les syndicats en tant que tels, ainsi que leurs membres et leaders, étaient la cible d'actes de répression et de violence politique. Cet article explore la toile de fond de l'augmentation du financement des syndicats au Honduras, réfléchit à cette expérience et traite de certains des facteurs qui pourraient transformer une relation bailleur de fonds-récipiendaire potentiellement difficile en une relation de dialogue et de solidarité.
  • Entre 1991 et 2002, le mouvement international anti-"sweatshops" (ateliers où la main-d'oeuvre est exploitée) a connu une croissance considérable. Une série de réseaux internationaux interconnectés s'est développée, faisant intervenir des syndicats et des ONG dans des campagnes visant à persuader les sociétés transnationales (STN) de veiller au respect des droits du travail dans la production de leurs marchandises. Bien que la forme d'organisation peu structurée et basée sur les réseaux qui caractérise ce mouvement l'ait aidé à grandir et à progresser malgré la diversité de ses groupes constituants, il ne fait aucun doute qu'un manque de coordination a miné son aptitude à obtenir des changements de politiques générales. Il est nécessaire de développer de nouvelles formes de coopération mondiale afin d'éviter les fractures au sein du mouvement et la diminution de l'élan.
  • Reviewed by Luz María de la Mora, Trade Representative of the Mexican Ministry of Economy at the EU, Brussels
  • In English only
  • In English only
  • Les défis que fait surgir la globalisation économique font qu'il est impératif que les organisations de la société civile éliminent les barrières qui les ont traditionnellement divisées afin de veiller à ce que les droits des personnes marginalisées ou vulnérables soient bien maintenus à l'ordre du jour international. En particulier, la globalisation confère un nouvel élan à la nécessité de forger des alliances entre le mouvement syndicaliste et les ONG qui recherchent le développement social et économique. Bien qu'il existe de nombreux exemples de coopération fructueuse, il continue d'y avoir entre eux des problèmes importants, des craintes, des soupçons et parfois des hostilités. Certains relèvent de différences substantielles et marquées de politiques générales, mais d'autres sont la conséquence de cultures politiques ou organisationnelles, de préjugés, de concurrence financière, et d'un manque de compréhension mutuelle de leurs rôles et objectifs respectifs. Les débats portant sur l'organisation des travailleurs dans l'économie informelle, y compris la discussion de l'OIT en juin 2002, constituent une étude de cas utile.
  • En Inde, les syndicats travaillent principalement avec des travailleurs qui ont des emplois formels, en particulier dans le secteur public. Cependant, la plupart des personnes en Inde travaillent dans l'économie informelle, et leurs besoins sont principalement satisfaits par des agences volontaires ou des ONG. La globalisation économique et les politiques qui lui sont associées entraînent une "informalisation" croissante du travail ; comme représentants de travailleurs, les syndicats et les agences sont de plus en plus marginalisés. Paradoxalement, cette situation encourage ces organisations à surmonter la méfiance initiale qui a caractérisé les relations entre elles par le passé, et à unir leurs forces afin de mettre leurs atouts en commun. Cet article décrit la toile de fond et la situation actuelle en termes généraux avant de présenter une étude de cas du National Centre for Labour (NCL), un organisme supérieur d'organisations d'ouvriers de toutes sortes qui travaillent dans le secteur informel en Inde. Parmi ses membres figurent des syndicats et des agences actifs parmi les travailleurs dans l'industrie de la construction, ainsi que dans les secteurs de la foresterie, de la pêche et du travail domestique. Ce type de collaboration a non seulement amélioré l'efficacité des syndicats et des agences, mais elle a également intensifié le caractère représentatif des syndicats.
  • Cet article décrit un projet de recherche-action pourvu des objectifs multiples suivants : établir le schéma des formes de travail à domicile dans différents pays, enquêter sur les manières dont ce travail est exprimé dans les chaînes de production locales ou internationales, et développer une méthodologie qui facilitera l'établissement d'organisations durables de travailleurs à domicile. Cet article se concentre principalement sur l'Amérique latine et l'Europe de l'est, bien que le projet soit également actif en Inde et ait commencé à examiner les possibilités de travailler en Chine.
  • Les usines de vêtements et de textiles et les usines de montage des zones de libre échange de l'Amérique centrale, qui constituent ce que l'on appelle l'industrie des maquilas, ont donné lieu à l'apparition de nouveaux acteurs sur la scène des organisations de travailleurs, et il y a désormais des organisations de femmes et des groupes de suivi local qui travaillent aux côtés du secteur traditionnel des syndicats. De plus, certaines de ces nouvelles organisations sont liées à des réseaux opérant d'ailleurs, principalement aux États-Unis et en Europe, et prennent activement part à des campagnes transnationales visant à améliorer les conditions de travail dans les maquilas. À ce jour, les tentatives de collaboration entre les syndicats et ces nouveaux acteurs ont été décevantes et se sont souvent caractérisées par des conflits. Cet article met en question l'idée que les syndicats et les ONG se font concurrence pour obtenir le même espace "limité" et, en examinant les relations entre les syndicats et les organisations de femmes, il pose la question de savoir si ces conflits sont inévitables et suggère des façons de faire en sorte que les deux sortes d'organisations travaillent en collaboration pour améliorer les conditions des travailleurs en Amérique centrale.
  • Les préoccupations concernant les conditions de travail dans la chaîne mondiale d'approvisionnement a poussé les syndicats et les ONG de l'hémisphère Nord à s'asseoir autour de la même table. Parmi les initiatives entreprises en collaboration figurent des campagnes comme la campagne Clean Clothes Campaign (CCC), lancée dans toute l'Europe, et des forums commerciaux éthiques, comme la UK Ethical Trade Initiative (ETI). Les relations n'ont pas toujours été faciles. Les syndicats et les ONG ont des façons différentes de travailler, et les deux côtés se sont parfois montrés insensibles. Cependant, nous assistons à l'apparition de nouvelles formes d'internationalisme du travail qui peuvent répondre de façons efficaces à la menace que la production globalisée fait peser sur les droits des travailleurs.
  • L'auteur décrit l'évolution du secteur de la fabrication de vêtements dans le district de Totonicapán, dans les montagnes guatémaltèques, zone depuis longtemps associée aux compétences de tissage et autres compétences associées. Les producteurs se sont montrés judicieux en trouvant des façons de profiter des changements survenus dans l'économie mondiale, par exemple en important des tissus meilleur marché d'Asie afin de réduire le coût des produits finaux. Les producteurs ont ainsi pu exploiter le créneau sur le marché national et régional disponible pour des vêtements moins coûteux que dans les grands magasins, en adaptant leurs produits aux modes et aux tendances. Cette faculté d'adaptation a à son tour donné lieu à une augmentation des emplois et de la richesse locaux parmi les travailleurs à domicile et les travailleurs des villages, ainsi que parmi les citadins et les négociants, et également à un niveau élevé de travail autonome. Paradoxalement, un facteur qui a contribué à cette situation - par opposition à la participation à la production dans les maquilas - est que l'échec des syndicats à organiser les travailleurs dans les années 60 a fini par entraîner des relations plus équitables entre l'élite traditionnelle et ses anciens employés, et un niveau plus élevé de dépendance mutuelle que celle qui existe dans les maquilas.
  • Cet article traite de la mise en oeuvre au Honduras de la Convention 182 relative aux pires formes de travail des enfants. Il met en relief les enseignements clés tirés d'un projet conjoint entre Save the Children Fund-UK et le ministère du Travail. Ces enseignements revêtent un intérêt pour des projets similaires qui abordent l'application de lois sur le travail des enfants et pour les projets qui se concentrent sur le renforcement institutionnel et la participation des enfants. Cet article examine la nature centrale du partenariat et de la propriété, et la valeur des approches centrées sur l'enfant. Il traite également de la capacité des ONG à s'engager auprès d'autorités gouvernementales nationales et régionales, et de l'importance de l'établissement de liens entre les initiatives nationales, régionales et locales.
  • Le débat sur les codes de conduite sur le lieu du travail a créé des tensions entre les syndicats et les ONG de défense des droits de l'homme. Ces tensions sont le résultat des différences structurelles inhérentes entre les syndicats, impulsés par les intérêts, et les ONG de défense des droits de l'homme, impulsées par les idéaux. Les différences se manifestent dans la manière dont ces acteurs cherchent à obtenir la justice sociale dans une économie globalisée. Les ONG de défense des droits de l'homme ont tendance à voir les codes de conduite comme une méthode permettant de prévenir les violations, analogue à leur travail traditionnel sur les réformes des lois et le suivi des droits de l'homme. Les syndicats évaluent les codes pour en déterminer le potentiel au moment de contribuer à conférer des pouvoirs aux travailleurs, en particulier au moment de contribuer à garantir la liberté d'association, laquelle aboutira à la réalisation des droits participatifs. Étant donné que nous comprenons les droits de l'homme comme un moyen de conférer des pouvoirs aux groupes vulnérables, nous maintenons que la manière dont les syndicats voient les droits de l'homme est une bonne approche à long terme. Les succès à court terme, comme l'amélioration des conditions de travail au travers d'un parrainage extérieur, ne semblent utiles que dans la mesure où ils favorisent la réalisation de ce but à long terme.
  • Dans le contexte de la globalisation, la réglementation sociale transnationale est de plus en plus le résultat de l'intervention d'ONG dans le domaine du commerce mondial. En s'inspirant de résultats de recherches empiriques en Asie du sud-est, l'auteur affirme qu'un élément aussi important que les codes de conduite réside dans les effets d'entraînement dont la force s'étend au-delà de la construction de murs jusque dans la société du pays d'accueil en général. La base d'un droit du travail efficace réside dans les États, et l'activisme doit se concentrer sur l'amélioration des conditions juridiques, politiques et sociales pour les travailleurs des pays d'accueil, au lieu de tenter d'affecter les comportements des sociétés au travers de la pression des consommateurs.
  • La prolifération de codes de conduite adoptés par les sociétés donne lieu simultanément à des alliances et à des tensions entre les syndicats et les ONG qui s'occupent des droits des travailleurs dans l'économie mondiale. Des alliances parce que les syndicats et les ONG partagent le désir de faire cesser les comportements abusifs par les sociétés multinationales et un but plus large consistant à enrayer le pouvoir détenu par les sociétés dans l'économie mondiale. Des tensions parce que les syndicats et les ONG ont des intérêts institutionnels différents, des analyses différentes des problèmes et des solutions potentielles, et des manières différentes de réfléchir à la justice sociale, et d'en parler, dans le cadre de l'économie mondiale. Certains craignent que les codes de conduite ne soient utilisés pour miner la mise en application efficace du droit du travail par les autorités gouvernementales et pour saper le pouvoir des travailleurs dans les syndicats. La substance qui sous-tend la rhétorique sur cette nouvelle génération de codes de conduite des sociétés est certainement discutable. Cependant, cet article soutient que, étant donnée la faible présence des syndicats dans la chaîne de montage mondiale et les capacités de réaction rapide dont sont dotées de nombreuses ONG, ces codes constituent un atout précieux. Les syndicats et les ONG ont tout de même plus de points communs entre elles qu'elles n'en ont avec les sociétés, les gouvernements ou les organisations internationales qui considèrent que le libre échange et les capitaux libres constituent une solution à des conditions de travail médiocres. Mais les syndicats comme les ONG doivent se montrer lucides en ce qui concerne leurs différences et leurs rôles appropriés tandis qu'ils se frayent un chemin entre les occasions et les défis qui les attendent.
  • Les travailleurs doivent faire face à d'énormes défis dans leur lutte en vue de s'organiser, tant en termes des risques personnels que sur le plan du nombre important d'obstacles. Pour relever ces défis, il faut compter sur des stratégies multiples et sur une collaboration large. Dans cet article, nous commençons par examiner la répression subie par les travailleurs. Nous nous penchons ensuite sur la manière dont les codes volontaires des lieux de travail peuvent aider les travailleurs à s'organiser. En utilisant la norme SA 8000 comme exemple, nous examinons certains des éléments qui s'avéreraient les plus utiles dans l'organisation des travailleurs. Enfin. nous nous penchons sur un projet collaboratif entre l'International Textile, Garment and Leather Workers' Federation et Social Accountability International, projet qui vise à développer un programme de formation qui non seulement aide les travailleurs à comprendre comment utiliser les codes dans leur intérêt mais qui se base également sur leurs propres stratégies actuelles d'organisation et d'éducation.
  • Les tentatives en vue de bâtir des alliances qui construisent un pont sur la division entre les syndicats et les ONG, ainsi que sur la division entre les hémisphères Nord et Sud, pourraient sembler constituer une tâche utopique. Or, c'est là exactement ce qu'une nouvelle génération pleine d'imagination d'organisateurs de mouvements ouvriers et d'ONG occidentaux se proposent de faire. Cet article traite de deux initiatives très différentes entreprises pour jeter un pont sur cette "double division". La première est une combinaison d'organisations, y compris des syndicats et des ONG du Nord comme du Sud, qui se concentrent sur les violations flagrantes de la dignité des travailleurs dans les zones de traitement des exportations de vêtements, situées dans le Sud. Ce "complexe pour les droits de base" a débouché sur d'importantes victoires. Un deuxième complexe d'organisations, englobant lui aussi des syndicats et des ONG du Nord et du Sud, a soulevé des questions macro ayant trait à la gouvernance en se concentrant tout particulièrement sur le caractère anti-démocratique des propositions actuelles concernant une zone de libre échange dans les Amériques. Aucun de ces complexes n'est dépourvu de points faibles, mais chacun exprime clairement qu'il faut voir les efforts en vue de jeter un pont sur la double division pas comme un rêve utopique, mais comme des travaux en cours.
  • Les ONG de défense des droits de l'homme étaient à l'avant-garde de la lutte pour la démocratisation au Nigeria, mais elles ont dû forger des alliances avec les syndicats et d'autres groupes afin de galvaniser ce processus efficacement. Cet article traite des alliances entre les syndicats et les ONG dans la lutte contre la dictature militaire au Nigeria afin d'analyser les résultats des relations horizontales dans les échanges au sein de la société civile. L'auteur soutient que les exigences de la lutte politique soutenue produisent des conflits autour de questions ayant trait à la participation, la reddition de comptes et l'égalitarisme qui favorisent à leur tour le capital social au sein de la société civile en atténuant les modèles d'échange entre ses membres qui sont asymétriques et structurés hiérarchiquement.
  • Cet article traite de la relation entre les travailleurs du secteur sanitaire et les utilisateurs des services sanitaires au travers de deux études de cas de collaboration entre des syndicats et des ONG, l'une en Malaisie et l'autre en Afrique du Sud. Malgré des antécédents de tension entre ces deux types d'organisation, lorsqu'elles travaillent ensemble efficacement, les résultats peuvent être influents. La Malaysia Citizens' Health Initiative a mis sur pied une organisation séparée et a désormais le pouvoir d'arbitrer les différences entre les syndicats, les ONG et le gouvernement. Le partenariat entre la Treatment Action Campaign et le Congress of South African Trade Unions (COSATU), en Afrique du Sud, constituent actuellement une voix unifiée qui exige du gouvernement une action sur le problème du VIH/sida.
  • Avec l'adoption, en 1999, de la loi sur l'asile et l'immigration (Asylum and Immigration Act) au Royaume-Uni, un système de coupons pour tous les nouveaux demandeurs d'asile a été introduit à partir du mois d'avril 2000. Ces coupons étaient considérés par de nombreuses entités comme profondément injustes dans la mesure où ils introduisaient une discrimination contre un secteur de la société déjà vulnérable. Une coalition unique entre deux ONG (Oxfam et le Refugee Council) et un syndicat (the Trade and General Workers' Union - TGWU) a abouti à une campagne concertée contre le programme de coupons, dans le cadre de laquelle ont été entrepris divers travaux médiatiques, l'exercice de pression politique et la sensibilisation du public. Le système de bons finit par être supprimé. Cet article tire plusieurs leçons pratiques sur la manière de développer des relations de collaboration fructueuses entre différents secteurs sociaux. L'auteur conclut que la leçon principale n'est pas que les ONG doivent travailler avec les syndicats, mais que, en travaillant avec d'autres entités, unies par un but commun, elles peuvent mettre l'injustice en cause de manière efficace et apporter des améliorations à la vie des personnes.
  • Une comparaison des syndicats et des ONG en Iran met en évidence la nature diverse de leurs activités. Au cours des 90 dernières années, les syndicats ont joué des rôles importants dans la modification du système politique de ce pays. Cependant, les syndicats sont en général des organisations dominées par les hommes, ce qui explique pourquoi certaines femmes ont commencé à organiser des syndicats de femmes. Cet article se concentre, toutefois, sur les activités d'ONG de femmes, qui ont entrepris d'améliorer les conditions socio-économiques des secteurs les plus marginalisés de la société. Leurs activités sont limitées et elles ne cherchent pas à obtenir des changements structurels. Cependant, elles mettent en question l'accès réservé aux hommes au pouvoir institutionnel, et leur influence sur celui-ci, questions cruciales pour le processus de démocratisation. L'auteur maintient que, comme de nombreux syndicats et ONG en Iran renforcent les institutions communautaires de manières différentes, leur collaboration aurait un impact mutuellement transformationnel qui feraient de ces organisations des forces plus puissantes dans le processus de démocratisation.
  • Les syndicats sont représentés comme ayant "deux visages" -- l'un lié à la justice sociale et l'autre lié à leurs propres intérêts. Cet article traite des tensions et des difficultés auxquelles se heurtent les mouvements syndicaux du Pacifique sud qui recherchent un équilibre entre les "deux visages" du syndicalisme pendant ce qui est une période d'instabilité politique et économique dans la région. Il examine les choix difficiles que les mouvements syndicaux de la Papouasie-Nouvelle-Guinée, des îles Fiji et des îles Salomon ont dû faire pour protéger leurs intérêts suite à des réformes microéconomiques considérables et la façon dont elles ont cherché à travailler avec des organisations de la société civile pour restaurer la stabilité politique et sociale. Cet article propose quelques enseignements provisoires qui pourraient aider les syndicats du Pacifique sud à mieux faire face à ces défis difficiles.
  • Cet article décrit les cadres juridiques qui régissent les syndicats et les ONG en Ukraine, ces dernières étant définies en grande mesure comme des organisations travaillant en faveur de leurs membres et des autres citoyens qui partagent les mêmes intérêts, plutôt que comme des organisations philanthropiques dont la mission est d'apporter leur assistance à autrui. Les syndicats et les ONG sont encouragés à collaborer dans des domaines dans lesquels leurs intérêts coïncident, et cet article décrit deux programmes récents - l'un visant à encourager plus de sport et d'activité physique au sein de la population ukrainienne en réponse aux statistiques indiquant le déclin de sa santé, et l'autre destiné à aborder les besoins du nombre croissant de personnes handicapées dans le pays - dans lesquels ce type de collaboration a été essentiel.
  • En 1987-1988, un débat national a éclaté au Canada sur l'opportunité de s'engager dans un accord de libre échange avec les États-Unis et son effet potentiel sur la culture, la société et la souveraineté nationale du Canada - ainsi que sur son économie. Une coalition nationale de syndicats et de groupes de la société civile est née pour s'opposer à un accord de ce type avec les États-Unis, et son extension ultérieure au Mexique sous la forme de l'Accord de libre échange nord-américain (ALENA). Cette coalition a été saluée comme une alliance révolutionnaire entre les syndicats et la société civile, ainsi que comme une nouvelle mise en question des politiques économiques néolibérales du gouvernement d'alors émanant de la base populaire. Cette expérience a entraîné un modèle à long terme de collaboration entre les syndicats et les ONG au Canada, mais cette coalition s'est également heurtée à des difficultés au moment de concilier les différents buts et approches des participants, difficultés abordées de façon plus ou moins fructueuse. Cet article traite de la coalition par rapport aux attitudes et pratiques sur les questions d'équité entre les sexes ; aux questions de représentation et de reddition de comptes ; aux différentes approches concernant l'organisation, la hiérarchie, le leadership et la prise de décisions ; aux conflits relatifs aux ressources ; aux manières de voir les défis et les mouvements sociaux en se basant sur la classe par opposition aux nouvelles manières de voir ces aspects ; et aux opinions au sein du mouvement syndicaliste canadien sur les travaux menés dans le cadre de coalitions avec les groupes de la société civile.
  • In English only
  • Les auteurs analysent lexpérience de Tostan, une ONG sénégalaise, concernant labandon de la coupure génitale féminine au Sénégal, au Soudan et au Mali. Tostan utilise des méthodologies non formelles participatives afin de soutenir des changements sociaux au niveau des villages, en particulier dans les domaines des droits de lhomme et de la santé des femmes. Après le programme éducatif de Tostan, certaines communautés ont déclaré un moratoire sur la pratique de la coupure génitale féminine et ont mobilisé leurs familles et leurs villages respectifs pour quils en abandonnent lutilisation. Cet article décrit le processus utilisé, se penche sur des questions qui ont été soulevées au fur et à mesure de la promotion et de la diffusion du concept à lextérieur du Sénégal, et examine les répercussions sur les initiatives de politiques générales au niveau de la base populaire.
  • Ce document se base sur cinq études de cas pour examiner les avantages et les entraves potentielles au travail en réseaux horizontaux, afin de promouvoir le suivi et lévaluation de limpact du microfinancement. Son principal but est de stimuler des discussions supplémentaires sur cette question, mais il tire également des conclusions provisoires concernant les facteurs susceptibles de contribuer au succès. En particulier, lexpérience du Honduras suggère que les organisations de type réseau peuvent travailler de la manière la plus efficace possible lorsquelles facilitent une utilisation plus large des activités dévaluation de limpact déjà pilotées par un membre phare du réseau.
  • Ce document évalue là-propos des interventions soutenues par des agences humanitaires qui cherchent à satisfaire les besoins des femmes dans le Rwanda de laprès-reconstruction. La sécurité personnelle, la sécurité économique et la sécurité sociopolitique sont utilisées comme les principaux points dinterrogation et indicateurs méthodologiques de référence. Les informations et les données utilisées dans le document ont été recueillies lors de plusieurs visites au Rwanda en 2001 et 2002. Létude révèle que les efforts ont eu des effets positifs sur la vie des femmes. Cependant, les conclusions montrent également que les stratégies spécifiques visant à améliorer la sécurité des femmes leur seraient plus avantageuses si elles étaient planifiées de façon plus cohérente de manière à prendre en compte la façon dont les questions de pauvreté, de genre et de sécurité se croisent.
  • Les petits cultivateurs des économies en voie de développement se heurtent à une gamme de problèmes relatifs au marketing et à léchange. Cet article traite de lorganisation des marchés de légumes au Ghana, dans lesquels les transactions se caractérisent par lincertitude, la méfiance et des relations qui ne se sont pas développées entre les acheteurs et les vendeurs. Les auteurs recommandent ladoption de contrats écrits suivant des formes standard afin daméliorer les échanges entre les acheteurs et les vendeurs, et suggèrent des caractéristiques contractuelles clés. Les contrats présentent des avantages importants par rapport aux accords verbaux existants car ils précisent les conditions de laccord en fonction desquelles les performances peuvent être mesurées, et améliorent les attitudes commerciales et rehaussent lobligation morale.
  • Laugmentation récente du nombre de publications, de cours de formation, de conférences et dénoncés de politiques générales portant sur les approches basées sur les droits montre limportance accordée à ce concept par les professionnels du développement. Malgré ceci, il nexiste pas de définition universellement convenue de ce qui constitue une approche basée sur les droits, et les répercussions de ladoption dune approche de ce type ne semblent pas non avoir été questionnées de façon complète. Cet article se propose dexaminer certaines des questions clés associées à ladoption dune approche basée sur les droits qui concernent les ONG.
  • Ce document présente un compte rendu de certaines des conclusions génériques ressortant de recherches entreprises au Royaume-Uni, en Afrique du Sud et en Ouganda sur les manières dont les outils de gestion actuellement encouragés par les bailleurs de fonds officiels sont transmis le long de la chaîne de laide, au travers des ONG du Royaume-Uni, aux organisations de la société civile du Sud. La concurrence croissante pour obtenir les fonds des donateurs a pour effet dévincer les ONG de plus petite taille, dune part, et détablir une approche de plus en plus standardisée entraînant une perte de diversité, de lautre. Un aspect plus perturbant est que les ONG, à tous les niveaux, sont de plus en plus secrètes quant à leurs propres défauts, et rechignent à exprimer leurs préoccupations sur ce qui se passe, de peur de perdre leur financement. Cet environnement, et les attitudes quil encourage, ne sont pas propices à lapprentissage, permettent la domination des paradigmes et des priorités définis par les bailleurs de fonds, et menacent de détruire les valeurs et les forces que les ONG peuvent, lorsquelles uvrent au mieux de leurs capacités, apporter au développement.
  • Les projets de développement sont soumis à une grande pression pour quils donnent lieu à des changements positifs en matière de genre. Ce document présente un exemple pratique de la manière dont un projet en Tanzanie a tenté de répondre à cette exigence. Lauteur y décrit en détail comment un projet technique conventionnel a développé sa propre manière de comprendre la signification pratique de la sensibilité aux questions de genre, et a identifié des préoccupations relatives au genre quil pourrait aborder. La principaux défis du suivi sont devenus ceux liés à la manière dévaluer limportance dévénements enregistrés couramment, comme lassignation accrue de vaches aux femmes, et à la manière dincorporer dans le cycle du projet des activités de suivi qui pourraient se concentrer sur la recherche de processus de changement moins évidents, moins visibles et plus subtils. Cet article préconise la prestation dune attention accrue à la satisfaction de ces défis au sein des projets.
  • Dans ce document, le développement communautaire basé sur les atouts (DCBA) est présenté comme une autre solution possible aux approches du développement basées sur les besoins. Après une vue densemble des principes et des pratiques du DCBA, quatre éléments importants du DCBA sont examinés à la lumière de la documentation actuelle sur les recherches et les pratiques pertinentes. Il sagit dexaminer la théorie et la pratique de lenquête appréciative, le concept du capital social comme un atout pour le développement communautaire, la théorie du développement communautaire économique et les leçons tirées des liens entre le développement participatif, la citoyenneté et la société civile. Cet article décrit la manière dont le DCBA reflète et, dans le même temps, intègre les tendances dans ces domaines, et devrait profiter des nouvelles idées émanant de ces travaux.
  • De nombreux lecteurs connaissent sans doute bien le travail de Robert Chambers, y compris ses six préjugés du professionnel du développement à savoir spatial, relatif au projet, relatif à la personne, saisonnier, diplomatique et professionnel et ses suggestions pour les surmonter. Beaucoup connaissent aussi probablement le défi que représente la mise en pratique de ces conseils, notamment dans le cadre de missions de courte durée. La question posée ici est celle de savoir si le consultant peut faire quelque chose de constructif pour ceux qui sont les derniers sur léchelle du développement et, ce faisant, rendre les invisibles un peu plus visibles. Cet article propose quatre illustrations tirées des expériences de lauteur au Mozambique, au Malawi, au Bangladesh et au Zimbabwe. Elles comportent toutes des tentatives en vue dappliquer partiellement les idées de Chambers. Elles sont toutes modestes sur les plans de leur ambition, de leur échelle et de leur portée. Le principal objectif de la description de ces cas est de stimuler la discussion sur les possibilités dincorporer les idées des processus de développement participatifs et inclusifs dans les limites intransigeantes de la mission de deux ou trois semaines.
  • Cet article décrit les enseignements tirés de plusieurs années de travaux pratiques avec une gamme de processus et doutils de gestion du cycle du programme et du projet (GCPP). La nécessité dune formation en GCPP, et pas seulement dune formation relative au cadre logique (Logical Framework ou Logframe), est soulignée, ainsi que limportance dutiliser une méthodologie de formation expérientielle. Lappropriation institutionnelle des outils et des approches de la GCPP est considérée comme vitale pour assurer la réussite. Comme les bailleurs de fonds sont à présent très nombreux à utiliser les outils de GCPP, la nécessité pour les professionnels du développement davoir des compétences et des connaissances de GCPP est primordiale. La valeur des cadres logiques comme outils pour accroître lappropriation du programme ou projet ainsi que la communication dans le cadre de ces derniers est mise en relief. Limportance dune réflexion en dehors des cases du cadre logique au stade de révision du projet ou du programme est également mise en relief.
  • Le 12 septembre 2003 a marqué le vingt-cinquième anniversaire de la Stratégie dAlma Ata de lOMS La santé pour tous (SpT) dici lan 2000. Cette stratégie reflétait loptimisme selon lequel la santé pouvait saméliorer pour les peuples pauvres et défavorisés du monde entier au travers de la prestation de soins de santé primaires (SSP) globaux (non sélectifs). Dans la pratique, les SSP nont été appliqués que de manière sélective et en général nont pas bénéficié de ressources suffisantes. Deux groupes de santé progressifs, le International Peoples Health Council (IPHC Conseil international de la santé des personnes) et le Peoples Health Movement (PHM - Mouvement pour la santé des personnes) questionnent les données selon lesquelles les SSP sélectifs, au lieu de globaux, constituent la bonne approche, et soutiennent que la privatisation des services sociaux liés à la santé a eu un effet dévastateur sur la santé publique aux quatre coins du monde. Ces organisations demandent à lOMS de faire renaître le rêve dAlma Ata de toute urgence.
  • Cet essai est organisé autour de plusieurs propositions de discussion qui relient le plaidoyer et les dilemmes relatifs aux recherches. Pour déterminer si les chercheurs peuvent ou non faire changer la Banque mondiale, il faut procéder à une évaluation plus large de la question de savoir si les campagnes avec lesquelles ils travaillent ont un impact. Bien quil y ait eu quelques réussites spectaculaires au moment dinterrompre ou de modifier la direction de projets de la Banque mondiale potentiellement préjudiciables, limportance à long terme de ces succès est moins claire. Tandis que le discours public de la Banque mondiale devient plus éclairé, le défi pour les organisations de la société civile et les chercheurs est, de plus en plus, de mettre en relief les contradictions entre ses propres politiques et sa non-conformité avec ses propres politiques, ainsi que léchec de ses prêts et projets à atteindre leurs buts déclarés. Ceci demandera une intégration verticale ou bien une coordination systématique entre divers niveaux de la société civile de larène locale aux arènes provinciale, nationale et internationale afin de suivre les partenariats parallèles entre la Banque mondiale et les autorités gouvernementales nationales, provinciales et locales. Enfin, un appel est lancé pour que les professionnels du développement social qui effectuent des travaux dexpertise pour la Banque mondiale adhèrent à un code éthique exigeant la transparence dans leurs relations avec les communautés et les organisations sociales qui sont la cible de leurs recherches.
  • Léchec de lÉtat post-colonial à institutionnaliser la démocratie et à régler le développement au profit des pauvres a donné de limportance aux acteurs privés, y compris les ONG de développement. En utilisant des études de cas du Malawi, cet article montre comment les ONG peuvent sans le vouloir faciliter lenrôlement des pauvres dans des ordres du jour du développement qui ne leur sont pas avantageux. Les images (en tant que vues du monde) que les acteurs sociaux se font des différents aspects du processus de développement peuvent miner les intentions de responsabilisation. Lauteur de cet article soutient quune analyse des images des divers acteurs au moment de gérer lassistance au développement devrait influer sur lordre du jour des ONG de développement favorable aux pauvres.
  • Les changements rapides actuels au sein et en dehors des ONG du Nord et du Sud intensifient lincertitude concernant la manière de relever les nouveaux défis et darriver à des résultats. Dans cet environnement instable, la gestion des risques est un outil permettant de porter au maximum les possibilités des ONG et de réduire au minimum les dangers entravant le succès. Il permet aux décideurs des ONG de réfléchir de manière stratégique tout le temps.
  • In English only
  • Cet article cherche à contribuer au débat sur la collaboration entre les ONG nationales et internationales. Les auteurs soutiennent que si l'on veut assister au développement de sociétés civiles stables, indépendantes et viables, il est essentiel que les ONG internationales encouragent une approche non directive ("du bas vers le haut") dans leur soutien aux ONG locales et leur collaboration avec elles, en particulier celles qui surgissent de situations de conflit ou d'autres troubles sociaux profonds. À partir d'une étude menée au Timor-Oriental, les auteurs concluent qu'il existe un écart net entre la rhétorique et la pratique en ce qui concerne ce soutien. Les défis multiples qui se posent à la communauté des ONG internationales persistent bien que les nombreuses années de travaux de développement aient fourni une abondance d'occasions d'apprentissage. Les auteurs soutiennent que ces défis sont moins une question de normes et de règles que d'une approche de base, d'attitudes et de rapports de pouvoir. Elles maintiennent que si les ONG internationales et la communauté internationale dans son ensemble ne modifient pas leur approche, elles étoufferont, au lieu de favoriser, le développement d'une société civile viable et autonome dans les pays où elles travaillent.
  • Certains peuples indigènes tentent actuellement d'examiner des approches leur permettant de définir et de mettre en oeuvre le développement durable de manières qui sont appropriées pour eux. En 1998, quatre organisations maoris iwis (tribales) ont entrepris un projet de recherche avec une équipe de chercheurs de l'université de Waikato sur la planification en vue de leur propre développement durable. Parmi les buts de la recherche figuraient : permettre aux groupes de formuler leurs propres valeurs et leur manière de comprendre le développement, établir un inventaire complet des ressources et des taongas (trésors), identifier les manières d'évaluer les coûts et avantages des options d'investissement, et examiner des méthodes participatives afin de faire participer la communauté à la prise de décisions stratégique. Des enseignements importants se sont dégagés de ces travaux et des modèles ont été mis à l'épreuve pour aider les groupes à base communautaire à mettre en oeuvre leur propre développement durable.
  • Le discours sur le capital social se poursuit dans le domaine du développement, dans lequel le concept est examiné tant comme moyen d'arriver à une fin que comme une fin en lui-même. Le renforcement du capital social commence au niveau de la communauté. Tandis que les liens s'internalisent et s'institutionnalisent, les réseaux créés offrent aux États (faibles ou forts) ainsi qu'aux citoyens un moyen d'encourager la prise de décisions participative, l'identification des problèmes et la résolution de ces derniers. Comme le reflète l'exemple jamaïcain, le développement dans les petits États insulaires est un processus itératif et non directif. Ce document démontre donc l'utilisation critique du concept comme un élément de la "stratégisation" des buts nationaux en matière de développement.
  • Development in Practice a toujours eu une perspective internationaliste. Les contributions du monde entier sont encouragées, quelle qu'en soit la langue, et de grands efforts sont faits pour rendre le périodique accessible, y compris au travers de traductions. En plus de la traduction des articles en anglais, les abrégés sont traduits, au départ dans le périodique et à présent sur le site internet, en français, espagnol et portugais, et cinq des Development in Practice Readers ont été publiés en espagnol. La rédactrice aimerait savoir si ces activités représentent l'utilisation optimale de son maigre budget de traduction, ou bien s'il serait possible de mettre celui-ci à meilleur emploi. Il s'agit ici d'un rapport résumé de l'un des conseillers de la rédaction, Mike Powell, qui, en observant d'autres organisations et en parlant aux abonnés de Development in Practice et à ceux qui le soutiennent, a tenté d'en apprendre plus sur le sujet.
  • Le rôle d'organisation et de diffusion des connaissances comme un bien public mondial est devenu une préoccupation importante pour les organisations internationales de développement. Un domaine dans lequel elles sont tout particulièrement actives est le soutien des programmes de microfinancement dans les pays en voie de développement. Récemment, on a commencé à associer au capital social les "meilleures pratiques" dans le domaine du microfinancement confiées à ces organisations internationales et diffusées par elles. Cet article traite des manières dont la notion de capital social est utilisée pour expliquer le succès des programmes de microfinancement. L'auteur y soutient que divers types d'interactions sociales générées autour des opérations réussies de microfinancement sont appelés au hasard capital social. Ceci signifie que la présence d'un capital social ne nous apprend pas grand-chose sur les formes de programmes de microfinancement - sur les plans de la conception et de la mise en oeuvre - qu'il convient de considérer comme représentant de bonnes pratiques.
  • Dans le nord-est de la Thaïlande, les femmes participent énormément à l'aquaculture à petite échelle. Cependant, tandis que l'aquaculture devient de plus en plus intensive, les femmes ont de moins en moins de responsabilités. Le pouvoir de prise de décisions par les femmes dans l'aquaculture et au foyer est plus important lorsque les femmes disposent de plus de moyens matériels et de connaissances que leurs maris ; et les études de cas dont s'inspire cet article montrent que ce qui est important n'est pas combien ont les femmes, mais combien elles ont par rapport à leur mari. Les études de cas illustrent en outre que les rôles et responsabilités attribués aux femmes de par leur sexe, ainsi que ce que la société attend d'elles, limitent ce que les femmes tireront de l'aquaculture. Dans l'aquaculture intensive en particulier, on attend des femmes qu'elles investissent tous leurs moyens dans cette activité afin de soutenir l'entreprise familiale.
  • Les résultats d'une étude sur le terrain examinés dans cet article montrent le succès remarquable d'un projet d'éducation et d'intervention au sein des communautés dans le domaine de la santé génésique au Cambodge, mis en oeuvre par le ministère des Affaires relatives aux femmes et aux vétérans depuis 1995, sur le plan du degré d'activité des volontaires et de l'impact du projet sur l'augmentation des connaissances et de la mise en pratique au sein de la population cible en ce qui concerne les questions de santé génésique. Une clé du succès de ce projet semblerait être son adhésion à des principes identifiés, mais rarement mis en pratique, comme par exemple un fort engagement dans le sens du développement des capacités à tous les niveaux.
  • Les associations de parents-professeurs ou comités de gestion scolaire (APP/CGS) constituent une manière importante de réaliser la participation au travers de l'action collective afin d'améliorer la scolarité. Les visites sur le terrain, une étude des documents disponibles et une petite enquête par sondage sont les trois sources utilisées pour examiner la situation des APP/CGS qui ont été établis par les autorités gouvernementales provinciales et les ONG au Pakistan. La principale conclusion est qu'il est nécessaire de procéder à des réformes du secteur public, afin de modifier les rapports de pouvoir entre les parents, les enseignants et les représentants gouvernementaux, pour rendre la participation efficace à l'école. En général, les écoles d'ONG n'ont obtenu que des résultats marginalement meilleurs que les écoles gouvernementales au moment d'engendrer la participation.
  • L'auteur utilise la métaphore du praticien de développement comme psychothérapeute afin d'examiner les relations perverses de dépendance et de projection qui peuvent être encouragées entre les organismes humanitaires et les "bénéficiaires" à moins que les deux parties ne comprennent clairement que le but final est que ces derniers assument la responsabilité d'analyser leur situation et de prendre les mesures appropriées pour l'améliorer.
  • L'auteur examine l'histoire du développement communautaire (DC) au niveau de la base populaire dans le Malawi rural, en se référant à quatre études de cas. Les conclusions illustrent que, bien que les bénéficiaires prévus de ces projets "d'auto-assistance" doivent être persuadés que les coûts de la participation sont justifiés, en réalité la décision de participer ou non est plus souvent sujette aux pressions sociales et autres, et par le passé elle a été appuyée de sanctions. En définitive, le succès de l'effort de DC pourrait dépendre davantage du degré d'appui politique qu'il peut mobiliser que du soutien manifesté par les communautés pauvres.
  • Zhuhai a été désignée zone économique spéciale (ZES) comme point d'expérimentation de la libéralisation économique. Cet article retrace le développement de la zone économique spéciale de Zhuhai d'un humble village à une puissance économique significative dans le sud de la Chine, en se concentrant sur l'industrie, le commerce, l'éducation et la logistique.
  • Il est devenu pratiquement de rigueur d'adopter des approches participatives dans les projets ruraux de développement, ne serait-ce que pour satisfaire les exigences émanant des bailleurs de fonds de preuves de la participation. Or, souvent la PRA (Évaluation rurale participative) et ses dérivés sont souvent utilisés dans le seul but de tirer des informations des communautés concernées et ne profitent pas aux populations locales comme prévu. Cette Note pratique présente un compte rendu d'un projet mené en Éthiopie dans lequel la PRA a été utilisée. Une évaluation effectuée avec les mêmes communautés après la conclusion de la phase de recherche a confirmé que, bien que certains aspects de la PRA aient été appréciés, en particulier les occasions d'apprentissage au sein des groupes de pairs, le processus avait été plus directif que la plupart l'auraient voulu. Elle conclut par quelques leçons simples pour éviter les pièges évidents, et pour veiller à ce que les populations locales profitent au mieux de la participation à un projet de développement.
  • In English only
  • Depuis plus d'une décennie, les résolutions de l'ONU et de la Commission européenne mettent l'accent sur la souffrance endurée par les femmes durant les guerres et sur l'injustice de leur traitement lorsque la paix revient. Or, les injustices et l'hypocrisie continuent. Les femmes sont réifiées comme les pacificatrices tout en se voyant exclues des processus de paix. La souffrance des femmes durant les guerres est brandie comme une preuve d'inhumanité par les mêmes organisations qui acceptent, sinon encouragent, la marginalisation des besoins des femmes en situation de paix. L'auteur examine les processus au travers desquels ces phénomènes dont perpétués et décrit dans leurs grands traits quelques manières d'aller de l'avant qui pourraient contribuer à briser ces cycles.
  • Ce document cherche à démolir un certain nombre de mythes sur l'absence des femmes des guerres et des conflits, traite de quelques problèmes liés à leurs vulnérabilités dans ces circonstances et propose quelques perspectives féministes pour aborder ces problèmes. L'auteur se penche sur les exigences contradictoires imposées aux femmes en période de guerre et de révolution, et soutient que différents processus historiques aboutissent à des politiques générales post-conflit différentes à l'égard des femmes. Il y a, toutefois, des expériences communes qui marginalisent toutes les femmes dans les phases post-conflit et de reconstruction. Même lorsque les femmes ont participé activement aux guerres et aux révolutions, elles subissent une importante pression les poussant à rentrer chez elles et à reconstruire le domaine privé pour faire valoir le retour de la paix et de la "normalité". L'auteur soutient que le fait d'insister pour placer les femmes dans le domaine domestique durant la phase de l'après-guerre peut aller à l'encontre du but recherché et se situer dans l'interprétation historique de la nationalité et du nationalisme comme masculine sur les plans de son caractère et de ses exigences. Comme nous entrons dans le vingt-et-unième siècle et au vu de la longue histoire de la participation des femmes aux guerres, aux révolutions et à l'élaboration de politiques générales, il serait peut-être possible à présent d'utiliser l'importance symbolique qui leur est accordée en temps de guerre pour formuler une perception différente de la nationalité et de l'appartenance, et pour créer une approche de la politique et de la reconstruction des nations, ainsi que de leur sentiment d'appartenance, se caractérisant plus par la coopération et moins par la concurrence et la hiérarchie.
  • L'Audit du genre (Gender Audit - GA) et les rapports et études associés dont s'inspire cet article permettent d'évaluer la mesure dans laquelle les processus d'intervention mis en oeuvre au Kosovo depuis 1999 ont inclus l'analyse du genre et soutenu les besoins et les intérêts des femmes et des filles. Cette étude se penche sur les forces et les inconvénients de diverses tentatives en vue d'utiliser et de mettre en oeuvre des projets sensibles au "genre". Le GA a été conçu pour soutenir les politiques féministes naissantes en matière de reconstruction au Kosovo. Ses conclusions et recommandations abordent des aspects de l'acquisition de pouvoirs, de l'équité et des possibilités, tout en décrivant dans leurs grands traits quelques développements de l'activisme communautaire, ainsi que les résultats de l'administration internationale. En se penchant sur les développements sur une période de deux ans, il est possible de situer les questions d'équité et de possibilités dans le contexte du changement au fil du temps, et de lier les changements aux niveaux local et national aux dialogues internationaux en cours de développement. Cet article analyse les travaux locaux entrepris par le Réseau des femmes du Kosovo afin de venir à bout de la violence à l'égard des femmes dans les situations de guerre et au sein du foyer en temps de paix, et examine les travaux internationaux effectués par la Kosovo Women's Initiative (KWI) (Initiative des femmes du Kosovo). De nombreuses femmes du Kosovo (tous groupes ethniques confondus) reconnaissent pleinement le fait qu'elles sont membres de leur communauté et sont conscientes des risques qu'elles prennent en dialoguant malgré leurs différences pour arriver à la sécurité au quotidien et à la réconciliation. Les rapports et études internationaux comme ceux produits en 2002 par le Secrétaire-général des Nations Unies et l'UNIFEM sur les femmes, la guerre, la paix et la sécurité, ainsi que l'étude de la KWI, permettent d'évaluer la mesure dans laquelle les dialogues sont en train de changer et l'impact potentiel de ce type de changement sur le développement et la mise en oeuvre de politiques générales.
  • L'augmentation du nombre de "petites guerres" a entraîné une prolifération d'efforts de reconstruction post-conflit. L'expérience des Balkans de la reconstruction d'après-guerre peut contribuer de manière significative à en apprendre plus à ce sujet, étant donné qu'il reste encore bien des enseignements à tirer de la manière compliquée, mal conçue et chaotique dont le monde extérieur est intervenu et a tenté d'apporter son aide durant les années 90. Parmi les leçons les plus importantes qui s'en dégagent figure la nécessité d'inclure pleinement les femmes dans la construction de la paix. Dans le cas du Kosovo, comme ailleurs, l'effort international a été dominé par des hommes, et s'est avéré ne pas savoir grand-chose sur la manière d'aborder les inégalités entre hommes et femmes, ni s'intéresser beaucoup à cet aspect. Cette indifférence s'est à son tour insinuée dans les programmes d'assistance, avec des effets tout particulièrement préjudiciables pour les femmes locales.
  • Il est de plus en plus reconnu que la guerre vient modifier les rôles et les responsabilités au sein de la société, tout en exposant les hommes et les femmes à de nouvelles menaces et possibilités. Les guerres civiles perturbent et détruisent la vie de la population civile. Les hommes partent, meurent au combat, sont brutalisés, perdent leur emploi, ou sombrent dans le désespoir, la violence ou l'apathie. Les femmes assument d'énormes fardeaux de travail et toutes sortes de tâches et de responsabilités différentes, perdent leur sécurité et leurs protecteurs, et sont victimisées et marginalisées. Or, rares sont les membres des missions de maintien de la paix qui ont reçu quelque formation que ce soit pour ce qui est de traiter avec la population civile, et encore moins en rapport avec les questions spécifiques liées aux relations entre les sexes. Pour répondre à ce problème, un programme de formation de base appelé "Gender and Peace Support Operations" (Genre et opérations de soutien de la paix) a été conçu pour être utilisé dans la préparation pré-déploiement. Cet article décrit la toile de fond de son développement et présente dans ses grands traits la façon dont il est censé être utilisé et évoluer à l'avenir.
  • On a beaucoup écrit sur la contribution des femmes palestiniennes à la lutte pour la libération de leur nation. Elles ont non seulement survécu dans une atmosphère de violence implacable, mais elles ont en outre réussi à obtenir des améliorations remarquables sur le plan de leurs droits et de leur développement en tant que femmes. Une question qui a été moins étudiée est l'impact à long terme de la violence à l'égard des femmes, que ce soit sur le plan de leur bien-être physique et psychologique ou sur celui de leur aptitude à participer de manière sérieuse soit au conflit lui-même soit à la situation post-conflit. L'auteur de cet article soutient que, bien que les femmes palestiniennes ne soient pas simplement des victimes mais aussi des agents de la violence, cette violence - qu'elle soit commise au hasard ou institutionnalisée, perpétrée par l'ennemi ou par leurs propres concitoyens - exerce des contraintes considérables sur leur aptitude à participer à la lutte pour la libération nationale. Par conséquent, elles ne sont pas suffisamment préparées pour contribuer au processus de paix, et on les empêche donc de donner toute leur mesure dans le cadre du nouvel État.
  • Au premier abord, on pourrait penser que, malgré la participation vitale des femmes aux processus de pacification, elles sont, la plupart du temps, marginalisées ou dépréciées. Cependant, si l'on s'éloigne de l'idée des femmes comme étrangères et/ou victimes, on peut trouver des preuves de leur participation à des projets initiés et menés par elles et/ou à des activités dans lesquelles elles assument des rôles égaux aux côtés d'hommes. De nombreuses femmes qui vivent dans des zones de conflit préconisent et utilisent, avec succès, des approches en vue d'une paix positive durable qui transcendent les structures et idéologies traditionnelles dominées par les hommes. Un grand nombre de femmes, d'hommes et d'enfants ordinaires travaillent, pour la plupart dans les coulisses, en vue d'obtenir justice et égalité. Les femmes participent très activement, mais elles sont bien moins reconnues que les hommes. L'échelle et la diversité d'efforts pour la plupart non reconnus mais néanmoins efficaces en vue de la paix, aux quatre coins du monde, et en particulier parmi les femmes, méritent une reconnaissance bien plus importante de la part de la communauté internationale. Cet article se base sur un projet de recherche qui utilise une approche de témoignages oraux et une perspective multiculturelle pour conférer une voix aux femmes qui travaillent sur le terrain dans le cadre d'un ample éventail de processus transformationnels.
  • Les relations entre les sexes changent-elles durant les conflits ? Dans quelle mesure les conflits eux-mêmes peuvent-ils être attisés par certains aspects de l'identité de "genre" ? Un projet de recherche récemment terminé, qui conjuguait des témoignages oraux et des méthodes de recherche plus conventionnelles, a conclu que les conflits ont sans aucun doute donné aux femmes de plus grandes responsabilités, et dans le même temps la possibilité d'exercer une influence accrue sur la prise de décisions et de participer davantage aux activités politiques. Ces recherches jettent la lumière sur le rôle des citoyens ordinaires comme "protagonistes" réagissant à la crise, et décrivent la manière dont les identités de "genre" sont tissées pour former une toile complexe de cause et d'effet dans laquelle la guerre peut être perçue comme un "conflit de patriarcats".
  • Cet article, qui se base sur des recherches effectuées sur le terrain, à Kaboul, en février 2002, commence par une discussion de la manière dont les femmes ressentent la guerre et les conflits violents différemment des hommes, en particulier en définissant différents types de violence à l'égard des femmes en Afghanistan. Deuxièmement, en identifiant certaines femmes afghanes, ainsi que des réseaux et organisations de femmes, j'analyse leurs stratégies différentes pour faire face à la situation et les façons dont le travail en réseau et les différentes formes de solidarité au sein de groupes sont devenus des mécanismes pour l'acquisition de pouvoirs par les femmes. En troisième lieu, je démontre comment, durant le régime taliban, de nombreuses femmes ont risqué leur vie en transformant leur foyer en réseaux clandestins d'écoles pour filles et jeunes femmes. Leurs organisations secrètes ont d'ores et déjà posé les fondations pour la construction d'un "capital social", lequel est crucial pour le processus de reconstruction de l'Afghanistan. Dans la section finale, je suggère que les femmes d'Afghanistan, comme protagonistes sociales, sont optimistes et disposées à participer au processus de reconstruction. Comme chercheuse, mon intention est de transmettre clairement leurs voix, leurs opinions et leurs exigences, en espérant qu'elles seront prises en compte par les décideurs et les travailleurs humanitaires.
  • Cet article analyse le processus d'industrialisation à Hazira, dans la région côtière du Gujarat du sud, en Inde. L'auteur se propose de mesurer l'impact du développement industriel sur la distribution des terres, les possibilités d'emploi pour les habitants locaux, ainsi que sur l'environnement. Les opinions de différentes parties prenantes - villageois et industriels - sont présentées. La position des femmes est examinée, en particulier le type de profession qu'elles occupent, leurs compétences et leurs revenus, le temps qu'elles consacrent aux activités économiques et domestiques, et l'attitude des membres de leur famille de sexe masculin vis-à-vis de leur travail.
  • Cet article, qui se base sur une étude des ménages agricoles bénéficiaires et non bénéficiaires du district Mpigi, en Ouganda, analyse le programme Heifer-in-Trust. Bien qu'il soit destiné à soulager les manques sur les plans de la nutrition et des revenus des agriculteurs ruraux les plus pauvres au travers de la production laitière, les vrais bénéficiaires tendent à être les moins pauvres à cause des dépenses encourues. C'est là le sort de bien des initiatives de développement dans le cadre desquelles les avantages n'arrivent pas jusqu'à leurs récipiendaires prévus, et qui risquent de creuser encore le fossé des inégalités. Par ailleurs, on a constaté que ceux qui ont tiré des avantages du programme, bien qu'étant plus aisés dès le début, étaient très actifs et enthousiastes, et il était évident que le programme avait apporté une contribution considérable à l'amélioration de la production laitière. Le défi reste donc de concevoir les moyens d'arriver jusqu'aux agriculteurs les plus pauvres.
  • Cet article résume une partie d'un projet de recherche entrepris dans le Niger rural. Il cherche à donner une idée du développement et du fonctionnement des organisations de la base populaire et des communautés au sein desquelles elles travaillent. Un aspect s'est dégagé des recherches effectuées dans cinq ateliers, auxquels ont participé presque 160 personnes issues de 54 organisations communautaires : les métaphores du baobab et de l'eucalyptus se sont avérées avoir de fortes associations culturelles pour les participants et ont contribué à expliquer l'importance des interventions à long terme et aux racines profondes au lieu de projets de courte durée et éphémères. Cet article vient s'ajouter au débat contemporain au sein des agences de développement sur le renforcement des capacités du développement humain.
  • Les recherches résumées ici abordent les ambiguïtés et les écarts du dialecte du renforcement des capacités au sein de l'industrie humanitaire et de développement. On constate que trois thèmes en corrélation pénètrent dans la littérature portant sur le renforcement des capacités, en dépit des persuasions idéologiques diverses. L'appropriation de ces thèmes dans le discours relatif au renforcement des capacités est soumise à une analyse critique. Une analyse méta-théorique met en question l'aptitude de constructions mentales fonctionnalistes à réduire la pauvreté ou à arriver au développement durable. Du point de vue du développement de la communauté, une transformation sociale équitable n'aura lieu que lorsque l'axe central du "développement" fera intervenir le renforcement des capacités de toutes les personnes, communautés et nations afin de créer un monde juste et équitable.
  • In English only
  • Au travers d'une analyse de la façon dont les ONG du Bangladesh se sont institutionnalisées, l'auteur examine les modèles de bureaucratisation et de professionnalisation avant d'affirmer que les ONG font partie d'un processus d'incorporation qui se fait le médiateur de l'opposition aux inégalités relatives au "genre" et autres inégalités structurelles. Deux tendances importantes--le partenariat croissant entre les ONG, l'État, les agences bailleurs de fonds d'une part, et le passage discursif du bien-être social et de la redistribution à l'individualisme, l'esprit d'entreprise et l'indépendance d'autre part--illustrent ces processus. Cet article montre comment l'institutionnalisation, accompagnée de la réunion de la société civile et des ONG, masque la perte de leur voix par les citoyens membres, en canalisant l'opposition au travers des ONG de manières qui, souvent, compromettent leurs intérêts.
  • Cet article montre comment on peut procéder à des recherches empiriques sur les manières de comprendre le développement au niveau local en se référant à trois ateliers de dessin réalisés avec des enfants dans la région Ayacucho des Andes péruviennes. On a demandé aux enfants de dessiner leur communauté telle qu'ils aimeraient qu'elle soit à l'avenir. Leurs dessins sont analysés au moyen d'une forme adaptée de la théorisation ancrée, et sont ensuite interprétés comme des expressions des discours locaux sur le développement. Bien que les trois villages se situent dans la même zone et partagent une histoire violente de guerre et d'instabilité, ces recherches montrent que chaque communauté interprète le développement à sa manière.
  • Cet article présente une réflexion critique sur les questions relatives à la collaboration Nord-Sud et aux recherches participatives soulevées dans le cadre d'un projet portant sur la gestion environnementale locale participative et durable dans la zone périurbaine autour de Kumasi, au Ghana. L'immigration rapide, la transformation non coordonnée de terres arables en logements, l'exploitation intensifiée des ressources et le déclin de la qualité et de la disponibilité de l'eau sont certains des problèmes propres à cette zone. Les dispositions de recherches collaboratives avec les partenaires locaux ainsi que les relations participatives soutenues avec des communautés villageoises sélectionnées ont constitué des aspects centraux de ce projet. De façon plus générale, cet article traite des questions institutionnelles liées à la dichotomie entre les projets de recherche et ceux d'assistance au développement, et de leurs répercussions sur les évaluations de projet.
  • Le "cadre logique" et la "matrice du cadre logique" sont devenus des outils de planification très utilisés, en particulier dans le cadre des projets soutenus par des bailleurs de fonds dans les pays en voie de développement. Avec son format simple et le rapport clair entre les variables, le cadre logique est utile pour résumer les principales préoccupations liées aux programmes de développement. Dans le même temps, selon l'auteur, les conventions actuelles limitent l'utilité du cadre, et il suggère des modifications qui devraient en accroître considérablement l'applicabilité et la capacité de comporter des informations. La matrice du cadre logique cherche à aborder certaines dimensions supplémentaires de la planification. Cependant, elle est elle aussi limitée par des étapes et des procédures standardisées qui doivent être défendues comme la méthodologie omniprésente qu'elles sont considérées être par beaucoup. La "matrice du cadre logique" est ici juxtaposée avec un concept plus large et plus souple de "planification du développement", avec lequel il ne faut pas la confondre.
  • La décentralisation est une caractéristique commune aux politiques générales de nombreux pays africains. La gouvernance locale est donc en passe de gagner en pertinence, bien que pas encore en clarté. Sur la base de l'expérience d'un projet de développement au Kilimanjaro, en Tanzanie, cet article traite de la gouvernance locale dans la pratique, en se basant sur une analyse historique et en se concentrant sur la relation entre les autorités gouvernementales locales et la société civile. Au travers d'un processus graduel allant de l'expérimentation à l'exercice de pression en passant par les phases pilotes, le projet PAMOJA développe des mécanismes d'"interface" pour structurer les relations entre les autorités gouvernementales locales et la société civile au niveau du district. Trois acteurs sont identifiés pour la réussite du projet : l'agent externe comme "faciliteur" du processus, les champions locaux comme agents du changement et les partenaires stratégiques pour l'élément exercice de pression. Un résultat final positif renforcerait en fin de compte les processus de décentralisation.
  • Dans le cadre de recherches participatives avec des groupes bien établis et autonomes d'agriculteurs en Ouganda et au Ghana, on a examiné leurs points de vue et leurs priorités concernant les informations agricoles. On cherchait en particulier à étudier les manières dont les agriculteurs identifiaient les nouvelles idées revêtant un intérêt commun et à explorer les façons dont ces idées étaient partagées, modifiées et parfois mises en oeuvre au sein du groupe ou de la communauté dans son ensemble. Après une série de visites, il est devenu évident qu'au sein de chaque groupe qui fonctionnait, certains individus jouaient un rôle clé non seulement en ce qui concerne l'échange d'informations, mais aussi pour ce qui est du soutien et de l'encouragement des changements et du développement à l'intérieur du groupe. Ces individus, auxquels on se réfère comme à des "animateurs", présentaient des caractéristiques claires. Bien que membres de la communauté locale, ils tendaient à avoir un degré d'alphabétisation au dessus de la moyenne, et avaient en général voyagé davantage que leurs pairs. Leur rôle consistait en général à soutenir et à faciliter, plutôt qu'à agir comme leaders, et ils servaient souvent de voie clé pour le partage des informations. Les animateurs jouaient le rôle de catalyseurs significatifs au moment de faciliter le flot des nouvelles idées et des informations, et ils devraient faire l'objet d'une attention et de recherches accrues en vue d'encourager le changement développemental.
  • Cet article se propose de comprendre le potentiel de développement humain d'un programme d'irrigation gravitaire introduit par une ONG de développement en Inde occidentale. Il se concentre tout particulièrement sur les façons dont cette intervention au niveau micro a réussi à créer les conditions nécessaires pour donner plus de choix aux pauvres. On constate que l'impact de cette intervention, saisi au niveau de l'exploitation agricole et des ménages au moyen de données conventionnelles et résultant de la PRA (évaluation rurale participative), a été d'augmenter la productivité de la terre, entraînant l'amélioration de la sécurité alimentaire et de l'emploi, ainsi qu'une réduction significative de la migration causée par la misère, surtout parmi les femmes. Le succès de cette intervention est attribué au fait qu'elle est adaptée aux besoins locaux et à la création d'un mécanisme institutionnel approprié. Étant donné son potentiel démontré, l'auteur de cet article souligne la nécessité de reproduire ce type d'intervention ailleurs.
  • The United Nations Intellectual History Project (UNIHP) is an independent activity located at The Graduate Center of the City University of New York. Originally concentrating on the economic and social arena, it was intended to include peace and security activities, thus covering the entire waterfront of UN activities. UNIHP comprises a series of books on 11 topics that range from international trade and finance to global governance via gender and global resource management (see www.unhistory.org/ for full details). Under each of these topics the history of ideas launched by the UN family will be traced. Did they come from within the Secretariat, or from outside the UN through governments, NGOs, or experts? Were these ideas discarded without discussion or after deliberation? Were they discussed, adapted (or distorted), and then mplemented? What happened afterwards?
  • In English only
  • Acknowledgements 2002
  • Cet article décrit un projet mené par une ONG pour conférer des pouvoirs à des femmes issues de la caste la plus basse travaillant dans l'industrie indienne du bobinage de la soie en leur apportant un microfinancement. Il documente l'impact du projet sur leur position économique et sociale au fil d'une période donnée, et met en relief les conséquences négatives de l'exclusion des parents de sexe masculin de tout rôle sérieux. Les auteurs suggèrent des façons dont le projet aurait pu être modifié de manière à inclure les hommes en plus grande mesure tout en continuant de conférer des pouvoirs aux femmes. Dans le même temps, elles reconnaissent que, même si l'hostilité des hommes à l'égard du projet avait été surmontée, les micro-entreprises des femmes n'auraient probablement pas été viables sur le plan commercial. Ceci est dû au fait que le projet insistait pour que les femmes fonctionnent comme un groupe dans ce qui était un domaine d'activité économique à haut risque, sans stratégie claire quant à la façon dont leur travail pouvait se poursuivre.
  • Sucre est une ville de micro-entreprises. La frontière entre les entreprises et les ménages est souvent mal définie : les comptes sont mélangés, l'espace partagé, et les partenaires venus de l'extérieur du foyer sont rares. Au premier abord, ce type d'organisation commerciale semble être des plus inadéquats pour le succès économique. Cependant, si l'on se penche de plus près sur les mécanismes internes des entreprises de Sucre, on constate que l'"art de jongler" complexe entre l'entreprise et le ménage pourrait représenter non pas une forme de gestion bâclée (comme l'affirment souvent les agences de développement de micro-entreprises), mais une stratégie souple pour le bien-être des ménages. Les entreprises de Sucre suivent une comptabilité comportant essentiellement trois résultats financiers au niveau du ménage, prenant en compte les buts financiers et non financiers.
  • Le microfinancement--tant le crédit que l'épargne--a le potentiel d'améliorer le bien-être des femmes pauvres dans les pays en voie de développement. Cet article traite des façons pratiques de faire de ce potentiel une réalité. Sur la base des leçons tirées des mécanismes informels d'épargne que les femmes utilisent d'ores et déjà, les auteurs de cet article proposent deux services d'épargne conçus pour aborder les questions de développement auxquelles se confrontent les femmes. Ces propositions recommandent des coffres-forts pour les dépôts et des comptes d'épargne assortis pour les soins médicaux ou les frais scolaires.
  • Cet article examine les questions de développement depuis le point de vue de deux villages situés dans le Liban rural. Les villageois hommes instruits se voient comme les initiateurs du développement et utilisent le même jargon que les représentants d'ONG. Les relations client-parraineur et le wasta (le fait d'obtenir des services matériels, comme des projets de développement, des puissants) sont des moyens pour ces hommes d'arriver à leurs fins politiques. Les femmes et les hommes moins puissants, qui ne font pas partie du réseau wasta, tendent à être ignorés dans le cadre de la prise de décisions, mais ont néanmoins de fortes opinions sur les besoins des villages. La vue islamique met l'accent sur la vie morale.
  • Les ONG ont joué un rôle important de par le monde dans les efforts en vue d'empêcher la propagation du VIH et du sida en faisant changer les comportements. Les ONG se sont souvent trouvées au tout premier plan de changements novateurs, et ont influencé les activités de programmes internationaux et des gouvernements. Cet article identifie et analyse l'évolution des programmes sur le VIH/sida d'une ONG en Thaïlande sur une période de dix ans. Trois générations de programmes sont identifiées, d'une part au travers des approches distinctes de ce domaine de travail, et d'autre part selon le jargon changeant décrivant les personnes auxquelles les programmes sont destinés.
  • Cet article traite des avantages et des inconvénients de l'expérience du travail volontaire à l'étranger et tente de combler une lacune présente dans la documentation relative à ce qui est requis de ces volontaires. Après une brève esquisse du volontaire à l'étranger et des raisons qui le poussent à choisir cette voie professionnelle, l'auteur présente un compte rendu de première main des avantages et des inconvénients de cette obscure vocation. Bien que les avantages en soient connus de beaucoup, l'auteur soutient que les aspects moins attirants de cette vocation ne le sont souvent pas, et qu'ils sont tout aussi importants, ce quelle que soit la situation de l'individu.
  • En 1999, en vue de renforcer l'arrangement JFM (Joint Forest Management - Gestion collective des forêts), le département des forêts (Forest Department - FD) de l'État du Gujarat, en collaboration avec l'Aga Khan Foundation, a initié une agence nodale appelée la cellule JFM. Son mandat est d'apporter son assistance pour renforcer et développer la JFM dans le Gujarat en offrant un soutien de formation, de recherche et de communication au FD et aux ONG. Cette cellule a commandé une étude afin de comprendre le processus d'institution de la JFM au niveau des villages et l'impact de la formation et de la communication par le FD et les ONG dans ce contexte. Cette Note pratique se base sur les conclusions de l'étude menée par les auteurs.
  • Cet article traite de certains aspects des "études du développement" (Development Studies) comme discipline en évolution au Royaume-Uni. Plus précisément, il propose quelques réflexions suite à l'exercice d'évaluation des recherches (Research Assessment Exercise - RAE) effectué par le Higher Education Funding Council of England (HEFCE - Conseil anglais de financement de l'enseignement supérieur), dans le cadre duquel les études du développement se sont vu assigner un comité séparé pour la première fois, bien que sur une base expérimentale. Les auteurs, toutes deux représentantes des utilisateurs faisant partie du comité, présentent ces réflexions en leur propre nom.
  • In English only
  • Development and the Learning Organisation: An Introduction In English only
  • Cet article propose l'apprentissage ascendant comme cadre normatif pour les ONG internationales. Il examine la disparité, courante mais souvent non reconnue, entre les valeurs et la mission organisationnelles et les pratiques réelles. La première section de ce document soulève la question des troubles de l'apprentissage organisationnel, puis traite des organisations qui apprennent, et de l'apprentissage "ascendant" en particulier. Une autre section résume brièvement les progrès positifs effectués dans ce domaine ; viennent ensuite des discussions sur les barrières organisationnelles et les techniques possibles de mitigation. Le document se conclut par un défi lancé aux ONG internationales, les invitant à se pencher de plus près sur leurs capacités d'apprentissage dans le but d'améliorer les services qu'elles offrent aux communautés dans le besoin.
  • Les grandes entreprises ont accéléré leur contrôle des marchés de produits de base au cours des dix dernières années. L'auteur décrit ce que ceci signifie pour les petits cultivateurs des pays en voie de développement qui dépendent de ces marchés pour obtenir des revenus monétaires chaque année. Le pouvoir croissant des distributeurs (chaînes de magasins de produits alimentaires ou supermarchés) et des marques dominantes a pour conséquences la persistance de la pauvreté rurale et la dévaluation idéologique et économique des méthodes durables et à petite échelle de production agricole, qui sont si essentielles pour les 70 pour cent des pauvres du monde qui vivent en milieu rural. L'auteur retrace l'histoire d'un partenariat commercial fructueux lancé en 1992 et reliant des cultivateurs de cacao en Afrique de l'ouest et des amateurs de chocolat équitables du Royaume-Uni et des États-Unis, initiative lancée malgré des critiques directes et la dure pression exercée par la concurrence des géants du chocolat, mais qui a mobilisé une nouvelle sorte de coalition et de groupe d'intérêt.
  • L'apprentissage et la gestion des connaissances sont des capacités cruciales pour de nombreuses ONG. Les auteurs de cet article tentent de répondre à des questions comme : Pourquoi l'apprentissage est-il perçu comme étant si important pour les ONG ? Comment les ONG qui réussissent apprennent-elles réellement ? Et quel rôle certaines personnes clés ou les dirigeants jouent-ils dans ce processus ? Cet article s'inspire beaucoup des conclusions d'une étude des ONG sud-asiatiques, qui suggère que l'aptitude d'une organisation à apprendre dépend de sa culture organisationnelle et, plus particulièrement, du développement d'une culture interne d'apprentissage. Les études de cas d'Asie du sud révèlent que la création de cette "culture d'apprentissage" dérive principalement de l'attitude de la direction concernant l'apprentissage : au coeur d'une organisation qui apprend on trouve un "dirigeant qui apprend".
  • Au moment de mettre en oeuvre une vision et une mission mondiales transformationnelles, les ONG internationales se heurtent en général à trois problèmes : aligner les différents niveaux de planification et de stratégie, équilibrer l'analyse et les priorités mondiales par rapport aux réalités locales et identifier des mesures qui indiquent le progrès et en même temps favorisent et encouragent l'innovation. Cet article présente les efforts de l'Unité de gestion régionale d'Amérique latine de CARE International en vue d'aborder ces problèmes en introduisant des "revirements" vers des principes et processus communs de planification stratégique. Il montre aux cadres moyens des ONG comment ils peuvent diriger "depuis le milieu", et considère que "la région" est le lien qui permet à une organisation de changer et d'apprendre à des niveaux hiérarchiques multiples.
  • Le changement est impulsé non seulement par de bonnes idées, mais aussi par des désaccords et des frustrations. Cet article propose au lecteur une histoire organisationnelle sélective de l'ONG britannique ActionAid, de 1998 à 2001, en se penchant sur des événements et des changements qui ont influencé l'introduction et l'impact initial du nouveau système de reddition de comptes de l'organisation. Le changement systématique semble être très peu systématique. La transformation effective a mis longtemps à arriver, et elle a été précédée d'un certain nombre d'expériences ratées. Il semble que ces frustrations étaient nécessaires pour développer la créativité nécessaire pour mettre en oeuvre des changements significatifs. Les efforts ont commencé à porter leurs fruits une fois que l'organisation a commencé à effectuer l'alignement de la mission, des structures, des procédures et des relations.
  • Heifer International (HI) applique des approches participatives au développement rural depuis presque 60 ans. Sur le plan organisationnel, HI se concentre sur le développement des capacités des programmes qu'elle mène dans les pays et des ONG qui sont ses partenaires pour qu'ils soient capables de travailler indépendamment dans le sens d'une mission unificatrice. Une structure ouverte permet à HI de valider et d'incorporer les expériences riches et diverses des organisations qui reçoivent des fonds pour ses projets et des bureaux de programmes de pays dans la planification et les opérations quotidiennes de l'organisation. Cet article analyse trois initiatives récentes de HI qui incorporent des processus délibérés visant à faciliter l'apprentissage organisationnel. Il décrit différentes stratégies employées par HI pour institutionnaliser l'apprentissage sans lui imposer des limites.
  • L'intégration de l'apprentissage dans les processus de développement des communautés et la façon dont cet apprentissage peut stimuler des changements positifs pose des défis que les praticiens du développement ont su relever avec plus ou moins de succès. Quels sont les agents les plus efficaces de changement, comment ils peuvent être soutenus et comment leurs efforts peuvent être diffusés dans la communauté et leur échelle accrue - autant de questions clés dans la littérature du développement des communautés. Les auteurs ont conçu et mis en oeuvre un projet d'action-recherche dans l'ouest du Kenya portant sur les légumes traditionnels, et ont recruté des élèves en qualité de co-chercheurs. L'objet de ces recherches était double : d'une part examiner la possibilité d'augmenter la consommation de légumes traditionnels au travers d'un programme scolaire d'horticulture, et d'autre part augmenter la compétence des élèves comme agents efficaces de changement en leur conférant des pouvoirs de façon compatible avec leur culture. Les résultats présentent des enseignements pour les praticiens concernant les moyens créatifs d'identifier des agents de changement et de leur conférer des pouvoirs au sein d'organisations traditionnelles, et encouragent la création novatrice et la diffusion des connaissances.
  • Les recherches effectuées par le professeur de Harvard Chris Argyris ont donné lieu à une grande partie de ce que l'on appelle aujourd'hui l'"apprentissage organisationnel", une approche disséminée par la suite par Peter Senge et son équipe du Massachussets Institute of Technology. La première section de cet article soutient la pertinence de l'apprentissage organisationnel pour les ONG, malgré le fait qu'elle ait ses origines dans l'étude du secteur privé. La deuxième section décrit une intervention de projet particulière basée sur la théorie de l'apprentissage organisationnel, qui est actuellement en cours au sein d'une ONG brésilienne.
  • Dans cet article, les auteurs discutent des implications pour l'apprentissage organisationnel des résultats de recherches récentes sur les activités des ONG dans la mitigation des effets des catastrophes naturelles et la préparation en vue de ces dernières. Ils y identifient plusieurs barrières institutionnelles et autres venant entraver l'apprentissage des ONG. Cependant, les réseaux personnels dans les ONG sont souvent solides, et des personnes déterminées et bien placées peuvent parvenir à faire adopter des innovations significatives. Il se pourrait que la clé de l'intégration de la mitigation des effets des catastrophes et d'autres approches nouvelles ou marginales du développement consiste à mettre davantage l'accent sur ce facteur humain.
  • Si l'on constate que l'aide soutient un effort de guerre, les agences et praticiens d'aide doivent-ils continuer de la fournir ? La réponse retentissante donnée par les travailleurs humanitaires des quatre coins du monde est que les besoins des personnes qui souffrent sont trop importants pour être ignorés et que, par ailleurs, rien ne pourrait justifier que l'on n'apporte pas d'assistance à des personnes qui souffrent. Mais comment peut-on apporter des secours humanitaires dans le contexte d'un conflit sans exacerber ce dernier ? Le Local Capacities for Peace Project (LCPP - Projet capacités locales pour la paix) a été formé en 1994 pour découvrir l'interaction entre l'aide et le conflit afin d'aider les travailleurs humanitaires à trouver le moyen d'aborder les besoins humains sans attiser le conflit. Cet article traite de la manière dont le processus d'apprentissage du LCPP a été conçu, des résultats obtenus à chaque étape et de la façon dont les résultats ont été présentés aux organisations participantes.
  • Les principes organisationnels ou normes de valeurs sont considérés comme cruciaux pour maintenir la qualité dans l'assistance humanitaire. Des recherches effectuées parmi les membres du personnel de Médecins Sans Frontières-Hollande (MSF-H) ont montré que les travailleurs de terrain forment leurs propres interprétations des principes et des priorités en réponse aux exigences qui s'exercent sur eux sur le terrain. Les principes organisationnels sont importants pour les performances et le bien-être des volontaires : ils servent de phares, de marqueurs d'identité et de "colle" organisationnelle. Il devient également apparent que, bien que dans la pratique les membres du personnel re-négocient les principes formels de leur organisation, ils adhèrent également à des modèles de culture organisationnelle qui aboutissent à un certain nombre de principes sous-jacents qu'ils jugent comme typiques de leur organisation.
  • Les principales agences de développement ont des "opinions officielles" (plus ou moins explicites) sur les questions complexes et controversées ayant trait au développement. Dans le même temps, on reconnaît à présent plus que jamais que les connaissances sont essentielles pour le développement - dans l'idée d'une "banque de connaissances" ou de l'assistance au développement basée sur les connaissances. L'auteur soutient que ces deux pratiques sont en conflit direct. Lorsqu'une agence associe sa "marque" à certaines opinions officielles, il lui devient alors très difficile d'être également une organisation qui apprend ou d'encourager un véritable apprentissage parmi ses clients. Un modèle d'agence de développement comme organisation ouverte qui apprend, par contraste marqué avec d'autres modèles organisationnels comme l'Église ou le parti politique, est décrit. Ce modèle permet alors à l'agence d'adopter une approche de l'assistance au développement plus compatible avec l'autonomie, où le pays assisté est "au volant" d'un processus d'apprentissage et non dans le rôle du récipiendaire passif de politiques générales édulcorées d'aide provenant de l'agence.
  • L'auteur de cet article examine les tentatives entreprises par huit ONG internationales opérant depuis le Royaume-Uni et engagées actuellement dans des interventions de développement rural en Éthiopie en vue d'employer des systèmes de suivi et d'évaluation (S&E) afin de renforcer la reddition de comptes et l'apprentissage institutionnel. En se fondant sur la conviction de ce que ces ONG se composent de coalitions souples de groupes d'intérêt à différents niveaux organisationnels en leur sein, l'étude se penche sur la façon dont les personnes interrogées au niveau des sièges, à Addis Ababa et dans les bureaux de terrain perçoivent et pratiquent le S&E. On constate que les perceptions du S&E varient considérablement entre niveaux hiérarchiques et peuvent avoir un impact significatif sur les pratiques. Ces perceptions sont également encadrées par les intérêts individuels et ne reflètent pas, souvent, la réalité de la pratique de S&E. L'histoire relatée ici nous fait découvrir des facettes intéressantes des mythes et réalités actuels du S&E parmi les ONGI.
  • Ce document introduit les principaux concepts du "mapping des résultats" (outcome mapping) et parle de l'expérience de l'International Development Research Centre en matière de développement et de mise en oeuvre du mapping des résultats avec des organisations de recherche du Nord et du Sud. Il examine la façon dont les principes fondamentaux du mapping des résultats sont liés aux principes d'apprentissage organisationnel et aux défis associés à l'application de la théorie à la pratique. Il présente des cas où des processus de planification, de suivi et d'évaluation ont été utilisés pour encourager l'apprentissage et les améliorations, et traite du potentiel du mapping des résultats comme outil pour la réflexion évaluative afin d'intégrer l'apprentissage dans les programmes de développement.
  • Ce bref article décrit une tentative en vue d'actualiser les modèles de logique de programme afin d'y incorporer l'apprentissage organisationnel. Il commence par une brève révision des concepts d'apprentissage, décrit la traditionnelle analyse du cadre logique (Logical Framework Analysis) et se conclut par une esquisse d'un modèle alternatif de programme, intitulé le modèle logique temporel (Temporal Logic Model).
  • Le domaine du travail de plaidoyer ("advocacy" en anglais) se développe et change rapidement, et il reste beaucoup à faire pour ce qui est de l'examen non seulement des meilleures façons d'effectuer des travaux de plaidoyer efficaces, mais aussi des meilleures manières d'utiliser les outils de suivi et d'évaluation et d'estimation de l'impact (S&E/EI) afin de promouvoir l'apprentissage, d'améliorer la reddition de comptes et d'évaluer la valeur du plaidoyer. Ce document commence par un examen de la nature complexe et évolutive des travaux de plaidoyer, en soutenant que les formes standardisées de S&E/EI sont susceptibles d'être peu appropriées - elles donneront vraisemblablement des informations trompeuses et peuvent en outre créer des moyens d'encouragement pervers qui minent l'action collective. Cependant, bien qu'il y ait des pièges évidents, il existe peu de réponses toutes faites. Les auteurs suggèrent que les ONG effectuant des travaux de plaidoyer à tous les niveaux devraient identifier les éléments essentiels de leur travail au tout début et veiller à suivre et évaluer les aspects qu'elles considèrent comme les plus importants. De fait, il y a des données qui montrent que les succès à court terme des travaux de plaidoyer peuvent être obtenus aux dépens des buts à plus long terme - comme le développement des capacités parmi les partenaires et la contribution à des changements plus fondamentaux à l'avenir. Dans l'ensemble de ce document, les auteurs soutiennent que c'est une analyse des pouvoirs et des structures du pouvoir qui devrait guider la stratégie de plaidoyer et les manières dont le plaidoyer peut être évalué efficacement. Une approche de S&E réussie doit être assez souple non seulement pour s'adapter aux événements externes, mais aussi pour être un outil permettant de re-façonner la campagne. Ceux parmi nous qui cherchent à développer de nouveaux outils de S&E/EI en vue d'activités de plaidoyer efficaces et permettant de rendre des comptes doivent commencer à innover.
  • Vers la fin des années 70, les spécialistes féministes des sciences humaines commencèrent à mettre en question certaines des hypothèses étayant les paradigmes dominants sur les organisations, soutenant qu'elles reflètent et sont structurées par les valeurs formulées au sein des domaines institutionnels plus généraux dans lesquels elles sont ancrées, reproduisant ainsi des résultats discriminatoires selon les sexes. Ce document présente de façon approfondie la "structure profonde" d'une ONG, Utthan, qui opère du Gujarat, en Inde, pour comprendre la mesure dans laquelle cette organisation prend en compte les questions de genre. L'auteur suggère que, bien qu'une direction, une formation et des ressources sensibles aux questions de genre jouent un rôle crucial au moment d'aborder l'équité entre les sexes dans la pratique de développement, la transformation organisationnelle est un processus beaucoup plus difficile et long qui requiert un engagement soutenu de la part de la direction, du personnel et des partenaires bailleurs de fonds.
  • Les organisations qui apprennent et le fait qu'elles se concentrent sur les changements fondamentaux sont perçus comme pourvus d'un potentiel considérable pour rendre les organisations plus équitables entre les sexes et améliorer leur capacité d'entreprendre des travaux de développement ou de défense des droits de l'homme impartiaux sur le plan du "genre". Cet article, élaboré par la Gender at Work Collaborative, examine l'utilité d'idées liées aux organisations qui apprennent au moment de changer les institutions en vue de l'égalité entre les sexes. Cette collection d'idées et de pratiques est perçue comme utile, mais une déconstruction de l'apprentissage organisationnel fait ressortir quelques difficultés présentes dans cette masse de travail et propose une boîte à outils améliorée, qui accorderait une attention à des facteurs comme les relations de pouvoir, la base spirituelle du travail et la "structure profonde" des organisations sur le plan du genre.
  • L'organisation qui apprend (OA) est à la fois un concept et une méthodologie particulière dans le domaine plus général du développement organisationnel (DO). Pour apprécier pleinement les principes de l'OA, il est nécessaire d'avoir recours aux principaux prémisses du DO, à commencer par la vue de l'organisation comme un système ouvert. Nombre des concepts établis de la science des systèmes telle qu'appliquée aux systèmes organisationnels - comme la robustesse des systèmes, l'intelligence des systèmes et la "proactivité" des systèmes - ont une influence directe sur l'aptitude à l'apprentissage continu au sein de l'organisation. Lors du passage des concepts à l'action, l'organisation a besoin d'un ensemble de pratiques de travail pour acquérir les caractéristiques d'une organisation qui apprend. Une porte d'entrée tout particulièrement utile pour le processus de l'OA est un système complet de gestion des performances qui oblige les membres de l'organisation à réexaminer les idées relatives aux performances et les hypothèses concernant les processus organisationnels qui étayent les pratiques de gestion. Ce portail suit le paradigme de recherche-action et semble être bien adapté aux ONG de développement à but non lucratif.
  • Le potentiel de la collaboration entre les théoriciens et les ONG est énorme, mais cette collaboration est beaucoup plus difficile qu'elle ne semble l'être en surface, même lorsque les collaborateurs partagent un engagement envers une cause ou une question particulière, ainsi que les valeurs qui la soutiennent. L'auteur de ce document examine certains des facteurs qui font dérailler les collaborations entre théoriciens et praticiens, puis identifie cinq différents modèles de collaboration et fait des recommandations qui, si elles sont observées, devraient éliminer certaines des tensions qui existent dans les efforts de collaboration, tout en fournissant une fondation pour un apprentissage continu.
  • De nombreuses organisations n'apprennent pas. Les raisons de cet état de fait sont nombreuses, et le manque de soutien de la part des bailleurs de fonds tend à être cité comme la plus importante. Mais ce n'est pas là la raison du manque d'apprentissage. Si nous n'apprenons pas, c'est parce que nous ne sommes pas en mesure de voir l'importance de le faire. Nous nous laissons tellement entraîner par nos emplois du temps chargés et nos exigences d'action auto-imposées que nous avons cessé d'accorder une valeur à l'apprentissage. Et nous avons perdu de vue le fait que, sans apprentissage, notre action est vouée à l'inefficacité. Si notre but est le développement et si nous ne pouvons pas mesurer nos résultats, comment pouvons-nous développer des pratiques rigoureuses et efficaces ?
  • Dans beaucoup de projets de développement, des membres d'une organisation sont affectés et transférés à une autre organisation. Pour que ces "invités" apportent une assistance technique efficace, il faut qu'ils en apprennent davantage sur le milieu local et qu'ils s'y adaptent. En se servant d'une étude de cas navajo, l'auteur de ce document analyse la manière dont des pratiques appelées "actes" permettent aux invités d'apporter des contributions efficaces en apprenant et en s'adaptant. On montre que deux catégories d'actes, "calibrer" et "progresser", sont cruciales à cet égard. "Calibrer" permet aux invités d'évaluer la nature appropriée de leurs hypothèses, et "progresser" leur permet d'obtenir des informations et des explications pour arriver à mieux comprendre le contexte. Ces catégories d'actes contribuent à la compétence de communication inter-culturelle et, par ce moyen, au succès du projet de développement.
  • Le concept des organisations qui apprennent prend actuellement de l'importance dans le secteur des organismes à but non lucratif. La plupart des organisations voient ce concept comme un moyen d'arriver à des changements organisationnels en vue d'obtenir un impact plus important sur le développement. Bien que les principes de l'apprentissage organisationnel (par exemple l'apprentissage en équipe, la vision commune, les buts communs et la stratégie) semblent avoir produit des résultats impressionnants dans le secteur privé et dans certaines organisations à but non lucratif, la question est de savoir si ces principes peuvent être adaptés avec des résultats similaires dans les programmes bilatéraux complexes. L'auteur de cet article examine cette question par rapport à un programme entrepris par les gouvernements néerlandais et kényen à Keiyo Marakwet. Il y analyse le processus de l'institutionnalisation de la participation comme un processus à la fois d'apprentissage et générant des conflits. Dans le contexte très politisé des programmes bilatéraux, ce qui est appris n'est pas forcément reporté d'une phase à l'autre, du fait des changements rapides de protagonistes, de politique nationale, de considérations diplomatiques et de l'ordre du jour international en matière de développement.
  • De nombreuses agences de développement cherchent à travailler pour les `pauvres' et pour les `plus pauvres des pauvres', créant souvent des définitions externes de la pauvreté et des personnes qui vivent dans la pauvreté qui se basent sur une liste complexe des choses que les pauvres n'ont pas. Il y en a d'autres qui ont mené des efforts en vue de définir la pauvreté sur la base de critères provenant de membres de communautés (pour la plupart) rurales, et dont beaucoup seraient considérés comme pauvres. Toutes ces définitions aboutissent en fin de compte à un type de regroupement des personnes en différentes catégories de `personnes pauvres'. En créant une liste des caractéristiques de la pauvreté, les agences pensent qu'elles peuvent mieux cibler `les pauvres' comme les bénéficiaires des interventions visant à éradiquer la pauvreté. Cet article vise à inviter les organisations de développement (gouvernementales et non gouvernementales) à aller au-delà des simples définitions de la pauvreté qui se basent sur des caractéristiques statiques. Il vise à inciter les lecteurs à réévaluer certaines de leurs idées sur les définitions de la pauvreté et à examiner dans un esprit critique le rôle de leurs agences respectives dans les activités relatives à la pauvreté.
  • Cet article se base sur une petite étude de niveau micro effectuée en vue d'évaluer l'impact des récents changements socio-économiques survenus au Tajikistan sur les moyens d'existence et le bien-être des femmes à Gorno-Badakhshan. Il examine la récente participation des femmes aux activités commerciales et économiques informelles en se concentrant sur les concessions que les femmes ont dû faire en conséquence. Il affirme que le passage à une économie de marché dans un environnement économique en crise a entraîné l'augmentation de la différenciation socio-économique, la précarité des moyens d'existence et le déclin du capital social. La participation des femmes aux activités commerciales et le retrait de l'État des services sociaux de base ont accru la charge de travail des femmes. La participation des femmes à la vie politique diminue, et elle était déjà faible. La pauvreté matérielle croissante et les rôles et responsabilités multiples ont fait qu'il est difficile pour les femmes de saisir les occasions de participer à la vie publique, même au niveau local. Il conclut qu'il existe des barrières structurelles à la réduction de la pauvreté à Gorno-Badakhshan et soulève des questions sur les possibilités de ce que les groupes et régions défavorisés profitent d'un paradigme de développement fortement fondé sur les marchés.
  • Le micro-crédit a été présenté aux communautés rurales du Bangladesh comme un moyen de développement économique et social, mais les doutes concernant son efficacité sont de plus en plus nombreux et il a été suggéré qu'il est une cause de la violence conjugale. Un bilan de plusieurs études indique que le micro-crédit peut aboutir à des perturbations sociales en exacerbant les conflits entre les sexes. Il est suggéré qu'une étude au niveau micro est requise avant d'introduire le crédit auprès des communautés locales.
  • Les experts en matière de genre qui formulent les cadres de planification, et les stratégies en vue d'intégrer les questions relatives au `genre' dans les politiques et programmes organisationnels caractérisent en général les personnes non expertes qui élaborent les politiques générales et les plans comme soit des résistants actifs, soit des metteurs en ouvre passifs, et non comme des agents du changement compétents. C'est pour cela que l'on se heurte à une résistance excessive à l'intégration du `genre' dans les autres activités et que les programmes d'intégration omettent souvent de prendre en compte les besoins et les contributions des planificateurs comme parties prenantes. Cet article traite de ces défauts et présente des cas liés au système de l'ONU dans lesquels l'auteur a joué un rôle et où les changements organisationnels et l'intégration se basaient sur une participation des parties prenantes qui a commencé à surmonter certaines des limitations les plus fréquemment identifiées.
  • Cet article met en relief les problèmes personnels et professionnels des travailleurs de terrain d’ONG au Bangladesh. Il se base sur les résultats de recherches effectuées sur le terrain avec les travailleurs de première ligne de quatre ONG, leurs clients, leurs supérieurs immédiats et les membres de la direction. Les travailleurs de terrain se heurtent à des problèmes personnels comme la précarité de l’emploi, les difficultés financières, les problèmes de logement et la désintégration de la famille. Ces problèmes diffèrent selon le sexe, la situation de famille et l’âge. Parmi les problèmes professionnels, on peut citer la formation, la promotion et le transfert. De plus, les travailleurs de terrain se heurtent à des problèmes dans leurs rapports externes, comme par exemple les soupçons, la résistance ou le manque de coopération de la part des chefs religieux et de l’élite locale, les contraintes de temps et de moyens, la concurrence pour attirer des clients et l’impatience des bénéficiaires prévus d’accéder simplement aux avantages financiers ou matériels. L’auteur soutiendra que les points forts des travailleurs de terrain des ONG du Sud ont été, en général, insuffisamment examinés et sous-estimés.
  • Ce document se base sur l'étude analytique par les auteurs des expériences d'interventions de développement participatives au Mozambique, étude qui comparait la manière dont différents projets interprétaient et appliquaient le concept, et identifiait les problèmes rencontrés et les enseignements découlant de l'utilisation de ces approches.
  • Cet article se concentre sur les dangers personnels, sociaux et psychologiques que les enfants et les personnes âgées courent dans les institutions d'État russes. Il met en question deux suppositions : celle selon laquelle les problèmes de la Russie sont purement économiques, et celle selon laquelle il incombe au seul État de trouver des solutions. Nous affirmons que les problèmes de la Russie sont fondamentalement sociaux, et que la communauté peut prendre la tête des efforts en vue de les résoudre. Nous présentons des initiatives à bas coût, pratiques, humaines et menées par la communauté comme autres solutions possibles que l'institutionnalisation rigide. Ce modèle est applicable ailleurs, et peut être adapté par la communauté elle-même.
  • Deux projets de développement de génération d'énergie ont été examinés comme base sur laquelle recommander des améliorations de la manière dont les questions relatives à la réinstallation sont gérées. L'un d'eux illustrait les problèmes suivants : absence d'une voie de communication appropriée de l'organisme chargé de la mise en ouvre vers les résidents locaux ; échec à aborder les préférences des personnes réinstallées ; le plan de compensation pour les personnes réinstallées ne leur permettait pas de reconstruire leurs moyens d'existence ; l'embauche d'habitants locaux dans le cadre des activités liées au projet n'était que marginale ; et le développement des communautés et de l'industrie locale n'a pas profité aux personnes réinstallées.
  • Le Ghana a connu bien des projets de développement qui ont échoué et, apparemment, Tono pourrait bien en être un de plus. Cet article analyse les comptes rendus opposés du succès d'un projet de développement rural présentés par les fonctionnaires qui l'administrent et les bénéficiaires locaux prévus. Les chiffres des fonctionnaires revendiquent un grand succès. Les bénéficiaires prévus, en revanche, perçoivent des améliorations matérielles minimales dans leur vie. Ils constatent également une perturbation considérable au sein de leur communauté. Il y a des signes d'aliénation due au fait que la population locale ne participe pas suffisamment au projet et qu'elle s'en retire progressivement. La migration des habitants de la zone du projet n'a pas ralenti. Cet article pose la question de savoir si ces données représentent deux manières de voir les mêmes faits ou bien un tableau de la perturbation inévitable causée par le changement social. Il comporte des suggestions concernant la manière d'apporter des améliorations matérielles à la vie de la population en entraînant une perturbation structurelle et une douleur minimales pour les personnes concernées.
  • In English only
  • Les réformes et le développement dans les herbages du Cameroun ont fait augmenter les coûts des matériaux de construction, ce qui fait que les pauvres n'auront peut-être jamais les moyens de construire leur propre logement et doivent donc louer. Les matériaux disponibles au niveau local ont été dédaignés et leur utilisation n'est pas permise dans les zones urbaines. Il est vrai que les soins médicaux de type occidental coûtent moins aux patients que ce qu'ils devraient payer s'ils dépendaient des docteurs traditionnels. De même, bien que les armes importées des pays occidentaux aient remplacé les armes traditionnelles, il existe un grand besoin d'outils agricoles modernes afin de réduire le degré de pauvreté dans les herbages du Cameroun.
  • Le financement international d'organisations de la société civile dans le cadre du soutien aux processus de démocratisation a augmenté considérablement au cours des quelques dernières années. Or, ceci soulève un ensemble de questions indépendantes de l'efficacité des activités des organisations récipiendaires. Qui sont ces groupes ? Qui représentent-ils ? Quel est l'effet du financement international sur leurs mécanismes organisationnels et sur la mesure dans laquelle ils sont ancrés dans leurs sociétés et systèmes politiques locaux ? Cet article présente les résultats d'une enquête qui a examiné les sources de financement, le degré d'organisation, les groupes constituants nationaux et les rapports avec les partis politiques de 16 groupes de la société civile en Amérique latine ayant reçu des fonds de la Fondation nationale pour la démocratie (National Endowment for Democracy) en 1999. L'auteur constate que, bien que les groupes fassent preuve d'une remarquable diversité en ce qui concerne leurs sources de financement, la plus grande partie de leurs fonds provient, dans tous les cas, de bailleurs de fonds internationaux. Cependant, l'auteur affirme qu'étant donné les rares possibilités de financement provenant des organismes nationaux, cette dépendance n'est guère surprenante. L'article se conclut par une série de questions sur la signification du soutien international pour les groupes locaux dans les démocraties en voie de développement et les effets potentiels qu'il pourrait avoir en séparant ces groupes de leur système global politique et de partis.
  • Le commerce mondial est de plus en plus conditionné par les règles de l'Organisation mondiale du commerce (OMC). Dans le cas de l'industrie de l'habillement, ce phénomène prend la forme du retrait progressif de l'Accord multifibre, qui domine le commerce des textiles et de l'habillement depuis 1974. Ce retrait est perçu comme profitant aux pays en voie de développement, et les critiques se concentrent sur la manière dont les États-Unis et l'Europe retardent le processus. Cependant, il est important de tenter de déterminer exactement qui va en profiter ou en souffrir. Tous les pays pauvres n'en tireront pas des avantages. De plus, la plus grande partie des bénéfices tirés de la production de vêtements va aux sociétés du Nord qui contrôlent cette industrie. Ces sociétés profiteront des marchés plus ouverts et de la concurrence qui en découlera entre les fournisseurs mondiaux. Entre-temps, pour les travailleurs du Nord et du Sud, cette concurrence accrue entraîne l'insécurité et le risque de la détérioration des conditions de travail.
  • Cet article examine l'impact des activités d'expertise anthropologique dans le secteur universitaire du Royaume-Uni et le rôle du ministère britannique pour le Développement international (DfID), comme prestataire important de travaux d'expertise. Le DfID et d'autres bailleurs de fonds considèrent que les travaux d'expertise anthropologique sont utiles principalement dans le cadre de la prestation d'une assistance technique aux projets menés dans le Tiers Monde comportant une dimension de développement communautaire ou social. L'article met en relief les tensions qui existent tant entre les travaux d'expertise menés au RU et le développement "à la base" dans le Tiers Monde d'une part, qu'entre l'anthropologie appliquée et l'autonomie relative de l'anthropologie comme discipline universitaire d'autre part. L'auteur suggère qu'une condition sine qua non pour comprendre la contribution de l'anthropologie aux politiques générales est la nécessité de surmonter la réticence des praticiens à mettre en question, politiquement, les rapports de pouvoir au sein desquels se situent les sciences sociales, l'anthropologie et les activités commandées elles-mêmes. L'objet principal de ce document est de lancer un débat sur le rapport entre le pouvoir, les connaissances, l'acquisition de pouvoirs et les travaux d'expertise.
  • En mai 2000 un groupe d'Ashoka, une fondation caritative nord-américaine qui accorde des subventions aux "entrepreneurs sociaux", ou aux "innovateurs pour le bien commun", s'est rendu sur les sites d'un certain nombre de projets de développement durable sur la côte d'Oaxaca, dans le sud du Mexique. L'auteur de cet article a accompagné le groupe et présente ici ses observations ; il soulève en outre des questions stimulantes sur les contradictions et embûches imprévues ayant surgi dans le cadre de ces initiatives visionnaires.
  • L'auteur demande quelles sont les politiques générales publiques profitant à tous qui peuvent réduire considérablement le pourcentage de pauvres qui vivent dans des conditions de pauvreté absolue et permettre aux pauvres de s'enrichir, même si les riches s'enrichissent eux aussi.
  • Les stratégies axées sur un sexe sont devenues très populaires dans le cadre des efforts en vue d'atténuer durablement la pauvreté en Afrique. Cependant, on s'inquiète de plus en plus de ce que cette stratégie se base sur des fondations conceptuelles faibles. Sur la base de données et idées recueillies durant des années de participation à des projets de développement réservés aux femmes au Nigéria, les auteurs mettent en relief quelques défis conceptuels clés liés à cette stratégie et affirment qu'à moins de les surmonter, ces embûches finiront par reléguer la stratégie nigériane d'atténuation de la pauvreté axée sur un sexe au cimetière des paradigmes du développement abandonnés.
  • L'insuffisance des revenus des ménages due à la dégradation des ressources naturelles et au petit nombre de possibilités a entraîné la migration, la malnutrition et une qualité de vie médiocre parmi les tribus de l'Inde. Ces problèmes ont été abordés efficacement en permettant aux populations de reconstruire leur base de ressources, en renforçant l'action locale au travers des Gram Vikas Mandals (forums villageois de développement) et en développant les ressources humaines au niveau des villages. Le programme de vergers décrit dans ce document touche actuellement plus de 11.000 familles, et 4.000 hectares de terres marginales sont en cours de transformation en vergers. Il a aidé les populations à planifier d'autres actions de développement, à améliorer leurs connaissances et leur aptitude à prendre des risques, et à construire une certaine cohésion sociale. Ainsi, il a veillé à ce que le bien-être des tribus soit lié à celui de leur écosystème. Ce programme, assorti d'un calendrier et axé sur les résultats, est à présent reconnu comme un modèle pour le développement des populations tribales et rurales pauvres, et il est géré par la BAIF Development Research Foundation et parrainé par le gouvernement allemand au travers de KfW et NABARD, Inde.
  • Ce document présente les arguments en faveur de projets qui laissent des traces et examine l'expérience du projet North Bengal Terai Development (India). Il résume plusieurs des enseignements tirés de ce projet : création des conditions favorables à un bon rapport résultats-coûts au sein des projets ; gestion de la bonne volonté ; promotion de l'innovation au travers du cycle complet de l'augmentation de l'échelle et du regroupement ; établissement de liens entre les programmes gouvernementaux en cours et les initiatives privées, d'une part, et le développement des politiques générales au niveau du terrain, d'autre part ; et utilisation du talent local. Les arguments en faveur d'une approche opportuniste du développement institutionnel et de l'innovation en matière de politiques générales sont présentés, en se concentrant sur ce que l'on peut faire fonctionner, et non sur ce que l'on préconçoit comme la manière correcte de procéder.
  • In English only
  • Cette étude de source secondaire a été effectuée au nom de l'UNICEF à Dhaka, la capitale du Bangladesh, pour établir quelles informations étaient disponibles sur les actes de violence à l'acide, en vue d'influencer les interventions potentielles visant à prévenir les attaques. L'étude montre que les jeunes femmes sont les principales survivantes qui, après avoir repoussé les avances d'hommes, sont attaquées à l'acide en guise de vengeance. Bien que ceci arrive dans tout le Bangladesh, il y a quelques données limitées provenant de sources fiables concernant le nombre réel d'attaques, la réhabilitation des survivants et les conséquences pour les auteurs de ces attaques. Le rapport suggère que des recherches supplémentaires sont nécessaires pour combler ces lacunes et qu'il faut réfléchir au développement des capacités de gestion des données au niveau même de la prestation des services.
  • Cet article se concentre sur la mesure des performances dans le programme démocratie et gouvernance (DG) de l'Agence des États-Unis pour le développement international (USAID), dans sa mission au Zimbabwe. L'article relate l'histoire d'un indicateur qualitatif utilisé pour mesurer les progrès, appelé l'"Indice du plaidoyer" (Advocacy Index). Il en retrace l'évolution, depuis son fondement et son concept jusqu'aux premiers stades de sa mise en œuvre. L'auteur de cet article traite des problèmes liés à la mesure quantitative et observe qu'un certain nombre de réponses "qualitatives" ont été suggérées. Il décrit ensuite l'introduction de l'indice du plaidoyer par la mission d'USAID et les réponses de ses partenaires zimbabwéens, et présente quelques enseignements provisoires et les questions soulevées par l'expérience.
  • Les volontaires expatriés à Phnom Penh, Cambodge, travaillent dans un pays où nombre des autres expatriés sont beaucoup mieux payés qu'eux. Ces volontaires constatent souvent que ces écarts financiers affectent la manière dont les habitants les perçoivent. Ce document examine la manière dont les volontaires qui travaillent avec le Voluntary Service Overseas (coopération technique à l'étranger) à Phnom Penh se perçoivent eux-mêmes, et place ces perceptions dans les théories actuelles relatives à la motivation et à l'engagement. Deux questions se posent dès lors : ces volontaires sont-ils disposés à apporter une assistance de qualité et capables de le faire, et quelle est la mesure dans laquelle les perceptions de leur statut peuvent affecter leur aptitude à apporter cette assistance ?
  • In English only
  • Le commerce éthique connaît une rapide expansion au Royaume-Uni. Suite à la fondation de l'Ethical Trading Initiative, de nombreuses entreprises adoptent à présent des codes de conduite concernant les conditions de travail dans leurs chaînes d'approvisionnement, sur la base d'un processus de participation de multiples parties prenantes. Les efforts en vue d'aborder les questions de "genre" continuent de constituer un défi important pour ceux qui décident des politiques générales. Dans ce document, les auteurs examinent la façon dont la sensibilité au "genre" dans le suivi et la vérification des codes peut être améliorée dans les limites d'un cadre englobant de multiples parties prenantes, sur la base de données tirées d'une étude de cas sur l'horticulture pour l'exportation en Afrique du Sud. Ils font des recommandations relatives aux politiques générales pour aborder les besoins des travailleurs les plus marginalisés, dont beaucoup sont des femmes.
  • C'est la première fois que l'État bolivien a fait un effort aussi sérieux pour promouvoir la participation des paysans au développement local. En 1994, il promulguait la Loi sur la participation populaire, laquelle institutionnalisait une méthodologie de planification municipale participative. Bien que l'on reconnaisse sa nature progressiste, il n'est pas trop difficile de déceler des défauts relevant d'une approche autoritaire dans cette méthodologie. Les auteurs soutiennent que le concept de la participation doit être perçu comme une "négociation" afin d'élargir l'envergure de la participation des paysans au processus de planification. Ceci suppose également quelques changements méthodologiques importants, mais aboutirait à des plans de développement municipal assez souples pour rendre compte des situations spécifiques des paysans boliviens.
  • Ce document traite de la relation entre la corruption et le développement économique. L'auteur met en question l'opinion selon laquelle dans certaines conditions, la corruption peut améliorer l'efficacité et affirme que, bien que la corruption puisse profiter à certains individus puissants, elle mènera indubitablement à une inefficacité accrue et à un gaspillage de ressources au niveau macroéconomique. Après une brève introduction, l'auteur suggère qu'une cause possible de la corruption est la faible base de production, la condition essentielle pour l'apparition de pénuries, qui favorise à son tour la corruption. Quelques impacts possibles de la corruption sont ensuite examinés. Bien qu'aucune mesure spécifique en matière de politiques générales ne soit suggérée, un système politique plus disposé à rendre des comptes représenterait certainement un pas dans la bonne direction.
  • Il existe un besoin reconnu par beaucoup de dispositions institutionnelles novatrices pour fournir des services financiers aux personnes pauvres, et de nombreux efforts ont été faits dans ce but. Ils sont allés de la modification des services fournis par les banques existantes à la promotion de systèmes axés sur les personnes. Les programmes abordant ces derniers ont tendu à mettre l'accent sur une approche de développement large, les services financiers étant l'une des diverses activités en corrélation. Dans cet article, l'auteur traite des principales caractéristiques de l'organisation et de l'opération dans les systèmes axés sur les personnes, examine les significations de la mobilisation sociale dans ce contexte, indique une gamme d'avantages que ce type de système peut générer et illustre leurs caractéristiques, leurs activités et leurs avantages au travers d'une étude de cas.
  • La méthodologie RAAKS (Rapid Appraisal of Agricultural Knowledge Systems - Évaluation rapide des systèmes de connaissances agricoles), combinée aux outils de PRA (Évaluation rurale participative), a été utilisée avec de bons résultats dans le programme de développement rural intégré de CARE-Macina au Mali. Cette méthodologie a permis à l'équipe de l'agence de présenter des informations utiles concernant les organisations communautaires au niveau des villages, et a ainsi mis en relief certains des points forts et faibles de ses efforts en vue de renforcer leur capacité organisationnelle. Ceci a abouti à plusieurs changements importants au niveau des stratégies de l'agence. Le détail de la méthodologie utilisée par l'équipe de Macina, quelques résultats de l'exercice et les changements apportés aux stratégies de programme concernant le renforcement des organisations communautaires sont traités ici.
  • En l'absence d'un gouvernement cohésif et détenant un véritable contrôle en Afghanistan, les ONG se sont chargées d'une grande partie du travail dans les domaines économique et social, devenant, par procuration, les décideurs des politiques et les directeurs des pratiques. Cependant, le pouvoir imprévisible mais croissant des taliban conduit les ONG à remettre à plus tard la mise en cause des politiques du gouvernement pour pouvoir maintenir leur propre influence et mettre en œuvre leurs projets. Le moment est venu pour les ONG de renoncer à ce rôle de procuration et de chercher à dialoguer de manière constructive avec la dynamique du gouvernement naissant.
  • Ce document décrit sept petites façons pour les micro-finances d'acquérir les vertus des finances informelles, que l'on perçoit couramment comme englobant des coûts de transaction radicalement réduits, l'octroi de prêts mais aussi de services d'épargne et d'assurance implicite, une sensibilité aux contraintes subies par les femmes, le remplacement des nantissements physiques par la confiance dans l'honorabilité de la personne, des contrats dont l'application est assurée par la société ou l'individu même, et des séquences de transactions répétées.
  • Les économies basées sur la solidarité et le soutien mutuel, et qui sont conçues en vue du développement humain et de la justice sociale, représentent la base d'une alternative au modèle néo-libéral qui impulse actuellement le processus de mondialisation et tend à détruire l'initiative et l'expression locales. L'auteur s'inspire de sa longue expérience au sud du Mexique pour décrire cette vision économique alternative.
  • In English only
  • Les investissements dans les recherches axées sur les processus et faisant participer les agriculteurs ont entraîné l'apparition de solutions durables liées à l'agroforesterie pour les problèmes de la dégradation des terres, de la pauvreté et de l'insécurité alimentaire en milieu rural. Des milliers d'agriculteurs dans des éco-régions diverses ont adopté des innovations qui démontrent le potentiel de l'agroforesterie. Ce document met en relief l'importance des changements institutionnels en illustrant l'approche adoptée par le Centre international de recherche en agroforesterie en vue d'augmenter l'échelle de l'adoption et de l'impact des innovations. Huit domaines centraux d'intervention constituent les éléments clés d'une stratégie de développement visant à offrir à 80 millions de personnes pauvres vivant en milieu rural de meilleures options en ce qui concerne leurs moyens d'existence, ce d'ici 2010.
  • Les organisations communautaires sont de plus en plus considérées comme un moyen durable d'augmenter l'échelle des avantages des recherches et du développement agricole, et de les étendre de quelques agriculteurs dans des zones isolées de projets pilotes à d'autres secteurs géographiques et socio-économiques, ce rapidement. Ce document décrit et met en relief les enseignements émanant de plusieurs organisations de recherche et développement dans l'ouest du Kenya en utilisant différentes approches communautaires pour augmenter l'échelle de l'agroforesterie et d'autres options biologiques afin d'améliorer la fertilité du sol parmi les petits cultivateurs ne disposant pas de ressources abondantes. Les principaux avantages de ce genre d'approches sont que le lien entre les agriculteurs, les agents de vulgarisation gouvernementaux et les autres prestataires de services est renforcé ; le flux des informations et la prise de conscience des options disponibles sont rapides parmi les agriculteurs ; et la participation et l'innovation par les agriculteurs sont accrues. Cependant, pour que la prestation des services soit efficace, il est nécessaire de procéder à un niveau supérieur d'association qui aille au-delà des agriculteurs individuels ou des groupes comme les jeunes, les femmes ou les organisations à base religieuse. Néanmoins, l'expérience d'un projet pilote faisant intervenir l'International Centre for Research in Agroforestry et quelques institutions clés de recherche et développement montre que les comités de village, de sous-site ou de site sont souvent inactifs à moins d'un suivi robuste, suivi dont s'acquittent le mieux des institutions locales comme le personnel gouvernemental de vulgarisation proche des agriculteurs ou des ONG. La plupart de ces institutions, toutefois, ont des moyens et des informations limités. Pour atténuer ces problèmes et mieux partager les expériences entre les organisations et les projets de la région, un consortium stratégique des institutions clés a été formé. On espère beaucoup de ce consortium, bien qu'il soit encore trop tôt pour en déterminer l'efficacité.
  • Ces études de cas mettent en évidence l'ampleur et la richesse des approches de l'augmentation de l'échelle et des enseignements tirés de ce processus. L'une des leçons clés est que l'augmentation de l'échelle est beaucoup plus complexe que le simple transfert d'informations et la simple plantation de graines et semis ; elle suppose de développer les capacités institutionnelles au niveau de la communauté pour promouvoir et soutenir le processus d'innovation. Un problème global est le manque de travaux de recherche réalisés sur le processus de l'augmentation de l'échelle. Il est souvent possible de mener à bien des évaluations minutieuses des coûts et bienfaits et des avantages et inconvénients relatifs des différentes stratégies, et elles peuvent considérablement renforcer l'efficacité de l'augmentation de l'échelle.
  • La recherche participative qui combine les connaissances des agriculteurs et des chercheurs encourage le développement d'une variété d'options liées à l'agroforesterie qui pourraient satisfaire les divers besoins des différents agriculteurs, et elle exploite donc l'une des principales forces de l'agroforesterie--sa plasticité. La conception et l'évaluation des systèmes d'agroforesterie avec huit groupes de recherche composés d'agriculteurs dans le sud-est du Mexique ont été menées au travers d'études des buts et des limites individuels de production, et au travers de l'identification, de la mise à l'épreuve et de l'analyse par les groupes d'autres options possibles de production. Les essais des cultivateurs ont été utilisés comme une base pour des projets de développement de l'agroforesterie mis en œuvre par les organisations communautaires et gouvernementales, disséminant ainsi des technologies qui avaient été mises à l'épreuve et adaptés par les agriculteurs locaux.
  • Les ressources génétiques des arbres, précieuses, diminuent dans de nombreuses communautés agricoles de l'Amazonie péruvienne, ce qui limite les options de développement économique dont disposent les agriculteurs. Le Centre international de recherche en agroforesterie travaille avec des communautés agricoles pour augmenter la productivité et la durabilité à long terme de leurs forêts et pour leur conférer les pouvoirs nécessaires pour conserver les ressources génétiques des arbres. Ce document décrit certains principes de la domestication participative des arbres, et la manière dont les chercheurs travaillent avec les agriculteurs pour sélectionner des semences et semis améliorés, réduire le risque d'adaptation médiocre des arbres, produire des semences et semis de qualité et augmenter l'échelle de la domestication participative des arbres.
  • L'Afrique australe connaît actuellement une grave dégradation de sa base de ressources naturelles, causée par la croissance démographique et la pauvreté. Des technologies d'agroforesterie sont à présent disponibles qui présentent un considérable potentiel d'améliorer les moyens d'existence de nombreux foyers. Les résultats du développement des technologies et la manière dont le développement a évolué pour devenir un processus davantage mené par les "clients" sont décrits. Les tendances régionales du développement sont évaluées et six options d'agroforesterie sont décrites qui offrent aux familles de petits cultivateurs de meilleurs options sur le plan des moyens d'existence. L'auteur met en relief les enseignements sur les partenariats, la période de l'impact, l'utilisation des agriculteurs comme agents de changement, et les efforts pour aborder les besoins spéciaux des femmes. L'accent est porté sur l'utilisation de l'agroforesterie comme outil d'apprentissage dans le renforcement des capacités locales pour le développement d'innovations.
  • Ce document décrit les progrès réalisés dans la vulgarisation de la foresterie dans deux districts du Kenya, sous les auspices du Projet de vulgarisation de la foresterie de Nakuru et Nyandarua 1990-1995 et l'influence ultérieure de ces progrès sur les politiques générales de vulgarisation liées à l'agroforesterie au Kenya. Il donne des exemples d'aspects novateurs dans le cadre d'un programme conventionnel de prestation de services et décrit en détail les succès, les faiblesses et les possibilités des activités pilotes en utilisant une méthodologie de vulgarisation participative. Ces activités, parallèlement à d'autres pilotées dans le pays, ont contribué à conceptualiser les approches de planification ascendantes qui étayent le Programme national de vulgarisation agricole et d'élevage, un programme gouvernemental qui, conjointement avec la restructuration gouvernementale en cours, a remplacé l'approche nationale précédemment dominante de Formation et Visite. Le programme actuel se base sur la planification interdisciplinaire et participative dans certains domaines centraux.
  • Pour augmenter l'échelle de l'adoption de l'agroforesterie, il faut des innovations techniques adaptées à l'environnement et menées par la demande, qui requièrent de faibles capitaux et peu de travail, et qui donnent lieu à des avantages tangibles en peu de temps. Les intrants de base, en général l'information et le germplasme, doivent être disponibles. Pour toucher des millions de pauvres en milieu rural qui ont besoin des produits et des services des innovations de l'agroforesterie, le processus d'augmentation de l'échelle doit présenter un bon rapport résultats-coûts et résultats-temps. Souvent, le mode commun de projet d'augmentation de l'échelle est trop lent et trop coûteux, et les questions relatives à la gestion des ressources naturelles doivent être abordées à grande échelle. Les expériences du sud-ouest de l'Ouganda suggèrent que les autorités gouvernementales et les organisations locales peuvent être encouragées à initier une adoption rentable et à grande échelle. Le processus de décentralisation récemment introduit en Ouganda permet aux organisations d'agriculteurs de le faire. Les organisations de recherche et de développement se concentrent sur leurs avantages comparatifs, lesquels résident dans le développement d'innovations et le suivi.
  • Ce document décrit la structure et les impacts d'un projet de développement mené à Nagaland, en Inde. Ce projet était une expérience de grande envergure en développement participatif qui mettait l'accent sur les technologies locales basées sur la mise à l'épreuve de l'agroforesterie par les agriculteurs mêmes, processus dans le cadre duquel ces derniers sélectionnent eux-mêmes des technologies d'agroforesterie, réalisent les tests sur le terrain et assument la responsabilité de disséminer les résultats au niveau local. Cette évaluation suggère que l'agroforesterie s'est répandue rapidement et a été principalement adoptée sur des terres qui autrement auraient été utilisées par les agriculteurs traditionnels pour l'écobuage. Ainsi, Nagaland semble se diriger vers l'intensification de son utilisation des terres, sur la base de l'agroforesterie, ce qui freinera probablement le taux de déboisement. Le taux élevé de l'augmentation de l'échelle s'explique par un système efficace de droits fonciers, l'accès à un marché du bois important et croissant, un processus continu de suivi et d'évaluation internes, la fourniture de semences et semis peu coûteux, et une stratégie participative du projet englobant des interventions fondées sur la souplesse et l'acquisition de pouvoirs par la communauté.
  • Les arbustes fourragers présentent un potentiel considérable pour ce qui est de l'augmentation du revenu des petits exploitants laitiers. Après des essais réussis sur les stations et les exploitations, et une dissémination considérable entre exploitants dans le district d'Embu, Kenya, un projet a été lancé pour faire découvrir les arbustes fourragers aux exploitants de sept districts. Sur une période de deux ans, un médiateur de la dissémination, travaillant au travers de partenaires sur le terrain, a aidé 150 groupes d'exploitants, englobant 2.600 exploitants, à établir 250 pépinières. Ils ont planté en moyenne environ 400 arbustes chacun. Cette expérience a confirmé que, pour que l'augmentation de l'échelle soit réussie, elle demande beaucoup plus que le transfert de semences et de connaissances relatives à une nouvelle pratique ; elle suppose d'établir des partenariats avec une variété de parties prenantes, de s'assurer de l'adéquation de la pratique et de l'intérêt qu'elle suscite parmi les agriculteurs, d'aider les communautés locales à mobiliser efficacement les ressources locales et externes, et de garantir la participation efficace des groupes d'exploitants et des autres parties prenantes à la mise à l'épreuve, la dissémination, le suivi et l'évaluation de la pratique.
  • L'utilisation durable des terres est cruciale pour le développement des plateaux philippins, où vivent environ 18 millions de personnes. Ce document relate nos expériences basées sur l'utilisation d'une approche participative pour développer les pratiques et les institutions d'agroforesterie en vue d'une agriculture de conservation qui assure la sécurité alimentaire, atténue la pauvreté et protège l'environnement à Claveria, nord du Mindanao, Philippines. Nous avons constaté que les bandes naturelles de végétation constituent une solution simple aux contraintes techniques de la conservation du sol sur les pentes. Il s'agit de bandes tampons, disposées le long des courbes de niveau, dans lesquelles la végétation naturelle peut repousser jusqu'à former une couverture épaisse et protectrice. Ces bandes constituent également une fondation pour développer des systèmes d'agroforesterie plus complexes, englobant le fourrage, les arbres fruitiers et ceux cultivés pour leur bois. L'augmentation spectaculaire de l'adoption de ces systèmes a été renforcée par l'approche Landcare. Landcare est un mouvement d'organisations dirigées par des agriculteurs qui partagent des connaissances sur l'agriculture durable et rentable sur les terres en pente tout en conservant les ressources naturelles. Le mouvement Landcare est en passe de s'étendre rapidement jusqu'à de nombreuses municipalités des îles Mindanao et Visayan.
  • In English only
  • In English only
  • Suite aux réformes internes et externes introduites au cours des deux dernières décennies en Argentine, comme dans la plupart des pays latino-américains, les activités manufacturières menées en milieu urbain ont subi un spectaculaire processus de restructuration, lequel a provoqué de nouveaux conflits sociaux et environnementaux. Dans un contexte où les stratégies macroéconomiques aboutissent à la restructuration à long terme des modèles de production et des conflits locaux, il est important d'évaluer la durabilité des tendances actuelles du développement urbain. En se concentrant sur une étude de cas de la ville de Mar del Plata, ce document examine la manière dont l'industrie de la pêche a été restructurée, se transformant d'un système limité au territoire national en un système ouvert et international. Ce document examine la manière dont--et la raison pour laquelle--les cadres de gouvernement réglementant l'appropriation et la transformation de la nature ont changé durant le processus de restructuration, et ont par conséquent refaçonné l'aptitude de l'État, des entreprises et des citoyens-travailleurs, au niveau local, à protéger la base de ressources dont dépend l'économie locale.
  • Les conditions de logement médiocres et précaires sont reconnues comme un aspect crucial de la pauvreté urbaine. Dans la plupart des grandes villes des pays en voie de développement, le marché formel ne sert qu'une minorité de la population. On estime qu'entre 30 et 70% de la population vit dans des établissements `irréguliers' et que jusqu'à 85% des nouveaux logements sont produits en dehors de la loi, ce qui entraîne de graves conséquences sociales et environnementales. Les travaux novateurs de John Turner et la première conférence sur l'habitat, en 1976, marquèrent un changement de paradigme dans le sens d'une approche habilitante et participative du logement. Cependant, il n'y a guère eu de progrès au moment de transformer ce nouveau paradigme en politiques générales pratiques et durables. Les programmes de réinstallation, les logements sociaux, l'amélioration des quartiers insalubres, et les projets `sites et services' se heurtent à deux problèmes liés: premièrement, leur échelle est bien trop restreinte pour pouvoir satisfaire la demande croissante, et deuxièmement, les produits sont beaucoup trop chers pour que les groupes à faibles revenus puissent se les permettre. Le document affirme que la stratégie du secteur informel, consistant en un développement progressif et en l'amélioration des logements et des infrastructures, peut être incorporée dans les politiques générales publiques, et il présente des cas des Philippines et du Pakistan comme représentatifs des meilleures pratiques dans cette direction.
  • Une proportion importante des logements urbains dans les pays en voie de développement, ainsi que dans certains pays européens, se développe en dehors de processus sanctionnés officiellement. Ceci est moins une réflexion d'un désir mondial de violer la loi que de l'existence de réglementations, normes et procédures administratives de planification non appropriées. Nombre de pays ont hérité de leurs cadres de réglementation, ou les ont importés de l'extérieur, et ces cadres ont été conçus pour satisfaire des conditions très différentes de celles que connaissent actuellement les pays du Sud. En essayant d'imposer ces approches à des populations qui sont invariablement trop pauvres pour pouvoir les suivre, le risque est que le respect de la loi et des institutions officielles en général soit miné. Pour que le développement soit durable sur les plans social, économique et institutionnel, il est par conséquent vital d'évaluer la mesure dans laquelle il est nécessaire d'apporter des changements aux cadres de réglementation pour abaisser le premier niveau de l'échelle d'accès à des logements légaux, pour permettre aux pauvres urbains de commencer à la gravir. Ce document tient lieu de `document de prise de position' pour un projet international de recherches afin d'évaluer les coûts sociaux et économiques de ce type de cadres pour le nouveau développement urbain.
  • De grandes parties des villes zimbabwéennes reflètent encore les traditions coloniales de planification, conçues pour promouvoir la ségrégation raciale, et qui ne satisfont plus les demandes des zones urbaines, lesquelles voient leur population doubler tous les 10-15 ans. Ce document se penche sur les influences politiques, économiques et sociales sur la production et l'utilisation d'espace urbain à Harare, et sur la mesure dans laquelle le système de planification et de réglementation satisfait les demandes concurrentes d'espace public dans une ville en croissance rapide. Il affirme que l'espace urbain est une ressource cruciale pour les foyers pauvres, qui ne peut pas être ignorée dans le contexte du développement durable, et que le fait que les politiques générales et règlements officiels ne reconnaissent pas son importance freine l'aptitude des pauvres urbains à remédier à leur situation. Des initiatives de politiques générales visant à rétablir cet équilibre sont examinées.
  • À Cuba, le logement centralisé a coexisté avec la dépendance répandue d'approches d'entraide pour la satisfaction des besoins de logement, malgré l'absence, jusqu'ici, d'un mécanisme servant à articuler ces deux aspects. L'auteur traite des façons possible de relier les ressources techniques et financières du secteur public et la créativité et la vision des habitants des villes cubaines, grandes et petites, afin de donner lieu à des approches durables sur les plans social et écologique.
  • Le programme Casa Propia du gouvernement de la ville de Buenos Aires est un exemple novateur de financement public-privé de logements sociaux. Il vise à encourager les investisseurs à construire des logements sur des terrains privés pour les vendre à des acheteurs de faible revenu qui reçoivent des crédits à des conditions favorables de la part de l'état. L'expérience de Casa Propia suggère que, dans le Sud, où les états tendent à manquer de `réseaux sociaux en cas d'urgence', la conception de programmes de logement théoriquement durables pour les groupes à faible revenus tend à donner la priorité à des variables financières plutôt qu'aux préoccupations sociales et environnementales. Ceci donne lieu à des contradictions dans le cadre de ces programmes, qui aboutissent à des impacts sociaux et environnementaux négatifs.
  • La disparité entre le Nord et le Sud en ce qui concerne l'accès aux nouvelles technologies de communication de l'information est bien connue, mais il faut maintenant aller au-delà de la simple mesure et documentation de ce fossé pour développer des indicateurs plus sensibles concernant la façon dont ces technologies sont ou pourraient être utilisées par les organisations populaires (comme les associations de résidents) afin d'octroyer une voix plus effective aux personnes qui vivent dans la pauvreté.
  • La méthodologie MOLAND adopte des techniques d'observation de la terre combinées à des outils de geoprocessing et des données statistiques pour surveiller les changements environnementaux et morphologiques qui surviennent dans les zones urbaines. Cette méthodologie aide à comprendre les processus de développement urbain et constitue aussi un outil de planification. La méthodologie MOLAND donne des informations détaillées sur le territoire à l'échelle régionale, ce qui permet aux organismes de développement d'établir de manière exacte des indicateurs environnementaux spécifiques et d'améliorer les indicateurs déjà existants de durabilité urbaine. Cet article décrit les types d'informations qui peuvent être produits avec la méthodologie MOLAND, les efforts réalisés pour développer des séries de données comparables sur une certaine période dans différents emplacements, et les applications de ces données à des travaux de planification faisant intervenir la croissance, la mobilité et la sécurité de la population, l'évaluation de l'impact stratégique et environnemental à grande échelle et l'étalement urbain. Des expériences récentes relatives à l'application de cette méthodologie à des villes de l'Europe de l'est et du tiers-monde font l'objet d'une discussion.
  • Malgré les améliorations de l'accès aux terres et aux services en milieu urbain depuis les années 80, au Brésil comme au Mexique, la consolidation des établissements périphériques urbains a accentué la ségrégation sociale. Ces tendances mettent en relief le fait que la pauvreté continue d'exister à l'échelle mondiale. Comment les planificateurs urbains et les responsables urbains ont-ils choisi de formuler les défis auxquels doivent faire face les communautés à faibles revenus? Dans quelle mesure le langage employé par les experts techniques leur permet-il de participer à un dialogue avec les personnes qui vivent dans ces communautés marginalisées, lesquelles ne font guère confiance aux résultats de négociations avec l'état?
  • Le fait d'octroyer des pouvoirs aux organismes urbains locaux indiens pour qu'ils puissent assumer des responsabilités de développement en ayant recours à des intermédiaires financiers pour exploiter les marchés des capitaux a des conséquences graves pour le modèle de développement urbain et l'organisation de l'espace au sein des villes. La politique générale consistant à libérer les organismes locaux des contrôles gouvernementaux législatifs et de réglementation pourrait obliger les premiers à se plier au contrôle direct ou indirect d'institutions privées et financières, ce qui pourrait entraîner un affaiblissement de leurs engagements sociaux. Il est important de surveiller le processus selon lequel les villes sont segmentées et les services de base sont niés aux pauvres à cause de cette dépendance croissante de ressources privées pour les investissements dans les infrastructures.
  • En se référant à Dar es Salaam, ce document traite de l'expérience, à ce jour, relative au concept de la planification et la gestion environnementales (PGE) urbaines, une approche encouragée par les organismes de l'ONU s'occupant, respectivement, des établissements humains (CNUEH) et de l'environnement (PNUE) afin d'améliorer la capacité des autorités gouvernementales locales à gérer la rapide croissance démographique et le développement dans le cadre de partenariats avec les parties prenantes clés. Ce document met en relief les occasions qu'offre la PGE de revitaliser la gestion urbaine, en particulier dans les contextes souffrant d'un manque de capacité comme ceux de la Tanzanie. Un aspect allant à l'encontre d'un partenariat soutenu entre les autorités locales et les parties prenantes est celui des contraintes en présence, y compris la faible volonté politique, l'accent excessif porté sur les résultats physiques à court terme, la réticence à partager les pouvoirs et la longueur du processus de PGE. Il est impératif de modifier les attitudes et les habitudes très arrêtées des élites politiques et administratives (par exemple le conservatisme ou le manque de souplesse, la mystification de la planification et la gestion urbaines, et la monopolisation du pouvoir), si l'on veut que la PGE soit institutionnalisée au sein de la Tanzanie. Parmi les autres problématiques figurent la question de savoir comment soutenir le consensus entre les diverses parties prenantes, la mise en équilibre des stratégies à long terme et des attentes immédiates ou à court terme dans des environnements affectés par la pauvreté, en plus des problèmes rencontrés pour arriver à un dialogue englobant la participation substantielle de la société civile dans des démocraties pluripartites encore jeunes.
  • La démocratisation, l'ajustement structurel, la réforme de l'état (y compris la décentralisation), et la libéralisation de l'économie (y compris la privatisation) ont entraîné des changements spectaculaires dans les nations, sociétés et villes de l'Amérique latine et des Caraïbes (ALC). Tandis que les gouvernements centraux leur délèguent davantage de responsabilités, les autorités locales se voient obligées de jouer de nouveaux rôles et de renforcer leur capacité de gestion pour faire face aux problèmes urbains et aux demandes populaires croissants. Face à l'inaptitude de l'état à aborder les problèmes locaux, il s'est produit une prolifération d'organisations de la société civile (OSC) qui entreprennent des initiatives d'entraide, construisent des réseaux sociaux et des groupes de soutien mutuel afin de satisfaire leurs besoins fondamentaux. L'approfondissement de la démocratie et la promotion de la participation locale à la résolution des problèmes urbains exigent des principes directeurs et des méthodologies clairs, lesquels doivent se baser sur l'abondante expérience que les villes latino-américaines ont accumulée au fil des ans.
  • En prenant Lima comme exemple, l'auteur analyse la signification du développement durable et la façon dont les organisations communautaires de la base populaire peuvent contribuer à sa réalisation dans les mégalopoles. Les villes et les pays du Sud font aujourd'hui l'objet d'exigences pour qu'ils se développent de manière durable, alors que les nations du Nord elles-mêmes ne l'ont pas fait. La `durabilité' à l'échelle mondiale n'est donc réalisable qu'aux dépens des pauvres urbains du Sud. Ce document maintient que la nouvelle approche, récemment adoptée, consistant à réintroduire les problèmes et préoccupations des mégalopoles du tiers-monde aux ordres du jour nationaux et internationaux se fonde sur des préoccupations environnementales, et n'est pas une tentative en vue de remédier à la pauvreté et au manque de services de base. La fragmentation des questions et des personnes dans les environnements urbains est perçue comme une menace pour un véritable développement, alors que les organisations communautaires pourraient suggérer quelques manières d'arriver à une forme de développement qui intègre les préoccupations sociales et politiques et soit, de ce fait, durable. Ce document affirme que les `espaces publics' constituent un moyen de parvenir à une approche décentralisée du développement et de la démocratie dans la mégalopole, pourvu qu'ils soient influencés par une compréhension de l'individu et de la communauté et par une vision du développement et de la politique.
  • Le taux élevé d'urbanisation dans le sud du pays a entraîné un développement non durable dans ses villes, grandes et petites. La forme du développement en cours est `parasitique', dans la mesure où il exclue les pauvres et suit les paradigmes du développement du Nord, au lieu d'un modèle plus approprié aux situations présentes dans le sud. Le développement durable est perçu comme une mesure en vue de contrebalancer la croissance économique et les préoccupations environnementales, mais il reste des doutes sur la question de savoir si ceci peut être réalisable étant donné que l'impact qu'a eu sur les pays du Sud leur propre participation au marché mondial s'est avéré désastreux. Ce document met en relief la nécessité d'être conscient de la capacité de `charge' et de `soins' de tout pays, et maintient que les travaux dans le sens du développement durable doivent commencer au niveau des pauvres. Les Philippines incarnent ces préoccupations, en particulier en ce qui concerne le taux élevé d'urbanisation à Manille, où les problèmes environnementaux et le manque de services ont entraîné une détérioration de la qualité de la vie. Ceci est perçu par l'auteur comme la responsabilité de cinq groupes de pouvoir qui se chevauchent--l'état, le milieu des affaires, l'Église, les médias et les organismes internationaux d'aide. Ces derniers tendent à suivre le paradigme de développement du Nord, ce qui met le Sud dans une position vulnérable et force les gouvernements du Sud à agir à l'encontre de l'intérêt de leurs pays respectifs. Il est nécessaire d'introduire, de toute urgence, un nouveau paradigme du développement qui permette d'éviter les erreurs du passé et d'améliorer les perspectives futures pour les pauvres et pour l'environnement.
  • Le débat du courant dominant concernant le développement urbain examine soit le développement urbain soit les villes durables, et tend à ne pas aborder les approches du développement axées sur les personnes. Le premier se penche sur les questions de croissance économique, tandis que le second aborde le thème des problèmes environnementaux, en excluant les préoccupations de développement des pauvres. La nouvelle perspective des Villes Durables dans le Sud est une `approche inclusive', qui place la vision des secteurs pauvres et marginalisés au centre et englobe toutes les dimensions du développement de manière holistique et synergétique. Ce document présente une vision de ce type des villes durables en Inde et décrit les activités destinées à faire de cette vision une réalité.
  • La population urbaine de l'Inde, qui est de 300 millions de personnes, représente encore moins d'un tiers de sa population totale. Selon les projections, d'ici 2045, presque 800 millions d'Indiens vivront dans les villes--soit plus de la population totale de l'Europe actuelle. Les infrastructures urbaines des six mégalopoles et des 40 villes de plus d'un million d'habitants de l'Inde subissent d'ores et déjà une forte pression. La nappe phréatique s'épuise rapidement, la pollution atteint un niveau critique, le système de transport est en plein désarroi, et les systèmes d'égouts et sanitaires sont en très mauvais état, autant de facteurs qui affectent la santé publique et l'hygiène. Cette situation explosive n'a pas fait l'objet de l'attention requise aux niveaux national et international. Ce document analyse les programmes et les politiques générales adoptés jusqu'ici pour rectifier la situation, en identifie les défauts et se penche sur les nouvelles initiatives qui ont été prises pour faire des villes des unités autonomes d'administration et des prestataires fiables de services.
  • La coopération internationale passée, soutenant des projets et programmes urbains, tout en se concentrant presque entièrement sur les actions entreprises au travers des agences gouvernementales, s'est basée sur des malentendus considérables concernant les possibilités limitées de l'intervention gouvernementale, avec un faible lien avec les tentatives des universitaires en vue de conceptualiser les processus de l'urbanisation. Les principaux programmes de coopération urbaine internationale, comme dans les domaines du transport, de l'assainissement et de l'approvisionnement en eau, ont été fragmentés et, souvent, non durables, même à court terme, sur les plans politique, social et technologique. De nouvelles initiatives ont surgi qui reconnaissent, elles, la nécessité de travailler avec des protagonistes et des parties prenantes autres que les gouvernements, et elles donnent lieu à des résultats pratiques très différents. Pour le moment, ces résultats sont encore de petite échelle et il n'y a guère eu de travail effectué en vue de développer les implications de `l'augmentation de l'échelle' de ces approches et de la création d'un cadre cohérent dans lequel mener des initiatives efficaces de développement urbain durable.
  • In English only
  • Jusqu'à très récemment, les flux de capital privé vers les pays en voie de développement ont connu une augmentation rapide. Suite à la crise financière de 1997 en Asie de l'est, l'investissement direct étranger a été identifié comme un ingrédient vital pour rétablir et revigorer les économies de la région asiatique et d'ailleurs. Afin d'attirer des capitaux étrangers et de stimuler le développement économique, des pays comme les Philippines ont accéléré l'adoption de politiques générales qui permettent un accès accru aux investisseurs étrangers. De plus en plus, il semble que les capitaux étrangers, fournis au travers des sociétés transnationales (STN), vont remplacer l'aide officielle et promouvoir le développement économique en tout premier lieu, des avantages sociaux en découlant ultérieurement. Dans cette étude, les auteurs examinent le rôle d'une société transnationale appelée l'Alliance, dans le développement promis de Bohol, aux Philippines, développement présenté comme la conséquence secondaire d'une proposition d'épuration et d'approvisionnement en eau reliant les provinces insulaires de Bohol et de Cebu. Les conclusions suggèrent que les objectifs économiques tendent à avoir la priorité par rapport au développement social. L'Alliance semble exposer son aptitude économique et technique, en consacrant moins d'efforts à la participation et à la consultation avec les communautés affectées. Ceci a abouti à l'exclusion des résidents du processus de développement et a entraîné un sentiment de méfiance et de ressentiment.
  • Dans un secteur des ONG pour ainsi dire non réglementé, la Living Earth Foundation (LEF) pilote un stage d'apprentissage accrédité par un organisme externe en matière d'environnement et de développement communautaire dans le cadre d'une stratégie globale de développement des capacités des ONG. Ce programme adopte une approche menée par les besoins, et la conception et la réalisation du stage sont gérées dans le cadre d'une étroite consultation avec les stagiaires eux-mêmes. Les avantages de cette approche commencent à devenir évidents pour les stagiaires et ils influent sur la manière dont la LEF assure la promotion de l'apprentissage au sein des communautés.
  • La communication entre les parties prenantes de projets d'aide internationaux est reconnue depuis longtemps comme étant problématique. Les auteurs de ce document ont interrogé cinq parties prenantes différentes dans le cadre d'un projet sino-australien pour découvrir si : a) les parties prenantes ont des vues exclusives du monde, b) si les agriculteurs et les bailleurs de fonds considèrent que l'agriculture est un système et c) si les parties prenantes peuvent être disposées sur une spirale d'apprentissage incorporant des vues techno-centriques, socio-centriques et socio-biologiques systémiques équilibrées. Dans cet échantillon, les parties prenantes avaient des vues différentes, et seule l'agence donatrice embrassait une vue systémique équilibrée. Par exemple, les agriculteurs prenant part à l'essai de non-labour s'intéressaient aux avantages relatifs au rendement, mais pas à la rentabilité ni aux avantages environnementaux potentiels qui motivaient d'autres parties prenantes. Les différentes perceptions ont été disposées sur une spirale d'apprentissage qui a été utilisée comme un cadre pour la réflexion sur la désirabilité de mesures supplémentaires dans le processus de recherche et de développement, en faisant tout particulièrement intervenir la "gouvernance" collective, ce qui pourrait aboutir à un résultat plus inclusif pour toutes les parties prenantes.
  • Depuis la chute de l'Union soviétique, le gouvernement de Géorgie se démène pour fournir des services sanitaires à une population dont la santé est en déclin, tout en restructurant et en réformant simultanément les prestations, les priorités, l'affectation des ressources et l'axe global de ce système sanitaire. Les organisations humanitaires et de développement internationales se trouvant en Géorgie peuvent exploiter cette occasion historique en jouant le rôle de médiateurs et de mentors dans la stimulation d'un processus de changement social positif dans le cadre de cette dynamique de réforme. Mais ce processus requerra des stratégies et des tactiques faisant intervenir les acteurs et les parties prenantes internes, et pouvant être mises en pratique en ayant recours à toute une gamme d'approches participatives.
  • Quinze entreprises égyptiennes produisant des biens et des services ont été classifiées dans deux groupes selon leur méthode de financement, c'est-à-dire partage des bénéfices pour les sept sociétés islamiques et ?? pour les huit entreprises non islamiques. Interrogés en 1993 et en 1994, les deux groupes donnèrent des réponses qui indiquèrent des similarités en ce qui concerne les relations avec les clients et le comportement sur le marché, ainsi que le paternalisme à l'égard des employés. Cependant, les entreprises non islamiques versaient un salaire moyen bien supérieur, ce qui suggère que les institutions culturelles influent sur le comportement économique, même dans une économie de marché bien établie.
  • Le concept de "communauté" est devenu un terme à la mode populaire vers la fin du vingtième siècle. Cependant, sa signification est de plus en plus vague du fait de son utilisation rhétorique dans le domaine politique, ainsi que dans les milieux du développement, du "genre" et de l'environnement. Sur la base de l'expérience d'un programme "Site and Service" (parcelles et sanitaires) entrepris dans la commune de Mohlakeng entre 1990 et 1994, ce document traite de certaines des implications de l'utilisation souple du terme "communauté" en Afrique du Sud.
  • Les perspectives d'amélioration de la sécurité des moyens d'existence et d'établissement d'environnements durables en Afrique peuvent-elles être favorisées si les femmes exercent une influence accrue sur les décisions concernant la manière de gérer les ressources ? Selon les données anecdotiques, cette question devrait avoir une réponse affirmative, mais rares sont les organismes de développement qui réalisent des évaluations systématiques avec des données ventilées par sexe, malgré presque deux décennies de documents publiés dans le domaine du développement décrivant les pièges que comporte cet oubli. Ce document traite de cette question en analysant des cas du Kenya, du Nigéria, du Malawi, de la Gambie et du Rwanda, recueillis en examinant la documentation de plus de 50 projets de gestion des ressources naturelles menés aux quatre coins de l'Afrique. Il met en relief les conditions propices qui facilitent la participation efficace des hommes ainsi que des femmes à la gestion des ressources naturelles, et élabore des indicateurs afin de clarifier les progrès sur le plan de l'impact, du processus et de la durabilité.
  • L'auteur de cet article affirme que si les enfants recevaient une attention délibérée accrue de la part des bailleurs de fonds, le résultat pourrait être une utilisation plus efficace des ressources disponibles pour la réduction de la pauvreté. Au lieu de cela, l'assistance au développement néglige certains des besoins les plus pressants des enfants et ne profite pas des avantages à long terme qui peuvent être obtenus en veillant à leur bien-être physique et socio-psychologique. Cet article se concentre surtout sur les cadres de vie des enfants pauvres, domaine qui ne reçoit guère d'attention, mais qui fait partie intégrante de la réduction de la pauvreté.
  • Le développement de la société civile dépend d'un partenariat entre le gouvernement, le secteur des entreprises et les représentants de la société civile. Les ONG sont des protagonistes dans le développement de la société civile, mais elles sont faibles par rapport aux autres partenaires, parce qu'elles ne sont pas indépendantes et parce qu'elles sont rarement représentatives. Les ONG doivent développer les compétences leur permettant de "vendre" leurs causes afin de réduire leur dépendance, d'accroître leur reddition de comptes et de s'ancrer dans les sociétés au sein desquelles elles fonctionnent.
  • La société civile et les campagnes menées au niveau de la base populaire affectent de plus en plus les politiques générales étrangères. Certaines de ces campagnes sont impulsées par des groupes de solidarité dans le Nord, qui soutiennent une lutte menée dans le Sud. L'auteur de ce document examine le rôle du martyre comme facteur motivant la participation à des groupes de solidarité. Il se penche sur les pièges que comporte le fait de compter sur l'image d'un martyre, y compris les retombées d'une controverse entre deux livres : Moi, Rigoberta Menchú et Rigoberta Menchú et l'histoire de tous les Guatémaltèques pauvres.
  • Presque la moitié de la population du monde vit dans des zones où sévit le paludisme ou dans lesquelles il existe un risque distinct de transmission du paludisme. Des avances dans la lutte contre le paludisme continuent d'être réalisées, malgré les ressources limitées. Mais quels que soient les progrès biomédicaux réalisés dans la lutte contre le paludisme, ils ne revêtiront une importance que lorsqu'ils pourront être appliqués sur le terrain et à grande échelle. Le complexe des facteurs humains, illustré en partie dans ce document, sera crucial pour le succès de cette application. Il serait regrettable que l'on arrive à en savoir plus sur les aspects biomédicaux du paludisme sans une compréhension complémentaire plus complète des contextes humains dans lesquels la maladie a lieu et dans lesquels les progrès biomédicaux doivent être appliqués.
  • De nombreux agriculteurs des pays moins développés (PMD) manquent des informations complètes concernant les impacts aigus et chroniques sur la santé de l’utilisation de pesticides. Même dans un faible degré, l’utilisation des pesticides peut avoir des implications chroniques sur la santé. Les résultats de recherches menées parmi des cultivateurs de la canne à sucre à Fiji mettent en évidence une fréquence considérablement supérieure de maladies et d’affections parmi les agriculteurs qui utilisent des pesticides qu’au sein d’un groupe témoin. Les agences gouvernementales, les ONG et les groupes de bailleurs de fonds doivent fournir aux agriculteurs les informations décrivant les risques à court et long terme pour la santé que comporte l’utilisation de pesticides. L’amélioration de l’information permettra aux agriculteurs de prendre des décisions rationnelles concernant les types de pesticides à utiliser ou l’utilisation de pesticides tout court. Autrement, les PMD peuvent s’attendre à l’augmentation du nombre de maladies chroniques en même temps que celle de la production agricole.
  • In English only
  • Souvent, les principales barrières qui entravent la santé des femmes ont leur origine dans des facteurs socio-économiques, juridiques et culturels. Les femmes se voient souvent assigner une position subordonnée sur les plans du pouvoir économique, de la prise de décisions et des options relatives à l'éducation, au travail et à la famille. Les lois nationales restreignent ou interdisent souvent l'égalité et le choix au sein de la société. Ainsi, l'amélioration de la santé génésique n'est pas seulement une question d'interventions efficaces en matière de santé, mais aussi une question de justice sociale et de droits de la personne. Cet article traite de la manière dont le système des droits de l'homme internationaux (DHI) peut être utilisé plus efficacement pour la protection et la promotion des droits génésiques. Il se concentre en particulier sur la manière dont les traités des DHI peuvent jouer un rôle important dans l'encouragement de l'observation par les États des droits relatifs à la santé génésique et sexuelle. Il se termine par une discussion sur la manière dont les ONG, dans leurs travaux de "plaidoyer" (advocacy) pourraient mieux collaborer avec le processus de suivi de l'entité chargée de l'application des traités, afin de faire progresser les droits génésiques des femmes.
  • La bonne "gouvernance" est actuellement perçue comme un moyen de développement dont l'un des outils principaux est la décentralisation. Ce document illustre la manière dont les institutions de développement utilisent la décentralisation comme un outil technique, négligeant ses aspects essentiellement politiques.
  • Ce document traite des exigences des organisations de micro-financement (OMF) qui cherchent à la fois à réduire la pauvreté et à devenir de plus en plus auto-suffisantes sur le plan financier. Elles ont besoin d'informations sur leur impact afin d'améliorer les services qu'elles offrent. Mais le travail d'évaluation de l'impact (EI) a été en général effectué principalement pour satisfaire les exigences de reddition de comptes émanant de leurs bailleurs de fonds. Ce commentaire préconise une réorientation de l'EI vers les propres processus de décisions stratégiques des OMF, et son intégration plus étroite avec le suivi interne.
  • Ce document présente une tentative entreprise au Zimbabwe afin d'utiliser des méthodes et techniques communément associées aux contextes ruraux, l'Évaluation rurale rapide (ERR) et l'Évaluation rurale participative (ERP), afin d'évaluer les besoins et les perceptions d'entreprises du secteur privé dans deux contextes urbains. Ces méthodes participatives ont été bien reçues et ont également facilité le dialogue entres des parties prenantes différentes et parfois mutuellement hostiles.
  • Les méthodes participatives sont de plus en plus utilisées dans les travaux de développement menés au niveau de la base populaire en Afrique. Les concepts libéraux occidentaux comme "une personne un vote" sous-tendent ces méthodes. Cependant, ces concepts peuvent ne pas être très compatibles avec une réalité populaire dans laquelle l'ethnicité (c'est-à-dire les identités ethniques supérieures et subordonnées) est un facteur important qui influe sur l'ordre social. Cet article dévoile certains aspects des réalités socio-politiques de l'ethnicité au niveau des villages au Botswana. La tension entre les méthodes participatives et la réalité du village, structurée selon les ethnies, est illustrée par des exemples d'un projet qui a mis à l'épreuve le caractère approprié de l'Évaluation rurale participative (ERP) au Botswana. Les auteurs identifient des problèmes et des occasions relatifs aux méthodes participatives au moment d'aborder les inégalités au sein de communautés divisées selon des lignes ethniques.
  • Tandis que le "genre" est devenu un facteur central dans le développement, l'âge et les personnes âgées sont rarement pris en compte, et nombre d'organisations adoptent un modèle directif et non participatif pour la prestation de soins - même lorsque ces organisations mènent par ailleurs des travaux en vue d'un développement participatif et durable. Ce document examine la manière dont les personnes âgées ont participé aux efforts durables de prestation de soins au sein même de la communauté en Asie du sud-est, et soutient que le facteur clé du succès d'un projet est l'établissement d'une "capacité sociale" - l'aptitude d'un groupe social ou d'une communauté à fonctionner et à s'occuper de ses membres plus âgés - lequel dépend de l'adoption par le projet d'une approche stratégique de la participation.
  • L'accent est fortement porté de nos jours sur la participation des communautés à la planification de leurs propres projets. Une grande partie de cette participation prend la forme d'une communication verbale au travers de laquelle les villageois informent les travailleurs du développement de leurs problèmes et de la manière dont ils ont l'intention de les résoudre. Cet article, en se basant sur l'expérience de deux projets en Ouganda et en Éthiopie, soutient que le point de départ pour la planification de tout projet au sein d'un contexte communautaire réside dans les pratiques en vigueur au sein de cette communauté. L'auteur affirme que si l'on examine les pratiques, les convictions et les connaissances de la communauté, on se donne une fondation plus solide sur laquelle construire un projet.
  • Les inondations de 1998, qui ont submergé une grande partie du Bangladesh, ont eu un effet considérable sur la vie et le travail des enfants des quartiers pauvres urbains. Le manque de possibilités de travailler, et les convictions relatives aux rôles qui sont appropriés pour les jeunes enfants, ont fait que les inondations n'ont pas entraîné d'augmentation importante du nombre d'enfants intégrant la vie active et, dans certains cas, ont abouti à une réduction du nombre d'occasions disponibles. Le travail domestique des enfants a lui aussi été affecté. Le travail rémunéré et domestique des enfants a eu un effet important sur les conditions de survie des foyers durant et après les inondations. Les résultats des recherches mettent en relief la nature à la fois avantageuse et néfaste d'une grande partie du travail infantile, et sont donc intéressants pour les dilemmes auxquels font face les décideurs dans ce domaine. Les recherches présentées dans cet article revêtent également un intérêt pour ceux qui prennent part à l'élaboration des politiques générales en situations de catastrophe.
  • Le génie de l'assistance technique dans les travaux de secours humanitaires en situations d'urgence a mis en relief l'importance du recrutement de personnes munies des compétences professionnelles et techniques appropriées pour travailler dans les circonstances difficiles qui caractérisent les catastrophes. Les auteurs ont utilisé la technique d'Incident critique pour évaluer les compétences liées au poste qui ont été perçues comme cruciales pour la réalisation des objectifs dans le sens desquels travaillait le personnel humanitaire. Quinze infirmières irlandaises, travaillant principalement dans des camps de réfugiés, ont identifié plus de 60 objectifs différents de travail et 54 compétences distinctes liées au poste. Les auteurs affirment qu'il faut accorder plus d'attention à la variété d'objectifs qui motivent les travailleurs de terrain de ce type. Les compétences liées au poste identifiées étaient des compétences orientées principalement sur les processus, plutôt que sur les résultats, et les auteurs estiment qu'il faut davantage insister sur le développement de compétences fluides par opposition à cristallisées. Les possibilités d'utilisation de la technique d'Incident critique comme mécanisme permettant de relayer l'expérience authentique du terrain et de rendre opérationnelles des compétences efficaces en matière de processus font l'objet d'une discussion.
  • Ce document présente les principales différences entre les approches de planification des projets connues comme l'approche du cadre logique (ACL) et l'Évaluation rurale participative (ERP) et examine la question de savoir si elles peuvent être utilisées de manière complémentaire. Il est suggéré que l'ACL soit utilisée pour fournir la structure globale du processus de planification, tandis que l'ERP peut être employée lors des discussions et afin de placer la prise de décisions au niveau de la base populaire.
  • Stepping Stones (Tremplins) est un programme de formation sur le VIH et le Sida, le "genre", la communication et les compétences relationnelles conçu pour être utilisé à la fois dans le cadre de projets existants de VIH et de Sida, et de manière plus générale. En narrant son expérience d'un programme de formation de formateurs en Inde, l'auteur examine les possibilités et les défis que comporte l'utilisation de ce programme comme moyen d'intégrer le "genre" dans les projets relatifs au VIH et au Sida.
  • Les évaluations des besoins des adultes et des enfants dans les foyers affectés par le VIH et le Sida dans de nombreuses zones d'Afrique sub-saharienne indiquent que l'apport de nourriture est un domaine crucial de soutien qui a été négligé dans les interventions visant à atténuer les effets de la maladie. Ce document examine les options pratiques pour cibler l'aide alimentaire dans un cadre de développement, en utilisant la Zambie comme étude de cas.
  • L'auteur de ce document cherche à tirer quelques leçons de l'expérience des ONG de développement de par le monde au cours des cinq dernières décennies. Il commence par décrire la signification du paradigme de développement alternatif, tel que pratiqué par les ONG. Il examine ensuite certains des principaux changements socio-politiques qui se sont produits au cours des quelques dernières années, et leur impact sur les ONG de développement. Enfin, il présente dans leurs grandes lignes quelques-uns des dilemmes clés auxquels doivent faire face les ONG de développement, et leurs implications potentielles pour leurs rôles et contributions futurs à l'aube du nouveau millénaire.
  • Les forces associées à la mondialisation (`globalisation') économique et l'apparente suprématie des forces du marché ont déchaîné une variété de processus politiques et sociaux qui ont eu pour effet, et étaient de fait conçus à cette fin, d'enrichir et de conférer des pouvoirs à quelques-uns aux dépens de la majorité. Parmi ces processus figurent des phénomènes comme l'augmentation du nombre de conflits armés, les menaces pesant sur la sécurité alimentaire, la disparition des moyens d'existence et des modes de vie traditionnels de millions de personnes de par le monde, la transformation en marchandise des prestations sociales, les attaques contre la souveraineté nationale, et la privatisation de la citoyenneté. Cependant, l'auteur soutient que l'impact le plus significatif de la mondialisation est la `localisation' des luttes sociales et politiques, et l'apparition de nouvelles formes de solidarité internationale. De nombreuses ONG ont trop facilement succombé à l'opinion selon laquelle la mondialisation dans sa forme actuelle est inévitable et irréversible, et se sont adaptées à elle en échangeant leurs valeurs essentielles contre le professionnalisme technique, souvent importé du secteur privé. Cependant, si les ONG veulent assumer leur place comme élément d'un mouvement visant la transformation en faveur de la justice sociale, elles doivent redécouvrir et encourager les valeurs de la participation des citoyens et développer un véritable respect pour la diversité.
  • L'auteur de ce document analyse l'importance et la portée du processus de mondialisation, en se concentrant sur ses implications pour l'autonomie des protagonistes nationaux, d'un côté, et sur les nouvelles exigences que la gouvernance mondiale impose sur l'action multilatérale, de l'autre. Il soutient que la forme actuelle de la mondialisation est en fait compatible avec un certain degré d'action sociale autonome coordonnée en dehors de la portée du marché. Ceci nous permet d'une part de faire la différence entre les réalités et la mystification (idéologies) sous-jacentes au concept de mondialisation et, d'autre part, de rejeter le discours standard et la thérapie économique proposés par certaines organisations internationales aux pays en voie de développement. Si la mondialisation n'exclut pas la possibilité de l'action autonome au niveau national, elle établit également la base d'une action multilatérale plus solide et plus efficace. L'auteur analyse les facteurs qui soutiennent la nécessité d'une action de ce type à l'avenir, action qui réponde aux exigences concernant la gestion accrue des biens publics internationaux et aux appels en faveur d'une gouvernance globale plus efficace. L'article se termine par une analyse des caractéristiques nécessaires d'un système multilatéral de ce type, si l'on veut qu'ils satisfasse les besoins résultant d'une nouvelle réalité internationale.
  • L'auteur de cet article se penche sur la question de savoir pourquoi la Banque mondiale a adopté des politiques générales économiques néo-libérales. Il affirme que le discours néo-libéral privilégiait les intérêts des protagonistes clés de l'hémisphère Nord et, ce qui est plus surprenant, qu'il permettait également à de nombreux acteurs des États du Sud de maintenir ou d'étendre leur pouvoir politique. Ceci est dû au fait que le discours de la Banque mondiale n'offre guère ou pas du tout d'analyse politique de l'État, se concentrant plutôt sur les questions `techniques' de l'ajustement économique. Bien que l'on observe peut-être à présent un certain changement de discours de la part de la Banque mondiale dans le sens d'une acceptation quelque peu accrue d'un rôle pour l'État, on remarque encore une absence généralisée d'analyse politique, ce qui signifie que les relations de pouvoir dominantes ne seront toujours pas fondamentalement reconnues ni mises en question.
  • Au cours des quelques dernières années, le secteur des entreprises et les organisations de la société civile, en particulier les ONG internationales, ont acquis une influence croissante sur la forme des débats et des politiques générales relatifs au développement. Au sein du secteur des entreprises, on observe une prise de conscience de la nécessité de démontrer la responsabilité sociale, et parmi les ONG se manifeste l'acceptation croissance de ce que les entreprises sont essentielles à la croissance économique qui impulsera le développement social. Dans ce document, l'auteur montre comment les deux secteurs peuvent établir un dialogue constructif afin de mettre des normes en place et d'en assurer le suivi, mais elle insiste également sur la nécessité de ce que certains groupes de pression gardent un ordre du jour intransigeant et radical afin de veiller à ce que les débats critiques restent animés.
  • Les partenariats entre les ONG internationales et le secteur des entreprises suscitent un intérêt croissant, tandis que les deux secteurs voient leurs rôles respectifs changer suite à une prise de conscience croissante parmi les consommateurs des questions sociales, environnementales et liées aux droits de la personne. Cet article présente le cas du partenariat entre l'industrie des articles de sport, le Save the Children Fund (SCF) et diverses organisations internationales et locales dans le district de Sialkot, au Pakistan. L'auteur utilise ce cas pour discuter des éléments importants d'un partenariat entre plusieurs secteurs, des considérations des diverses parties qui s'engagent dans des partenariats de ce type et des implications de ces partenariats avec le secteur des entreprises pour l'avenir des ONG et leur vision du développement.
  • Les ONG de développement traversent une crise. Elles sont en passe de perdre leur aptitude à s'engager dans une analyse critique et à proposer des solutions mondiales, à réagir à l'initiative politique ou à en profiter, ou à se situer au tout premier plan de ces processus sociaux et politiques dans lesquels on peut trouver de nouvelles approches et des solutions potentielles. Bien que certaines ONG aient cherché à s'adapter aux politiques générales des bailleurs de fonds et à des projets qui se concentrent sur la réduction des effets négatifs de l'ajustement structurel, la raison d'être des ONG est de posséder l'autonomie, l'initiative et la flexibilité que leur confère leur statut non gouvernemental. La division de plus en plus marquée entre l'aptitude des ONG à exercer des pressions et à effectuer des recherches d'une part, et leur travail au niveau des populations d'autre part, reflète un écart plus profond, qui existe - en termes tant pratiques que théoriques - entre le concept et le processus de développement d'une part, et le concept et le processus de démocratisation d'autre part. L'auteur soutient que le développement humain et la démocratie participative et représentative se renforcent mutuellement et sont indivisibles, et que le défi que doivent relever les ONG est de relier - en théorie et dans la pratique - la démocratie et le développement.
  • In this overview essay, the co-editors examine the new challenges and opportunities facing development NGOs in relation to their relevance, their mission, relations between Northern and Southern NGOs and with other agents of power, including business, and their effectiveness. There is a balance to be drawn between keeping up with emerging issues and agendas, and retaining the values that underpin their integrity and unique nature. NGOs saw phenomenal growth in the neo-liberal policy environment that flourished in the late twentieth century, but this very prominence means that more questions are being asked about their accountability, and about their mandates. Will the twenty-first century see NGOs still living complacently in the past, or will they genuinely rise to the challenges ahead? This editorial overview is freely available as the opening chapter in Debating Development: NGOs and the Future.
  • Après 50 années de travaux ayant remporté des succès spectaculaires (notamment en faisant `monter les enchères' en matière d'équité, en améliorant la coopération internationale au développement, en stimulant le travail des ONG du Sud au niveau international et en organisant une assistance humanitaire rapide et efficace), les ONG de développement de l'hémisphère Nord sont à présent à un carrefour. Alison Van Rooy soutient que l'historique de la `catégorie professionnelle' des ONG, venant en plus d'un environnement politique et environnemental en mutation (fin de la guerre froide, augmentation des investissements internationaux, diminution de la coopération internationale au développement, et capacité des ONG du Sud très accrue), signifient que la plupart des ONG du Nord devraient fermer boutique. Au lieu de cela, une renaissance kaléidoscopique est prévue, dans le cadre de laquelle il reste quatre fonctions clés pour les organismes du Nord (celles d'agents humanitaires, d'observateurs des politiques générales économiques, de courtiers entre le Nord et le Sud, et de défenseurs du principe de responsabilité des entreprises). Ce changement de rôle est annoncé comme une bonne nouvelle, preuve que le projet de justice sociale mondiale a fait des progrès spectaculaires.